Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 19 juillet 2016

Les communes de la wilaya de Bouira sont appelées à examiner toutes les possibilités afin de trouver des alternatives permettant d’optimiser leurs ressources financières en recourant notamment à l’exploitation rationnelle de leurs biens et au recouvrement de leurs recettes accumulées depuis des années, a insisté, lundi, le wali, Nacer Maskri.
Au cours d’une réunion, tenue au siège de la wilaya en présence des 45 présidents d’Assemblées populaires communales (P/APC) et les responsables des Trésors communaux, le wali a lancé cet appel pour inciter les responsables des municipalités à travailler ensemble et davantage de façon à rationaliser les deniers publics des collectivités locales en vue de renflouer leurs caisses et atteindre le principal objectif qui est l’autofinancement des projets locaux. «Vous êtes tous tenus de penser sérieusement à trouver d’autres alternatives en vue d’optimiser les ressources fiscales et patrimoniales des communes», a lancé M. Maskri à l’adresse des responsables présents à cette rencontre destinée également à l’examen de la gestion du patrimoine des communes dans un contexte marqué par la crise née de la chute drastique des prix du pétrole depuis plusieurs mois.
Au cours de cette réunion tenue dans le cadre des orientations et instructions du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, le wali de Bouira a mis l’accent devant les P/APC des 45 communes de la wilaya sur l’impératif d’aller vers une politique économique locale, en exploitant tous les biens matériels et immatériels des communes en vue de tirer profit et renflouer les caisses «au lieu d’attendre toujours les subventions et aides de l’Etat». A cet effet, M. Maskri a appelé les différentes parties concernées à travailler en parfaite coordination en vue d’identifier et de recenser le plus rapidement possible tous les biens publics des communes (locaux commerciaux, crèches, parkings et tout autre bien communal) en vue de les rentabiliser, tout en les incitant également à penser à d’autres solutions susceptibles d’apporter un plus financier à la commune en vue d’aider cette dernière à faire face à tout problème de développement.
Le chef de l’Exécutif de la wilaya de Bouira a demandé, entre autres, aux présidents des communes d’œuvrer de façon permanente à améliorer le cadre de vie et environnemental des citoyens et ce par le biais, notamment, de la création des espaces verts, les opérations de désherbage et de nettoyage.
M. Maskri a appelé, en outre, à exploiter les trois centres d’enfouissement technique (CET) de Bouira, d’Ahnif et d’Aïn Bessam dont dispose la wilaya en vue de lever toutes les ordures ternissant l’image de ces communes et autres localités limitrophes. Le même responsable a saisi cette occasion pour donner de fermes instructions aux P/APC concernant la généralisation de l’éclairage public au niveau des chefs-lieux de communes où des opérations d’aménagement sont déjà achevées depuis des mois. 

Publié dans Région

Les éléments de la Police judiciaire relevant de la Sûreté de wilaya de Ghardaïa ont arrêté deux personnes présumées impliquées dans le callaissage et le lancement de cocktails Molotov sur un bus à Ghardaïa, alors que quatre autres, formellement identifiés, sont activement recherchés.

Publié dans Région

Ce début de semaine a connu des drames de la baignade. En effet, selon les services de la Protection civile relevant de la direction de wilaya, le premier noyé a été repêché au niveau de la commune côtière de Béni Haoua, à 100 km au nord-est de la ville de Chlef. La victime est un jeune homme âgé de 25 ans originaire de la wilaya de Aïn Defla. La deuxième victime s’est noyée dans le barrage de Sidi Yaâcoub, situé dans la commune de Ouled Ben Abdelkader, à 25 km au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya. L’homme âgé de 24 ans a plongé et n’a pu réapparaître. Les températures caniculaires qui règnent dans cette wilaya considérée comme des plus chaudes du pays poussent les jeunes à prendre tous les risques pour un peu de fraîcheur. Les retenues collinaires, les mares, les barrages sont les endroits où l’on a enregistré le plus d’accidents. Avec ces deux dernières victimes, le nombre de noyés s’élève à 16 depuis le mois de mars dernier.

