Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 18 juillet 2016

Sur la Promenade des Anglais, théâtre du massacre du 14 juillet, des milliers de personnes se sont rassemblées hier lundi, à 10h00 GMT, au dernier jour du deuil national,  pour rendre hommage aux  victimes, dont dix enfants et adolescents, mais au silence et à l’émotion ont  succédé des cris de colère inédits depuis que la France est la cible d’attaques.

 

Publié dans Monde

La lutte contre le terrorisme «en particulier en Europe, est devenue une priorité absolue», a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, lors d’entretiens avec son homologue portugais, Augusto Santos Silva, en visite officielle en Russie. «Nous prévoyons de discuter, outre des relations bilatérales, de la situation dans le monde, en Europe et de la lutte contre le terrorisme qui est devenue une priorité absolue», ainsi que de la coopération au sein des organisations internationales, particulièrement aux Nations-Unies, a indiqué M. Lavrov au début de sa rencontre avec M. Santos Silva, rapportent les agences de presse russes. «Nous apprécions nos relations qui ont des racines historiques profondes», a souligné M. Lavrov, ajoutant que «nous nous félicitons de l’attitude du nouveau gouvernement du Portugal concernant une coopération à grande échelle avec la Russie dans tous les domaines. Nous partageons ce sentiment». Il a rappelé que la session de la commission inter-gouvernementale sur le commerce et la coopération économique, qui a eu lieu en juin dernier, a permis de surmonter les tendances «négatives» du chiffre d’affaires du commerce bilatéral. «Nous espérons que ce sera accompli», a déclaré Lavrov. «Nous sommes prêts pour le dialogue politique à tous les niveaux, pour encourager les contacts interparlementaires qui ont commencé à se développer et la coopération entre les ministères des Affaires étrangères», a-t-il noté.

Publié dans Monde

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion à dominante touareg) du Mali et la coalition de groupes armés progouvernementaux maliens baptisée «la Plateforme» ont réaffirmé dimanche à Niamey leur «attachement» à l’accord d’Alger, indique un «document d’entente» signé par les responsables des deux parties. L’accord d’Alger peine à être mis en oeuvre depuis sa signature en mai 2015 par le gouvernement malien et des groupes armés pour instaurer une paix durable dans le Nord du Mali, également théâtre de nombreuses rébellions touaregs. Il prévoit notamment la création d’assemblées régionales dotées de pouvoirs importants, élues au suffrage universel direct. Mais sans autonomie ni fédéralisme, selon Bamako. «La CMA et la Plate-forme réaffirment leur attachement à l’Accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali», précise le document signé dimanche soir et publié lundi par les médias officiels. Les deux groupes se sont dit «attachés» aux «mécanismes de mise en oeuvre» de l’accord et ont «exprimé leur volonté de contribuer à faciliter son application», souligné le texte. Le Premier ministre nigérien Brigi Rafini, lui-même touareg, et l’ambassadeur d’Algérie au Niger Billal Azzouz étaient présents à la signature du document. «C’est extrêmement important pour vous-mêmes, pour le Mali, pour le Niger et pour toute la sous-région», a commenté à la télévision, M. Rafini, un Touareg du nord du Niger, proche du Mali. «En attendant la mise en oeuvre» de l’accord d’Alger, les deux camps conviennent de «prendre des dispositions immédiates» en vue de «faire baisser la tension à Kidal» et d’une «gestion collégiale de la sécurité» et des «activités socio-économiques», note le communiqué. Ils ont également souhaité une «accélération du processus» de mise en place des autorités intérimaires» et «l’opérationnalisation des patrouilles mixtes». «La stabilité souhaitée n’est pas gagnée d’avance», surtout «avec le chaos en Libye», a confié à l’AFP une source touareg nigérienne. «Il faut aussi résoudre l’équation Iyad Ag Ghaly (chef du groupe djihadiste Ansar Dine), qui a des affinités avec des membres de la CMA», souligne cette source qui a requis l’anonymat. Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda, dont Ansar Dine. Ces djihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France.

Publié dans Monde

Après la tentative de coup d’Etat manquée en Turquie, plus de 7 500 personnes ont été placées en garde à vue, a indiqué, hier, lundi, le Premier ministre turc Binali Yildirim.

