Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 02 février 2016

Le réseau routier de la capitale Alger n’est pas adapté au nombre de véhicules. Des bouchons monstres se forment chaque jour aux heures de pointe. La Direction des travaux publics a dégagé une enveloppe de près de 85 milliards de dinars pour 2015-2016 afin de décongestionner les routes de la capitale.

 

Le directeur des travaux publics de la wilaya, Mohamed Abdennour Rabhi, a déclaré qu’il s’agit de la mise en œuvre du programme de parachèvement du réseau structurant visant l’installation d’un réseau maillé, formé de radiales et de pénétrantes couvrant tout le territoire de la capitale.
Le programme routier de la capitale s’articule autour de deux principaux volets, le développement des infrastructures de base par la mise en œuvre et la réalisation de projets neufs visant l’augmentation de la capacité du réseau et la maintenance ainsi que l’entretien des infrastructures.
Pour le premier volet, il s’agit essentiellement du dédoublement des chemins de wilaya (CW) de la zone est qui forment des pénétrantes nord-sud desservant la zone côtière est de la capitale, dont trois CW des communes de Bordj El Kifan, d’El Hamiz, de Heraoua, d’Aïn Taya et de Khemis El Khechna, cumulant un linéaire de 25 km, ainsi que la pénétrante de l’aéroport liant la rocade sud à la deuxième rocade en périphérie est de la commune des Eucalyptus d’un linéaire de 9 km, d’un montant de 3,5 milliards de dinars.
Un autre projet a été relancé suite à l’opération de relogement des habitants du bidonville de Haï Remli. Il s’agit du parachèvement de la radiale de Oued Ouchaiah par la réalisation d’un viaduc avec l’ensemble de ses raccordements routiers, d’un montant de 6 milliards de dinars, avec un linéaire global de 4,5 km. «Ce projet devra constituer une véritable solution à la décongestion de la circulation au niveau du centre d’Alger (Port d’Alger) et de Gué de Constantine», a assuré M. Rabhi à l’APS.
La wilaya d’Alger bénéficie aussi du projet du parachèvement de la pénétrante des Annassers qui sera un segment supplémentaire en plein centre urbain de la capitale entre Kouba et Birkhadem, zone connaissant une congestion accrue en raison de la forte urbanisation. Cette infrastructure permettra de relier la rocade sud au niveau de Aïn Naâdja à la RN 1, au sud de Birkhadem.
La réalisation de la liaison de la rocade sud (à hauteur de l’Oued Mazafran à la RN 1) à Tessala El Merdja par le dédoublement des CW 212 et de la RN 67 sur 19 km «constituera une véritable pénétrante nord-sud à l’ouest de la capitale», avance-t-il.
L’autre projet est celui de la pénétrante du stade 5-Juillet dont les études sont achevées, s’étendant sur un linéaire de 10 km. Cette voie autoroutière, qui contournera les villes d’El Achour et de Draria, permettra la liaison du centre d’Alger (Bab El Oued) à la deuxième rocade au niveau de Khraissia, en passant par Frais Vallon. A ce programme consacré au parachèvement du réseau principal se joignent «des projets de proximité non moins importants dont bon nombre sont financés sur le budget de wilaya», poursuit-il.
A ces actions s’ajoute un programme de 10 autres projets en cours d’étude pour une enveloppe globale de plus de 5 milliards dinars pour accompagner les nouveaux pôles d’habitat de la capitale.  

