Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 26 février 2016

Plus de 170 000 nouveaux stagiaires rejoindront, demain dimanche, les établissements de formation professionnelle session février 2016, a annoncé, jeudi, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki.

Pour cette rentrée, le ministère a annoncé l’ouverture de nouvelles filières afin de répondre aux besoins des secteurs considérés comme stratégiques et prioritaires en matière de main-d’œuvre qualifiée, dont l’agriculture, l’agroalimentaire, l’industrie, les énergies renouvelables, le bâtiment et les travaux publics, l’environnement, l’eau, l’hôtellerie, le tourisme, la mécanique et le machinisme, en plus des 282 spécialités couvrant 22 branches professionnelles introduites dans la nomenclature des spécialités de la formation professionnelle qui seront sanctionnées par un diplôme de formation et plus de 112 spécialités portant sur les formations qualificatives primaires à court terme sanctionnées par un diplôme de qualification, a précisé le ministre.
Pour la réussite de ce rendez-vous, le département de la formation professionnelle estime que tous les moyens ont été mis en œuvre afin de garantir les meilleures conditions de formation et d’apprentissage des stagiaires. A cet effet, le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels a mobilisé plus de « 1 230 établissements de formation auxquels dix nouvelles structures ont été ajoutées, outre 25 000 formateurs, pour garantir les meilleures conditions aux nouveaux inscrits dans le système de la formation professionnelle », a indiqué M. Mebarki.
Cependant, le grand problème qui se pose au secteur de la formation professionnelle, c’est au niveau de l’insertion des stagiaires sur le marché économique. Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels insiste sur l’adoption et l’application du « système dual », qui consiste à contraindre les entreprises économiques à accueillir les stagiaires dans les centres de formation, et ce, avec l’adoption des mesures juridiques garantissant le droit des stagiaires à l’apprentissage.
Seule mesure qui permettra de « valoriser la formation professionnelle et prendre en charge les droits des bénéficiaires ». Pour cela, le département de M. Mebarki a donné, depuis 2013, des instructions aux directeurs des centres de formation à travers toutes les wilayas du pays pour assurer l’orientation des diplômés et des stagiaires du secteur vers les entreprises économiques au niveau local en fonction de la qualification dans les différentes spécialités et également l’organisation de manifestations dans la perspective de faire connaître les différentes étapes de la mise en place du système national de formation et d’enseignement professionnels, et le développement de la notion d’entrepreneuriat pour le renforcement des mécanismes d’emploi à travers le soutien des systèmes de formation et l’accompagnement des jeunes entrepreneurs, et ce, avec la facilitation d’accès à la formation au niveau des établissements publics, qui reste actuellement le plus important récepteur des stagiaires du secteur de la formation professionnelle pour se former et acquérir une mise à niveau et une qualification. Aujourd’hui, il est question d’adopter la formation professionnelle aux nouvelles exigences du marché économique national afin de permettre à la fois une meilleure intégration des stagiaires et de répondre aux besoins du secteur économique en matière de main-d’œuvre qualifiée. 

Publié dans Der

Le dossier des prisonniers algériens détenus en Irak a fait partie des discussions qui se sont déroulées entre le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et son homologue irakien, Ibrahim Al Ashaiqer Al Jaafari, qui était mercredi et jeudi derniers en déplacement en Algérie.
« M. Lamamra a soulevé cette question lors de nos entretiens. Nous comprenons et partageons son souci de l’intégrité de ses concitoyens », a en effet assuré le ministre irakien au terme de ses entretiens avec Ramtane Lamamra. « Je solliciterai personnellement le ministre irakien de la Justice et vous n’êtes pas sans savoir que cette question n’est pas du ressort du ministère des Affaires étrangères », a-t-il également ajouté.
La question des détenus algériens en Irak fait partie des thèmes fétiches de l’opinion publique, et un collectif, la Coordination des familles de détenus algériens en Irak (CNSD), leur est dédié. Ce collectif a même menacé d’entrer en sit-in ouvert à compter du lundi 18 avril devant le siège de l’ambassade d’Irak à Alger. Pour la précision, cette date correspond à la date de création de la coordination, le 18 avril 2015. En effet, les familles des détenus comptent sur la LADDH, qui les a pris sous son aile, et rappellent, à coups de communiqués, que le gouvernement algérien a déjà eu à faire en 2003 une demande d’amnistie pour nos ressortissants du temps de Mourad Medelci, alors ministre des Affaires étrangères. La coordination a fait état que quelques-uns des détenus, assure-t-elle, sont sous le coup d’une exécution imminente. Cependant, et en l’absence d’une communication des services du ministère des Affaires étrangères sur la question, les seules informations disponibles sont celles de la Coordination des familles de détenus algériens en Irak. Avec les aléas que l’on sait, à savoir que cette coordination considère avoir eu son lot de promesses. Le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim Al Ashaiqer Al Jaafari, était en visite les mercredi et jeudi 24 et 25 février à Alger, à l’invitation de Ramtane Lamamra. Plusieurs questions d’intérêt commun ont été abordées, dont celles ayant trait à la coopération bilatérale et aux moyens de l’élargir davantage aux domaines économique, sécuritaire, culturel, touristique et à l’investissement. Selon les propres termes du ministre irakien, l’Algérie et l’Irak ambitionnent d’élargir les relations qui unissent les deux pays. La question de la baisse des prix du pétrole a eu elle aussi droit au chapitre, puisque les deux ministres se sont accordés sur la nécessité de « plafonner et de rationaliser la production ». Enfin, il a été décidé « de réactiver l’ambassade algérienne à Bagdad et de préparer la tenue de la commission mixte ». Le règlement du dossier des détenus et leur rapatriement serait un bon test pour revigorer les relations entre les deux pays. 

