Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 19 février 2016

Il semblerait que le recours à des comportements de colère extrême est devenu le moyen ultime de certains jeunes du Sud pour se faire entendre et dénoncer l’injustice dont ils disent être victimes.

 

Quelques jours à peine après l’affaire des quatre jeunes demandeurs d’emploi qui ont cousu leurs lèvres et les images poignantes qui ont bouleversé l’opinion publique, voici qu’une double tentative de suicide est venue secouer à nouveau la rue et mettre la ville en émoi, ce jeudi matin.

Publié dans Der

Les avocats de l’ancien général Hocine Benhadid ont animé hier un point de presse sous la houlette de Maître Khaled Bourayou. Ce dernier, qui était accompagné de Mes Mecheri et Bouchachi, a confirmé l’intention de son client de poursuivre la grève de la faim qu’il a entamée depuis deux jours.
Il a également relevé que son état de santé s’est «détérioré» et qu’il craignait pour sa vie. Le point de presse qu’il a animé avec ses confrères, a-t-il expliqué, est pour «alerter» l’opinion publique sur la grave situation du général Hocine Benhadid. Il est en «danger de mort», selon ses avocats, qui se sont exprimés tour à tour en énumérant les «injustices qu’il subit depuis cinq mois», à la suite de son incarcération. «Cela fait deux jours maintenant que le général à la retraite Hocine Benhadid, en détention provisoire depuis cinq mois, a entamé une grève de la faim», a résumé l’avocat Khaled Bourayou, insistant sur le fait que «cette action de protestation extrême (grève de la faim, NDLR) est destinée à dénoncer l’injustice flagrante qu’il subit de la part du système judiciaire algérien».
M. Mustapha Bouchachi s’est appesanti sur le fait que «le général est âgé de plus de 70 ans et (qu’)il souffre de pathologies respiratoires et cardiaques. S’il a décidé d’arrêter de se nourrir et de prendre ses médicaments», cela aggrave davantage son état de santé. M. Bouchachi aexpliqué que «c’est une action menée pour protester contre le refus d’être transféré vers l’hôpital de Aïn Naâdja». «Il est de santé fragile, mais entend utiliser tous les moyens de protestation contre sa détention au vu qu’elle n’est nullement justifiée». «On veut qu’il soit traité comme un simple citoyen sans privilèges, mais sans abus non plus !», a plaidé à nouveau M. Bourayou. Pour M. Bachir Mechri, «la grève de la faim entamée par M. Benhadid, intervient après qu’il a épuisé toutes les voies de recours pour une prise en charge sérieuse de son état de santé», soulignant qu’il a le droit d’avoir des soins à l’hôpital de Aïn Naâdja et que son «affaire contredit le discours du ministre de la Justice relatif à la détention provisoire» et à la nécessité de ne pas en faire une règle au risque de violer la loi. L’avocat Mechri suivi de Mes Khaled Bourayou et Mustapha Bouchachi sont revenus également sur la «violation des procédures» lors de l’arrestation du général à la retraite incarcéré à la prison d’El Harrach. «Le général Benhadid a été arrêté en pleine autoroute, braqué et encerclé par plusieurs véhicules. Ils l’ont fait descendre de sa voiture avec violence, sachant son âge, 72 ans, et son état de santé qui le contraignent à se déplacer avec une canne», a précisé l’avocat Bourayou. 

