Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : dimanche, 09 octobre 2016

Le comité bilatéral algéro-nigérien se réunit, aujourd’hui, à Tamanrasset, dans le cadre de sa sixième session ordinaire. Les travaux de cette session, devant s’étaler sur deux jours, se dérouleront sous forme de deux ateliers qui auront à traiter de questions bilatérales liées aux volets sécuritaire et de la circulation des biens et des personnes pour le premier, et au dialogue concernant la coopération dans les domaines socioéconomiques, culturel et scientifi que, pour le second, a-t-on précisé. La rencontre se déroulera en présence de responsables civils et militaires et des représentants de certaines directions exécutives, du côté algérien, ainsi que leurs homologues nigériens, dont les gouverneurs d’Agadez et Tahoua, le président du Conseil régional d’Agadez et des membres du corps diplomatique, en plus de responsables de secteurs d’activités dans les régions nigériennes limitrophes à l’Algérie, selon la même source. La cinquième session du comité bilatéral algéro-nigérien s’était tenue à Niamey (Niger) à la fi n du mois de juillet dernier, a rappelé la même source.

Publié dans Der

La Commission nationale d’observation du croissant lunaire a affi rmé, samedi, que la fête de l’Achoura, correspondant au dixième jour du mois de Moharem 1438, sera célébrée mercredi 12 octobre 2016, précisant que l’appréciation des institutions offi cielles pour fi xer Awal Moharem «est correcte et judicieuse du point de vue religieux et scientifi que». «Le 1er Moharem 1438 étant fi xé lundi 3 octobre 2016, Achoura sera célébrée mercredi 12 octobre 2016», a indiqué la Commission dans un communiqué transmis à l’APS. Elle rappelle qu’ «il est recommandé (pas obligatoire) de jeûner le jour de l’Achoura (10 Moharem), en l’associant aux journées du 9 ou du 11, selon la tradition du Prophète (QLSSSL)». A cet eff et, la Commission rassure les citoyens jaloux de leur religion que l’appréciation des institutions offi cielles «est correcte et judicieuse du point de vue religieux et scientifi que», précisant qu’«il ne s’agit aucunement d’un fait nouveau, mais d’une procédure habituelle». «L’Algérie ne s’est pas distinguée par cette appréciation, pourtant judicieuse, des autres pays du monde musulman, comme voudraient le faire croire certains», a-t-on ajouté, citant l’exemple de pays frères comme «le Maroc, la Libye, l’Irak, le Sultanat d’Oman, l’Indonésie, la Malaisie et le Nigeria». Cette affi rmation intervient suite à la polémique soulevée, notamment par l’association des Oulé- mas, au sujet de Awal Moharem 1438 qui avait suscité la préoccupation de certains citoyens, en dépit de la clarté du communiqué de ladite commission, émis en coordination avec les services du ministère des Aff aires religieuses et des Wakfs. «Le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag) ayant affi rmé dans son rapport l’impossibilité d’observer le croissant lunaire durant la journée du samedi 1 octobre 2016, correspondant au 29 du mois Dhou El Hidja 1437 dans le monde arabe et musulman», la commission avait annoncé, en coordination avec les services du ministère, que «Awal Moharem 1438 sera lundi 3 octobre 2016», a précisé la commission dans son communiqué. «Les commissions nationales d’observation du croissant lunaire installées à travers les wilayas avaient accompli leur mission samedi 1 octobre 2016, et soumis leurs rapports qui faisaient état de la non-observation du croissant lunaire du premier mois du calendrier musulman», conclut le document.

Publié dans Der

A l’exemple de pays entourant son aire géographique, l’Algérie est actuellement sujette à une invasion sectaire «étrangère à sa culture» mettant en danger son référent religieux, à l'eff et de la déstabiliser et la diviser sur une base rituelle, selon le ministre des Aff aires religieuses et des Wakfs, qui intervenait hier sur la Chaîne III de la Radio nationale. 