Publié dans Der

La lutte antiterroriste se poursuit. Un terroriste a été abattu le 1er février au cours d’une embuscade tendue par des éléments de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la région de Souk El Khemis, dans la wilaya de Bouira, a indiqué hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. Le sanguinaire a été mis hors d’état de nuire dans la localité de Kaf Lahcen, surplombant la commune de Souk El Khemis. L’opération réussie des éléments de l’armée a permis la récupération sur le corps de terroriste abattu, qui serait âgé de 42 ans et originaire du village Ben Haroun, dans la commune de Djebahia, un pistolet mitrailleur de type kalachnikov et une quantité de munitions, suite à une opération de fouille et de recherche menée aux environs de la localité de Kaf Lahcen, commune de Souk El Khemis, au nord de la wilaya de Bouira. Il faut préciser que depuis le début de l’année, l’armée mobilisée dans des opérations de ratissage a récupéré pas moins de 15 kg de produits explosifs et la destruction de plusieurs bombes et de canons de confection artisanale. La semaine passée, un homme âgé d’une quarantaine d’années a trouvé la mort suite à l’explosion d’une bombe de fabrication artisanale près de la localité de Sellala, relevant de la commune de Kadiria, à une vingtaine de
kilomètres au nord du chef-lieu de la wilaya de Bouira. L’engin explosif, qui était enfoui sous une piste agricole, avait mortellement tué sur le coup la victime, qui était de retour de son champ d’oliviers. Par ailleurs, dans la wilaya d’Aïn Defla, ce sont les éléments de la gendarmerie qui ont appréhendé un terroriste, tandis qu’un détachement relevant du secteur opérationnel de Tizi-Ouzou a récupéré un pistolet mitrailleur de type kalachnikov et une quantité de munitions, a souligné hier un communiqué du ministère de la Défense nationale. Il importe de rappeler que les unités de l’armée nationale avaient réussi la fin du mois de janvier à neutraliser 4 terroristes impliqués dans la sanglante attaque de l’Aïd El Fitr, le 17 juillet 2015, et qui avait coûté la vie à 11 jeunes militaires. Les terroristes abattus ont été éliminés à Oued Djemaâ. Le ministère de la Défense nationale avait confirmé que le groupe armé éliminé appartient au même groupe sanguinaire qui a commis le lâche attentat terroriste contre les militaires, le premier jour de l’Aïd El Fitr, le 17 juillet 2015.
Sur un autre volet, le ministère de la Défense nationale a souligné au sujet des informations portant sur la disparition de quatorze personnes au large d’Esseklab, dans la commune d’Oum Teboul, dans la wilaya d’El Tarf, qu’une opération de recherche et de sauvetage déclenchée par les unités des gardes-côtes a permis de sauver et d’évacuer trois personnes et de récupérer la dépouille d’une autre. L’opération est toujours en cours. D’autre part et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et le crime organisé, un détachement combiné relevant du secteur opérationnel de Mascara a arrêté quatre narcotrafiquants et saisi 845 kilogrammes de kif traité, un camion et un véhicule touristique. De même, des éléments de la gendarmerie ont arrêté, à Relizane, deux narcotrafiquants à bord d’un véhicule touristique chargé de 65,9 kilogrammes de kif traité. Et à Tlemcen, des éléments des gardes-frontières ont intercepté huit immigrants clandestins et saisi une quantité de carburant destiné à la contrebande s’élevant à 4 700 litres. Tout comme dans la wilaya de Tizi Ouzou, où des éléments des gardes-côtes ont intercepté, à Azzefoun, un narcotrafiquant à bord d’un plaisancier chargé de 30,7 kilogrammes de kif traité. De même à Alger, où 29,860 kilogrammes de kif traité ont été saisis. 

Publié dans Der

Dans la soirée de lundi, vers 22h, les étudiants de la résidence universitaire Hasnaoua, de l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou, ont organisé une marche de protestation. D’autres étudiants venus d’autres résidences universitaires ont rejoint la marche et se sont donné rendez-vous à la place de l’Hôtel de ville.
L’action, qui a pu regrouper plusieurs dizaines d’étudiants, fait suite à l’interpellation de deux étudiants à Boukhalfa et qui faisaient partie de la marche entamée par les étudiants résidant à Boukhalfa, mais empêchée par la police. Les protestataires envisageaient de rallier la résidence du wali pour protester contre l’insécurité que font régner des éléments extérieurs à l’université. Par ailleurs, et dans la soirée du 31 janvier, les étudiantes du site résidentiel de Bastos ont initié un rassemblement de protestation devant le portail de la cité universitaire pour protester contre l’insécurité et la violation de la franchise universitaire.
L’action fait suite à l’agression d’une étudiante dans l’enceinte de la cité universitaire Hasnaoua II (Bastos). Selon divers témoignages, l’affaire remonte à la semaine passée. Un individu étranger à l’université a fait irruption dans l’enceinte de la cité et aurait agressé physiquement une étudiante. L’affaire est allée en justice et le procureur n’a pas accepté le dépôt de plainte contre les agresseurs.
Le comité qui a initié les actions de revendication a essayé d’organiser un rassemblement devant le commissariat près de l’université. Une action qui n’est pas allée à son terme puisque les agents de sécurité n’ont pas accepté d’ouvrir le portail principal.