Publié dans Der

Yennayer, le nouvel an berbère, suscite depuis quelques années un regain d’intérêt. Chaque année, le 12 janvier, les discussions fleurissent autour de son histoire et de ses significations. Ces discussions sont parfois même l’objet de polémiques, car beaucoup d’Algériens souhaitent qu’il soit reconnu comme journée fériée, face à des autorités qui ne semblent pas avoir pour l’instant entendu leur appel. La perspective cependant, à la faveur de la constitutionnalisation de tamazight, est que Yennayer soit inscrit au calendrier des fêtes nationales dans notre pays.
En attendant, le Haut-Commissariat à l’amazighité, dans le cadre de ses activités, multiplie les initiatives de débat sur le sujet. La nouvelle consistera, aujourd’hui samedi 20 janvier, en l’organisation d’une grande rencontre à Oran – où le nouvel an berbère est appelé Ennayer – avec le concours scientifique du Centre de recherche en anthropologie sociale (CRASC), le ministère de la Culture et l’Unesco, dont le représentant sera le secrétaire général de la commission algérienne pour l’éducation, Mourad Mahmoudi. La rencontre, à laquelle prendra part le wali Abdelghani Zaâlane, verra la participation d’un panel de chercheurs d’Oran, de Tlemcen, de Tizi-Ouzou et de Béjaïa intervenant dans le champ de l’anthropologie, de l’histoire et autres disciplines.
Selon le programme communiqué par le HCA, dix communications sont prévues. Parmi leurs auteurs, on retrouve le directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), Slimane Hachi, Farid Benramdane, professeur des universités, conseiller au ministère de l’Education nationale, Ghaouti Bessenouci de l’Université de Tlemcen, Malha Benbrahim qui parlera de « la territorialité de Yennayer : reflet d’un ancrage socioculturel et d’une construction identitaire », de Fouad Soufi qui interviendra « à propos de Yennayer et de quelques problèmes de l’usage de l’histoire », et d’autres noms de la recherche universitaire. L’objectif de la rencontre du CRASC, croit-on comprendre, est d’œuvrer au « classement » de Yennayer comme élément constitutif de notre patrimoine matériel et immatériel. C’est de baliser aussi le sujet par des contributions scientifiques dans le but d’aller sans doute vers l’inscription du nouvel an berbère au calendrier officiel. Selon le secrétaire général du HCA, El Hachemi Assad, la reconnaissance de Yennayer comme fête nationale « doit passer par la révision des textes juridiques » de 1963 régissant les fêtes nationales. Il estime que ces textes sont appelés à évoluer pour « s’adapter » à la réalité de l’Algérie d’aujourd’hui.

Publié dans Der

Seuls deux des cinq internationaux algériens dont les clubs étaient concernés par les 16es de finale de l’Europa League, joués jeudi soir, ont été retenus pour la circonstance. Il s’agit d’Islam Slimani (Sporting Lisbonne) et Yacine Brahimi (FC Porto). Quant à Sofiane Feghouli (FC Valence), Faouzi Ghoualm (SSC Naples) et Nabil Bentaleb (Tottenham Hotspurs), ils n’étaient même pas dans la liste des 18.

