Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 07 juillet 2016

Douze (12) personnes ont trouvé la mort et 11 autres ont été blessées dans 12 accidents de la route survenus dans différents endroits du pays durant ces dernières 48 heures, selon un bilan établi jeudi par les services de la Protection civile.

Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Djelfa où deux personnes sont décédées et deux autres ont blessées, suite au renversement d'un véhicule léger survenu sur la RN 40 B dans la commune de Sidi Laâdjel.

En outre, les unités de la Protection civile ont effectué, durant la même période, 4089 interventions pour répondre aux appels de secours, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuations sanitaires, extinction d'incendies et dispositifs de sécurité.

A signaler également que 110 interventions, liées au dispositif de la surveillance des plages, ont été effectuées à travers les wilayas côtières, où 79 personnes ont été secourues et sauvées de noyade dans les plages surveillées.

D'autre part, quatre personnes sont décédées noyées dans les réserves d'eau à Médéa, Skikda et Djelfa.

SOURCE APS

 
Publié dans L'INFO EN CONTINU

Un hommage national a été rendu jeudi aux Invalides à Michel Rocard, l’homme de la "deuxième gauche" et ami fidèle de l’Algérie qui s’était engagé contre la guerre livrée par la France coloniale contre le peuple algérien.

De nombreux responsables politiques étaient présents dans la cour des Invalides à Paris pour rendre un hommage national, cinq jours après sa mort à l’âge de 85 ans,  à l’ancien Premier ministre sous François Mitterrand (1988-1991), précédé par une cérémonie au temple de l’Etoile à Paris.

A la demande du défunt dans un testament, son ami Edmond Maire, secrétaire national de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) de 1971 à 1988, puis François Hollande ont prononcé un éloge funèbre devant son cercueil posé à même le sol de la Cour des Invalides.

Il doit être incinéré et ses cendres devant ensuite être inhumées en Corse, sur cette île où, selon ses termes, sa dernière épouse, Sylvie, connut ses "joies d'enfant".

Le président François Hollande a salué, dans un discours, une "grande et belle figure de la République". Théoricien de la "deuxième gauche", Michel Rocard, selon le président français, "pouvait être sévère à l'égard de la première", mais il savait "que les deux gauches devaient s'unir pour gouverner".

Dans sa dernière interview, un testament politique, accordée à l’hebdomadaire le Point du 23 juin dernier, il avait affirmé que la gauche française actuelle est "la plus rétrograde".

Dans son analyse de la classe politique française, Michel Rocard a estimé que "la démocratie chrétienne avait un projet de société pour toute l’Europe qu’elle a fini par abandonner. Le gaullisme a disparu. Le communisme s’est englouti dans son propre archaïsme et le socialisme porte un projet, mais il n’est plus clair depuis longtemps".

Très jeune, il milita activement au sein de la gauche française, notamment à la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO), et se dressa alors contre la politique "algérienne" de Guy Mollet pour entrer en dissidence.

En sa qualité de secrétaire des Etudiants socialistes, il est hostile à la guerre menée par sa famille politique contre le peuple algérien et fonde le PSA (Parti socialiste autonome).

Le 17 février 1959, en sa qualité de fonctionnaire, âgé de 28 ans, il remet un rapport sur les conditions prévalant dans les camps de concentration des Algériens (homme, femmes et enfants) au délégué général en Algérie.

Le rapport faisait état d’une réalité ignorée par l’opinion publique concernant plus d’un million d’Algériens, détenus dans des conditions inhumaines dans ces camps, une des tragédies les plus méconnues de la guerre d’Algérie, qui enregistraient une mortalité enfantine effrayante.

Michel Rocard relatait dans son rapport que, par jour, près de 500 enfants sont menacées de famine. Alerté par l'auteur du rapport, le cabinet du garde des Sceaux du gouvernement de Michel Debré, Edmond Michelet, décide de donner ce rapport à la presse.

Selon des historiens, ce rapport est à l’origine du manifeste des « 121» intellectuels et hommes de culture français contre la « guerre d’Algérie», dans lequel les signataires dénoncent la pratique de la torture et s’engagent à refuser de "prendre les armes contre le peuple algérien".

Dans un message de condoléances adressé à son homologue français, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a qualifié le défunt d’"ami fidèle" de l'Algérie ayant contribué à bâtir des relations bilatérales "frappées du sceau du respect mutuel".

"Esprit généreux et universel, s'il en est, Michel Rocard a, dans bien des moments, su être en avance sur son époque. Il a gagné une place de choix dans l'histoire de la France et dans celle d'autres nations comme la mienne dont il a su très tôt capter l'aspiration indomptable à la liberté", a affirmé le chef de l’Etat.

