Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 04 septembre 2015

Avant la rentrée universitaire – programmée en même temps que celle de l’éducation nationale, c’est-à-dire demain – le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait déclaré que «tous les moyens étaient mobilisés pour un accueil adéquat» des étudiants.

Tahar Hadjar avait précisé qu’en dépit de leur nombre élevé cette année – près de 1,5 million –, tout a été prévu pour chacun d’eux dispose d’une place pédagogique. Dans la réalité, il semble que c’est tout à fait différent. Des recteurs commencent déjà à sonner l’alarme sur la difficulté de leurs centres universitaires à faire face à une rentrée décidément surchargée en effectif. Ainsi, le recteur de l’Université de Médéa, Ahmed Zeghdar, s’est inquiété jeudi dernier d’un déficit de 8 000 places. «Les capacités d’accueil théoriques du secteur, évaluées à 15 000 places pédagogiques, seront dépassées de loin, cette année, avec l’arrivée de 6 000 nouveaux étudiants, portant l’effectif global attendu pour la rentrée d’octobre à 23 000 places, induisant une forte pression sur certains instituts de la région», a fait savoir le recteur lors de l’examen du dossier du secteur de l’enseignement supérieur en conseil de wilaya.
Ce déficit est dû, a-t-il expliqué à l’APS, au retard accusé, au cours de ces dernières années, dans la réalisation de nouvelles structures d’accueil en mesure d’accompagner l’évolution du nombre d’effectif, en faisant observer qu’«aucune livraison de nouvelles places pédagogiques n’a été enregistrée depuis l’année 2009». Les projets de 1600 places pédagogiques, implantés au pôle universitaire de Médéa et du campus d’Ouzera, d’une capacité de 8 000 places pédagogiques, qui étaient destinés à résorber ce déficit et offrir de meilleures conditions de scolarisation pour les étudiants de la wilaya, connaissent un «sérieux retard», a déploré le recteur. Le déficit concerne également le parc d’hébergement géré par l’Office national des œuvres universitaires (Onou). Cet organisme, apprend-on, signale un manque d’environ 4 000 lits, un chiffre donné par la directrice de wilaya de cet office, Farida Guergueb, qui a suggéré comme solution un doublement du nombre de résidents par chambre, en attendant la livraison des projets en chantier. Ce qui va certainement poser des problèmes de promiscuité dans les centres déjà ouverts aux étudiants. A Tizi-Ouzou, le vice-recteur de l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou a lui aussi signalé un déficit de plus de 4 000 places, en prévenant que ce chiffre est appelé à la hausse, à cause du projet de réfection de quatre amphithéâtres à la faculté de médecine. Selon le professeur Mitiche Moh Djerdjer, un effectif global de 11 500 étudiants est inscrit, cette année, au niveau de cet établissement, qui verra la sortie de 6 000 à 6 500 nouveaux diplômés, entre juin et fin septembre 2015. Sur les mesures programmées pour faire face à ce déficit en places pédagogiques, il a signalé «une optimisation de l’exploitation des capacités détenues au niveau du nouveau pôle universitaire de Tamda (daïra de Ouaguenoune), au même titre que les samedis de chaque semaine». 