Publié dans Der

Un important dispositif sécuritaire, constitué des éléments des brigades d’intervention de la Gendarmerie et de la Sûreté nationales, a été déployé aux alentours du village Aït Zellal, dans la commune de Souamaâ, daïra de Mekla, à une vingtaine de kilomètres à l’est de Tizi-Ouzou. Plusieurs véhicules de la gendarmerie ont été positionnés sur la RN12, au niveau du carrefour Chaoufa, menant vers la commune de Souamaâ. C’est ce qu’ont constaté des villageois, qui indiquent que tous les véhicules venant ou se rendant vers le village en question ont été systématiquement arrêtés et leurs occupants soumis à un contrôle d’identité. Ce déploiement inaccoutumé des services de sécurité est lié à la tenue d’une rencontre organique du MAK. Moins d’une cinquantaine de personnes, dont des militants du mouvement indépendantiste et des invités, ont élu domicile dans un hangar désaffecté d’un mausolée situé à la sortie est du village Aït Zellal où devait se tenir le 3e congrès du MAK.

Publié dans Der

La Fondation méditerranéenne du développement durable Djanatu al-Arif, parrainée par cheikh Khaled Bentounes, et le Centre d’activités régionales pour la consommation et la production durable, et dans le cadre du programme Switch Med (une initiative financée par l’Union européenne), organisent un séminaire de formation sur les thèmes de l’innovation écologique et sociale. Ce séminaire, qui a débuté hier et se poursuivra jusqu’au 29 février au siège de la fondation à Mostaganem, est organisé en coordination avec le ministère des Ressources en eau et de l’Environnement. Il s’adresse particulièrement aux acteurs de la société civile impliqués dans les questions écologiques et environnementales. Au programme de cet événement, de quatre jours, des ateliers où les participants auront l’occasion de présenter et de développer des idées et des projets en relation avec la préservation du milieu naturel, l’entreprenariat basé sur les énergies renouvelables. Les organisateurs annoncent que deux projets seront sélectionnés pour leur qualité et leur utilité et bénéficieront d’un accompagnement technique pendant plusieurs mois.
Switch Med est un programme et réseau d’action régional qui regroupe des startups, éco-entrepreneurs, organisations de la société civile, décideurs politiques et d’autres parties prenantes qui cherchent à renforcer les innovations sociales et écologiques et à établir des économies productives, circulaires et de les partager en Méditerranée. Il a pour vocation de soutenir et mettre en relation des acteurs ou initiatives de la société civile dans chacun des pays qui font partie du programme, qui œuvrent aussi à faciliter la transition vers un mode de consommation et de production plus durable dans l’espace méditerranéen.
Par ailleurs, le programme bénéficie d’une coordination de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), du Plan d’action pour la Méditerranée, du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue/PAM), du Centre d’activités régionales pour la consommation et la production durables (SCP/RAC) et de la Division technologie, industrie et économie du Programme des Nations Unies pour l’environnement.
Actuellement, il compte plusieurs pays méditerranéens, entre autres, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et la Libye.