Dans le football, il y a des jours sans. Des passes difficiles qu’il faut savoir négocier. Un jour, on est dans les plans du coach. Un autre, il décide de nous mettre sur le banc ou nous tenir hors de ses plans. Parfois, c’est pour des raisons tactiques ou physiques. D’autres pour des causes « extra-sportives ». Certains saisissent leur chance, d’autres la laissent passer. Il y a ceux qui cèdent face à la concurrence et ceux qui jouent pour leur poids dans le onze et leur importance. Jeudi, sur les pelouses européennes, un seul Algérien a été incorporé d’entrée parmi les deux convoqués par leurs clubs respectifs pour la seconde compétition footballistique au Vieux Continent. Et c’était Yacine Brahimi. Une petite heure (58 minutes exactement) passée sur le Signal Iduna Park où le FC Porto a subi la loi de son hôte, le Borussia Dortmund (2/0). Contre une équipe allemande en forme qui a gagné 75% de ses matchs depuis le début de la saison 2015/2016, les Portugais n’ont rien pu faire. Comme ses coéquipiers, le numéro 8 était impuissant face à une défense adverse très compacte. Une défaite qui compromet sérieusement les chances de qualification au tour suivant même si les « Dragons » joueront devant leur public au retour le 25 février prochain.
Tout aussi infime et quasi inexistante sera la possibilité de composter le ticket en huitièmes pour l’autre représentant du Portugal : le Sporting d’Islam Slimani. Battus (0/1) à son tour par un autre team de la Bundesliga, le Bayer Levekusen, les Lisboètes devront cravacher dur lors de la seconde étape prévue en terre allemande jeudi prochain. Le but de l’international allemand, d’origine marocaine, Karim Bellarabi, inscrit à la 26e minute met les siens en ballottage très favorable. À ce moment, le Fennec Islam Slimani n’était pas sur la pelouse puisqu’il n’a été incorporé qu’après 62 minutes de jeu par son entraîneur Jorge Jesus qui a voulu ménager le meilleur buteur du club cette saison (22 réalisations, dont 18 en championnat). Un choix étonnant qui n’a pas été une franche réussite. L’avant-centre des « Lions » n’a rien eu à se mettre sous la dent pendant la demi-heure qu’il a passée sur le terrain. Il pourrait toutefois se racheter dans une semaine.
Refaire le retard, ça sera l’objectif de Faouzi Ghoulam et le SSC Naples lorsqu’ils recevront Villareal. Le club espagnol s’est imposé petitement contre son homologue italien. Le latéral gauche n’a pas été du voyage en terre ibérique, puisque son entraineur a décidé de le ménager.
Le FC Valence brille, Bentaleb s’éteint
Les formations de la « Liga » sont en forme. Illustration faite par le carton plein de la soirée avec un surprenant 4 sur 4 (en plus de Villareal, Valence et le FC Séville ainsi que l’Athletic Bilbao se sont tous imposé NDLR). Sans Sofiane Feghouli, dont Gary Neville a décidé de se passer parce qu’il n’a toujours pas prolongé, le FC Valence a étrillé les visiteurs du Rapid de Vienne 6 buts à 0. Soit le plus large succès dans l’histoire de la Ligue Europa. Un match dans lequel le jeune Santiago Mina Lorenzo (20 ans), auteur d’un doublé et de trois passes décisives au bout des 45 minutes seulement, s’est démarqué. Grâce à cette performance, l’Espagnol devient le premier joueur à être impliqué dans 5 buts dans un seul match dans la compétition inter-clubs naissante de la Coupe UEFA (ancienne appellation). Ainsi, les Valenciens enregistrent le second succès seulement depuis l’arrivée du driver anglais.
Sur le plan personnel, Feghouli devra rempiler au plus vite s’il veut retrouver le rectangle vert. Les intentions du coach et de la direction sont claires. C’est le placard qui attend notre milieu offensif s’il ne paraphe pas son contrat tout en revoyant ses exigences financières à la baisse. Sacré dilemme pour celui qui était l’un des joueurs les plus en vue avec les « chauves-souris » l’an dernier. En fin de contrat, l’ancien Grenoblois pourrait partir en transfert libre à l’issue de cet exercice.
En attendant, celui qui est courtisé par Manchester United selon la presse locale a un maigre temps de jeu et ça pourrait se répercuter sur sa forme, mais aussi pour ce qui est de l’équipe nationale. « Soso » évolue dans un poste où il y a beaucoup de concurrence de Mahrez à Brahimi en passant par Ryad Boudebouz. On a du mal à l’imaginer jouer la double confrontation face à l’Ethiopie (éliminatoires de la CAN 2017), prévue au mois de mars prochain.
En danger, c’est la posture dans laquelle se trouve l’autre « Guerrier du Sahara », Nabil Bentaleb en l’occurrence, dont le conte de fée anglais est en train de virer au cauchemar. Une blessure à la cheville qui a tout chamboulé et une doublure qui a profité de son éloignement des terrains pour taper dans l’œil du coach. Un bourreau qui a pour nom Delle Alli. Le prometteur anglais de 19 ans s’est définitivement imposé comme la solution numéro 1 pour Mauricio Pochettino à Tottenham. Une situation qui ne risque pas de s’améliorer de sitôt puisque le transfuge de Milton Keynes (D3 anglaise) est efficace et décisif avec les « Spurs ». De surcroit, il se dit que le Dz est en froid avec le technicien argentin à cause de sa participation à la double confrontation contre la Tanzanie en novembre dernier alors qu’il était tout juste remis de sa blessure.
Les résultats réalisés par la formation londonienne ne risquent pas de changer la donne. Le onze type réalise une saison remarquable avec une seconde place dans la Premier League à deux longueurs du leader Leicester City. Sur le plan continental, les coéquipiers d’Harry Kane sont bien partis pour atteindre la prochaine étape grâce au nul (1/1) ramené de Florence contre la Fiorentina avec une équipe remaniée. C’est pour dire que même dans une « formation bis », notre milieu de terrain ne se voit pas offrir l’opportunité de gonfler son temps de jeu estimé à… 236 minutes seulement. C’est tout simplement alarmant pour celui qui était le juste milieu.n