Publié dans Der

En visite d’inspection, jeudi, dans la wilaya d’Oran, le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, a mis l’accent sur le perfectionnement des projets en cours de réalisation et leur réception dans les délais prescrits. A travers sa tournée, il a pu constater, entre autres, les travaux de confortement de la jetée du large du port d’Oran et autres travaux de modernisation des routes, ainsi que l’avancement des travaux de la pénétrante reliant le port d’Oran à l’autoroute Est-Ouest, qui ont atteint près de 20% de taux de réalisation. Selon le ministre, ce projet important sur le plan économique notamment permettra une meilleure fluidité de la circulation routière sur l’actuel accès des engins au port, mais aussi pour gagner plus de temps dans le trajet en atteignant rapidement l’autoroute Est-Ouest. Justement, cette autoroute sera plus que jamais équipée et sécurisée. En effet, le premier responsable du secteur a affirmé que le premier pas sera la fusion entre de l’Agence nationale des autoroutes (ANA) et l’Algérienne de gestion des autoroutes (AGA) afin de passer à l’acte concernant les nouvelles perspectives visant à réunir les bonnes conditions pour les automobilistes, tout en leur garantissant la sécurité, selon Abdelkader Ouali. Cela passe inévitablement par le système de péage qui va être imposé prochainement. Avant cette étape, l’ensemble des infrastructures et installations d’accompagnement doivent être préparées avant la mise en service des futurs postes de péage, avec des équipements qui répondent aux normes mondialement reconnues. En contrepartie, toutes les conditions de repos et de sécurité au profit des usagers de la route seront réunies. Dans ce contexte, le ministre de tutelle a révélé que des caméras de surveillance et autres équipements technologiques seront installés le long de l’autoroute Est-Ouest pour faciliter les opérations d’intervention des différents corps et services concernés, en plus des unités de surveillance et d’intervention relevant des travaux publics, en charge de la maintenance rapide du réseau routier, a ajouté le ministre. Cette nouvelle agence des autoroutes, qui sera chargée de la réalisation et de la gestion du réseau autoroutier, sera destinatrice de la moitié des revenus afin d’assumer ses principales tâches, qui sont, entre autres, la maintenance, la rénovation et le développement de ses infrastructures et équipements. L’autre moitié des recettes de péage est destinée à rembourser les crédits octroyés par les banques.
«Les unités d’intervention et de surveillance relevant du ministère des Travaux publics, qui seront déployées au niveau de l’autoroute Est-Ouest, ne seront qu’un premier pas vers la généralisation de l’expérience à tout le réseau routier du pays», a affirmé le ministre Abdelkader Ouali. 

Publié dans Der

Une vaste opération de nettoyage et d’assainissement des quartiers de la commune d'Alger-centre a débuté, hier, et devrait durer deux journées. 30 agents, 30 camions, 6 balayeuses et 6 citernes ont été mobilisés pour cette opération dont l’objectif est de sensibiliser aussi, en cette rentrée sociale, les habitants de la commune sur les questions de propreté et d’hygiène de l’espace public, a indiqué le président de l’APC d’Alger-Centre, Abdelhakim Bettache, rencontré hier. La ville d’Alger est confrontée au problème récurrent du ramassage des déchets qui s’entassent sur les abords des trottoirs, en raison du fait, entre autres, que les riverains ne respectent pas les horaires de passage de la voirie. Sur un autre registre, depuis quelques mois, une curieuse machine a fait son apparition rue Larbi Ben M’Hidi. Trois parcmètres ont été installés par la mairie d’Alger-centre. Ils seront opérationnels à partir de demain. Le maire d’Alger-Centre indiquera que « la mise en service des horodateurs interviendra dimanche (demain, ndlr), et ce, après qu’on leur ait installé des puces jeudi dernier ». Un communiqué de l’APC explique à ce sujet que «l’automobiliste payera un droit de stationnement de 50 DA l’heure. Le ticket devra être nécessairement bien visible sur le tableau de bord du véhicule. Un agent sera chargé du bon fonctionnement de l’opération. La police devra aussi participer à la réussite de l’opération expérimentale en verbalisant tout contrevenant». La contravention pour un stationnement interdit coûtera 2 000 DA. Les appareils seront fonctionnels jusqu’en début de soirée. Par ailleurs, l’expérience concerne aussi une rue dans la commune de Dély Ibrahim, choisie à titre expérimental, avant que les autorités locales ne songent à la généralisation du système. 

Publié dans Der

Les services pédagogiques de l’Université d’Alger III ont recensé plus de 20 000 candidats inscrits au concours du mastère. Ce recensement intervient une semaine après le début de l’opération d’inscription électronique, c’est-à-dire via le Net, et qui devrait se terminer jeudi prochain comme dernier délai. Devant le nombre important d’inscrits, le rectorat de l’université a prévenu que toutes les fausses déclarations des candidats seront sanctionnées par des poursuites judiciaires. Le rectorat insiste en particulier sur le délit des « notes gonflées » ou de l’enregistrement de notes et de résultats qui ne correspondent pas à la performance réelle des candidats. A cette fin, les services administratifs de l’université ont mis à la disposition des postulants un formulaire de lettre d’engagement qu’ils doivent signer en attestant de la véracité des données qu’ils ont communiquées à ces services.

