Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : vendredi, 11 mars 2016

Lors de sa visite dans la wilaya de Tindouf, jeudi dernier, le ministre des Ressources en eau, Abdelouahab Nouri, a sévèrement critiqué le retard accusé dans la réalisation de la station de déminéralisation de l’eau potable de cette wilaya, et il n’a pas mâché ses mots pour exprimer son mécontentement.

Le projet capital et fondamental pour la wilaya de Tindouf, celui de la réalisation de la station de déminéralisation de l’eau, lancé en 2013 et qui devait être livré en début d’année, est toujours en chantier. Et c’est la cause du « coup de gueule » du ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelouahab Nouri. Les protagonistes en charge de la réalisation du projet se rejetaient la balle pour justifier l’injustifiable. A savoir le retard criant accusé dans l’achèvement du projet, qui affichait le taux de 80%.
Les habitants de Tindouf attendent « avec impatience » cette station, a estimé le ministre, car elle va leur procurer une eau potable douce, sachant que l’eau actuellement distribuée se caractérise par sa forte salinité.
Pour le responsable du secteur, il est impératif de rattraper l’énorme retard accusé dans la réalisation de la station de déminéralisation de l’eau potable, d’une capacité extensible de 10 500 litres/jour d’eau potable, lancée en chantier en juillet 2013 pour un coût de 178 millions DA, sans compter les charges de suivi, selon les explications fournies.
L’eau douce dans le robinet… un mirage
Il faut dire que le taux de couverture en eau potable dans cette wilaya avoisine plus de 98%. Ce taux de raccordement au réseau d’approvisionnement en eau potable (AEP) a été réalisé à la faveur des différentes opérations de développement, dont a bénéficié ces dernières années le secteur des ressources en eau, a précisé le ministre à Reporters.
Il ne faut pas nier que ce taux, qui n’était que de 72% en 1999, a été atteint grâce à la réalisation de 77 nouveaux forages et la réhabilitation de 32 autres, ayant permis d’augmenter la dotation quotidienne d’eau par habitant de 44 litres en 1999 à 160 litres en 2015.
Cependant, malgré cette importante réalisation, l’eau douce est loin de couler des robinets des habitants de Tindouf. Rencontrés sur les lieux, des natifs diront qu’ils « recourent toujours aux colporteurs d’eau douce » qui n’ont d’ailleurs jamais disparu puisqu’ils approvisionnent une bonne partie des citoyens. « Une eau dont la qualité reste douteuse en raison de l’entretien peu rigoureux des citernes », selon un habitant. Toutefois, même le prix de cette eau a connu une hausse. Ainsi, les 2 000 litres sont vendus à 1 200 DA, selon le témoignage d’un autre citoyen. Ces colporteurs s’alimentent régulièrement auprès des nombreux puits que compte Tindouf, dont les plus connus sont situés à Hassi Abdallah, à une vingtaine de kilomètres du chef-lieu.
Une prospection approfondie à 250 milliards de centimes s’impose
Après avoir écouté un exposé de l’Agence nationale des ressources hydriques (ANRH) sur la situation de la wilaya de Tindouf, qui laisse apparaître un grand déficit en points d’eau, le ministre a insisté sur « le lancement prochain d’une étude de connaissance approfondie des réserves hydriques et d’amélioration de l’alimentation en eau potable ».
Une coquette somme de 250 milliards de centimes sera attribuée par le gouvernement pour l’étude qui « devra permettre à court terme une connaissance précise des réelles ressources en eau existantes au niveau du grand bassin de Tindouf et une amélioration de l’approvisionnement en eau potable ». 