Publié dans Sports

La sélection olympique algérienne, qui a créé la surprise lors de la précédente Coupe d’Afrique des nations des moins de 23 ans en décrochant un billet pour les Jeux olympiques de 2016 au Brésil, a été décevante face à son homologue palestinienne, mercredi, en match amical qu’elle a perdu (1-0) au stade du 5-juillet à Alger, donnant l’impression de n’être pas encore descendue de son nuage. Au-delà du résultat de la rencontre, qui importe peu dans ce genre de rendez-vous, c’est surtout le rendement des coéquipiers de Zineddine Ferhat qui inquiète les fans algériens à quelques mois des Olympiades, estiment les observateurs. Face à une équipe qui n’a rien d’une foudre de guerre, les Algériens se sont pourtant montrés incapables de rééditer leur performance de la fin de l’année passée en terre sénégalaise. Certains joueurs se sont même permis le luxe d’évoluer avec une facilité incompréhensible au point de mettre en danger leur gardien de but à plusieurs reprises. Les défenseurs en particulier se sont illustrés par des mauvaises passes non sans irriter leur entraîneur qui n’a pas hésité à le faire remarquer en fin de match. « La défense a commis beaucoup d’erreurs, notamment en offrant pas mal de balles à l’adversaire, dont celle qui nous a coûté le but. Il reste encore des réglages à faire dans ce registre », a déclaré le technicien suisse, Pierre-André Shurmann, en conférence de presse d’après match. Un avis partagé par le technicien palestinien, Saïd Hadj Mansour, qui a entraîné plusieurs clubs algériens et qui était consultant de la Télévision nationale lors de ce match. « Les joueurs algériens, notamment en défense, ne donnent pas l’impression de prendre très au sérieux la rencontre, en témoigne cette facilité avec laquelle ils jouent au point de prendre le risque de dribler dans leur zone même », a-t-il commenté en constatant les erreurs défensives à répétition des jeunots des Verts.
Le coup de gueule de Shurmann
Outre cette fausse note que l’entraîneur national a lui-même reconnue, le fait que les milliers des supporters qui ont garni les gradins se sont rangés du côté de l’adversaire palestinien, a été également pour quelque chose dans la petite prestation des protégés de Shurmann à l’occasion de leur premier match amical en vue des Olympiades, selon Shurmann lui-même. « Le public a été contre nous et a soutenu la Palestine, j’aimerais bien jouer un match avec des supporters à nos côtés », a regretté le technicien helvétique qui n’est pas pour autant prêt à digérer rapidement cette contreperformance, en dépit du caractère amical de la partie, en avouant qu’il était « un mauvais perdant ». Pour autant, Shurmann va prendre tout son temps pour bien analyser cette première sortie de l’année 2016 de ses poulains. Il ne veut pas non plus se précipiter pour arrêter la liste des joueurs qui seront concernés par le rendez-vous de Rio De Janeiro en août prochain à l’occasion des JO desquels le football algérien est absent depuis l’édition de 1980 à Moscou. « Concernant l’équipe qui disputera les JO-2016 et la possibilité de la renforcer par des joueurs de plus de 23 ans, je peux seulement dire que je suis en discussions à ce sujet avec le président de la Fédération (algérienne de football, Mohamed Raouraoua) et (le directeur des équipes nationales) Walid Sadi », a-t-il dit.