 

Publié dans Der

SYNTHÈSE KAHINA TERKI

Cheikh Ag Aoussa, un des principaux chefs militaires de l’ex-rébellion touareg, a été tué samedi dernier en début de soirée dans l’explosion de sa voiture à Kidal, au nord du Mali. Un élu de Kidal et une source militaire africaine, au sein de la Minusma, ont affi rmé à l’AFP que le chef des opérations militaires du Haut-Conseil de l’Unité de l’Azawad (HCUA) avait été tué dans l’explosion d’une mine au passage de sa voiture. Mais, hier, l’ex-rébellion à dominante touareg privilégiait la thèse d’un assassinat. Cheikh Ag Aoussa est sorti de la réunion, samedi, avec quatre autres dirigeants de la CMA, en compagnie desquels il a accompli la prière du crépuscule devant le camp, puis, ils sont tous sont repartis. L’explosion s’est produite peu après, à quelques centaines de mètres, selon un document interne de la CMA consulté par l’AFP. La réunion à laquelle Ag Aoussa avait assisté, parmi d’autres responsables militaires de la CMA, se tenait au camp de l’ONU, «tous les 15 jours, avec la force de la Minusma et Barkhane» sur la sécurité à Kidal, a précisé à l’AFP la porte-parole en chef de la Minusma, Radhia Achouri. L’explosion s’est produite vers 18H (locales et GMT) à environ 300 mètres du camp, a-telle indiqué, soulignant la diffi culté d’établir dans l’immédiat la nature de l’engin à l’origine de la défl agration sans l’avis d’experts. L’ex-rébellion a souligné, dimanche, que «comme d’habitude, les véhicules des représentants de la CMA étaient stationnés à l’intérieur du camp de la Minusma pendant toute la durée de la réunion». «Tous les constats ont écarté le passage sur une mine, la voiture était donc piégée et il s’agit bien d’un assassinat ciblé. Tout porte à croire que l’engin explosif a été placé sur le véhicule du défunt pendant la réunion et dans l’enceinte du camp», selon la CMA. Les conséquences sur le processus de la mort de Cheikh Ag Aoussa, considéré comme le «faucon» de la Coordination des mouvements de l’Azawad, sont diffi ciles à considérer dans l’immédiat, selon les observateurs, mais il est clair qu’elles ne vont pas apaiser un climat déjà tendu. Des combats meurtriers pour le contrôle de Kidal ont, en eff et, opposé en juillet, août et septembre la CMA au Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia, pro-gouvernemental). Ces hostilités entre groupes, pourtant tous signataires de l’accord de paix de mai-juin 2015, inquiètent la communauté internationale, qui a menacé à plusieurs reprises, ces dernières semaines, de «sanctions ciblées contre ceux qui entraveraient la mise en oeuvre de l’accord». Après la mort de Cheikh Ag Aoussa, la CMA a demandé «instamment à la Minusma et à (la force française) Barkhane de collaborer avec elle pour l’ouverture d’une enquête diligente sur les circonstances de cet assassinat odieux incontestablement prémédité», selon un communiqué publié dimanche. Touareg, de la tribu des Ifoghas, Cheikh Ag Aoussa était le numéro deux du HautConseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), formé en grande partie d’anciens membres du groupe djihadiste Ansar Dine, dirigé par une personnalité très infl uente parmi les Ifoghas, Iyad Ag Ghaly. Dans un enregistrement sonore, il y a un an, Iyad Ag Ghaly avait menacé les groupes signataires de l’accord de paix, les accusant de trahison. Au déclenchement de la rébellion de 2012, Cheikh Ag Aoussa était le bras droit du chef d’Ansar Dine. Mais juste après l’intervention française de janvier 2013, les routes des deux hommes s’étaient écartées et Ag Aoussa avait rejoint le Mouvement islamique de l’Azawad, qui deviendra, en mai 2013, le Haut-Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA).