Publié dans Der

La fin d’un règne sans égal de Joseph Sepp Blatter. Dix-sept ans que nulle autre personne n’a pu s’asseoir sur le trône, excepté le vétéran helvète. Hier, au Palais des congrès à Zurich, les 207 associations (celles du Koweït et de l’Indonésie ont été privées du vote pour des histoires de malversations internes) affiliées à la Fifa ont désigné un nouveau président pour l’instance suprême. Le choix a été porté sur Gianni Infantino, sans grande surprise. Il aura la lourde tâche de replacer l’institution de la rubrique « faits divers » à celle du « sport ».

gianni infantino elu a la tete de la fifa

Neuf mois de rebondissements, de scénarios rocambolesques et de coups de théâtre aussi atypiques qu’invraisemblables, dont un dernier offert par Tokyo Sexwale qui s’est retiré de la course après avoir présenté ce qui aurait pu être son programme avec un powerpoint dans un inédit 4-4-2. Certains, comme Michel Platini surtout, ont vu leurs prétentions stoppées net.
D’autres sont devenus des postulants stratégiques, comme Gianni Infantino, tandis que Cheikh Salman a échappé à la suspension malgré des accusations (répression autoritaire, corruption et détournement de fonds) dont il a fait l’objet et desquelles il a fini par s’en sortir indemne pour se porter candidat avec les quatre autres protagonistes, à savoir Gianni Infantino, Tokyo Sexwale, Jérôme Champagne et l’imprévisible et le très actif prince Ali Ben Al Hussein de Jordanie. 400 journalistes ont été accrédités pour le congrès électif. Avant l’opération de vote, qui a débuté à 13h55, des réformes ont été approuvées par 89% des fédérations membres. Ces propositions ont été élaborées par une commission de réformes placée sous la présidence de François Carrard, avocat lausannois et ancien directeur général du Comité international olympique (CIO) qui avait conduit la même mission quand le CIO avait été confronté à un vaste scandale de corruption au début des années 2000. Elles visent essentiellement à améliorer la gouvernance avec une limitation à 12 ans du cumul des mandats de président et un contrôle de l’intégrité des élus. En outre, elles auront pour but d’augmenter la transparence des flux financiers et des rémunérations. Durant leurs allocutions de 15 minutes chacun, les candidats ont présenté les grandes lignes de leurs programmes ainsi que leurs leitmotivs. Si Infantino a fait preuve de maîtrise avec un discours, avec une attention particulière pour l’Afrique, décliné en six langues pour montrer qu’il est le candidat du monde et non de l’Europe seulement, le Cheikh Salman Ben Ibrahim Al Khalifa s’est permis de lâcher un « je suis l’un des vôtres. Je suis depuis 15 ans à la Fifa. Tout le monde me connaît à la Fifa ». Une phrase des plus surprenantes vu le climat dans lequel baigne la prestigieuse structure footballistique, qui génère plus de 5 milliards d’euros annuellement, depuis 9 mois. A se demander si le conférencier a conscience de la période. Une véritable crise de gestion qui a eu ses répercussions sur le plan financier. La Fifa a dépensé plus que prévu depuis le début de 2015. Selon le secrétaire général Kattner, il manquerait environ 500 millions de dollars dans les caisses de l’organisme dans les prévisions du budget 2015-2018. Une paille.
L’Afrique fait basculer la balance
Les chiffres, c’était ce qui comptait hier, puisque c’est ainsi que se décide une élection. Pour l’emporter dès le premier tour, il fallait avoir les deux-tiers des voix (majorité relative), soit 138 sur les 207 électeurs, tandis que la majorité simple (104 bulletins) suffit à partir du second. Pas de vainqueur d’entrée puisque la première opération a vu Infantino remporter 88 voix contre 85 pour son rival Cheikh Salman (les voix du Koweït et de l’Indonésie, qui lui étaient promises, lui auraient fait du bien), tandis que le prince Ali et Jérôme Champagne ont obtenu 27 et 7 votes en leur faveur dans l’ordre. Un décompte qui a débouché sur un second tour remporté par Gianni Infantino (115) qui a vu des partisans de Jérôme Champagne et du prince Ali offrir leurs bulletins pour le désormais ancien secrétaire général de l’UEFA. Le Cheikh bahreini Salman, président de la Confédération asiatique, a obtenu pour sa part 88 voix, le prince jordanien Ali 4 et le Français Jérôme Champagne (0). Cet interminable épisode marquait-il la fin du feuilleton « FIFAgate » ? Seul l’avenir nous le dira. Mais l’histoire raconte qu’il y a des suspicions qui planent sur l’attribution des récents Mondiaux (Russie 2018 et Qatar 2002). Hasard ou préméditation ? La Suisse a envoyé, le mois dernier, le rapport de Garcia (sur les conditions d’attribution des Mondiaux en question) aux autorités américaines. Ça sera l’un des dossiers brûlants qui atterrira sur le bureau du nouvel homme fort du sport roi universel, en plus de tenter d’inverser la courbe d’une économie affectée par le lâchage des sponsors. Surtout que le successeur de Blatter a promis une enveloppe d’un milliard d’euros sur 4 ans pour le monde du foot. Une opération séduction s’imposera dès la prise des commandes. Wait & see. Pour rappel, il est le 10e Européen parmi les onze chairmen qui se sont succédé à la tête de la Fifa depuis 1904. A noter que l’heureux élu ne débutera pas un nouveau mandat de 4 ans, mais poursuivra celui initié par le démissionnaire Blatter, le 29 mai 2015. 