Publié dans Der

Comme promis lors de sa visite du 5 mars à Tizi-Ouzou, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a diligenté une commission d’enquête. Composée de trois directeurs centraux, celle-ci a entamé son travail dès son arrivée à Tizi-Ouzou, mercredi 9 mars.
« Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique vient de concrétiser l’une des promesses qu’il a faites à la délégation de la CCUTO lors de sa visite à l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou, samedi 5 mars », annonce sur son site Internet la section syndicale Cnes de Tizi-Ouzou. « Le travail de la commission, qui a débuté aux environs de 10h30 et qui s’est poursuivi jusqu’aux environs de 20h, a consisté en l’écoute de chacune des parties concernées par le conflit qui prévaut à l’UMMTO et le recueil de témoignages et d’éléments de preuves à même de permettre aux cadres du ministère de statuer en toute objectivité et impartialité, et dans un esprit de justice, sur les causes, identifier les responsables de cette situation conflictuelle et d’envisager des mesures et des solutions idoines, voire des sanctions pour réinstaller la sérénité dans cet établissement », ajoute le communiqué de la Cnesto, qui, au même titre que les autres membres de la CCUTO, émet le souhait de voir se réinstaller la confiance et la sérénité à l’UMMTO, à l’issue du travail des enquêteurs du ministère de l’Enseignement supérieur. « Reste à prier pour que rien ne vienne détourner cette dynamique enclenchée par le ministre de la trajectoire qu’il lui a assignée et de son objectif qui est le dénouement heureux pour le bien de tous », dit en conclusion le communiqué de la Cnesto. 

Publié dans Der

Douze femmes ont été distinguées, mercredi dernier, par le ministre de la Communication, Hamid Grine, lors d’une cérémonie organisée à Alger, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme. Une cérémonie d’hommage marquée par la présence de plusieurs figures de différents horizons socioprofessionnels, à l’instar de Abdelmadjid Sidi Saïd, secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Bedda Mehjoub, président de la commission des Finances à l’Assemblée populaire nationale (APN), l’ancien journaliste Lamine Bechichi, la ministre des PTIC, Imane Houda Feraoune…
Conformément à la citation de Madeleine de Souvré, écrivaine française du XVIIe que le ministre de la Communication a reprise : «Dans toute discussion, ce qui est bon et court est doublement bon», Hamid Grine a été bref dans son allocution.
Présidant la cérémonie d’hommage, le ministre de la tutelle a précisé que le choix des femmes honorées s’est imposé en reconnaissance à leur mérite et pour avoir fait de leur combat au service de l’Algérie une réalité palpable. Il a mis, à l’occasion, en relief le rôle que joue la gent féminine dans nombre de secteurs, mais aussi son efficacité et son sens de responsabilité.
Ces femmes ont été, en effet, chacune récompensée pour la particularité d’un parcours jugé méritant et au service de l’Algérie.
Il s’agit, entre autres, de la fille du Cheikh Amoud Ibn El-Mokhtar, figure légendaire de la résistance touareg face au colonisateur français, Rahma Imanène, distinguée en reconnaissance de son nationalisme, de la moudjahida Louisette Ighilahriz distinguée en signe de reconnaissance à sa combativité, de la chanteuse kabyle Nouara pour son authenticité, et Saloua pour son talent…
Les hommes n’ont pas été en reste, puisque deux noms ont été à leur tour récipiendaires d’un hommage spécial femmes, et ce, pour leur parcours qualifié d’exceptionnel.
Il s’agit du Pr Messaoud Zitouni, chirurgien et membre du Conseil de la nation, désigné par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour assurer le suivi et la mise en œuvre d’un plan anticancer. Et du Dr Abderrahmane Hadj-Salah honoré pour avoir notamment marqué son passage à la tête de l’Académie algérienne de la langue arabe.