Publié dans Der

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) s’est alarmé hier de la forte proportion d’enfants migrants passant par la mer de Turquie en Grèce. « Les enfants constituent aujourd’hui 36% de ceux qui tentent la traversée dangereuse entre la Turquie et la Grèce », a indiqué l’Unicef. Au passage de la frontière entre la Grèce et Gevgelilja, en Macédoine, « les enfants et les femmes constituent désormais environ 60% » du total, dépassant pour la première fois la proportion d’hommes, a indiqué à la presse Sarah Crowe, la porte-parole de l’Unicef. En juin dernier, 73% des migrants étaient des hommes à ce passage, et seulement 10% avaient moins de 18 ans. Les représentants de l’Unicef soulignent que les enfants sont plus vulnérables dans les conditions difficiles du passage maritime. Selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 60 des 272 migrants qui ont péri en mer entre la Turquie et la Grèce en janvier étaient des enfants. Un grand nombre de mineurs sont par ailleurs arrivés en Europe non accompagnés. L’agence de coordination policière européenne Europol a estimé dimanche que plus de 10 000 enfants migrants non accompagnés avaient disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois, suscitant la crainte que nombre d’entre eux soient exploités, notamment sexuellement, par le crime organisé. Environ 62 200 migrants et réfugiés, pour la plupart en provenance de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak, sont entrés en Europe par la Grèce en janvier, selon l’OIM. Environ 20.000 d’entre eux étaient des mineurs non accompagnés, selon la même source.

Publié dans Der

Parfois, se doper est un choix naissant de la négligence. D’autres, il est carrément dû à l’ignorance. Si Youcef Belaïli, désormais ex-joueur de l’USM Alger, avait consciemment fait un trait sur sa carrière, Kheireddine Merzougui l’a compromise dans un moment de «faiblesse».

Une vitamine (prohibée) qui lui a coûté son boulot et privé sa jeune carrière de décoller. Une séance de musculation en solo et un conseil d’un ami qui lui a proposé une molécule (Methylhexaneamine) ennemie pour les sportifs. Conséquence, l’attaquant du MC Alger a été déclaré positif à un produit dopant relevé dans la prise de sang effectuée après le derby face à l’USM Alger. Il ne foulera pas les pelouses dans les quatre années à venir. L’hécatombe de l’amateurisme se poursuit. « Informe-toi sur le dopage. Consulte le médecin de ton équipe ou des bases de données spécialisées telles que DRO Global (www.globaldro.com) pour savoir comment t’assurer une longue et saine carrière. Vérifie toujours par deux fois ton ordonnance médicale. Même si les médicaments te sont prescrits par ton médecin, c’est au final toi qui es responsable de ce que tu prends. Les médecins ne connaissent pas tous le règlement antidopage de la Fifa ou le code mondial antidopage », c’est la seconde règle de la campagne initiée pas la Fifa en novembre dernier afin de lutter contre le dangereux fléau qu’est le dopage. Un véritable impair dans un des rares sports où la tricherie volontaire n’est heureusement pas récurrente. Il s’agit d’une liste de 11 messages simples sélectionnés par des experts dans la gestion de la lutte contre le dopage, en collaboration avec l’Agence mondiale antidopage (AMA). Les onze « devises » ne sont autres que des conseils de base, mais ô combien importants, tels que vérifier la liste des substances interdites, éviter les drogues récréatives, être vigilant avec les compléments alimentaires et demander des autorisations d’usage à des fins thérapeutiques (AUT). L’instance suprême de la balle ronde universelle avait recommandé à toutes ses associations membres de distribuer ces affiches à leurs clubs et aux sélections à tous les échelons. Elle a aussi demandé à ce qu’elles soient imprimées et exposées dans les infrastructures de football, pour qu’elles soient visibles aux jeunes joueurs. S’informer, c’est ce que Kheireddine Merzougui n’a pas fait, ne sachant pas que sa prise de pilule serait lourde d’extensions. Une grave bévue commise par un joueur bénéficiant d’un statut de professionnel duquel nombreux de nos footballeurs sont affublés. Il ne s’agit pas d’avoir les épaules larges ou une grande carrure pour le porter. C’est plus une question de mentalité et de lucidité face à la tentation où les propositions de consommation qu’on peut avoir quotidiennement. Du verre de jus dans la soirée entre amis, aux vitamines, en passant par ses néfastes compléments alimentaires qui sont vendus un peu partout, la prudence et la méfiance sont de mise. Aujourd’hui, le « mauvais sang » circule plus que jamais dans notre football National. Même s’ils se comptent sur les doigts d’une main (quatre cas depuis le début de la saison), les «tricheurs » sont démasqués au fur et à mesure que les contrôles et la vigilance de la Ligue de football professionnel (LFP) augmentent. Au moment où la lutte contre le dopage s’accentue, les footballeurs doivent faire très attention en tâchant d’avoir l’hygiène de vie recommandée pour un joueur pro.
Seul face à ses responsabilités
En agissant seul, le natif d’Aïn Defla ne trouvera que la solitude pour affronter sa suspension qui vient lui briser ses rêves, alors qu’il a atterri dans un des plus prestigieux sigles en Algérie à l’intersaison. Il faut savoir que le joueur est coupable d’avoir consommé de la Methylhexanamine, un stimulant spécifié interdit en compétition (section S6.b de la liste des interdits). Cette substance entre dans la composition de certains décongestionnants nasaux et dans celle de certains compléments alimentaires permettant de réguler le poids. Or, Merzougui ne pouvait pas connaître ces vitamines sans l’avis de quelqu’un de son entourage en club. Le médecin du Doyen était le mieux indiqué, puisqu’il connaît ce genre de substance. Cependant, le joueur de 23 ans n’a pas sollicité le staff médical du Mouloudia avant de passer à l’acte. « J’étais vraiment déçu lorsque j’ai vu mon nom apparaître dans la presse. Je vous dis d’emblée que je ne suis concerné ni de près ni de loin dans cette affaire. Merzougui est un gentil garçon, j’aurais aimé l’aider, mais croyez-moi, à aucun moment il est venu me voir pour lui donner mon avis. Je suis un homme qui ne fuit pas ses responsabilités, si j’étais à l’origine de tout ça, j’aurais démissionné de facto », s’est consterné le docteur Abdelouahab, lundi, selon les propos recueillis par le quotidien Liberté, lorsqu’il a été auditionné par le conseil de discipline de la LFP.
Un dédouanement qui laisse penser que nos footballeurs voient en le médecin de l’équipe un soigneur de bobos. Sans plus. C’est dire que le mal est profond et les mentalités cantonnées à réclamer les primes de matches et les rétributions des fins de mois. Oubliant que le jeu à onze est, certes, un loisir, mais dans ce cas, un métier avant tout, avec des engagements à respecter. Une image personnelle et de l’équipe à préserver. Et Merzougui, qui a déposé un recours hier au siège de la Fédération algérienne de football (FAF) à Dély Ibrahim, a failli à assumer son rôle et ne pourra s’en prendre qu’à sa propre personne.

