Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 08 septembre 2015

Un système de régénération défaillant et une ouverture tardive ont suscité pas mal d’interrogations et fait couler beaucoup d’encre. La piscine municipale du stade 20 Août 1955 (Ruisseau) n’a rouvert ses portes que le 17 août dernier pour des Belouizdadis impuissants et dans l’obligation de trouver un autre refuge pour fuir la canicule.

La situation a été jugée déconcertante par les habitants de la commune de Belouizdad et ses alentours qui n’ont pas hésité à exprimer leur désarroi en voyant une piscine municipale non exploitée, au moment où le mercure ne cessait de grimper.
Ces deux dernières années, après l’arrivée du nouveau bureau communal présidé par Mme Dehina Naïma, l’infrastructure était de nouveau opérationnelle après 10 ans de fermeture. Une équipe de la piscine Hacen Khitman (Saint-Michel) s’est chargée de l’aspect technique qui consistait à restaurer un système de régénération défaillant. Après deux saisons estivales où les choses ont parfaitement fonctionné, les filtres et les pompes d’eau ont connu un nouveau dysfonctionnement, ce qui a obligé l’APC à repousser l’ouverture de ce lieu de proximité pour l’été 2015. «On avait sollicité la DJSL qui nous a octroyé une enveloppe afin de résoudre le problème technique. Cependant, on a dû patienter avec le changement survenu à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports», a expliqué Mme Dehina. Et de préciser que « le nouveau ministre, Ould Ali El Hadi, a répondu à nos doléances tout de suite après avoir pris ses fonctions parce que la nécessité d’ouvrir cet espace était pressante.»
Dernièrement, certaines sources avaient aussi évoqué des raisons d’ordre sécuritaire pour expliquer la fermeture, survenue quelques jours seulement après la cérémonie de réouverture qui a vu la présence de M. Ould Ali et jugée «furtive» de cet espace aquatique. La première responsable de la commune a tenu à infirmer cette hypothèse : «Que ce soit sur le plan sécuritaire ou organisationnel, tout s’est déroulé parfaitement. Habituellement, la piscine ouvre en juin et, rentrée sociale oblige, ferme ses portes fin août. Cette année, le début de la saison estivale a coïncidé avec le mois sacré du Ramadhan. Un paramètre venu se greffer à ces pompes et ces filtres récalcitrants et à l’attente d’une réponse favorable pour l’aide financière que nous avons demandée à la DJSL d’Alger.» En outre, ce qui n’est pas négligeable, il faut savoir que cette structure date de l’époque coloniale, une donnée qui augmente considérablement le risque de défaillances. Le rafistolage ne peut pas être une solution permanente. En témoignent ces milliards dépensés dans la réhabilitation des lieux depuis plusieurs années. Une fortune qui aurait pu (dû) servir à redonner un «coup de jeune» aux trois bassins et les rénover avec une touche moderne. Par ailleurs, ce qu’on ne pourra pas enlever à l’actuelle assemblée de la commune de Belouizdad, c’est d’avoir redonné vie à cet endroit après 10 ans au point mort. Un pas en avant et une véritable bouffée d’oxygène pour les jeunes du quartier, en espérant que la structure soit opérationnelle en 2016. C’est ce qu’assure Mme Dehina, optimiste quant à l’avenir de la piscine. Le gazon synthétique tapissé tout autour des bassins «pour diminuer le risque de glissade et d’accident», présagerait peut-être d’un meilleur avenir pour cette échappatoire d’une jeunesse qui cherche à noyer sa détresse quotidienne dans les bassins. Quand ces derniers ne sont pas vides… 

Publié dans Der

Première du genre entre les deux compagnies aériennes, Air Algérie et Tunisair ont signé, hier, à Alger une convention de coopération consacrée à mutualiser les efforts des deux entreprises, à rentabiliser leurs moyens humains et matériels et de contribuer plus efficacement au développement du transport aérien algérien et tunisien, selon les termes de l’accord qui porte également sur les modalités d’échange d’information, de la maintenance, de la formation et de l’affrètement d’avions.
Cet accord, signé par le PDG d’Air Algérie Mohamed Abdou Bouderbala et la PDG de Tunisair Sarah Rejeb, intervient aussi à la veille du lancement du programme de réorganisation et de modernisation de la compagnie et, à ce titre, Tunisair pourrait servir au moins dans la partie « filialisation », vu qu’elle possède déjà une expérience dans ce domaine, qui intéresse la compagnie nationale. D’autre part, Air Algérie prévoit ainsi la révision de son système informatique, qui peut également s’inspirer lui aussi du modèle de la compagnie tunisienne notamment concernant le système de réservation. Aux termes de cet accord, Air Algérie peut en revanche apporter son savoir-faire à Tunisair en matière de maintenance, en ouvrant ses bases de maintenance aux avions tunisiens, et vice-versa, selon M. Bouderbala, cité par l’APS. En outre, les employés de la compagnie tunisienne peuvent bénéficier de formations au sein de la future école de l’aéronautique que compte lancer Air Algérie. L’échange de pilotes, où Air Algérie enregistre « un déficit » actuellement, constitue un autre aspect de coopération inclus dans la convention signée. L’accord prévoit, entre autres, la multiplication par trois du nombre de vols d’Air Algérie et de Tunisair entre l’Algérie et la Tunisie pour atteindre 42 vols par semaine contre 14 vols actuellement. 