Publié dans Der

31, 13, 27, 04, 23, 02. Ce ne sont pas des chiff res à dé- coder, mais les numéros d’immatriculation des voitures que nous avons croisés hier dès les premières heures aux alentours du stade Mustapha-Tchaker, qui abritait la rencontre Algé- rie-Cameroun comptant pour la première journée de la dernière phase des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. Les propriétaires des véhicules habillés aux couleurs de l’emblème national ne sont pas passés inaper- çus dans la ville des Roses, surtout qu’ils organisent des cortè- ges dans les artères principales. Les fans de l’équipe nationale ont provoqué une ambiance bien spéciale avant le match. Ces mordus de foot, fans des coéquipiers de Slimani et Mahrez, n’ont pas manqué d’habiller leurs voitures aux couleurs de l’emblème national, eux qui veulent exprimer leur soutien aux joueurs de l’équipe nationale et transmettre un message clair à tous les supporters de L’EN à travers tout le territoire national, pour les inciter à mettre la main dans la main pour aider les Verts à surmonter l’obstacle des Lions Indomptables. Du côté de l’avenue Benboulaïd, jouxtant le stade Tchaker, la fi èvre est montée d’un cran dès huit heures du matin, où l’on pouvait croiser des jeunes venus de tout horizon pour encourager leurs idoles. Bachir et ses trois amis sont venus de Mostaganem pour assister à la rencontre et ont passé la nuit dans leur voiture, juste pour être parmi les premiers à accéder à l’enceinte sportive. « Nous avons pris la route hier soir avant de passer la nuit dans la voiture, juste pour essayer d’accéder au stade tôt et ainsi avoir une place dans les tribunes » nous dira Bachir, 23 ans, avant d’ajouter : « Nous n’avons pas trouvé de tickets à notre arrivée au stade et nous avons dû acheter nos billets au marché noir à 7 fois leur prix. C’est dommage pour des matches de l’équipe nationale ». Il faut dire que les 22000 tickets mis en vente par la direction de l’OPOW Mustapha Tchaker de Blida ont été épuisés en quelques heures seulement, ce qui a provoqué « la colère » de nombreux supporters venus de l’intérieur du pays. Les fans des verts ont une nouvelle fois crée le buzz en accé- dant aux tribunes dix heures avant le début de la rencontre dans des conditions « pénibles » malgré les assurances et garanties de la direction de l’OPOW. A quand une organisation à l’européenne où l’ouverture des portes des stades ne s’eff ectue que quelques minutes seulement avant le coup d’envoie de la rencontre ?

Publié dans Sports

Le milieu de terrain off ensif Adam Ounas a fait son choix. Il jouera pour l’Algérie. Il a offi cialisé ce choix hier à Alger où il s’est réuni avec le président de la Fédération algérienne de football Mohamed Raouraoua au Centre technique national de Sidi Moussa. International français U20, Adam Ounas stoppera là sa carrière avec les équipes de France jeunes. Le jeune joueur âgé de 19 ans a décidé de poursuivre sa carrière internationale avec l’Algérie, le pays de ses parents et cette décision n’est pas une surprise, puisqu’au moment de la décision similaire du Lillois Yassine Benzia, le nom du Bordelais avait été évoqué comme le prochain binational à rallier la sélection algérienne. Ouanas qui est convoité par plusieurs clubs européens, a signé sa lettre d’engagement avant de rallier le stade Mustapha-Tchaker pour assister au match Algérie-Cameroun comptant pour la première journée de la dernière phase des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. Il est apte pour jouer avec les Verts et l’offi cialisation de sa qualifi cation sera rendue publique par la FIFA dans les jours qui viennent. Il sera avec les coéquipiers de Carl Medjani dès le prochain stage au mois de novembre prochain en vue du match face au Nigéria. Ouanas a profi té de la loi « Bahamas » qui stipule que les joueurs binationaux pourront choisir à tout âge quelle sélection nationale ils désirent intégrer à condition de n’avoir jamais défendu les couleurs d’une équipe A lors d’un match offi ciel. Auparavant, des footballeurs binationaux sélectionnés chez les Espoirs (moins de 21 ans) attendaient d’être appelés chez les « grands » de l’équipe A… sans avoir la certitude d’être sélectionnés un jour. Résultat, certains avaient dépassé l’âge limite imposé par la FIFA et ne pouvaient plus se rapprocher du 11 national de leur deuxième patrie. Ouanas rejoint les Mbolhi, Medjani, Feghouli, Brahimi, Ghoulam et autre Benaceur qui ont choisi l’équipe d’Algérie après avoir joué pour les sélections de jeunes en France.