Publié dans Sports

Le président du Paradou AC (Ligue 2 Mobilis) Kheireddine Zetchi a écopé d’une suspension de six mois dont trois avec sursis, a annoncé mardi la Ligue de football professionnel (LFP) sur son site officiel. Cette sanction du président du PAC fait suite aux « déclarations qui lui ont été attribuées par les médias », souligne la même source. Outre cette sanction, Zetchi devra s’acquitter d’une amende de 200 000 dinars. Au terme de la 18éme journée, le PAC qui reste sur une victoire en déplacement face à la JSM Béjaïa (2-1), pointe à la 4éme place au classement avec 28 points.

Publié dans Sports

La JSM Béjaïa (Ligue 2) a écopé d’un match à huis clos pour « jets de projectiles ayant entraîné l’arrêt momentané de la rencontre » contre le Paradou AC (1-2), vendredi dans le cadre de la 18e journée du championnat, a annoncé lundi soir la Ligue de football professionnel (LFP) sur son site. Outre cette sanction, le club de la Soummam devra s’acquitter d’une amende de l’ordre de 200 000 dinars. L’entraîneur de la JS Kabylie (Ligue 1), le Français Dominique Bijotat, a été suspendu un match pour « contestation de décision », en plus d’une amende de 30 000 dinars. Le milieu offensif de l’ES Sétif, Zakaria Haddouche, a été suspendu, lui, pour quatre matches, dont deux avec sursis, pour « comportement antisportif envers officiels », en plus d’une amende de 40 000 dinars. Le gardien de but de l’ES Sétif, Sofiane Khedaïria, et l’attaquant du RC Arba, l’Ivoirien Guessan Ghislain, ont écopé, chacun, de deux matches de suspension. La même sentence a été infligée au milieu de terrain de la JSM Skikda (Ligue 2), Billel Naïli.

Confiance renouvelée pour Hammouche
La direction de la JSM Béjaïa (Ligue 2 professionnelle de football) a renouvelé sa confiance à l’entraîneur de l’équipe, Saïd Hammouche, trois jours après la défaite concédée à domicile face au Paradou AC (1-2), dans le cadre de la 18e journée du championnat, a annoncé lundi le club sur son site officiel. « Suite à la défaite concédée vendredi dernier, les dirigeants se sont rassemblés en compagnie des joueurs et des membres du staff technique, et cela, afin de s’arrêter sur les choses qui n’ont pas marché lors des dernières rencontres, où l’équipe a enregistré des résultats décevants », écrit la formation de la Soummam dans un communiqué.