Publié dans Der

La Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) prévoit, dans un proche avenir, « de récupérer toutes les dessertes régionales perdues à cause du manque de moyens ». C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre hier matin son directeur général qui intervenait sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale.
« Fin 2013, on n’avait que trois autorails qui couvraient ces dessertes. On vient d’acquérir les pièces de rechange, et grâce aux efforts consentis par notre atelier de Sidi Mebrouk, nous confirmons que nous avons atteint le nombre de dix autorails opérationnels. Ce qui nous a permis déjà de récupérer certaines lignes régionales, à l’image de Batna via M’sila et Biskra, en attendant d’autres », a, en effet, précisé Yassine Bendjaballah. Concernant la banlieue d’Alger, il a indiqué qu’« on est en train d’augmenter le volume du trafic, puisqu’il y a une forte demande quotidienne que ce soit à l’est ou à l’ouest ». S’agissant du prolongement des horaires, qui a été annoncé par la SNTF le mois de juillet dernier, l’intervenant de la Chaîne III l’a confirmé. « Nous sommes en train d’essayer d’élargir notre gamme de produits et aller vers des heures tardives, c’est-à-dire au-delà de 19h, et pourquoi pas 20h, dans un proche avenir.
Nous sommes conditionnés par quelques petites contraintes qu’on est en train de régler pour essayer d’offrir à nos usagers des horaires qui se rapprochent de plus en plus des horaires du métro et du tramway », a-t-il dit à propos.
Le chemin de fer est à l’origine de tout développement ! En Algérie, après un répit d’une vingtaine d’années suite à la crise de 1986 et à la décennie noire, un plan de développement du réseau ferroviaire est lancé.
Une enveloppe de 34 milliards de dollars est mobilisée pour construire de nouvelles rocades et moderniser les lignes opérationnelles. Intervenant sur le même plateau en mai dernier, Yassine Bendjaballah avait révélé que l’année 2015 marquera la fin de l’utilisation de l’ancien matériel roulant, indiquant que 127 milliards de dinars, au total, devraient être investis pour moderniser le transport de passagers et de marchandises par train. Une partie de cette somme a déjà servi à acquérir un parc de 17 autorails de type Corail destinés à relier les grandes métropoles, « là où il y a une forte demande » de clientèle pour ce type de transport. En même temps que les travaux de densification et d’électrification totale du réseau ferroviaire, à l’horizon 2015, le patron de la SNTF avait fait état de l’acquisition progressive de 65 locomotives à traction électrique et diesel et de 30 autres à traction diesel, les premières destinées aux trains de voyageurs et les secondes aux wagons de marchandises. 

Publié dans Der

Une dizaine de personnes ont été évacuées hier de leurs maisons à Djelfa suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région, a-t-on appris auprès de la direction de la Protection civile de la wilaya. L’évacuation de ces personnes s’inscrit au titre des interventions des agents de la Protection civile pour le pompage des eaux des maisons inondées par les eaux pluviales, dans nombre de quartiers de la ville où aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, a-t-on ajouté de même source. Il a été signalé, à ce propos, l’évacuation de sept personnes d’une habitation menaçant de s’écrouler, dans la zone industrielle, alors que trois autres ont été évacuées d’une maison inondée à la cité Ben Saïd. La même source a fait également part d’autres opérations de pompage des eaux dans des immeubles inondés dans les cités des Jardins et du 5-Juillet, de même qu’au niveau de l’Institut d’agriculture spécialisé, du CEM Lakhnech-Mustapha et de l’école primaire Zouhour du village Ouled Abid, à 10 km à la sortie sud de Djelfa. Les pluies ont été aussi à l’origine de la fermeture de la route communale N9, au niveau de l’Oued El Maleh, au lieudit Mtiriha, dans la daïra d’El Idrissia, à une centaine de kilométres à l’ouest de la wilaya. La route communale N7 et l’axe de la RN 46 reliant le lotissement El Mouileh à la commune de Dar Echioukh, au lieudit El Gaïd Saâd, ont, également, été fermés à la circulation, au même titre que le carrefour menant vers la commune de Mililiha. Un affaissement de route a été par ailleurs enregistré à la cité Bernada du chef-lieu de wilaya, a encore signalé la même source.