Publié dans Sports

Pour un joker, c’en est un ! Avant le très attendu Algérie – Cameroun d’hier soir (20h30), les deux autres sélections du groupe « B », à savoir la Zambie et le Nigeria, se sont aff rontés au Levy Mwanawasa Stadium à Abuja (Zambie). Une confrontation qui a tourné en faveur des Nigérians vainqueurs sur le score de 2 buts à 1. C’est Alex Iwobi, neveu de Jay Jay Okocha, qui a ouvert le score peu après la demi-heure de jeu (32’). Suite à une longue touche d’Austin Obaroakpo, mal renvoyée par le défenseur zambien Christopher Munthali, le pensionnaire d’Arsenal a repris le ballon de volée au niveau du point de penalty pour tromper la vigilance de Kennedy Mweene. Les « Super Eagles » ont fait le break 10 minutes plus tard par l’intermédiaire d’un autre joueur évoluant en Premier League anglaise. Il s’agit de l’avant-centre de Manchester City, Kelechi Promise Iheanacho qui a conclu un superbe mouvement à trois. Le « Citizen », subtilement mis sur orbite d’un ballon dévié par son coéquipier Rabiu Ibrahim, est allé dribbler le portier adverse avant de glisser le ballon au fond des fi lets. Les Champions d’Afrique 2015 ont maîtrisé la partie. Notamment sur le plan technique grâce aux individualités que renferme l’eff ectif de Gernot Rohr. Un onze à la sauce british décidément trop piquante pour les « Chipolopos ». Ces derniers sont passés tous près de la correctionnelle après le retour des vestiaires (58’) lorsque John Obi Mikel, sociétaire de Chelsea FC, a fusillé Mweene des abords de la surface mais le gardien de la Zambie à détourner en corner. Les locaux ont réagi dans la foulée (59’) par Kalaba qui a échoué sur Carl Ikeme après un petit numéro en solo. La réduction du score pendait au nez des visiteurs et elle est survenue à 20 minutes de la fi n de la partie sur une erreur du défenseur Wilfred Ndidi. La bévue a profi té à Mbesuma qui a donné de l’espoir au public. Cependant, le Nigéria a tenu le score jusqu’au coup de siffl et fi nal. Les trois points en poche, Ahmed Musa et ses coéquipiers ne pouvaient pas espérer meilleurs débuts dans la poule de la mort qui regroupent trois mondialistes.

Publié dans Sports

Alors que le président du CR Bélouizdad, Reda Malek, réclame dans les diff érents plateaux de TV l’indemnité de formation et de solidarité du transfert de son ancien attaquant Islam Slimani, recruté cet été par Leicester City, voilà que la réponse du champion d’Angleterre est plus que surprenante.

Publié dans Sports

Mercedes a rejoint hier Ferrari, McLaren, Williams et Red Bull au rang des écuries titrées trois fois de suite chez les Constructeurs. De quoi s’off rir une place à part dans l’Histoire de la F1. La Scuderia n’a remporté que deux fois le titre Constructeurs (1961 et 1964) créé en 1958 avant de réaliser ce triplé au cœur des années 70. Cette séquence a été fondamentale pour Maranello car il elle a permis de contrebalancer les 6 titres Marques et 5 Pilotes de Lotus, jusque-là l’écurie phare du Mondial. Ces succès arrivent avec Niki Lauda, couronné en 1975 et 1977, et deuxième du Mondial en 1976 derrière James Hunt (McLaren). Autres artisans essentiels de cette gloire retrouvée : le jeune président Luca di Montezemolo et l’ingénieur Mauro Forghieri, revenu par la grande porte après une mise au placard.