Publié dans Der

Les entrées touristiques en Tunisie ont été en baisse de 38,1% du 1er janvier au 20 août. Cette chute résulte d’une diminution vertigineuse de 59% des arrivées de touristes européens à environ 1,02 million de visiteurs. La régression des Européens a été de 29,2% par rapport à l’année 2014, selon les derniers chiffres publiés par le ministère tunisien du Tourisme et de l’Artisanat.
Pour ce qui est des Maghrébins, le repli a été de 12,9% par rapport à 2010, à 1,7 million de touristes.
Les Algériens, qui avaient promis à leurs voisins de l’est d’envahir leurs plages après l’attentat contre un hôtel de Sousse, ont tenu parole. Le nombre d’Algériens entrés sur le sol tunisien a progressé de 23,6% pour atteindre 854 900 personnes. Sachant que les Algériens dépensent plus que les touristes d’autres nationalités, ils ont permis à l’économie tunisienne de réduire un tant soit peu le manque à gagner dû à la défection des autres nationalités.
Ainsi, les baisses les plus notables ont été constatées au niveau du marché français (-64,1%) à 342 997 touristes. Par rapport à la même période de l’année dernière, la chute a été de 32,5%. Les Allemands ont, eux aussi, boudé la Tunisie avec seulement 154 435 touristes, en diminution de 41,6% par rapport à 2010 et de 37,7% comparé à 2014. Les Anglais, les plus touchés par l’attentat perpétré dans un hôtel de Sousse le 26 juin 2015, n’ont été que 200 300 à venir en Tunisie (-8,5% par rapport à 2010 et -27% par rapport à l’année dernière).
De même, le nombre d’Italiens n’a pas dépassé les 59 000 touristes, avec des baisses respectives de 75,2% par rapport à 2010 et 65,7% comparé à 2014.
Selon la Banque centrale de Tunisie, les principaux indicateurs de l’activité touristique ont accusé un repli notable au mois de juillet 2015, ayant touché en particulier les nuitées touristiques globales (respectivement -64,9% et -76,6% par rapport au même mois de 2010 et 2013), alors que les recettes en devises ont fortement régressé de 50,7% et 59,6%. Parallèlement, le secteur du transport aérien a enregistré, au mois de juin 2015, une baisse de passagers (-32,1% en glissement annuel contre -0,7% au même mois de l’an passé).
Il était prévisible que l’économie tunisienne subisse le contrecoup des attentats terroristes. L’année 2015 a été difficile et, pour l’heure, les analystes tunisiens ne prévoient pas de reprise l’année prochaine.

Publié dans Der

À vingt-quatre heures du match face au Lesotho, tous les voyants sont au vert pour l’Equipe nationale. À l’exception de Sofiane Feghouli et Nabil Bentaleb, qui ont déclaré forfait avant même le début du mini-regroupement à Pretoria (Afrique du Sud), le sélectionneur Christian Gourcuff dispose de l’ensemble de son effectif. Après 4 jours de stage, les Fennecs ont rallié Maseru hier dans l’après-midi.

 

