Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 08 août 2016

Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation, plus connu sous l’acronyme Cnapeste, tient actuellement son université d’été. Une parenthèse estivale néanmoins studieuse durant laquelle ce syndicat enseignant, considéré comme l’un des plus importants du secteur, fait le point sur ses activités et les dossiers qu’il a en charge.

«Durant cette université d’été, nous allons débattre en ateliers du projet de la réforme de l’examen du baccalauréat certes, mais aussi de la question de la retraite et du code du travail », a indiqué à ce sujet son porte-parole, Messaoud Boudiba. Jusqu’au 11 août prochain, 400 participants prennent part à cette université d’été qui se déroule dans la ville côtière d’El Aouana dans la wilaya de Jijel.

Publié dans Actualité

En dépit des troubles politiques et sécuritaires qu’elle a connus, la Tunisie attire toujours, en grand nombre, les touristes étrangers et particulièrement Algériens.

De notre envoyé spécial à Hammamet (Tunisie), Fayçal Djoudi

Combien sont-ils à faire des centaines de kilomètres pour passer la frontière Est de l’Algérie et rejoindre le pays du Jasmin, ses hôtels et ses stations balnéaires ? Qu’ils soient des villes frontalières, de l’Algérois ou même de l’extrémité oranaise ; en famille entière avec bagages et marmailles, en couples, pour un voyage de noces ou d'agrément, les Algériens sont en passe de développer un nouveau ré- flexe estival : prendre ses valises et direction Hammamet, Sousse, Nabeul ou Monastir.

Publié dans Actualité

Les travaux de la septième édition de l’université d’été des cadres du Front Polisario et de la Ré- publique arabe sahraouie démocrate (RASD) débuteront aujourd’hui à l’université Mohamed-Bougara de Boumerdès, et ce, jusqu’au 22 du mois courant. Selon Mohamed Lamine Dabara, porte-parole de l’ambassade sahraouie à Alger, l’évènement organisé conjointement par le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) et l’ambassade de la RASD, se tiendra cette année sous le slogan «Loyauté à nos martyrs ». «C’est la première université d’été à laquelle le défunt Mohamed Abdelaziz décédé le 31 mai dernier n’y assistera pas. A cet effet, un hommage particulier lui sera rendu», nous a-t-il déclaré. M. Dabara a fait savoir que la cérémonie d’ouverture sera rehaussée par la présence du secrétaire général du Front Polisario et président de la RASD, Brahim Ghali, récemment élu. Selon le porte-parole de l’ambassade sahraouie à Alger, l’événement est une opportunité pour faire le point sur la cause sahraouie avec des invités d’horizons divers, c’est aussi une action de solidarité avec les Sahraouis dans leur juste combat pour la dignité et la liberté. L’université d’été offrira aussi un espace aux universitaires et personnalités algériennes pour débattre de l’actualité internationale, notamment celle du Maghreb. Plus de 400 participants, ajoute le porte-parole de l’ambassade, sont attendus à ce rendez-vous annuel. La première conférence sera donnée par le politologue Abderrzak Saghour. Il est attendu aussi que l’universitaire Zohir Bouamam intervienne sur le vœu annoncé du Maroc de réintégrer l’Union africaine. Le ministre délégué chargé de l’Europe, Mohamed Sidati et le docteur Rezzag Bara, juriste et haut fonctionnaire de l’Etat, devront intervenir, apprend-on aussi, sur la question du pillage des ressources et richesses des territoires sahraouis. L’historien Mohamed El Corso et ancien président de la fondation 8 Mai 1945 s’exprimera quant à lui sur les «circonstances du 20 Août et ses conséquences sur la Révolution algé- rienne et autres mouvements de libérations». 

Publié dans Actualité

Le directeur général de la Caisse nationale d’assurances sociales (CNAS), Tidjani Hacène Heddam, en visite hier dans la wilaya de Guelma pour prendre part à un programme d’une campagne d'information sur la sécurité sociale au profit des étudiants, a révélé que quelque 177 000 employeurs ont bénéficié de l'annulation des majorations et pénalités de retard suite au versement de leurs cotisations principales auprès de la CNAS. « Jusqu’au mois de juillet, 177 000 employeurs ont bénéficié de l'annulation des majorations et pénalités de retard, dans le cadre de l'application des mesures introduites dans la loi de finances complé- mentaire 2015 s'agissant de la sécurité sociale », a-t-il précisé lors d’un point de presse tenu au campus universitaire Souidani-Boudjemaâ de l'université du 8-Mai-1945. C’est, selon lui, 50% de l’ensemble des employeurs recensés et concernés à travers le pays. Il rappelle que ces dispositions restent applicables jusqu’à la fin de l’année en cours, non sans juger de « très positifs » les résultats obtenus jusque-là. Dans le détail, M. Heddam a ajouté que plus de 147 000 employeurs sont « à jour » avec leurs cotisations auprès de la Cnas et se sont acquittés de leurs dettes cumulées au fil des années, précisant que ses services ont accordé des opérations de rééchelonnement à 18 000 employeurs. Evoquant les résultats « probants » de l'application des mesures introduites dans le cadre du LFC 2015, il a encore souligné que plus de 16 500 qui activaient de façon informelle et sans couverture sociale ont régularisé leur situation à travers leur affiliation volontaire au régime des salariés. Pour leur part, les recouvrements des cotisations au niveau des services de la CNAS ont connu au premier semestre de l’année en cours 10% d’augmentation par rapport à la même période en 2015, alors que pour la même période entre 2013 et 2014, l’augmentation des cotisations avait atteint 7%.  