Publié dans Région

Dix-neuf personnes ont été interpellées dans la commune de Sidi M’hamed (M’sila) lorsque des habitants se sont opposés, dimanche, à un projet de réalisation d’une conduite de gaz de ville, a-t-on appris lundi auprès du groupement de la Gendarmerie nationale. Des habitants du village agricole de la commune de Sidi M’hamed, située à 180 km au sud-ouest du chef-lieu de wilaya, se sont regroupés dimanche au chantier du projet de la conduite de gaz de ville devant traverser des parcelles de terre des riverains et ont tenté d’arrêter les travaux lancés par une entreprise, sécurisés par des gendarmes des brigades d’Aïn El Melh et d’un escadron d’intervention réquisitionnés par le wali, a précisé la même source. Le wali s’est déplacé sur les lieux en compagnie du commandant du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de la wilaya, du chef de daïra et du président de l’APC de Sidi M’hamed pour tenter de calmer les esprits, a-t-on encore détaillé, signalant trois blessés parmi les gendarmes appelés à intervenir dans ce conflit. Les protestataires se sont par la suite dispersés, a-t-on conclu de même source, ajoutant que les interpellés seront présentés incessamment devant le procureur de la République.

Publié dans Région

Dix-neuf personnes ont été interpellées dans la commune de Sidi M’hamed (M’sila) lorsque des habitants se sont opposés, dimanche, à un projet de réalisation d’une conduite de gaz de ville, a-t-on appris lundi auprès du groupement de la Gendarmerie nationale. Des habitants du village agricole de la commune de Sidi M’hamed, située à 180 km au sud-ouest du chef-lieu de wilaya, se sont regroupés dimanche au chantier du projet de la conduite de gaz de ville devant traverser des parcelles de terre des riverains et ont tenté d’arrêter les travaux lancés par une entreprise, sécurisés par des gendarmes des brigades d’Aïn El Melh et d’un escadron d’intervention réquisitionnés par le wali, a précisé la même source. Le wali s’est déplacé sur les lieux en compagnie du commandant du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de la wilaya, du chef de daïra et du président de l’APC de Sidi M’hamed pour tenter de calmer les esprits, a-t-on encore détaillé, signalant trois blessés parmi les gendarmes appelés à intervenir dans ce conflit. Les protestataires se sont par la suite dispersés, a-t-on conclu de même source, ajoutant que les interpellés seront présentés incessamment devant le procureur de la République.

Publié dans Région

A Bordj, à Mansoura, à Bordj Ghedir ou à Ras El Oued, le ministre de la Santé, Boudiaf, a tenu à faire savoir aux malades dialysés que la meilleure manière de se débarrasser des machines et des lourdeurs de la pathologie, c’est la solidarité familiale à travers le don d’un rein.

Publié dans Région

La piraterie a fait son apparition au large des côtes de Annaba avec un premier abordage effectué il y a une dizaine de jours par des individus masqués. La victime, un pêcheur à bord d’une barque, s’est vu agressé (coups de couteau au visage) avant que le moteur de sa barque ne soit démonté sous ses yeux et emmené sur une autre barque qui a pris le large à toute vitesse. Le pêcheur a dû ramer longtemps avant d’accoster au port de pêche pour aller directement porter plainte au niveau du groupement territorial des garde-côtes (GTGC). La seconde opération du genre a eu lieu il y a trois jours où deux barques ont été prises en chasse par des assaillants qui avaient tenté un abordage.
Les marins-pêcheurs en voyant se rapprocher une barque suspecte ne portant aucune identification ont très vite quitté les lieux pour rentrer au port à toute vitesse, craignant d’être pris et dépouillés de leurs biens. Ces derniers, selon nos informations, n’ont pas porté plainte de crainte de représailles de la part de ces pirates qu’ils doivent probablement connaître, surtout que l’incendie d’un bateau au niveau du port il y a quelques jours est toujours présent dans les esprits.
Au niveau du GTGC, on nous a confirmé qu’il y a eu effectivement plainte d’un pêcheur au sujet d’un acte de piraterie au large commis par des individus, l’enquête est en cours et l’on est déjà arrivé à identifier les auteurs qui seront bientôt arrêtés et présentés à la justice.
Des informations recueillies dans les milieux marins affirment que les barques utilisées ne portent aucune identification et viennent de la localité de Sidi Salem, un petit village côtier situé à 5 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Ces «Somaliens», comme on les appelle désormais, possèdent des barques échouées sur la plage de Sidi Salem qu’ils utilisent pour s’attaquer aux pêcheurs au large pour les aborder et leur prendre les moteurs qu’ils revendent aux passeurs et aux braconniers, des moteurs qui coûtent entre 30 et 40 millions sans aucun document.
A Sidi Salem, nous avons constaté sur place qu’il y a effectivement des dizaines de barques anonymes échouées sur la plage, à quelques mètres du siège de la Sûreté extra-muros de la police. Des barques qui n’ont jamais été contrôlées. 

