Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : samedi, 09 avril 2016

Des centaines de personnes (hommes et femmes) se sont rassemblées hier devant le siège de la wilaya de Tamanrasset pour réclamer l’arrêt de l’opération de démolition des habitations situées au quartier El Qamar (la lune).

Tamanrasset Manifestation démolition habitations illicites

Publié dans Der

Montrer l’apport des zaouïas et des mosquées dans l’enrichissement de la culture et du patrimoine amazighs est l’objectif du colloque de deux jours qu’organisent depuis hier à Tizi Ouzou l’Association nationale des zaouïas et la direction des affaires religieuses de la wilaya de Tizi Ouzou, sous le haut patronage du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs.
Une manière pour le département ministériel de Mohamed Aïssa de participer à la célébration du Printemps berbère. Et les organisateurs le disent, d’ailleurs, puisqu’ils placent cette rencontre dans le cadre de la célébration du 36e anniversaire du Printemps amazigh. Une célébration qui sera illustrée par les thèmes des conférences qui seront développées par des universitaires et dont les exposés auront à répondre à la problématique : spécificité linguistique et mixité entre la dimension spirituelle et de la civilisation au soutien de l’unité nationale.
Les wilayas de Bouira, Béjaïa, Ghardaïa, Timimoun, Tamanrasset, la région de Beni Senous, dans la wilaya de Tlemcen, s’apprêtent à accueillir des activités et des thèmes identiques à ceux développés par les participants au colloque de Tizi Ouzou. «L’objectif est de montrer la dimension spirituelle dans la culture amazighe. La diversité culturelle de l’Algérie est un point fort et un facteur d’unité de l’Algérie dont le catalyseur reste l’islam», dira le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, qui a assisté, aux côtés du ministre de la Jeunesse et des Sports, des autorités de la wilaya de Tizi Ouzou et de nombreux invités, à l’ouverture du colloque. L’engagement personnel de Mohamed Aïssa pour la célébration du 36e anniversaire du Printemps berbère est le signe que les pouvoirs publics entendent donner un cachet officiel à cette commémoration. Hier, le ministre de la Jeunesse et des Sports était aussi à Tizi Ouzou, où il s’est réuni avec de nombreux cadres d’organisations associatives. A l’ordre du jour : la préparation des festivités du 20-Avril.
Il a précisé que la consécration de tamazight comme langue officielle mérite d’être célébrée puisque les évènements du 20 avril 1980 allaient dans le sens de la reconnaissance de l’identité amazighe dans le pays.
Pour Ould Ali «il est inadmissible de faire l’impasse sur l’officialisation de tamazight. Nous devons reconnaître que c’est enfin une consécration qui mérite d’être fêtée».
«Faire du 20 avril un moment de fête, d’unité et de liesse pose problème pour un certain nombre de personnes qui veulent installer, de manière durable et définitive, un mouvement cyclique de violence et de haine et maintenir la région dans le chaos au lieu d’œuvrer pour son développement», a-t-il affirmé. Ce 36ème anniversaire du printemps berbère sera également une occasion de rendre hommage à ceux qui ont milité pour que Tamazight soit reconnu. Parmi eux, les victimes du printemps noir de 2001 qui, grâce à leur sacrifice, cette langue est devenue langue nationale, a-t-il affirmé.  

Publié dans Der

Le nouveau plan d’investissement annoncé par Renault au Maroc vient à nouveau démontrer l’attractivité du pays pour les relocalisations des usines de la multinationale française dans la région, à proximité de ses marchés européen et africain notamment.
Le ministre marocain de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, a annoncé hier que le constructeur automobile français Renault va investir à terme dix milliards de dirhams (912 millions d’euros environ) pour construire un «écosystème industriel» autour de ses deux usines de Tanger et de Casablanca qui produisent respectivement 400 000 et 100 000 véhicules par an. Moulay Hafid Elalamy a ainsi précisé que ce plan d’investissement devrait générer 50 000 emplois. «Ce projet stratégique à lui seul va donner 50 000 nouveaux emplois au Maroc et regrouper plus de 10 milliards de dirhams d’investissements», s’est félicité Moulay Hafid Elalamy après la signature vendredi de cet accord avec Renault, en présence du roi Mohammed VI. Et d’ajouter : «La convention avec le constructeur français va changer définitivement le secteur automobile au Maroc.»
Néanmoins, le choix fait par Renault de se déployer au Maroc vient de démontrer l’attractivité du voisin de l’ouest pour les relocalisations des usines de multinationales qui, à cause de la hausse des tarifs de transport et de l’augmentation des coûts de la main-d’œuvre dans les pays émergents, ceux du Sud-Est asiatique notamment, ont entamé un mouvement inverse de celui qui les a vu délocaliser une partie de leur production dans ces pays. Ainsi, le secteur automobile au Maroc, qui dispose désormais d’une grande usine Renault en plus d’une multitude d’autres usines de pièces de rechange installées dans le royaume chérifien par des fournisseurs internationaux, est depuis trois ans le premier secteur exportateur du pays. Cette inscription dans la division mondiale du travail, le Maroc la dit aux facilités accordées aux investisseurs étrangers, surtout en matière de simplification des procédures administratives, fiscales et de transfert des dividendes.
En effet, les conventions signées ce vendredi entre le gouvernement marocain et Renault, si elles vont renforcer un écosystème bien installé déjà, vont doubler le chiffre d’affaires que réalise le constructeur français dans le royaume. «Les conventions que nous avons signées avec le gouvernement marocain vont plus que doubler le chiffre d’affaires de Renault au Maroc avec un objectif de deux milliards d’euros dans quelques années», a indiqué Bernard Cambier, directeur des opérations de la région Afrique-Moyen Orient-Inde de Renault. Qualifiée de belle histoire par ce responsable, la réussite de Renault au Maroc ne se soucie guère de l’étroitesse du marché marocain, puisque l’essentiel de la production est destinée à l’exportation, essentiellement en Europe : «Le ‘‘Made in Morocco’’ que nous produisons est de grande qualité et au meilleur de la qualité de toutes nos usines dans le monde.» Cette réussite prouve encore une fois que la taille du marché ne suffit pas à attirer des investisseurs.

