Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mercredi, 13 juillet 2016

Une tentative d'émigration clandestine de neuf (09) personnes à bord d'une embarcation de construction artisanale a été déjouée mercredi à Annaba par une unité des Garde-côtes, indique le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. "Dans le cadre de la lutte contre l'émigration clandestine, une unité des Garde-côtes d'Annaba (5°Région militaire) a déjoué, le 13 juillet 2016 à 00h25, une tentative d'émigration clandestine de neuf (09) personnes, à bord d'une embarcation de construction artisanale au Nord-ouest de Ras El-Hamra", précise le MDN. "Lors de cette intervention, les personnes en question avaient mis feu à l'embarcation et s'étaient jetées à l'eau", indique la même source, soulignant qu'"une unité de recherche et de sauvetage s'est intervenue afin de les évacuer et de leur donner les soins nécessaires avant de les transférer à l'hôpital pour prendre en charge six (06) parmi eux qui ont subi des brûlures de deuxième degré". (APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Une ligne de transport maritime de voyageurs Alger-Cherchell en passant par Tipaza sera ouverte dès vendredi prochain, a indiqué mercredi l'Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV) dans un communiqué. Concernant les horaires de cette nouvelle navette maritime, le départ d'Alger est à 8h30 et à 14h15, tandis que le retour de Cherchell est à 11h30 et à 17h30. Quant aux tarifs, le voyage Alger-Cherchell coûte 800 DA, celui d'Alger-Tipaza est à 500 DA, alors que Tipaza-Cherchell coûte 300 DA. Pour rappel, une liaison maritime de voyageurs entre Alger et Jijel via Azzeffoun et Bejaia a été inauguré samedi dernier. (APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