 

Publié dans Monde

Deux attentats à la voiture piégée ont visé lundi des points de contrôle de l’armée autour de Moukalla, dans le sud-est du Yémen, faisant 11 morts dont 4 civils, selon un nouveau bilan rapporté par des médias citant des sources médicales et sécuritaires. Les attaques ont été perpétrées à la même heure contre deux points de contrôle, la première à Burum, où un kamikaze au volant d’une camionnette piégée a foncé sur un checkpoint militaire, dans la banlieue ouest de Moukalla, tandis que la deuxième a ciblé un autre point de contrôle de l’armée à Hajar, un village situé 15 km plus loin, selon des sources sécuritaires. ‘’Onze personnes ont été tuées et 18 blessées dans les deux attentats», a révélé le responsable de la santé de la province du Hadramout, dont Moukalla est le chef-lieu, Riad Al-Jalili, ajoutant que quatre civils, dont une femme, figurent parmi les victimes.
Un précédent bilan faisait état de 5 morts. Les deux attentats n’ont pas été encore revendiqués, mais le commandant de la 2e région militaire, le général Faraj Salemine, les a attribués à «des terroristes».
Les éléments du groupe terroriste autoproclamé» Etat islamique» (Daech/EI) et d’Al-Qaïda, pourchassés par les forces gouvernementales, restent actifs dans le sud et le sud-est du Yémen, où ils ont profité de la guerre qui oppose depuis mars 2015 les troupes loyalistes aux rebelles pour intensifier leurs actions.

Publié dans Monde

Au moins 21 civils ont péri, lundi, dans des frappes aériennes de la coalition internationale sur Minbej, fief assiégé du groupe terroriste autoproclamé «Etat islamique» (Daech/EI) et un village voisin, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). «Au moins 15 civils ont péri dans ces frappes sur un quartier du nord de la ville de Minbej», visée depuis un mois et demi par une offensive d’une alliance arabo-kurde, et six autres ont été tués dans le village d’Al-Toukhar, au nord de la cité, d’après la même source. Depuis le début le 31 mai de l’offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS) contre Minbej, la coalition internationale frappe quotidiennement cette ville qui compte encore des dizaines de milliers de civils et qui est à 75% aux mains de l’EI. Le 23 juin, les FDS avaient réussi à pénétrer dans cette ville de la province d’Alep (nord) qui servait aux terroristes de principal carrefour d’approvisionnement, de la frontière turque vers les zones sous leur contrôle en Syrie. Les combats se poursuivent dans la ville mais les FDS avancent lentement depuis début juillet, en raison des mines et surtout d’une résistance farouche du groupe terroriste qui mène des attentats suicide à la voiture piégée contre leurs positions. Des dizaines de milliers de civils ont réussi à s’enfuir de la ville avec l’aide des FDS, selon l’Observatoire. La guerre en Syrie, qui a éclaté en 2011, a fait plus de 280.000 morts et forcé des millions de personnes à quitter leurs foyers, engendrant une crise humanitaire majeure dans ce pays, dans les pays voisins et en Europe.

Publié dans Monde

La wilaya d’Oum El Bouaghi prendra part aux Olympiades de la jeunesse qui auront lieu à Alger du 15 au 18 août 2016, avons-nous appris de sources concordantes de l’Office des établissements de jeunesse d’Oum El Bouaghi. Aussi importe-t-il de rappeler que la wilaya a concrétisé lors des Olympiades de jeunesse 2015 la 3e place dans la branche «Histoire et Echecs».

Publié dans Région

Le directeur de la santé et de la population de la wilaya de Tissemsilt a décidé dernièrement la suspension d’un nombre de cadres, de médecins et de fonctionnaires de plusieurs établissements de la santé, a-t-on appris, dimanche, du responsable Mohamed Madjen. Cette décision, prise suite aux directives du wali, Abdelhamid El Ghazi, sur demande du ministère de tutelle, concerne, a-t-il déclaré à l’APS, le directeur des services de santé à l’EPH de Tissemsilt pour «incompétence» et des surveillants médicaux du même établissement qui comparaîtront devant la commission paritaire pour «négligence de leur travail», de même que deux agents de sécurité du même établissement pour «mauvais comportement vis-à-vis des citoyens». Il a été décidé également la suspension de deux médecins de l’établissement public de santé de proximité de Théniet El Had pour «non-accomplissement de la garde à l’Aïd El Fitr». Ces derniers seront présentés devant le conseil disciplinaire. Un infirmier a été aussi suspendu pour une durée de 8 jours pour «absence durant les deux jours de l’Aïd», a-t-on ajouté. En outre, des mesures disciplinaires seront prises à l’encontre d’un médecin spécialiste en radiologie à l’EH de Tissemsilt ayant pris un congé durant les deux jours de l’Aïd et ne figurant pas au tableau de garde, selon la même source. La direction de la santé a demandé des justifications au directeur de l’EPSP de Théniet El Had au sujet de son manquement au service de garde. M. Madjen a indiqué que le wali avait consacré une visite à l’EPH de Tissemsilt le 5 juillet dernier qui lui a permis de relever un manque d’hygiène et un matériel médical en panne. Cette situation a été prise en charge en application des instructions du wali, a-t-on indiqué. Dans le but d’assurer une meilleure gestion au niveau de cet établissement, trois cadres ont été désignés pour accompagner le directeur dans sa mission. Il s’agit du chef de service infrastructures à la DSP, du président du conseil médical et du doyen des médecins, a-t-on précisé. La couverture sanitaire était assurée à travers les établissements sanitaires durant les fêtes de l’Aïd El Fitr et de l’Indépendance, a affirmé le même responsable. 