Publié dans Der

Après le froid et la pluie, c’est le tour du temps ensoleillé sec et chaud de s’installer sur l’ensemble des régions du pays. Une hausse sensible et généralisée des températures est prévue à partir d’aujourd’hui sur toutes les régions du pays, indique le Centre nord-américain des prévisions. Le mercure affichera entre 20 et 22 °C aujourd’hui et entre 24 et 28 °C durant les journées de lundi et mardi. Un pic de 30 °C sera enregistré sur les régions est du pays au cours de la journée de mardi, affirme la même source. Ces températures estivales, ou presque, sont au-dessus de la moyenne saisonnière, précisons-le. A l’origine de cette configuration du temps, l’arrivée de flux sud-ouest dirigé par une dépression située sur les îles Canaris. Ces conditions climatiques sont propices pour le tourisme de montagne qui pourrait être un créneau porteur en ces moments de crise économique qui frappent à nos portes. 

Publié dans Der

Entre le succès et l’échec, il y a la persévérance. Avant-hier, pour l’O Médéa, le rêve est devenu réalité. Ce rêve qu’ils n’ont, deux années de rang, fait que frôler. Soixante-dix ans que le team de cette wilaya attendait ce moment historique. Beaucoup ont cru que les gars du Titteri baisseraient les bras après deux essais avortés. L’envie d’évoluer dans l’élite était plus forte que tous les obstacles qui se sont dressés devant les Matadors. Chronologie d’une montée annoncée et d’un plafond de verre qui a fini par céder face à l’insistance.

Publié dans Sports

Le CR Belouizdad a manqué le coche lorsqu’il a accueilli le RC Rélizane (14e, 28 pts) en concédant un nul spectaculaire (3/3). Un partage des points qui prive les Belcourtois (4es, 36 pts) de recoller au MO Béjaïa (3e, 38 pts). Les Mobistes comptent un match en moins. Pire que le Chabab, l’USM Alger, leader, a pas manqué la réception de la JS Saoura. Les Usmistes ont concédé une seconde défaite (1-2) après le lourd revers à Relizane lors du round précédent et voient le compteur gelé à 51 unités. Un résultat qui profite au team de Béchar qui prend momentanément la seconde place. Les Unionistes ont besoin que d’une victoire pour être officiellement sacrés champions d’Algérie pour la 7e fois de l’histoire. L’autre club d’Alger, le Mouloudia (10e, 32 points), a été surpris par le relégable RC Arbâa (15e, 19 points). Le Doyen a été défait, contre toute attente, sur le score de 3 buts à 1. Toujours pas de victoire sous l’ère Amrouche alors que la zone de danger se rapproche. En revanche, ça va mieux pour la JS Kabylie qui fait la passe de trois grâce à son précieux succès contre le NA Hussein-Dey (1/0) à Tizi-Ouzou. Les Canaris (6es, 35 pts) reviennent à deux longueurs du podium.