Publié dans Der

Londres et Berlin ainsi que plusieurs capitales occidentales étudient des documents révélant les noms de nombreuses recrues du groupe Etat islamique (EI), une mine d’informations considérées comme «probablement authentiques» par la police allemande pour ce qui concerne les djihadistes allemands, même si certains experts appellent à la prudence.
Mercredi dernier dans la soirée, la chaîne d’information britannique Sky News avait annoncé avoir consulté des documents contenant les noms de 22 000 candidats étrangers au djihad. Sky News dit les avoir obtenus auprès d’un ex-membre de l’EI se faisant appeler «Abu Hamed » qui les aurait volés au chef de la police interne de l’organisation djihadiste avant de faire défection.
Les documents en question, des formulaires remplis par des ressortissants de 55 pays, contiennent notamment leurs noms, adresses ou numéros de téléphone. Il leur est aussi demandé de donner leur «niveau de compréhension de la charia », la loi islamique, leur groupe sanguin ainsi que le nom de la personne à contacter en cas de décès.
Certains contiendraient des informations sur des djihadistes jusqu’à présent non identifiés qui se trouvent en Europe occidentale, aux Etats-Unis, au Canada, au Maghreb et au Moyen-Orient, selon Sky News. Le site d’information proche de l’opposition syrienne Zaman al-Wasl a lui aussi dit être en possession de l’ensemble des documents, qui confirmeraient le souci bureaucratique de l’EI. Selon Zaman Al Wasl, il y aurait toutefois beaucoup de répétitions et au final, on arriverait à 1700 noms.
L’ancien patron du contre-terrorisme au sein du renseignement extérieur britannique, Richard Barrett, a d’ores et déjà qualifié ces données de «ressource inestimable pour les analystes ». «La police criminelle fédérale a connaissance de tels documents », a déclaré de son côté jeudi un porte-parole du BKA Markus Koths les jugeant «très probablement authentiques » après que le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (SZ) et les deux télévisions publiques NDR et WDR aient rapporté eux aussi être en possession de plusieurs dizaines de fiches de membres allemands du groupe EI.
Le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Maizières a lui estimé qu’«ils vont permettre une meilleure compréhension des structures de l’organisation terroriste ». Il a ajouté que cela faciliterait la tâche de la justice allemande en «accélérant les enquêtes » sur les personnes qui tentent de rejoindre l’EI ou l’ont déjà rejoint. Certains noms de djihadistes déjà identifiés sont contenus dans les documents. C’est le cas, par exemple, d’Abdel-Majed Abdel Bary, un ancien rappeur originaire de Londres qui s’est illustré en postant sur Twitter une photo de lui brandissant une tête tranchée. Sky News dit avoir obtenu les documents auprès d’un ex-membre de l’EI se faisant appeler «Abu Hamed » qui les aurait volés au chef de la police interne de l’organisation jihadiste avant de faire défection. L’homme a raconté à Sky News avoir quitté l’EI à cause de l’«effondrement des principes islamiques auxquels il croit» au sein du groupe. Cette fuite «montre qu’il existe des voix dissidentes dans les rangs de l’EI », a dit à l’AFP Olivier Guitta, directeur général du cabinet de conseil GlobalStrat. Mais d’autres experts soulignent des incohérences dans ces documents notamment dans le langage ou les logos utilisés. D’où l’urgence de «la prudence », a déclaré Charlie Winter, chercheur à l’université américaine Georgia State. «Quand j’ai vu dans le passé de telles incohérences, il s’agissait en fait de faux mal faits », a-t-il assuré à l’AFP. Le journaliste et spécialiste du djihadisme Wassim Nasr note lui que beaucoup des informations sont déjà disponibles depuis des années. «Peut-être que certaines des informations sont vraies et qu’une mise en page a été fabriquée pour vendre chèrement l’info à différents acteurs », dit-il.

Publié dans Der

Le président de la FAVB a donc changé d’avis et a décidé d’engager le six féminin algérien au tournoi pré-olympique qui se déroulera à Porto Rico pour avoir une seconde chance.