Publié dans Der

Quarante-quatre personnes ont trouvé la mort et 1 670 autres ont été blessées dans des accidents de la route enregistrés en une semaine (du 30 août au 5 septembre) au niveau national, selon un bilan établi mardi par la Protection civile.
« Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Skikda avec six personnes décédées et quarante-six autres blessées suite à 33 accidents de la circulation », a précisé la même source dans un communiqué.
Par ailleurs, la Protection civile fait état de plusieurs opérations de sauvetage effectuées par ses unités d’intervention suite aux intempéries enregistrées de lundi à mardi dans les wilayas de M’sila, Batna, Sétif, Biskra, Médéa, Oum El Bouaghi, Khenchela et Bordj Bou Arréridj.

Publié dans Der

Déplorables. C’est le mot qu’a utilisé Valdo, l’adjoint d’Arthur Jorge, pour qualifier les conditions dans lesquelles ils exercent en compagnie du staff technique et des joueurs du MC Alger, pourtant pensionnaire de la Ligue 1 Mobilis.

 

« Nous travaillons dans des conditions extrêmement difficiles. Un club de l’élite, de surcroît le MCA, est censé bénéficier de moyens nettement meilleurs », a déploré l’ancienne star brésilienne au micro d’Al-Djazairia TV.
En effet, le Doyen se retrouve dans l’obligation de changer de lieu de travail fréquemment. Une situation qui « ne permet pas aux joueurs de bosser dans la sérénité voulue, ni au staff technique d’appliquer son programme de préparation à la lettre», comme l’explique l’assistant de l’entraîneur portugais qui ne s’est manifestement pas habitué aux décadences de notre balle ronde, même s’il entame sa seconde saison parmi l’« élite » du football algérien. Durant son intervention, Valdo a souligné le fait que le club ne dispose pas d’un domicile d’entraînement fixe ou d’un lieu pour tenir les réunions techniques entre les différents membres du staff. La direction mouloudéenne a elle aussi été pointée du doigt par le second responsable de la barre technique qui « ne s’est toujours pas procuré les moyens pédagogiques réclamés par le staff technique, reportant à décembre prochain l’acquisition de ce matériel », d’après lui. Interdit de banc, pour ne pas avoire transmis le diplôme requis pour l’obtention de la licence, l’ancien international Auriverde essaierait peut-être d’expliquer les débuts boitillants du team algérois dans le challenge national avec 5 unités seulement glanées en 3 sorties pour occuper la 8e place au classement. N’empêche, il est clair que la réalité du sport roi en Algérie pourrait choquer plus d’un. Surtout ces étrangers qui ont pu évoluer à un certain niveau où les commodités et les infrastructures sont plus une base qu’un luxe.

Publié dans Sports

Alors que l’on est à la sixième année de professionnalisme, certains font toujours fi des règles de ce nouveau mode de gestion et se comportent en de véritables amateurs. C’est le cas du club de Ligue II de football OM Arzew qui, lors de son dernier match face à l’AS Khroub des U 21 le 14 août dernier pour le compte de la première journée du Championnat, a été l’auteur d’un fait pour le moins condamnable et qui a conduit à l’annulation pure et simple du match. Le club local s’était présenté, en effet, sans médecin et en l’absence d’une ambulance, et n’a pas eu la clairvoyance d’appeler les éléments de la Protection civile pour faire venir une ambulance pour prévenir une quelconque urgence. Imaginons qu’un joueur se blesse gravement au cours de ce match, qu’en adviendrait-il de lui en l’absence d’une ambulance médicalisée sur les lieux ? Il est clair que le pire pouvait arriver et qu’en ce sens, la direction du club serait tenue pour unique responsable. Fort heureusement la LFP a sévi puisqu’elle a annoncé hier la défaite de l’OMA sur tapis vert et la défalcation d’un point du total de points de l’équipe première. Ainsi, le match OM Arzew - AS Khroub a été remporté par l’ASK. «La commission de discipline de la LFP s’est référée à l’article 32 des règlements généraux des championnats professionnels ainsi qu’à l’article 105 du code disciplinaire de la Fédération algérienne de football (FAF)», annoncera l’instance présidée par Mahfoud Kerbadj, qui décidera aussi d’infliger une amende de 200 000 DA au club. Les clubs devraient en retenir la leçon et éviter ce genre d’erreurs fatales qui ne devraient se manifester en ces temps où tout devrait être parfaitement orchestré surtout quand il s’agit de la santé des joueurs qui reste primordiale et qui ne permet aucune concession. Les dirigeants des clubs professionnels se doivent d’être à la page et comprendre que la gestion d’une SSPA n’est pas comme gérer une simple épicerie…