Après un ultime galop d’entraînement sur le stade annexe du Loftus Versfeld de Pretoria, la sélection nationale s’est envolée vers le Maseru où elle croisera le fer avec le Lesotho demain à 14h00. La bonne nouvelle c’est que l’ensemble des 23 éléments concernés par ce rendez-vous sont opérationnels pour cette rencontre comptant pour la seconde journée des éliminatoires de la CAN 2017. Pourtant, le doute avait longtemps plané quant à la participation de Ryad Mahrez : « La contraction dont souffrait Ryad s’est résorbée rapidement » a expliqué le premier responsable de la barre technique de l’EN. Un retour qui offre des solutions offensives pour le coach. En effet, l’ailier de Leicester City affiche une forme époustouflante en témoigne le début de saison tonitruant qu’il réalise avec le club anglais. Trois buts en quatre sorties dans l’un des championnats les plus huppés en Europe. Rien que ça ! Malgré l’absence de Bentaleb et Feghouli, qui sont deux éléments importants dans l’échiquier de Gourcuff, Ryad Boudebouz et consorts se rendent au royaume avec la ferme intention de réaliser la meilleure opération possible : « Nous n’aurons aucune excuse dimanche (demain ndlr), il faudra faire l’effort et jouer sur nos points forts comme on a l’habitude de le faire pour tenter de l’emporter. Concernant la pelouse synthétique sur laquelle nous allons jouer, nous sommes prêts à faire face à n’importe quelle situation. Nous avons visionné le Lesotho durant la matinée lors de son match face à l’Ethiopie (défaite 2-1), c’est toujours bien d’avoir une idée sur son adversaire », a assuré le numéro 10 du Montpellier HSC. Cette séance visionnage a permis au technicien français, qui abonde dans le même sens que son poulain, de s’arrêter sur le potentiel réel d’un adversaire qui n’a, certes, rien d’un foudre guerre. Néanmoins, il reste redoutable si l’on se fie au constat du Breton qui parle d’ « une équipe qui avait donné du fil à retordre à l’Ethiopie, qui est joueuse, un peu à l’image des sélections de ce coin du continent. Les joueurs sont de petite taille, assez vifs et techniciens. Sur une surface synthétique, ils sont bien habitués à développer leur jeu en vivacité ». La pelouse artificielle constitue donc une vraie contrainte. La plupart de nos internationaux (exceptés ceux qui évoluent, ou ont déjà évolué, dans le championnat national) n’ont pas l’habitude de se produire sur ce type de terrains. Dans cette optique, la séance de « reconnaissance », prévue aujourd’hui au stade Setsoto, devrait permettre aux camarades de Saphir Taïder de « s’adapter aux conditions du match. Je pense que la terrain synthétique du stade de Maseru est plus souple que celui de Blantyre au Malawi, donc favorable à jouer » comme l’espère Christian Gourcuff. Dans l’attente du test grandeur nature demain à 14h00, les huitième-de-finalistes du dernier Mondial semblent décidés à asseoir leur suprématie dans la poule « J » où l’Ethiopie et le Malawi, respectivement 2e (3 pts, +1) et dernier (0 point, -4), s’affronteront dans l’autre match du groupe.

Publié dans Sports

L’Algérie a préservé sa 19e position au classement du mois de septembre 2015 de la Fédération internationale de football (FIFA) publié jeudi, tout comme l’Argentine qui mène le bal pour le troisième mois de suite. C’est la quatrième fois que l’Algérie est dans le top 20 mondial cette année après mai, juillet et août 2015. Cependant le meilleur classement des Verts reste la 18e place occupée durant quatre mois de suite (décembre 2014-mars 2015). Au niveau africain, l’Algérie reste la puissance numéro 1 du contient avec 955 points devant la Côte d’Ivoire (21e), championne d’Afrique en titre et Ghana (27e). Quant aux trois adversaires de l’Algérie en qualifications de la CAN-2017, ils ont connu des fortunes diverses. L’Ethiopie qui partage la tête du groupe J avec les Verts a perdu 4 places et pointe à la 103e position. Le Lesotho, prochain adversaire de l’Algérie préserve sa 128e position, tandis que les Seychelles ont reculé de 7 places (192e).