Le président de la Fédération algérienne de volley-ball (AFVB), Okba Gougam, a confirmé, jeudi, la participation de la sélection nationale féminine au tournoi intercontinental qualificatif aux jeux Olympiques-2016 (JO-2016) qui aura lieu du 20 au 22 mai prochain à Porto Rico. « Nous avons confirmé notre participation au tournoi intercontinental après avoir reçu une «wild card» de la Fédération internationale de volley-ball (FIVB). Ce tournoi d’un niveau très relevé sera une autre occasion pour nos filles de se qualifier aux JO-2016 », a déclaré Gougam. Le Six national féminin avait échoué à se qualifier aux JO-2016 en février dernier sur le terrain, à l’occasion du tournoi préolympique africain qui s’était déroulé à Yaoundé. L’unique billet pour Rio de Janeiro était revenu au Cameroun, pays organisateur qui avait battu en finale l’Egypte. Le Kenya avait terminé 3e devant l’Algérie. Le président de la AFVB est également revenu sur la préparation des sélections nationales (dames et messieurs), indiquant que son instance dévoilera leur programme de préparation avant la fin du mois de mars. « Nous sommes en pleine consultation pour arrêter le programme de préparation adéquat pour nos deux sélections. Pour les messieurs, ce sera plus compliqué vu qu’ils joueront au Mexique en altitude en plus du problème du décalage horaire qu’il faudra prendre en compte », a souligné Gougam. Outre les deux représentants africains (Algérie et Kenya) et Porto Rico, pays organisateur et 3e du tournoi qualificatif de la zone Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes (NORCECA), le rendez-vous de San Juan regroupera aussi le 3e du tournoi qualificatif sud-américain, à savoir la Colombie. Le vainqueur ira au Brésil. A l’heure actuelle, sept pays sont qualifiés pour le tournoi olympique féminin de volley-ball. Il s’agit du Brésil, qualifié d’office en tant que pays organisateur, la Chine et la Serbie, respectivement championne et vice-championne du monde, la Russie (vainqueur du tournoi de qualification européen), l’Argentine (vainqueur du tournoi de qualification sud-américain), les Etats-Unis (vainqueurs du tournoi de qualification de la zone NORCECA) et le Cameroun (vainqueur du tournoi de qualification africain). Cinq tickets olympiques restent encore à prendre.

Publié dans Sports

Le coureur italien, Luca Wackerman de l’équipe émiratie Nasr-Dubai a remporté, jeudi, la première étape du Tour international cycliste de Blida, endossant du coup les maillots jaune de leader et rouge du meilleur sprinteur. Déjà vainqueur du Tour international d’Oran, l’Italien a réédité l’exploit en allant chercher la victoire d’étape, courue entre Blida-Tipasa et Blida sur une distance de 107 km. L’Italien de 23 ans a réalisé un temps de 2h31:07, devant le Lituanien Dzevus Darijus de l’équipe Staki- Baltik Vairas de Lituanie (2h31:19) et son coéquipier, le Marocain Essaid Abelouache (2h31:19). Luca Wackerman a endossé les maillots jaune de leader et rouge du meilleur sprinteur. Le Tunisien Ali Nouissri a porté les maillots à pois du meilleur grimpeur et blanc du meilleur espoir. La première étape du Tour international de Blida, quatrième épreuve du GTAC-2016, a vu une tentative d’échappée à l’entrée de la ville d’Ahmer El Aïn, menée par 11 coureurs, dont l’Algérien Nabil Baz de la sélection de l’Est, et trois coureurs de la formation émiratie Nasr-Dubai. Ce groupe de 11 coureurs a pris plus d’une minute sur le peloton, arrivant même à disputer le sprint intermédiaire de Tipasa (64 km) et le col des trois fermes (2e catégorie). Dans les cinq derniers kilomètres, l’Italien Luca Wackerman a pris seul les devants de la course, arrivant à franchir la ligne d’arrivée devant le siège de la Daïra de Blida. La deuxième étape du Tour international de Blida sera disputée entre Blida-Djebabra-Blida sur une distance de 133 km.