Publié dans Sports

Le MO Béjaïa compte se donner à fond pour poursuivre la défense de son trophée en Coupe d’Algérie de football avec la réception à domicile du NA Hussein Dey, alors que le petit poucet de l’épreuve, le RA Aïn Defla, tentera de continuer son aventure face au Paradou AC, à l’occasion des 1/8es de finale. Deux autres affiches entre pensionnaires de Ligue 1 professionnelle seront au menu de ce tour : ES Sétif - RC Arbaâ et RC Relizane - MC Alger. Le MOB, battu samedi en match aller du tour préliminaire de la Ligue des champions d’Afrique par les Ghanéens de l’Ashanti Gold (1-0), aura à cœur de passer l’écueil du Nasria pour poursuivre son chemin en Dame Coupe. Le NAHD, sévèrement corrigé à Béchar par la JS Saoura (4-0) lors de la 20e journée du championnat, devra se méfier d’une formation béjaouie qui revient fort sous la conduite de son entraîneur Abdelkader Amrani. L’ES Sétif, qui souffre en championnat, recevra le RC Arbaâ avec l’objectif de se qualifier au prochain tour dans l’espoir de décrocher une neuvième couronne. Le RC Arbaâ, finaliste malheureux de la précédente édition et lanterne rouge de la Ligue 1, espère se refaire une santé à travers la Coupe d’Algérie, d’autant plus que les joueurs de Khaled Lounici ont désormais mis un pied et demi en Ligue 2. Le MC Alger, qui compte 7 trophées, effectuera un déplacement périlleux à Relizane pour affronter le RCR local, battu déjà dans son antre Tahar Zoughari par le Doyen (2-1) lors de la 2e journée du Championnat. Dirigé désormais par le technicien Lotfi Amrouche, confirmé à son poste après le limogeage de Meziane Ighil, le MCA est appelé à sortir le grand jeu face aux poulains de Mohamed Henkouche, lesquels restent sur une victoire à la maison face à la JS Kabylie (1-0). L’USM Bel Abbès (Ligue 2) jouera à domicile face au DRB Tadjenanet, véritable révélation de la Ligue 1. Les hommes de Benyelles, qui visent l’accession en Ligue 1, espèrent continuer leur chemin en Coupe, mais cela passera inéluctablement par un succès face au DRBT. Le Petit Poucet de l’épreuve, le RA Aïn Defla (régional 1/Ligue de Blida), va se mesurer au Paradou AC (Ligue 2) avec la ferme intention de créer la surprise.

Le programme :
Samedi 20 février 2016 :
ES Sétif-RC Arba (16h)
RC Relizane-MC Alger (15h)
USM Bel Abbès-DRBTadjenanet (15h)
ASB Maghnia-HB Chelghoum (15h)
Paradou AC-RA Ain Defla (15h)
MO Béjaia-NA Hussein Dey Samedi (16h)

Publié dans Sports

Le président de la Fédération algérienne de golf (FAG), Slim Otmani, a jeté un pavé dans la mare en appelant, jeudi à Alger, à la dissolution de l’instance qu’il préside en raison d’un «entourage malsain» qui ne cherche que des «avantages» sans la moindre implication dans la promotion de la discipline.