Publié dans Région

Dans un communiqué rendu public, les services de police ont fait part d’un bilan satisfaisant de leur mobilisation rigoureuse pour assurer la sécurité des personnes et des biens durant la période du mois sacré. Dans ce sillage, les mêmes services font état de pas moins de 650 éléments de police judiciaire de divers grades mobilisés pour la couverture de nombreux points à travers les 4 grands centres urbains, comptabilisant une animation particulière : Oum El Bouaghi, Aïn Fakroun, Aïn M’lila, Aïn Beïda. Il s’agit surtout des marchés couverts et cités commerçantes tels El Amel, Houari-Boumediène du chef-lieu de wilaya, Houari-Boumediène, Abbas Laghrour (Esaimine), Bouaguel Ahmed (Staïfia), place de la Palestine (Aïn Beïda), Bouha Belarbi, Khanfri, Enour et 5-Juillet (Aïn M’lila), Route de Constantine, Essatha (Aïn Fakroun). Ainsi, pas moins d’une centaine d’opérations de contrôle et d’identification de routine ont été effectuées par les patrouilles pédestres et mobiles Les policiers ont effectué aussi plus d’un millier de descentes, ayant ciblé 1 452 points divers tels les marchés hebdomadaires et quotidiens, lieux publics, quartiers populaires et autres au cours desquelles plus de 1 500 individus ont fait l’objet d’arrestation. D’autre part, les services de police ont comptabilisé près de 2 000 opérations de maintien de l’ordre public dont 810 ont concerné les mosquées, les places publiques et les structures postales, 630 autres opérations ont concerné la sécurité de la session exceptionnelle du baccalauréat 2016. D’autre part, pas moins de 31 individus recherchés (17 pour crimes, 12 pour le Service national et 2 autres cas) ont fait l’objet d’arrestation dans le cadre des opérations de contrôle d’identité effectuées par les services de la Police judiciaire. 

Publié dans Région

Un lauréat de Tissemsilt a décroché le baccalauréat maths techniques session 2016 avec la mention excellent et une moyenne de 18,41 sur 20, soit la meilleure dans cette filière à l’échelle nationale, a-t-on appris de la Direction de l’éducation de la wilaya. L’élève Bendjara Mohamed Amine étudiait au lycée Frères Maakeb, dans la commune de Ammari, a-t-on précisé. Le directeur de l’établissement scolaire, Hammar Djelloul, a indiqué que cet élève «très doué en mathématiques a réalisé ce brillant résultat grâce à son travail assidu de révision et de consultation des ouvrages et manuels dont dispose le lycée et le suivi et accompagnement permanent des parents durant l’année scolaire». La wilaya de Tissemsilt a réalisé dans les examens du baccalauréat session 2016 un taux de réussite de 60,13%, soit 2 550 lauréats sur 4 249 candidats. Le lycée 11-Décembre de Tissemsilt vient en tête dans ce taux avec 78,22%. L’élève Bendjara Mohamed Amine s’est classé premier au niveau de la wilaya avec une moyenne de 18,41/20 et Djaadel Chahra du lycée Mohamed-Boudiaf de la commune de Khemisti deuxième avec 18,05/20, a-t-on indiqué.

Publié dans Région

Revendiqué par l’association des grossistes de la wilaya de Tizi Ouzou et inscrit en réalisation, dans le cadre d’un projet de 9 projets similaires au niveau national, il y a presque deux ans, du temps où Amara Benyounes était ministre du Commerce, le marché de gros de la ville des Genêts verra-t-il enfin le jour ?

Publié dans Région
Page 1 sur 6