Publié dans Actualité

La période des inscriptions auprès des établissements universitaires s’achève aujourd’hui mardi. Cette opération s’est étalée du jeudi 4 août jusqu’à aujourd’hui avec ceci de particulier que les procédures ont été largement allégées, puisqu’il n’est exigé du futur étudiant qu’une copie de l’attestation de succès. En contrepartie, l’étudiant se voit attribuer sur place un certificat de scolarité et une carte d’étudiant. Cette procédure très simplifiée a été rendue possible grâce à la magie du web et au système «Progress» adopté par le ministère de l’Enseignement supérieur. Ce système prend en charge la gestion des inscriptions définitives au niveau des établissements universitaires selon un logiciel qui garantit une accessibilité à l'information en temps réel et facilite, par conséquent, l'ensemble des procédures pédagogiques, administratives et financières y compris la gestion de la ressource humaine et la gestion du parcours professionnel des enseignants et fonctionnaires. En tout cas, affirme le ministre de l’enseignement supérieur Tahar Hadjar, les inscriptions universitaires se déroulent dans de bonnes conditions. «Les inscriptions finales se déroulent dans de bonnes conditions et tous les moyens matériels et humains nécessaires ont été mobilisés pour la réussite de cette opération», avait-il déclaré dimanche dernier depuis l’université Djillali Bounaâma de Ain Defla. Aussi, la tutelle se félicite que plus de 90% des nouveaux bacheliers sur les 323 822 pré-inscrits avaient finalisé leurs inscriptions universitaires, hier lundi, donc avant le délai imparti. Les nouveaux bacheliers ont finalisé leurs inscriptions dans les différents établissements de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique dans des conditions «normales» grâce aux moyens matériels et humains mobilisés pour assurer le succès de l'opération», a-t-on également indiqué du côté du ministère de l’Enseignement supérieur. L’inscription électronique des nouveaux bacheliers a permis de faciliter l'opération, de gagner du temps et de suivre le parcours scientifique des étudiants depuis leur inscription à l'université jusqu'à l'étape post-Doctorat en affectant un numéro national à l'étudiant qu'il préservera à vie. L’opération des inscriptions s’est étalée du 19 juillet au 9 août courant. Elle emprunte le canal exclusif du web, hormis les inscriptions définitives lesquelles se tiennent au niveau des établissements universitaires d’affectation. Le nombre d’étudiants inscrits au titre de l’année universitaire 2016/2017, fixée au 4 septembre, s’est élevé à quelque 1 623 000 étudiants.

Publié dans Actualité

Alger sera pendant trois jours, du 26 au 28 septembre prochain, la capitale mondiale de l’énergie puisque s’y tiendra le 15e Forum international de l’énergie (IEF15). Le rendez-vous, réunira un peu plus de 600 participants étrangers. Outre les ministres de l’Energie des 73 pays membres de ce Forum, figurent également des responsables, experts et représentants de compagnies pétrolières et gazières ainsi que d’organisations internationales telles que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l’Agence internationale de l’énergie (AIE) et le Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG), affirmait ré- cemment la secrétaire générale du ministère de l’Energie, Mme Fatma Zohra Cherfi, en marge de la céré- monie du lancement du site web dédié à cet évènement mondial. Quant à la participation algérienne, elle sera composée de responsables de plusieurs sociétés activant dans le domaine de l’énergie (hydrocarbures, énergies renouvelables...). Concernant la réunion ministérielle du Forum, prévue du 27 au 28 septembre, le thème central portera sur la transition énergétique. Les travaux du Forum aborderont essentiellement les perspectives pé- trolières et gazières, le rôle des énergies renouvelables, l’importance de l’accès aux services énergétiques dans le développement humain et le rôle de la technologie. L’IEF15 « sera également une occasion pour faire le bilan du dialogue énergétique global et de discuter des voies et moyens pour le renforcer », a avancé le président du comité d’organisation du Forum, Mohamed Hamel, qui a précisé que les 73 pays membres représentent environ 90% de la consommation et production mondiale d’énergie. L’Algérie, qui assure la présidence du Conseil exécutif de ce Forum de 2014 à 2016, avait été élue en 2013 pour organiser la 15e édition. Dans les faits, le Forum international de l’energie est un événement biennal et constitue un espace informel d’échanges et de concertation entre producteurs et consommateurs d’énergie. A propos d’ailleurs, actualité économique oblige, les 14 pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) tiendront en marge de ce même Forum, énergétique une réunion informelle selon l’annonce faite hier lundi par le président de l’Organisation. L’Opep se préoccupe du «rétablissement de la stabilité et de l’ordre dans le marché pétrolier», souligne Mohammed Bin Saleh Al-Sada. Le ministre qatari a réaffirmé l’optimisme de l’Opep concernant un prochain réé- quilibrage de l’offre et de la demande, malgré la récente rechute des cours du brut. «Nous tablons sur une hausse de la demande de pétrole aux 3e et 4e trimestres», grâce à un rebond économique dans les «principaux pays consommateurs», a-t-il ajouté. Les ministres de l’Opep, qui pompe environ un tiers du brut mondial, ne s’étaient pas fixé de plafond de production lors de leur réunion à Vienne le 2 juin dernier, jugeant leur production «raisonnable» et validée par la progression tendancielle des prix après un plus bas atteint en janvier.  