"Homme de lucidité, de courage et d'engagement, il aura été de ceux qui ont précisément compris que la grandeur de la France allait se mesurer à la capacité de ses dirigeants d'inscrire leur attitude dans la cohérence de l'histoire en allant à la rencontre d'une indépendance que l'Algérie avait gagnée de haute lutte, avant de contribuer à bâtir des relations bilatérales frappées du sceau du respect mutuel", a-t-il relevé, soulignant qu’avec sa disparition, "la France perd un homme de coeur et de raison, l'Algérie un ami fidèle, l'humanité un être d'exception".

SOURCE APS

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Près de 300 personnes ont péri dans un attentat suicide dimanche à Bagdad revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI), l'un des plus meurtriers jamais commis en Irak, selon un nouveau bilan fourni jeudi. L'attentat au véhicule piégé a fait au moins 292 morts et quelque 200 blessés, a indiqué la ministre de la Santé Adila Hammoud dans un communiqué, révisant une nouvelle fois à la hausse un précédent bilan de 250 morts. Selon le communiqué, 115 corps ont été identifiés et remis à leurs familles alors que les examens se poursuivent pour identifier 177 autres personnes tuées dans l'attaque menée dans le quartier majoritairement chiite et animé de Karrada dans le centre de Bagdad. La puissante explosion du véhicule bourré d'explosifs a dévasté la rue bondée, détruisant des bâtiments et provoquant d'énormes incendies. Elle s'est produite au moment où les Irakiens faisaient leurs courses avant l'Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du ramadan. Le bilan n'a cessé de s'aggraver depuis dimanche. Face à la colère des familles qui réclament des nouvelles de leurs proches, la ministre irakienne a assuré avoir ordonné au personnel de la Médecine légale de ne pas cesser le travail d'identification pendant l'Aïd el-Fitr, célébré depuis mercredi. Elle a dans le même temps pressé les proches des victimes de se rendre au département de la Médecine légale pour des prélèvements d'ADN. L'attentat a provoqué la colère des Irakiens face à l'incapacité du gouvernement à protéger les populations civiles et à mettre en oeuvre des mesures de sécurité efficaces. Il a entraîné la démission du ministre de l'Intérieur, Mohammed Al-Ghabbane qui avait admis des failles dans les mesures de sécurité à Bagdad, en soulignant que les points de contrôle disséminés à travers Bagdad étaient "absolument inutiles". Selon lui, le véhicule piégé venait de la province de Diyala, au nord de la capitale, ce qui signifie qu'il est parvenu à franchir sans encombre les checkpoints de sécurité lors de son trajet. La démission du ministre a été acceptée par le chef du gouvernement Haider al-Abadi. L'attaque de Bagdad, l'une des plus meurtrières de l'histoire du pays, a été condamnée par la communauté internationale. Mercredi soir, des milliers d'Irakiens, portant des drapeaux irakiens et des bougies, se sont rassemblés sur le site de l'attentat pour exprimer leur solidarité avec les proches des victimes. L'EI s'est emparé en 2014 de larges pans du territoire irakien mais a depuis perdu du terrain au profit des forces gouvernementales, soutenues par les frappes de la coalition internationale sous commandement américain. Malgré ses revers, le groupe ultraradical sunnite a continué à commettre des attentats sanglants visant notamment la communauté chiite, majoritaire en Irak, qu'il considère comme hérétique. SOURCE AFP

Publié dans L'INFO EN CONTINU

Un détachement combiné de l'Armée nationale  populaire (ANP) a arrêté jeudi à Kherichba (Ghardaïa) quatre criminels à bord d'un véhicule tout-terrain en leur possession deux fusils de chasse et une quantité de munitions, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

"Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, un détachement combiné de l'ANP a arrêté, le 7 juillet 2016 dans la zone de Kherichba à Ghardaïa/4°RM, quatre (4) criminels à bord d'un véhicule tout-terrain, en leur possession deux (2) fusils de chasse, une quantité de munitions et deux (2) paires de jumelles", précise la même source.

A Tlemcen/2°RM, des éléments de la Gendarmerie nationale "ont saisi 34,5 kilogrammes de kif traité", ajoute le communiqué, indiquant également qu'à Tamanrasset/6°RM, un détachement de l'ANP "a intercepté 11 immigrants clandestins de différentes nationalités africaines".

SOURCE APS

Publié dans L'INFO EN CONTINU