Déclaration de Gianni Infantino
« On va à nouveau se concentrer sur ce magnifique jeu qu’est le foot »
« J’avais entamé un périple exceptionnel. Nous allons restaurer l’image de la FIFA. Le monde entier respectera la FIFA. Nous avons un beau signe de démocratie. Je continuerai à parcourir le monde. La crise est finie. On va de nouveau se concentrer sur ce magnifique jeu qu’est le foot. »

Publié dans Sports

Deux internationaux algériens seulement, sur les cinq dont les clubs étaient engagés en 16es de finale de l’Europa League, verront le prochain tour. Il s’agit de Sofiane Feghouli et Nabil Bentaleb avec le FC Valence et Tottenham Hotspurs qui affronteront l’Athletico Bilbao et le Borussia Dortmund en huitièmes respectivement. Parallèlement, Islam Slimani (Sporting Lisbonne), Yacine Brahimi (FC Porto) et Faouzi Ghoulam (Naples SSC) ne verront pas les 8es de la C3. Si le FC Porto de Brahimi était déjà mal placé pour espérer décrocher son ticket après sa défaite 2 à 0 contre le Borussia Dortmund, le Sporting de Slimani et le Napoli de Ghoulam entretenaient l’espoir après leurs courtes défaites (1/0) lors des premières manches. Toutefois, il n’en était rien pour les teams en question. Dans l’aventure européenne, les « Dragons » ne cracheront plus le feu et les Lions Lisboètes n’auront pas l’occasion de rugir de nouveau. Il faut dire que les deux clubs portugais ont compromis leurs chances de passer lors du match aller. La défaite des coéquipiers de Brahimi (2/0) au Signal Iduna Park était quasi-insurmontable. Un peu moins difficile était la mission des « Sportinguistas » dominés chez eux par l’autre formation allemande, le Bayer Leverkusen. Titulaire il y a huit jours, le premier nommé été sur le banc hier pour la réception du dauphin du Bayern Munich en Bundesliga. Il n’a été incorporé qu’à la 63e minute à la place de Varela. Le Fennec a même eu l’occasion de niveler la marque (86’), mais la transversale a renvoyé sa tentative pour ne rien changer au score final (1/0 pour les Borussen). Même temps de jeu ou presque pour son compatriote Slimani qui n’a pas été aligné d’entrée. En effet, Jorge Jésus a attendu la 68e minute et le magistral second but signé Karim Bellarabi, auteur de 3 des 4 buts de son équipe dans la double-confrontation, concédé par sa troupe pour l’incorporer. La force de frappe du Sporting a été sevrée de ballons dans un collectif défaillant. Il n’a donc pas pu éviter la seconde défaite (3/1) en une semaine et se fait éliminer avec ses compères. Hors course, c’est le cas aussi pour les Napolitains qui n’ont pu faire que match nul (1/1) à domicile contre Villareal FC. Les Espagnols avaient eu le dernier mot (1/0) lors de l’acte I à El Madrigal.
Faouzi Ghoulam n’a disputé aucune minute dans ce tour, car ménagé par son entraîneur Maurizio Sarri. Les Italiens ont apparemment plus la tête à remporter le « Scudetto » (ils sont seconds de la Serie A à un point derrière la Juventus de Turin) que de s’aventurer dans une campagne européenne avec des matchs couperets. Surtout que sur l’ensemble des deux matchs, les camarades du latéral gauche de l’EN n’ont pas démérité, mais ils ont joui de malchance. Illustration avec ce centre de Pina qui a lobé Reina pour se loger dans sa lucarne et synonyme de qualification pour l’adversaire. Le football se joue sur des détails et de la réussite parfois. Surtout à ce niveau, même si pour ce tour, les formalités, il y en a eu.
Feghouli buteur-passeur d’un Valence record
Pour trouver des bonnes nouvelles pour nos Dz, il fallait jeter un œil du côté de Vienne où le FC Valence a atomisé le Rapid local pour la seconde fois en l’espace d’une semaine. Non convoqué pour la correction 6 à 0 à Mestalla, Sofiane Feghouli a rejoué, marqué et délivré une passe décisive en Autriche lors de la balade 4 buts à 0 des Valencians. Le « Vert » avait fait le break (64’) après que Rodrigo, déjà buteur à l’aller et auteur d’un beau lob (54’), ait ouvert le score. « Soso » a été imité dans la foulée par Piatti (72’), qu’il a lui-même mis sur orbite, et Vezo (88’). Grâce à ce double carton, les demi-finalistes en 2014 ont marqué les esprits lors de ce round un « aggregate » de 10-0. Soit la plus large victoire jamais enregistrée dans la compétition. Ça va donc un peu mieux pour Gary Neville et ses poulains qui enchainent un 4e succès d’affilée après une reprise en main délicate du technicien anglais. En parlant d’Angleterre, Tottenham Hotspurs n’a pas manqué la réception de la Fiorentina pour se hisser au « top 16 ». Après avoir ramené le nul de Florence (1/1), les Londoniens se sont imposé contre la « Viola » 3 buts
à 0 au White Hart Lane grâce aux réalisations de Tatarusanu (25’), Lamela (63’) et le contre son camp de Rodriguez (81’). Pour la circonstance, Nabil Bentaleb n’a fait qu’une brève apparition. Le jeune milieu de terrain algérien ne fait, manifestement, plus partie des plans de Mauricio Pochettino dans un milieu de terrain assez dense et riche. Surtout avec la présence du prometteur Dele Alli, qu’il a suppléé à six minutes de la fin. Ce dernier a pris une place permanente dans l’échiquier du technicien argentin. En outre, notre joueur « box-to-box » paie la bonne passe de la franchise londonienne qui est seconde de la Premier League avec des prestations très convaincantes à la clé. L’ancien joueur du Royal Excel Mouscron (Belgique) devra prendre son mal en patience et se battre en attendant que l’horizon se dégage. Et pourquoi pas ? Redevenir titulaire à un poste où il excellait il y a un an. 