Publié dans Actualité

Le texte annonce une nouvelle définition et donc une nouvelle classification de la PME en Algérie. La liste qui en découlera, a-t-on appris, hier, sera établie par l’«actualisation des seuils des chiffres d’affaires et des totaux des bilans par catégorie de PME, en rapport avec l’évolution de la réalité économique dont la valeur du dinar, l’inflation et d’autres paramètres».

Publié dans Actualité

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse, hier, à New York après l’annonce d’une réunion informelle en septembre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), laissant espérer des mesures de stabilisation d’une offre toujours élevée.

petrole

Publié dans théma archives

La réunion informelle des 14 pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui se tiendra, en septembre prochain, en marge du forum énergétique, « n’aura aucun impact s’il n’y a pas d’entente entre la Russie et l’Arabie saoudite ». C’est du moins ce qu’a estimé, hier, Abderrahmane Mebtoul, professeur des universités et expert international, après l’annonce de la tenue à Alger d’une rencontre informelle à Alger en marge du 15e Forum international de l’énergie prévu du 26 au 28 septembre. Dans une déclaration à Reporters, il motive sa position par «l’absence d’entente entre les deux plus grands producteurs que sont la Russie et l’Arabie saoudite et qui peuvent influencer les choses». Et pour cause, selon lui, l’antécédent de l’échec de la réunion de Doha, «parce qu’il y a eu une mésentente entre l’Arabie saoudite et les Etats-Unis qui ne sont pas concernés par cette rencontre », faisant remarquer que «le Venezuela n’a plus aucune voix puisqu’il est en état de faillite». Aux yeux de l’expert international, «l’Algérie ne pèse pas grand-chose puisqu’elle ne dispose que de 1,2 million de barils par jour sur 33 millions de quota de l’Opep». Intervenant à propos du prix du pétrole qui n’arrive pas à remonter, M. Mebtoul estime que c’est en raison «de l’économie mondiale, notamment de la Chine». «C’est la Chine qui est un des gros consommateurs et elle connaît des déboires. On ne parle pas du Brésil, car son taux de croissance est négatif», précise-t-il. De son avis, «on va vers un nouveau modèle de consommation énergétique». Son argument est que «maintenant on va plus vers les énergies renouvelables, et à l’horizon 2030, on va aller vers l’hydrogène». Selon lui, «il ne faut pas vivre dans le passé, nous allons vers une véritable mutation énergétique». «On va aller aussi vers un élément que l’Algérie n’a pas pris en compte, ce sont les économies d’énergie. On est en train de construire 2 millions de logements en dotant ces constructions de climatiseurs et le ministre de l’Energie, M. Bouterfa, m’a dit qu’il n’arrive pas à subvenir à la demande énergétique avec tous ces climatiseurs, alors que maintenant, il y a d’autres méthodes de construction » regrette-t-il. A propos du nouveau modèle économique que met en place le gouvernement pour se départir de la dépendance aux hydrocarbures et mettre en œuvre une l’économie alternative aux hydrocarbures, Mebtoul considère que «rien n’est fait pour l’instant», alors que «le président de la république avait donné des instructions fermes lors de l’avant-dernier Conseil des ministres pour faire des énergies renouvelables un axe stratégique», a-til rappelé avant de s’interroger : «Mais où sont ces énergies renouvelables ?» Pour ce qui est des autres secteurs à développer, il citera le tourisme et l’agriculture qui restent à la traîne. «S’agissant du tourisme, même si l’Algérie recèle d’énormes potentialités, le développement de ce secteur ce n’est pas pour demain», tranche-t-il. Idem pour le secteur de l’agriculture, selon lui. Pour M. Mebtoul «le gouvernement doit avoir une vision stratégique pour s’adapter aux évolutions mondiales».

Publié dans Actualité
Page 1 sur 2