L’Assemblée générale ordinaire (AGO) de la FAG, prévue jeudi matin au siège du Comité olympique et sportif algérien (COA) n’a pas pu se tenir, le quorum n’ayant pas été atteint (9 membres présents sur les 19 que compte l’AG). « Compte tenu des tensions et de la violence prévalant au sein de la FAG ainsi qu’à l’absence d’infrastructures de base, je demande aux pouvoirs publics de dissoudre carrément cette Fédération qui n’a aucune raison d’exister. Je ne prédis pas un bel avenir pour le golf algérien », a déclaré Otmani. Des altercations verbales et physiques ont été enregistrées à l’entrée de la salle de conférences du siège du COA et il a fallu attendre 45 minutes pour remettre de l’ordre et ouvrir la séance en présence du représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Nadir Belayat. « Le secrétaire général et la trésorière ont été agressés verbalement et physiquement. Je suis un légaliste, mais on me demande des choses illégales que je ne peux jamais faire. Nous avons deux issues : écouter les connaisseurs pour une prise en charge sérieuse de la discipline ou fermer cette Fédération », a-t-il lâché.
Les contestataires veulent faire de la FAG une « agence de voyages »
Le président de la FAG a, d’autre part, évoqué l’« absence totale » d’infrastructures en Algérie, chose qui rend la mise en place d’un programme d’action complet impossible. « En me présentant aux élections de la FAG, mon principal objectif était de convaincre le ministère de construire des terrains de golf ou, au moins, nous affecter ceux existants et qui sont à l’origine les nôtres comme le terrain de Dely Ibrahim géré par l’Office du complexe olympique (OCO) Mohamed-Boudiaf », a fait savoir le patron de la FAG. Ce dernier a beaucoup insisté sur le terrain de l’OCO, « idéal » selon lui dans l’optique de découvrir de jeunes talents. Par ailleurs, le président de la FAG a indiqué qu’aucun technicien spécialisé en golf n’existait en Algérie et ceux qui se « prétendent golfeurs » n’ont aucune connaissance de la discipline. « Ils veulent seulement faire de la Fédération une agence de voyages», a-t-il accusé.
«Nous souhaitons attirer une attention particulière du ministère pour ramener des techniciens algériens de haut niveau qui ne se trouvent pas ici au pays, mais à l’étranger », a fait savoir Otmani. « Depuis 1980, la Fédération n’a recensé que 60 joueurs. Je peux même vous dire que la formation d’une équipe nationale est quasiment impossible, alors il est temps d’entendre la version des experts », a-t-il préconisé.

Publié dans Sports

Le match JSE Skikda - MC Oran prévu aujourd’hui à Skikda n’aura pas lieu. Et pour cause, il a été annulé après le forfait du MCO. C’est une véritable perte pour la petite balle algérienne qu’un club aussi prestigieux que le MC Oran soit amené à quitter la scène nationale en raison du manque de ressources financières…
Le MC Oran a décidé de déclarer forfait pour la 12e journée de championnat national de Division Excellence de handball et ne disputera pas, de ce fait, son match qui était prévu face à la JSE Skikda. Le match a été tout bonnement annulé par la Fédération algérienne de handball, ce qui fait que la JSES se voit accorder deux points qui lui permettent de remonter provisoirement à la 3e place du classement avec un total de 18 points, alors que MC Oran occupe la 13e place avec 5 points. C’est un événement regrettable pour le handball national quand on connaît la grandeur de ce club du MCO qui était connu pour être un club formateur, par le passé, de plusieurs stars de la petite balle algérienne. Quant aux raisons qui ont conduit à ce forfait et même si elles n’ont pas été dévoilées officiellement par les responsables du club oranais, il apparait clairement que cela est dû à une crise financière aiguë, étant donné que le club avait du mal à rassembler les moyens financiers pour ses nombreux déplacements pour jouer ses matchs de championnat et aussi pour la prise en charge de ses effectifs. Cela n’est pas nouveau dans le handball, mais aussi dans tous les autres sports collectifs - excepté le football - qui trouvent de grandes difficultés pour trouver les ressources financières nécessaires pour leur gestion. La situation se complique de jour en jour pour les clubs de ces disciplines et elle s’est encore compliquée plus depuis le fameux décret qui ne permettait pas aux entités amateurs d’accorder des indemnités à leurs staffs et joueurs, ce qui peut être considéré, simplement, comme une mise à mort de ces disciplines. Certes, le MSJ s’est ressaisi en gelant ce décret, mais il n’est pas totalement annulé. En plus, il est reproché à la tutelle de ne rien faire à l’adresse des clubs de ces disciplines qui n’ont rien pour continuer la pratique de leur sport favori. C’est un autre dossier qui est donc sur la table du président de la FAHB, Saïd Bouamra qui devra régler ce problème avant que le forfait ne devienne général pour ce grand club de la petite balle.