La loi complétant l'ordonnance portant Code pénal et celle relative à l'utilisation de l'empreinte génétique dans les procédures judiciaires ont été publiées dans le dernier Journal officiel. Il s'agit de la loi n°16-02 du 19 juin 2016 complétant l'ordonnance n°66-156 du 8 juin 1966 portant Code pénal et de la loi n°16-03 du 19 juin 2016 relative à l'utilisation de l'empreinte génétique dans les procédures judiciaires et l'identification des personnes, publiées au Journal officiel n°37 du 22 juin 2016. Adoptées par la parlement le mois d'avril dernier dans le cadre des réformes profondes engagées dans le secteur de la justice conformément aux orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, les deux lois permettent d'adapter la législation nationale aux progrès enregistrés en matière de moyens de preuve et de recherche scientifique. La loi complétant l'ordonnance portant Code pénal texte vise à adapter le système législatif national aux engagements internationaux, notamment la résolution 2178 du Conseil de sécurité de l'ONU. Le texte criminalise l'"acte de déplacement des Algériens ou des ressortissants étrangers résidant en Algérie, d'une manière légale ou illégale, vers un autre Etat afin de commettre, inciter à commettre ou s'entraîner à commettre des actes terroristes en utilisant les technologies de l'information et de la communication (TIC), ou tout autre moyen". Il s'agit également de criminaliser "les actes de recrutement pour le compte d'associations, corps, groupes, ou organisations terroristes ou leur organisation ou le soutien de leurs actes ou activités ou la diffusion de leur idéologie en utilisant les TIC ou tout autre moyen". La loi explique, par ailleurs, les cas autorisant le recours à la surveillance électronique et définit les règles de procédures concernant la perquisition des systèmes informatiques. Le texte stipule en outre que "les fournisseurs de services sont priés de prêter leur assistance aux autorités chargées des enquêtes judiciaires pour la collecte ou l'enregistrement, en temps réel, des données relatives au contenu des communications et de mettre à leur disposition les données qu'ils sont tenus de conserver". Réglementer l'utilisation de l'ADN dans la procédure judiciaire Pour ce qui est de la loi relative à l'utilisation de l'empreinte génétique dans les procédures judiciaires, elle a pour objectif de réglementer l'utilisation de l'ADN dans la procédure judiciaire et l'identification des personnes disparues ou non identifiées, avec la création d'un service central de l'empreinte génétique. Le texte détermine les autorités habilitées à ordonner les prélèvements pour procéder aux analyses biologiques et celles qui peuvent autoriser ou demander d'effectuer une analyse génétique et les catégories des personnes pouvant être soumises aux analyses génétiques. Cette loi insiste sur le respect de la dignité, de la vie privée de la personne et de la protection de ses données personnelles qui doivent être garanties durant les différentes étapes de prélèvement biologique et d'utilisation de l'empreinte génétique. Elle stipule que les procureurs de la République, les juges d'instruction et les juges de sièges sont habilités à ordonner des prélèvements biologiques et de les analyser génétiquement conformément aux dispositions du code de procédure pénale et de la présente loi. La loi dispose aussi qu'il peut être procédé aux prélèvements biologiques aux fins d'obtenir une empreinte génétique, sur "les personnes suspectées d'avoir commis des crimes ou délits contre la sûreté de l'Etat, les personnes, aux bonnes moeurs, aux biens, à l'ordre public ou des infractions prévues par la loi relative à la lutte contre les stupéfiants ou par la loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, ainsi tout autre crime ou délit lorsque la juridiction compétente le juge nécessaire. Le texte de loi dispose également que le prélèvement biologique sur un enfant ne peut être effectué qu'en présence de l'un de ses parents, de son tuteur, de la personne à laquelle la garde a été confiée ou de la personne les représentants légalement. Dans son volet consacré aux dispositions pénales, le texte prévoit l'incrimination de la divulgation des données enregistrées dans la base centrale des données ainsi que l'incrimination de l'utilisation des échantillons biologiques ou empreintes génétiques à des fins non prévues par cette loi et le refus d'obtempérer aux réquisitions de se soumettre à des prélèvements pour obtenir l'empreinte génétique. Les services spécialisés de la Sûreté et de la Gendarmerie nationales continuent à conserver les échantillons biologiques sur lesquels des analyses génétiques ont été effectuées, jusqu'à leur destruction. (APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Le Maroc et l'ONU se sont entendus sur le retour d'une partie des experts civils de la mission onusienne dans le Sahara occidental après l'expulsion par Rabat en mars de la plupart de ses membres, a indiqué un responsable de l'ONU proche du dossier. Ce dernier a déclaré à l'AFP sous couvert de l'anonymat que "l'ONU et Rabat s'étaient accordés sur le retour de 25 fonctionnaires de la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso) avant l'expiration du délai fixé au Maroc par le Conseil de sécurité". En avril, le Conseil de sécurité de l'ONU avait prolongé de 12 mois le mandat de la Minurso, objet d'une vive querelle entre Rabat et les Nations unies. Il avait également donné 90 jours à Rabat pour permettre le retour des dizaines d'experts civils de la mission expulsés en mars par le Maroc. L'accord entre Rabat et les Nations unies a été conclu "après la visite en juin d'une délégation onusienne au Maroc (...) qui a rencontré notamment des conseillers du roi Mohammed VI afin de trouver une solution à la crise avec l'ONU", selon la même source. Irrité par des propos tenus par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon lors d'une visite dans un camp de réfugiés sahraouis en Algérie, Rabat avait expulsé mi-mars la majeure partie des experts civils internationaux de la Minurso, qui en compte 84. M. Ban avait fait référence à une "occupation" du Sahara occidental. Il avait franchi ainsi une ligne rouge pour Rabat qui considère cette ex-colonie espagnole annexée en 1975 comme partie intégrante du Maroc. Mais le territoire est aussi revendiqué par les indépendantistes du Polisario. Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire. Le Polisario réclame un référendum d'autodétermination. La Minurso a été déployée en 1991 afin de veiller au respect du cessez-le-feu entre le Maroc et le Polisario et organiser un référendum. (AFP)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Une bombe de confection artisanale a été détruite mardi à Tizi Ouzou par les forces de l'Armée nationale populaire (ANP), indique mercredi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). "Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l'ANP a détruit, le 12 juillet 2016, une bombe de confection artisanale à Tizi Ouzou (1e Région militaire)", note le MDN. Par ailleurs, dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, des éléments des Gardes-côtes "ont saisi, à Aïn Témouchent (2e Région militaire), 63 kilogrammes de kif traité, tandis qu'à Tlemcen (2° RM), 2700 litres de carburant et deux (02) véhicules ont été saisis par des éléments des Gardes-frontières". A Biskra (4e RM), un détachement de l'ANP "a arrêté un contrebandier et saisi 32 quintaux de tabac". D'un autre côté, des éléments des Gardes-côtes "ont déjoué, à Oran, trois (03) tentatives d'émigration clandestine de 60 individus à bord de trois (03) embarcations pneumatiques", ajoute la même source.(APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Tunis a annoncé la signature officielle mercredi de l'"Accord de Carthage", un document de synthèse définissant les priorités d'un gouvernement d'union dans le pays. Les différentes parties impliquées dans les concertations à haut niveau déclenchées depuis juin dernier autour d'un nouveau gouvernement d'union en Tunisie ont signé l'Accord de Carthage, a rapporté l'agence de presse officielle tunisienne TAP. Le document signé a été ensuite remis au président tunisien, Béji Caïd Essebsi, qui avait lancé le 2 juin dernier l'idée de formation d'un gouvernement d'union nationale. Cette initiative a rassemblé les quatre partis au pouvoir, notamment Nidaa Tounes victorieux aux élections législatives et présidentielle, son principal allié le parti Ennahdha, et les deux puissants partenaires sociaux (les syndicales ouvrière et patronale) ainsi que des partis politiques favorables à l'idée d'un changement du gouvernement qui permettra une issue à la crise que connaît le pays notamment sur le plan socio-économique. L'Accord de Carthage résume ainsi les priorités du prochain gouvernement tunisien à savoir : combattre le terrorisme et la corruption, impulser le développement et l'emploi des jeunes et élaborer en urgence d'un plan de sauvetage économique orienté vers les secteurs en difficultés, a précisé la TAP. Les concertations autour du gouvernement d'union nationale avaient démarré le 9 juin dernier. Trois réunions se sont tenues à cet effet sous la présidence du chef d'Etat tunisien.(APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Les modalités de mise à disposition de la Caisse nationale du logement (CNL) du financement relatif aux programmes de logements ont été définies par un arrêté interministériel publié au JO no 37. Cet arrêté vient en application de l'article 67 de la loi de finance complémentaire 2015 qui stipule que le financement mis à la disposition de la CNL par voie de subvention concerne non seulement les programmes de réalisation des programmes de logements publics mais aussi les voiries et réseaux divers primaires et secondaire. Concernant la liquidation des dépenses, elle est effectuée par cette caisse sur la base d'opérations inscrites et notifiées aux wilayas, note ce texte réglementaire qui précise que ces opérations feront l'objet de conventions de financement entre la CNL et les maîtres d'ouvrages délégués, désignés pour leur prise en charge. La CNL est tenue de transmettre aux services du ministère des Finances ses prévisions en matière de décaissements à opérer sur le compte de dépôt de fonds auprès du Trésor.(APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