Publié dans Sports

La sélection algérienne de football A’, composée de joueurs locaux, a entamé lundi un stage de trois jours au centre technique national de Sidi Moussa (est d’Alger) en présence de 24 éléments. Pour des raisons de blessures, le staff technique dirigé par le sélectionneur Christian Gourcuff a remplacé Amir Karaoui (MC Alger), Sayah Saïd (JS Saoura) et Abdenour Belkhir (JS Saoura) par Faouzi Yaya (MO Béjaïa), Okacha Hamzaoui (MO Béjaïa) et Taoufik Zerara (ES Sétif). L’USM Alger est le club le plus représenté dans cette liste, avec la présence de quatre joueurs : Hocine Benayada, Nacereddine Khoualed, Brahim Boudebouda et le milieu de terrain Hamza Koudri. La sélection des joueurs locaux ne s’est plus regroupée depuis la fin de la saison dernière. Elle n’avait pas participé aux éliminatoires du championnat d’Afrique des locaux (Chan-2016) dont la phase finale se déroule actuellement au Rwanda, en raison d’une suspension que lui a infligée la confédération africaine (CAF). Une sanction causée par le forfait des Verts face à la Libye dans les qualifications du Chan-2014. Outre son désir de renforcer l’équipe nationale première par des joueurs du cru, Gourcuff entame pour la circonstance la préparation des éliminatoires du Chan-2018.

Publié dans Sports

L’ancien international algérien, Karim Ziani, sans club depuis la résiliation de son contrat avec Al Fujaïrah (Emirats arabes unis), s’est engagé jusqu’à la fin de la saison avec le FC Petrolul Ploiesti, a annoncé le club de première division roumaine de football sur son site officiel. Ziani (33 ans) a failli s’engager l’été dernier avec le MC Oran (Ligue 1 algérienne), mais il avait buté sur le refus de l’ancien entraîneur des Hamraoua, le Français Jean-Michel Cavalli. Le milieu offensif avait eu une aventure au Qatar puis aux Emirats entre 2011 et 2015. Au cours de cette période, il a porté les couleurs d’Al Jaïsh, d’Al Arabi, d’Ajman et d’Al Fujaïrah.

Publié dans Sports

Chaque pongiste devra effectuer un parcours du combattant en disputant onze matchs avant d’être déclaré champion d’Algérie, et ce, dans toutes les catégories.

 

La Fédération algérienne de tennis de table (FATT) organise, les 5 et 6 février à la salle omnisports de Hadjout (Tipasa), le Tour final des Opens fédéraux, jeunes et toutes catégories, qui regroupera les meilleurs pongistes (garçons et filles), a-t-on appris de l’instance fédérale. La compétition regroupera les douze meilleurs athlètes, des catégories (-10 ans, -12 ans, -18 ans et +18 ans et toutes catégories) dans les deux sexes, qualifiés lors des deux précédents Opens, organisés à Alger (octobre) et Bougaâ à Sétif (décembre). « Au cours de ce tournoi, chaque pongiste disputera onze matchs durant lesquels il affrontera tous ses adversaires de la catégorie. Et à l’issue de ces onze matchs, le vainqueur sera déclaré champion d’Algérie de sa catégorie », a expliqué la même source. D’après la direction technique nationale (DTN), le choix de cette période a été dicté par le fait que cette compétition constitue un moyen d’évaluation des athlètes des équipes nationales jeunes en vue du championnat d’Afrique prévu début avril prochain. Sur les clubs et associations annoncés pour prendre part à la compétition figure celui du Chabab Riadi Alger Plage (Bordj El Bahri) avec pas moins de six pongistes. Il s’agit d’Iliès Imadeddine Khenniche et Nassim Oustani (-10 ans), Amdjed Oustani et Si Ahmed Chérief (-12 ans), Zahreddine Amrane (-18 ans) et Imed Oustani (+18 ans). « C’est une fierté pour notre petit club de présenter autant de pongistes dans une aussi importante compétition. Le CRAP aura la plus grande représentation au Tour final des Opens fédéraux. C’est le fruit d’une continuité dans le travail à la base que nous prônons depuis la création de cette section de tennis de table et consacrée surtout aux jeunes catégories. C’est très encourageant pour nous en tant que responsables et pour les pongistes », a indiqué le président du club sportif amateur du CRAP, Hakim Belahcène.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7