Publié dans Sports

Le directeur technique national de judo, Samir Sebaâ, dont le programme de préparation en vue des Jeux olympiques de Rio 2016 a essuyé quelques critiques dernièrement, a défendu ses choix, affirmant que « chaque détail a été pris en compte dans son plan d’action », ajoutant que « personne n’est mieux placé que la DTN pour prendre les bonnes décisions ».Dans le proche entourage de la discipline, certains ont, en effet, reproché à la Direction technique nationale de ne pas avoir engagé les potentiels candidats algériens aux JO de Rio dans suffisamment de tournois internationaux, pour récolter les points nécessaires à cette qualification. Mais Sebaâ a affirmé que « si la DTN ne l’a pas fait, c’est parce que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire». « Les personnes en place au niveau de la DTN sont non seulement diplôme et expérimente, mais elles sont en contact permanent avec les athlètes. Chose qui n’est pas à la portée des personnes faisant partie d’un entourage plus lointain. Ce qui fait qu’elles sont mieux places pour juger l’aptitude, ou non, de ces athlètes à concourir», a-t-il affirmé. «Si nous avons évité d’engager nos athlètes dans certains tournois, c’est parce qu’ils étaient blessés, saturés, dans une mauvaise passe sur le plan psychologique, ou tout simplement parce que ladite compétition était d’un niveau très élevé », a-t-il expliqué. Appelé à être plus explicite sur ce sujet, Sebaâ a expliqué que « la DTN ne commettra jamais l’erreur d’engager un athlète dans une compétition s’il a la tête ailleurs, s’il souffre d’une blessure qu’il pourrait aggraver, ou s’il risque de prendre un sérieux coup au moral, en se faisant précocement éliminer dans un tournoi où le niveau est très élevé ». Des détails qui, selon le DTN, échappent aux personnes qui ne font pas partie de l’entourage direct des différentes sélections nationales, et qui, par conséquent, ne comprennent pas pourquoi certaines décisions ont dû être prises.

Publié dans Sports

Le wali de Mostaganem, Abdelwahid Temmar, a insisté sur l’impératif transfert de la gestion du centre d’équitation de Sayada relevant de l’association « Cavalier mostaganémois » à la direction de la jeunesse et des sports (DJS), et ce, en raison de l’état d’abandon et de détérioration de cette structure. En inspectant le centre d’équitation, dans le cadre d’une visite dans les daïras de Mostaganem et de Sayada, M. Temmar a ordonné de suspendre les manifestations sportives équestres et les transférer aux centres hippiques relevant du privé, sachant qu’un festival d’équitation de la Dahra est programmé par cette association fin mars courant. « Il est anormal que cette association demande des subventions, alors que l’état de ce centre est déplorable », a-t-il souligné, avant de sommer les services vétérinaires relevant de la direction des services agricoles de faire examiner les chevaux, qui sont dans un état de délaissement, pour les protéger contre les différentes maladies.
M. Temmar a demandé à la DJS d’élaborer un programme pour développer cette structure en collaboration avec la Fédération équestre algérienne et aux autorités de la daïra et de la commune à mettre au point un programme d’investissement.

Publié dans Sports

Les karatékas de la JS Barika (Batna) se sont envolés jeudi pour la ville slovène de Lasko où ils prendront part, les 12 et 13 mars, au 3ème mondial des clubs, a appris l’APS auprès du directeur technique du club, Khaled Merah. Ce rendez-vous planétaire de karaté qui réunira les meilleurs karatékas de 116 clubs attendus d’Afrique, d’Asie, d’Europe et d’Amérique, se disputera en individuel et par équipes, a précisé M. Merah, affirmant que les athlètes de la JSB sont « prêts pour ce tournoi et impatients de représenter l’Algérie dans une compétition qu’ils attendaient depuis des mois ». « Nos athlètes ne se contenteront pas de faire de la figuration, mais disputeront les premières marches du podium, pour au moins défendre les acquis de la dernière édition », a précisé ce dirigeant, rappelant que la JS Barika figure dans le top 10 mondial grâce à une 7ème place obtenue lors de la 2e édition de cette compétition qui s’était déroulée à Istanbul (Turquie) en novembre 2011. Depuis sa création, la JS Barika a réalisé des résultats méritoires au niveau international. Elle est notamment auréolée du titre de vice-champion arabe des clubs champions au Koweït et au tournoi international seniors de la ville de Djerba (Tunisie). Les karatékas de ce club s’étaient également distingués à l’Open de Las Vega, aux Etats-Unis.