Publié dans Sports

Le cross de l’Armée nationale populaire (ANP), disputé jeudi à El Khroub (Constantine), a vu la participation de 500 athlètes militaires de différents grades, hommes et femmes. Cette compétition sportive, dont le coup d’envoi a été donné par le chef du bureau des opérations à la 5e RM sur un parcours aménagé dans l’enceinte de l’Unité de maintenance et de rénovation, a été courue sur une distance de 5 000 m. Placé sous le slogan « l’Amitié par le sport », ce cross s’est déroulé simultanément dans les autres régions miliaires de l’ANP, a précisé le chef du bureau des opérations. Dans une allocution d’ouverture prononcée au nom du général-major commandant la 5e RM, le même officier a mis en relief l’importance de telles compétitions sportives d’endurance pour l’évaluation des aptitudes physiques du militaire. La cérémonie de remise des médailles aux vainqueurs s’est déroulée en présence du chef du service régional des sports militaires de la 5e RM, d’officiers et cadres de l’ANP. Par ailleurs, un total de 984 coureurs ont participé au cross militaire de « l’amitié par le sport », organisé jeudi au niveau du complexe sportif de la 4e Région militaire (4-RM) à Ouargla. Représentant différents directions, services, cellules et unités de la garnison d’Ouargla, les participants, de diverses catégories d’âge et grades, ont pris part à cette course sur un parcours de 5 kilomètres. Le coup d’envoi de cette compétition a été donné, au nom du général-major commandant de la 4e RM, par le chef d’état-major de la 4e RM, le général Abdelwaheb Cheraïria, qui a souligné l’importance de ce type de rendez-vous sportifs qui permettent d’améliorer les aptitudes physiques et psychologiques des éléments de l’Armée nationale populaire.

Publié dans Sports

Les sélections algériennes de lutte juniors et seniors (garçons et filles) effectuent depuis hier, vendredi, un stage au Centre de regroupement des équipes nationales de Souidania (Alger), en prévision des prochaines échéances africaines et internationales. Le staff technique national, composé des entraîneurs Bendjada Maazouz (lutte gréco-romaine), Aoune Fayçal (lutte libre), le Bulgare Andon Sheytanov et le Turc Gullu Erdogan, a convoqué 36 athlètes, dont 6 filles, pour ce stage qui se poursuivra jusqu’au 2 mars. Ce regroupement entre dans le cadre de l’application du programme arrêté par la direction des équipes nationales (DEN) pour la saison 2015-2016 ainsi que de la préparation des prochaines échéances qui attendent les lutteurs algériens. Il sera axé sur la préparation physique générale des lutteurs qui seront appelés à donner le meilleur d’eux-mêmes pour qu’ils soient sélectionnés en équipes nationales en vue des prochains rendez-vous, selon la FALA. La préparation des équipes nationales algériennes bat son plein en prévision du tournoi international du tournoi «Afrique-Océanie», prévu du 1 au 3 avril à la Coupole du Complexe olympique Mohamed Boudiaf (Alger), qualificatif aux JO-2016.

Publié dans Sports
Page 1 sur 6