MCLAREN : 1988-1991

Le V6 Honda arrivé à maturité chez Williams devient une bombe dans le châssis du génial ingénieur sud-africain, Gordon Murray, et l’arrivée d’Ayrton Senna permet à Woking d’avoir avec Alain Prost le meilleur duo de pilotes de tous les temps. 15 victoires et 15 pole positions en 16 courses dont 10 doublés inventent de nouveaux standards. Seul en turbo avec Ferrari en 1988, McLaren ne sens presque rien à la conversion de Honda à l’atmosphérique. Malgré une ambiance tendue entre pilotes, la suprématie se poursuit. Prost parti, Senna est en haut de l’affi che en 1990 et 1991 et Gerhard Berger fait le complément au Championnat du monde Constructeurs.

WILLIAMS : 1992-1994

Avec la puissance du V10 Renault, le jeune Adrian Newey crée une machine quasi imbattable en 1992 et 1993 qui réjouissent Nigel Mansell et Alain Prost. En 1994, Ayrton Senna, remplaçant du Français, se tue à Imola mais l’écurie ne s’écroule pas et dé- croche la couronne Constructeurs. Le duo Schumacher-Benetton cassera cette dynamique en 1995.

FERRARI : 1999-2004

Sous la direction de Jean Todt, la Scuderia est repartie d’une feuille blanche en 1996 avec Michael Schumacher et l’ingénieur Ross Brawn et le designer Rory Byrne. Le trio champion du monde importé de Benetton est récompensé en 1999 par un sacre chez les Marques. En 2000, la machine à gagner est lancée : Schumi off re le premier titre Pilotes à Ferrari depuis 1979 et cinq doublés aux championnats Pilotes et Constructeurs ornent le palmarès. En 2005, Alonso et Renault mettront un terme à cette série-record.

RED BULL : 2010-2013

Passé par McLaren, Adrian Newey a fait murir son projet au sein de la nouvelle écurie autrichienne, qui rafl e tout avec son jeune prodige, Sebastian Vettel. Avec un moteur Renault qui à défaut d’être le meilleur dans tous les compartiments techniques est le plus fi able et le plus complet.

MERCEDES : 2014-2016

Depuis McLaren avec Prost et Senna, Mercedes est la première équipe à créer une saga autour de deux pilotes numéro 1, Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Quatre ans après son retour comme constructeur à part entière, la marque allemande devient la reine de l’ère renaissante des moteurs turbo à récupération d’énergie. Lewis Hamilton est en 2014 le premier champion du monde à l’Etoile depuis Juan Manuel Fangio en 1954. Avec 16 victoires et 18 pole positions deux ans de suite, Mercedes garde le cap donné par son maître de la technique, Paddy Lowe. Daniel Ricciardo (Red Bull), troisième au classement mondial à 101 points de Nico Rosberg à quatre courses de la fi n de la saison, Mercedes est assuré d’un nouveau titre Pilotes.

Publié dans Sports

Plus de 200 athlètes issus de 29 Ligues de wilaya ont pris part à la Coupe de l’Ambassadeur de Corée du Sud de taekwondo, disputée vendredi et samedi à la salle Harcha (Alger). La compétition, qui s’est étalée sur deux journées, a vu les teams de la Ligue d’Alger truster les premières places. Que ce soit chez les messieurs ou les dames, en séniors ou jeunes catégories, les Algérois ont étaient les plus prompts et effi caces pour chiper l’or dans les diff érents classes.

Publié dans Sports
Page 1 sur 12