Publié dans Sports

Les deux internationaux algériens Faouzi Ghoulam et Hilal Soudani ont été choisis dans l’équipe type africaine de la deuxième journée des qualifications de la Coupe d’Afrique des nations CAN-2017, établie lundi par le site spécialisé France football. Le défenseur algérien de Naples avait ouvert le score à la 32e minute de la rencontre disputée dimanche à Maseru face au Lesotho (3-1), d’une belle reprise de volée après une longue balle en cloche de Riyad Mahrez. Outre Ghoulam, la défense africaine établie par le site français spécialisé est composée des joueurs camerounais Ambroise Oyongo, togolais Serge Akakpo et cap-verdien Kay, auteur du but victorieux face aux Libyens (2-1). Soudani fait aussi partie de cette liste aux côtés des attaquants Frébory Doré du Congo et Bassem Morsi (Egypte). L’entrée en jeu de l’ancien baroudeur de l’ASO Chlef en remplacement du Montpelliérain Riyad Boudebouz (46’), lui a permis d’inscrire les deux buts victorieux des Verts face au Lesotho (85e et 90e+1). Avec désormais 17 réalisations au compteur en 34 matchs, Soudani est devenu le meilleur buteur en activité de la sélection algérienne de football.

Publié dans Sports

Plusieurs anciens entraîneurs du MC Oran se sont manifestés dernièrement pour revendiquer le paiement de leurs dettes par le club mettant dans l’embarras le président Ahmed Belhadj contraint de remédier à un problème causé par ses prédécesseurs, selon la direction de la formation de Ligue 1 algérienne de football. Au total, le MCO doit débourser 28 millions de dinars pour ces entraîneurs afin d’éviter d’éventuelles tracasseries, sachant que deux comptes bancaires du club et sur lesquels s’appuie l’actuelle direction ont été bloqués, précise le site Mouloudia.com, proche de la direction oranaise. Selon la même source, la plupart de ces dettes datent de la saison 2011/2012 et les successions à la présidence du club de Larbi Abdelilah et Youssef Djebbari. Le technicien italien Gianni Solinas est en tête des contestataires et réclame la somme 12 millions de dinars, représentant dix mois de salaire. S’ensuivra l’ancien DTS, Zakaria Djebbour, qui détient un contrat de deux ans avec un salaire mensuel de 350 000 DA. D’autres ex-coachs du club phare de la capitale de l’Ouest réclament également leur argent, à l’image de Sid Ahmed Slimani qui exige la somme de 4,7 millions de dinars. Les derniers entraîneurs en date à avoir vu leurs plaintes auprès de la justice aboutir, à savoir Djamel Benchadli et Omar Belatoui, réclament respectivement 2,7 et 2 millions de dinars. Le MCO est entraîné depuis novembre 2014 par le Français Jean-Michel Cavalli, avec lequel la direction mouloudéenne est à jour sur le plan financier, avait affirmé récemment le président du club.

Publié dans Sports

La direction du MO Béjaïa va saisir la commission de règlement des litiges (CRL) de la Fédération algérienne de football au sujet de son joueur Karim Meliani, qui n’a plus donné signe de vie depuis le match de la précédente journée sur le terrain du MC Oran, réclamant « dommage et intérêt », a-t-on appris auprès du club de Ligue 1 algérienne de football. Dans cette optique, la direction béjaouie a déjà fait appel à un huissier de justice pour constater l’absence aux entraînements du milieu de terrain, une absence que l’intéressé n’a pas justifiée malgré les tentatives des dirigeants d’entrer en contact avec lui, précise la même source. Meliani (28 ans) a rejoint cet été le vice-champion d’Algérie et le détenteur de la Coupe nationale, en provenance de l’ASO Chlef, reléguée en Ligue II algérienne. Il en est à sa troisième saison en Algérie, lui qui avait porté les couleurs de plusieurs petites formations en France où il est installé, à l’image du Red Star. Meliani a été aligné d’entrée lors des trois premières journées du championnat. Il était rentré chez lui en France à l’issue de la précédente journée, profitant de la trêve qu’observe la compétition nationale depuis le 29 août, mais il n’a plus réintégré les entraînements de son équipe.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6