Publié dans Sports

Les Mobistes auront une délicate mission aujourd’hui face à une formation tunisienne qui tentera de se reprendre après un départ difficile en championnat.

Le MO Béjaïa, second représentant algérien en Ligue des champions, affrontera le Club africain dans un derby maghrébin ouvert pour le compte des seizièmes de finale de cette C1.
Vainqueur de l’Ashanti Gold (Ghana) au tour préliminaire, l’équipe béjaouie est en forme, surtout qu’elle s’est bien reprise en championnat de Ligue 1 avec son succès face au CRB sur le score de 3 buts à 1. Ce qui lui permet de s’installer à la deuxième place du championnat qu’elle convoite cette saison aussi pour jouer la Ligue des champions d’Afrique la saison prochaine.
L’entraîneur des Vert et Noir, Abdelkader Amrani, au moment d’aller défier le Club africain à Radès, se veut prudent. « J’ai regardé la rencontre du Club africain face à l’Etoile du Sahel, dit-il. J’ai donc une idée assez définie sur le jeu de cet adversaire. C’est vrai que cette formation n’est pas dans une bonne forme en ce moment, mais il ne faut pas se laisser leurrer, ils ont une grande expérience dans une compétition comme la Ligue des champions. » Les gars de la ville des Hammadites sont prévenus, la mission ne sera pas de tout repos face à une équipe tunisienne qui ne se laissera pas faire à domicile et qui fera tout son possible pour prendre option dès cette phase aller. Les Vert et Noir, qui ont une expérience courte dans cette compétition africaine, se doivent d’être très prudents et bien gérer cette manche aller. Les Bougiotes se présenteront avec une équipe au complet, après avoir récupéré tous ses joueurs. Le coach Amrani a sa petite idée sur la manière de procéder pour contrer cette redoutable équipe tunisienne, connaissant l’importance de cette manche aller dont dépend la qualification au prochain tour. A noter que le principal objectif du MOB est de se qualifier à la phase des poules, ce qui ne sera pas une sinécure, sachant que la C1 regroupe les meilleures formations du continent du moment.

Les supporters du MOB « envahissent » Tunis
Des centaines de supporters du MO Béjaïa s’apprêtent à se rendre dans la capitale tunisienne pour encourager leur équipe face à la formation du Club africain, samedi à Radès, en match aller des seizièmes de finale de la Ligue des champions d’Afrique de football. Alors que certains réunis en petits groupes sont soit déjà sur place à Tunis ou sur le point de s’y rendre, d’autres attendent fiévreusement que leur soit délivré leur passeport soumis à renouvellement d’urgence spécialement pour l’événement.
Pas moins de 468 dossiers de renouvellement ont été introduits à la daïra, qui depuis une semaine, selon son premier responsable, Fateh Attallah, a mis l’essentiel de ses moyens en faveur de cette opération, sanctionnée ce jeudi matin par l’établissement et la remise à leurs bénéficiaires de 320 documents de voyage.
Les autres ont investi tôt le siège de la daïra, situé au quartier El Khemis, réputé « mobiste dans le sang », pour se faire délivrer le précieux sésame de sorte à pouvoir s’acquitter de leur quittance de voyage auprès de l’administration fiscale.
Quoi qu’il en soit, la ferveur est à son comble, d’autant que d’aucuns sont convaincus de voir leur équipe réaliser un bon résultat face au Club africain qui reste sur trois résultats en dents de scie dont une défaite sur sa pelouse devant l’ES Sahel (1-2) en championnat de Tunisie.
« Le Club africain est en déficit de carburant », dira un supporter, qui ne tarit pas d’éloges sur la forme du moment des hommes d’Abdelkader Amrani. « On fera la fête d’abord à Tunis. On la poursuivra ensuite à Béjaïa jusqu’au 20 mars », promet-il tout frissonnant, visiblement fouetté autant par le froid que l’excitation de voir son passeport délivré.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7