Publié dans Sports

Trois mois de break et revoilà la zone Afrique qui vibre, de nouveau, au rythme des éliminatoires de la CAN 2017. Après une première journée où il y a eu des formalités mais aussi des surprises, la victoire devient vitale pour certaines sélections. En effet, un seul sésame est mis en jeu par groupe et seuls les leaders finaux seront présents au Gabon, début 2017. La moindre marche ratée pourrait donc s’avérer fatale. Avec le nivèlement des forces que connait le football continental, le danger peut venir de partout. Vingt-cinq rencontres se joueront sur les différentes pelouses africaines. La Côte d’Ivoire, championne en titre, devra se défaire du Sierra-Léone. Dans un groupe constitué de 3 équipes seulement, les Ivoiriens joueront leur premier match officiel. Yaya Touré, dont le flou plane toujours sur sa carrière internationale, sera le grand absent de ce rendez-vous. Le Citizen a décidé, momentanément, de se consacrer totalement à son club, Manchester City. Même si on peut penser que le match ne présente pas un danger immédiat pour les Ivoiriens, il permettra de situer le niveau actuel des hommes du nouveau sélectionneur, Michel Dussuyer. L’autre grand d’Afrique, le Nigéria aura un déplacement crucial à Dar Es Salem. Sunday Oliseh, ancien international, tentera de fêter sa première sur le banc par une victoire. Les Nigérians espèrent un second succès de suite après celui acquis au mois de juin contre le Tchad. Les coéquipiers de Vincent Enyema savent que la lutte sera chaude avec l’Egypte. Deux ténors en quête de réhabilitation. Le Nigeria était absent du grand rendez-vous continental au début de cette année en Guinée Equatoriale alors qu’il était le détenteur de la couronne. Pour sa part, l’Egypte n’a plus disputé de phase finale depuis son sacre en 2010, la troisième consécutivement. L’attente dans les deux pays est énorme. Namibie – Sénégal, Bénin – Mali et Gambie – Cameroun permettront de connaitre un peu plus les potentialités des Lions de la Téranga, des Aigles et des Lions Indomptables lors de déplacements, bien que semblant faciles, risquent de leur valoir quelques désagréments. Enfin, l’Afrique du Sud et la Guinée n’ont d’autre choix que de se remettre sur rails après une première sortie ratée. Pour rappel, les Bafana Bafana ont concédé le nul contre Gambie qui pourrait bien être le poil à gratter du groupe M. La réaction est attendue face au Cameroun. Les garçons d’Ephraïm Masahaba joueront gros à Bakau. Quant au Syli National, c’est quasiment son avenir dans les éliminatoires qu’il met en jeu à Harare. Des grosses pointures, la Guinée est la seule à avoir perdu sur son terrain (en fait au Maroc en raison de l’épidémie de fièvre Ebola) au mois de juin.
C’était contre le Swaziland. De quoi accentuer la pression sur la troupe de Luis Fernandez sachant que les Warriors du Zimbabwe, qui seront leur adversaire du jour, veulent profiter de cette période de doute. Une opposition ouverte à l’instar de tant d’autres prévues aujourd’hui et demain comme cet alléchant Bénin – Mali et un Botswana – Burkina Faso qui vaudra son petit pesant de cacahuète pour la suite de la campagne qualificative. 

Publié dans Sports

L’équipe olympique de football poursuit son stage entamé le 30 août à Sidi Moussa (Alger) en vue de sa participation à la Coupe d’Afrique des Nations U23, prévue au Sénégal du 28 novembre au 12 décembre 2015. Vingt-quatre joueurs dont le revenant de sanction Azzedine Ferhat (USM Alger) prennent part à ce regroupement qui se poursuivra jusqu’au 9 septembre prochain. Le sélectionneur suisse André Pierre Schurmann a programmé les séances d’entraînement au Centre technique national de la FAF à Sidi Moussa. L’équipe algérienne avait été la première à valider son billet pour la phase finale de la CAN-2015 des U23 qui aura lieu au Sénégal du 28 novembre au 12 décembre. Les partenaires de Darfalou seront fixés sur leurs prochains adversaires au premier tour de la compétition le 14 septembre à l’occasion du tirage au sort qui sera effectué au siège de la Confédération africaine de football. Cette compétition sera organisée sous l’égide de la Confédération africaine de football (CAF). Elle est qualificative aux Jeux olympiques de Rio (Brésil) 2016. Les trois premiers du tournoi se qualifieront directement aux JO-2016, tandis que le quatrième disputera un match barrage contre une équipe asiatique.

Publié dans Sports

Une sélection nationale de onze coureurs a entamé un stage au centre de préparation des équipes nationales de Souidania (Alger), en vue des jeux Africains-2015, prévus du 4 au 19 septembre à Brazzaville (Congo). Cette sélection, qui renferme une cycliste dame, a effectué plusieurs stages à Tours (France), en Afrique du Sud, en Suisse, ponctués par une participation à de nombreuses courses. « Cette sélection a pour objectif de faire mieux que la précédente édition des jeux Africains à Maputo en 2012, où elle avait décroché deux médailles de bronze au contre-la-montre individuel et par équipes », a déclaré le président de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), Rachid Fezouine. Les épreuves de cyclisme (course sur route et contre-la-montre individuel et par équipes) sont prévues à partir du 10 septembre.

Athlètes sélectionnés
Aïcha Tihar, Azeddine Lagab, Belmokhtar Boualem, Belmokhtar Abdelkader, Abderrahmane Mansouri, Abderrahmane Bechlaghem, Nassim Saïdi, Abdelbasset Hannachi, Abdellah Benyoucef et Adil Barbari

Publié dans Sports
Page 1 sur 6