Publié dans Sports

Le Chabab risque de laisser des plumes à Constantine, alors que le DRBT aura une mission délicate à Tizi-Ouzou face à la JSK.

La suite de la 21e journée, qui aura lieu aujourd’hui, promet beaucoup, avec des duels au sommet, que ce soit pour les premières loges ou ceux qui luttent pour leur survie.
Ainsi, le CR Belouizdad, qui se retrouve à la deuxième place au classement général, aura à effectuer un déplacement périlleux à Constantine pour donner la réplique au CSC local, invaincu depuis trois matches, mais qui se retrouve quand même dans une place peu enviable.
Le Chabab, qui reste sur quatre matches sans victoire, aura à cœur d’endiguer cette série noire, mais cela passera par une réaction à Constantine face à des Sanafir qui aspirent à préserver leur dynamique. La mission s’annonce difficile pour les poulains d’Alain Michel qui se doivent de puiser dans leurs ressources pour espérer réussir une bonne performance à Constantine.
Le DRB Tadjenanet sera en appel à Tizi-Ouzou pour croiser le fer avec la JSK dans un match qui devrait a priori revenir aux locaux, en quête de rachat.
Les joueurs de l’entraîneur français Dominique Bijotat, battus à Relizane par le RCR (1-0), seront contraints de réagir dans leur antre du 1er-Novembre pour s’éloigner de la zone de turbulences. Ils devront quand même faire très attention à cette formation de Tadjenanent qui se présentera en conquérant. Le DRBT, véritable révélation de la saison, va effectuer son second déplacement de rang, après avoir forcé l’USM El Harrach au partage des points (1-1) lors de la précédente journée. En bas du classement, le RC Relizane sera en péril à Oran face au MCO dans un match à six points pour les deux antagonistes. L’USM Blida pourrait se retrouver en position de relégable en cas de faux pas chez le NA Hussein Dey, auréolé par une qualification en Dame Coupe acquise sur le terrain du tenant du trophée, le MO Béjaïa. Enfin, l’ASM Oran se rendra du côté de la Mitidja pour affronter le RC Arba, lanterne rouge avec 10 points seulement et dont l’avenir en Ligue 1 est plus que jamais compromis. Outre le match MOB-USMA qui s’est joué à huis clos, trois autres rencontres se disputeront sans la présence du public ce week-end, soit la moitié des matches de cette 21e journée.