La France a fermé "jusqu'à nouvel ordre" mercredi ses missions diplomatiques en Turquie pour des raisons sécuritaires, a annoncé son ambassade à Ankara. "L'ambassade de France à Ankara et le Consulat général à Istanbul seront fermés à compter de mercredi 13 juillet à 13 heures (10H00 GMT) et jusqu'à nouvel ordre", a annoncé la représentation française dans un communiqué. Cette décision concerne également la mission diplomatique française à Izmir, sur la mer Egée, dans l'ouest de la Turquie. Peu avant, les célébrations du 14 juillet (fête nationale française) qui étaient prévues à Istanbul dès ce mercredi soir et le lendemain dans la capitale Ankara et Izmir ont été annulées pour "des raisons de sécurité", a annoncé la consule générale de France à Istanbul. "Pour des raisons de sécurité, réception 14 juillet à Istanbul annulée, comme à Izmir et Ankara. Nous restons en lien avec les autorités", a écrit sur son compte Twitter Muriel Domenach, consule générale à Istanbul, première métropole de Turquie frappée fin juin par un attentat à l'aéroport international Atatürk. Plusieurs pays, comme les Etats-Unis et l'Allemagne, ont fermé temporairement ces derniers mois leurs ambassades ou consulats en Turquie en raison de menaces sur la sécurité. La Turquie a été la cible le 28 juin d'un triple attentat-suicide qui a tué 47 personnes à l'aéroport international d'Istanbul et a été attribué par Ankara au groupe terroriste autoproclamé Etat islamique (EI/Daech).(APS)

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Un séisme de magnitude 6,3 a été enregistré peu après 12H GMT mercredi à 200 km au nord de l'archipel néo-zélandais des Kermadec, dans le Pacifique sud, a indiqué l'institut géologique américain USGS. Son épicentre était situé en plein océan, à 12 km de profondeur et 201 km au nord-est de l'île Raoul, principale île des Kermadec, a précisé l'USGS. Ce petit archipel isolé est inhabité, en dehors d'une station météorologique et radiophonique sur l'île Raoul. Aucune alerte au tsunami n'a été lancée. Territoire le plus septentrional dépendant de la Nouvelle-Zélande, l'archipel des Kermadec est situé à 1.100 km au nord-est de la principale ville du pays, Auckland. Ce petit archipel est situé sur la ceinture de feu du Pacifique, à la limite de plusieurs plaques tectoniques, marquée par un important volcanisme et une forte activité sismique.(AFP)

Publié dans L'INFO EN CONTINU
Page 1 sur 7