Publié dans Sports
  • Azeddine Chih, sélectionneur de l’Algérie :« Ce résultat est vraiment frustrant, car notre équipe a outrageusement dominé les débats et méritait de l’emporter, ne serait-ce que par une petite marge. La réussite nous a malheureusement fait défaut, ce qui a fini par porter un sérieux coup au moral des filles. Après tous ces ratages, les choses n’ont fait qu’aller de mal en pis, d’abord en encaissant le 1er but, puis le second, pratiquement dans la foulée. Heureusement que vers la fin, il y’a eu ce petit sursaut d’orgueil qui nous permet de rattraper le coup. Mais le match retour s’annonce difficile et nous serons vraiment appelés à sortir le grand jeu pour espérer nous qualifier »
  • David Ouma, sélectionneur du Kenya :« L’Algérie possède une très bonne équipe et elle est d’autant plus redoutable lorsqu’elle joue chez elle. C’est pour cette raison que nous avons opté pour la prudence en première mi-temps, car il aurait été risqué pour nous de laisser des espaces derrière, particulièrement devant la N° 10 et la N° 19 (ndlr, Sadou et Bouheni-Benziane), qui selon moi représentent la principale source de danger côté algérien. Néanmoins, malgré tous nos efforts, nous avons quand même encaissé un but. A partir de là, nous étions dans l’obligation de prendre quelques risques en 2e mi-temps. Un choix qui s’est finalement avéré judicieux, puisque nous avons réussi à marquer deux buts. L’Algérie a certes réussi à égaliser vers la fin, mais un nul en déplacement (2-2) reste un bon résultat. En plus, le match retour se jouera chez nous et dans des conditions climatiques plus favorables, car je dois reconnaître qu’ici, le froid a été un sérieux handicap pour mes joueuses ».
Publié dans Sports

Fraîchement élu comme vice-président de l’Union africaine du judo (UAJ), l’Algérien Mohamed Meridja fait le point sur l’état de forme de la discipline en Afrique. Pour lui, l’art martial est en nette régression si l’on se fie aux résultats réalisés sur le plan universel même si les cadors continentaux restent les mêmes. Dès lors, « un plan de redressement » s’impose en vue des années à venir pour essayer de s’inviter dans le gotha mondial.

Publié dans Sports

La sélection algérienne (seniors / dames) de football a compromis ses chances de qualification à la coupe d’Afrique des nations de 2016, en se neutralisant à domicile contre son homologue kényane (2-2) en match aller du dernier tour qualificatif, disputé vendredi à Bologhine (Alger). Les buts de l’Algérie ont été inscrits par Naïma Bouheni-Benziane (29’ et 90’), alors que ceux du Kenya ont été l’œuvre de Sekouane, contre son camp à la 78e minute, et Adam (84’). Les choses avaient pourtant bien démarré pour les protégées du coach Azeddine Chih, ayant largement dominé cette rencontre, en se procurant un grand nombre d’occasions. La première alerte dans ce match est intervenue à la 10e minute, suite à un exploit individuel de Naïma Bouheni-Benziane, ayant dribblé une joueuse adverse, puis la gardienne, avant de se faire subtiliser le ballon par Ambogo, alors que les bois étaient grands ouverts devant elle. Cinq minutes plus tard, Zerrouki s’est procuré une très belle occasion, d’un tir en pivot, avant que Ouadah ne trouve la base du montant droit de la gardienne Akmiyi, d’une belle tête piquée, après un corner bien botté par Bekhedda (24’). Les efforts de la sélection algérienne ont fini par être récompensés à la 28e minute, au terme d’une belle action collective, ayant permis à Bara d’adresser un centre tendu vers Naïma Bouheni-Benziane, dont la reprise de volée au point de penalty est allée se loger en pleine lucarne (1-0). Les protégées du coach Azeddine Chih se sont procuré d’autres occasions en première mi-temps, dont la meilleure a probablement été celle de Zerrouki à la 44e minute, mais sans succès. L’arbitre capverdienne a renvoyé les 22 joueuses aux vestiaires sur le score d’un but à zéro. Après la pause, les Kenyanes sont revenues avec de meilleures intentions et leurs efforts ont fini par être récompensés à la 78e minute, lorsque la capitaine algérienne, Sekouane, a marqué contre son camp, après avoir été acculée par le pressing d’Adam (1-1). Abattues après ce terrible coup du sort, les Algériennes ont encaissé un 2e but, signé Adma (84’). Mais à quelques encablures du coup de sifflet final, au moment où tout semblait perdu pour les Algériennes, Naïma Bouheni-Benziane a surgi, et a offert une égalisation inespérée aux siennes (2-2). Un but synonyme d’espoir pour les protégées du coach Azeddine Chih avant le match retour, prévu dans deux semaines à Nairobi, et qui s’annonce très difficile. 

Publié dans Sports

La Tunisie est en tête du classement général des médailles à l’issue de la première journée du Championnat d’Afrique de judo senior messieurs et dames (8-10 avril) disputée vendredi au Palais des sports d’El Menzah (Tunis). Les Tunisiens ont récolté un total de huit médailles (3 or, 2 argent, 3 bronze), suivis de l’Egypte qui a glané quatre médailles (2 or, 1 argent, 1 bronze) alors qui l’Algérie arrive en troisième position avec neufs médailles (1 or, 3 argent et 5 bronze). Deux autres nations, le Maroc et le Cameroun, ont goûté à l’or durant la première journée de la compétition continentale en glanant une médaille en vermeil. L’Afrique du Sud qui a disputé une finale est le dernier pays qui a gagné une médaille lors de ce Championnat d’Afrique marqué par la présence de 215 athlètes dont 82 dames représentant 31 pays.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7