Publié dans Région

Un mort et 15 blessés en 48 heures dans la wilaya de Mila, et le compte n’est pas près de prendre fin au vu des communiqués qui nous parviennent quotidiennement de la cellule d’information de la Direction de la Protection civile de la wilaya de Mila, annonçant des accidents, des incendies, des tentatives de suicide, des suicides ou des noyades. Ces «horreurs» sont devenues le quotidien de la société algérienne, à croire que mourir ou terminer sa vie dans un fauteuil roulant est devenu banalité. Mourir ne signifie plus rien pour la plupart d’entre nous. L’être humain, selon toutes les statistiques émanant des services de sécurité et de la Protection civile, est le premier responsable de ces drames qui endeuillent les familles. L’homme (chauffeur ou autre) se rendra-t-il compte un jour des crimes qu’il commet ? Ces deuils cesseront-ils un jour ? Toutes les campagnes de sensibilisation menées par les médias et les services de sécurité n’auront servi ou ne servent à rien, l’hécatombe se poursuit. L’erreur humaine continue d’apporter deuil et consternation dans les familles, rien ne semble arrêter la furie dévastatrice de ces chauffeurs en mal d’exploits. Durant les dernières quarante-huit heures, les éléments de la Protection civile de l’unité secondaire de Grarem-Gouga aidés par ceux de l’unité principale de Mila, ont évacué 8 blessés victimes d’une collision entre une 208, une 307 et un véhicule de marque Nissan. La huitième victime, H. Y., âgée de 28 ans, décédera lors de son arrivée aux urgences. A Redjas, à proximité du cimetière des Partyrs, une voiture de tourisme se renverse, on en retire 7 blessés, âgés entre 5 et 44 ans. Enfin, à proximité du centre universitaire Abdelhafid-Boussouf, sur la RN 79, une Xsara dérape, un enfant de 5 ans et un homme de 44 ans se blessent. Les victimes de la collision du dérapage et du renversement 5 véhicules ont été pris en charge par les éléments de la Protection civile et évacués vers les structures sanitaires les plus proches des lieux des drames. 

Publié dans Région

La cité Pépinière, qui a la chance d’être située en bordure de la grande bleue, souffre de mille et un maux. Tout d’abord, la promiscuité dans laquelle évoluent de nombreuses familles qui occupent des F2 et logeaient dans des studios. Elles espèrent que leur tour viendra par la suite. Le cercle de la famille s’étant agrandi depuis l’occupation des lieux et maintenant se pose pour les résidents le problème d’espace vital. Le deuxième problème est bien celui des habitations de la Beymoute qui sont là depuis une bonne cinquantaine d’années à patienter, et à subir les effets de l’amiante qui fait partie des matériaux du mélange de ciment de ce produit cancérigène des plaques «eternit» qui sert de toiture. De nombreuses personnes sont mortes du cancer suite à l’irradiation subie, d’après nos informations recueillies auprès d’habitants de cette cité. 
D’autre part, l’un des dangers les plus importants est bien celui des vaches errantes qui sont la cause de nombreux accidents parfois mortels, lorsqu’elles enjambent les glissières pour traverser la RN 4. Profitant des saletés qui sont déversées à ciel ouvert dans les différents coins et recoins de la cité, elles trouvent là leur pitance et ne se gênent pas pour éventrer les sacs poubelles. Cela fait, bien sûr, l’affaire des propriétaires de ces véritables troupeaux errants.

Publié dans Région
Page 1 sur 9