Publié dans Sports

Après avoir réussi à engager Benzia, qui a annoncé avoir choisi l’Algérie en son âme et conscience, tout porte à croire que le Bordelais Adam Ounas sera la prochaine cible du patron de la FAF, Mohamed Raouraoua, qui aurait discuté de tout avec lui. Celui-ci devrait emboîter le pas à Benzia d’ici la fin de saison ou le début de la prochaine.
D’ailleurs, le quotidien spécialisé L’Equipe a même annoncé que le dossier semble clos et que ce n’est qu’une question de temps pour le joueur. Selon des sources au sein de la FAF, le jeune Adam Ounas aura le temps de bien s’installer dans son club avant de se positionner avec les Verts. Si le jeune joueur s’est donné un an, du côté de la FAF, on attend le Bordelais pour le début des éliminatoires à la Coupe du monde 2018, soit à l’automne 2016, et ce, afin de mettre tous les atouts de son côté pour tenter d’arracher une troisième qualification consécutive au Mondial.
D’autre part, la fédération a dans son viseur plusieurs autres jeunes joueurs et aimerait qu’ils se positionnent vite. Toutefois, cette volonté n’a pas pour but d’« engager » des jeunes au profit de l’équipe U23, mais plutôt de sécuriser l’avenir de l’EN A. Sachant que certains éléments commencent à amorcer la trentaine, le patron de la fédération souhaite leur trouver vite des remplaçants à valeur égale, sinon meilleurs. Toutefois, certains craignent que cela ne marche pas à cent pour cent, surtout que certains joueurs peuvent se montrer impatients s’ils ne peuvent pas décrocher directement une place dans l’effectif-type étant donné qu’il leur sera difficile de détrôner certains éléments qui brillent de mille feux, comme c’est le cas de Mahrez et de Slimani qui sont considérés comme certains des meilleurs attaquants en Europe.

Publié dans Sports

Le président de l’USM El Harrach, Abdelkader Mana, vient de mettre en application sa menace de retirer carte blanche au coach, Boualem Charef, en engageant l’ancien joueur et coach, Khaled Lounici, au poste de manager général. Toutefois, ce qui reste bizarre, c’est que le patron de la formation harrachie n’a pas délimité les prérogatives de ce dernier et a laissé tout dans le flou. Ceux qui sont aux fait des affaires du club pensent que c’est là une manière de pousser l’actuel entraîneur vers la porte de sortie surtout en cas de mauvais résultat lors du derby face au Mouloudia d’Alger. Mana a donc décidé de faire confiance à un enfant du club qui connaît très bien la maison et qui plus est a réussi à faire accéder le club il y a de cela cinq ans maintenant. Lounici jouit d’une grande aura à El Harrach et tout le monde le respecte et c’est pour cela qu’il s’est appuyé sur lui pour éviter à l’avenir les péripéties qu’il a eues avec certains supporters qui lui ont demandé carrément de démissionner après la dernière élimination en Coupe d’Algérie. Il faut savoir que des fans, outrés par le spectacle offert lors du dernier match de coupe et surtout l’élimination amère, se sont rendus au domicile de Mana pour protester contre cette situation et demander carrément son départ. Le président harrachi a, ensuite, accusé des personnes connues dans le milieu du club d’être derrière cette tentative de déstabilisation et a demandé le soutien des vrais fans de la formation harrachie. Il considère qu’il faut que tout le monde soit à la hauteur des responsabilités pour faire sortir le club de cette situation difficile.

Publié dans Sports

Le match ARB Ghriss-MC Alger, pour le compte des quarts de finale de la Coupe d’Algérie de football, et dont la domiciliation a suscité la polémique, a été finalement programmé au stade de l’Unité africaine de Mascara, a indiqué jeudi la Fédération algérienne de football (FAF) jeudi sur son site Internet. L’ARB Ghriss, cendrillon de l’édition actuelle de l’épreuve populaire, recevait jusque-là au stade communal Meflah Aouad de Mascara. La commission d’organisation de la Coupe d’Algérie a refusé toutefois de domicilier dans ce stade le match en question, estimant qu’il ne répondait pas aux critères.
Le stade de l’Unité africaine, d’une capacité d’accueil de 25 000 places, est fermé depuis plusieurs mois pour travaux de réhabilitation.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7