Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Reporters

Le terroriste éliminé mercredi par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) à Bordj Bou Arréridj a été identifié, a indiqué hier un communiqué du ministre de la Défense nationale. « Dans le cadre de la lutte antiterroriste, il a été procédé à l’identification du terroriste éliminé le 13 avril 2016 à Bordj Bou Arreridj (5e Région militaire), il s’agit du terroriste H. Abdelhak, dénommé Zeid Lebraiji », précise le communiqué.
A Skikda (5e Région militaire), « un détachement de l’ANP a découvert et détruit le 15 avril 2016 un abri pour terroristes, une mine et des moyens de détonation », note le communiqué. De même à Boumerdès (1er Région militaire), «un détachement combiné a appréhendé deux membres d’un réseau de soutien aux groupes terroristes et a récupéré quatre fusils de chasse», relève la même source. D’autre part, «dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, un détachement à Béchar (3e Région militaire) a arrêté un narcotrafiquant et a saisi 106 kilogrammes de kif traité ». A Oran (2e Région militaire), « un autre détachement, en coordination avec des éléments de la Gendarmerie nationale, a appréhendé six narcotrafiquants et a saisi un quintal et 58 kilogrammes de kif traité et 5.790 psychotropes», note le communiqué.
A El Oued (4e Région militaire), «un détachement combiné a appréhendé trois contrebandiers et a saisi 6 627 unités de différentes boissons», souligne la même source. Par ailleurs, «des détachements ont arrêté à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar (6e Région militaire), quatre contrebandiers et 39 immigrants clandestins de différentes nationalités et ont saisi 3 025 tonnes de denrées alimentaires », ajoute le communiqué.

« On se devait de gagner cette rencontre pour ce superbe public qui est venu nous soutenir dans cette passe très difficile que nous traversons depuis quelque temps. On connait une saison compliquée. On sait très bien qu’il nous reste que la Coupe d’Algérie pour limiter les dégâts. On a aussi notre place à sauver parmi l’élite. Aujourd’hui, on a fait le boulot contre une équipe qui n’avait rien à perdre à ce stade de la compétition. C’était une pression en plus pour nous. On a pris le match par le bon bout. On regoûte à la victoire après une longue attente. Ça nous fait énormément deu bien de prolonger cette aventure. Maintenant, il nous reste la finale face au ‘’Milaha’’ (NA Hussein-Dey NDLR) qu’on devra bien négocier pour, pourquoi pas, décrocher la 8ème Coupe. Il faut aussi se reconcentrer tout de suite afin de redresser
la pente en championnat ».

Victoire sereine du Real Madrid hier après-midi sur la pelouse de Getafe (1-5) lors de la 33e journée de la Liga. Les Merengue reviennent provisoirement à un point du leader, le FC Barcelone, et s’emparent de la deuxième place, deux points devant l’Atlético Madrid. Karim Benzema, Gareth Bale et Cristiano Ronaldo ont marqué. Le Real met la pression sur le Barça et l’Atletico. Vainqueur (1-5) à Getafe dans le «petit derby de Madrid» pour le compte de la 33e journée de Liga, les joueurs de Zinedine Zidane s’emparent provisoirement de la deuxième place, à un seul petit point du FC Barcelone. Emmené par un très grand Benzema (1 but, 2 passes décisives), le Real Madrid a profité des largesses de la défense de Getafe, toujours bon dernier, pour aligner une septième victoire de rang en Liga. Quel festival ! Comme souvent depuis l’arrivée sur le banc de Zinedine Zidane, le Real a offert un récital offensif en Liga. Certes, ce n’était que Getafe, 20e du championnat et incapable de remporter le moindre match depuis désormais 14 rencontres. Certes, tout n’a pas été parfait, à l’image d’un James Rodriguez sur courant alternatif et d’un Cristiano Ronaldo longtemps imprécis dans le dernier geste (16e, 31e, 73e, 79e). Mais un tel show (22 tirs dont 11 cadrés !), surtout en l’absence de plusieurs cadres comme Modric (laissé sur le banc), Casemiro (suspendu) ou Sergio Ramos (laissé au repos), a de quoi impressionner. Il faut dire que le Real n’a jamais douté. Lorsque Getafe s’est créé sa première vraie occasion, une frappe de Sarabia légèrement déviée obligeant Navas à une magnifique parade (64e), les Merengue menaient déjà 0-3. Cette balade a profité à Karim Benzema qui s’est offert un record. Le Français, intenable lors de ses soixante-six minutes passées sur le terrain, a mis le Real sur la bonne voie en ouvrant le score d’une volée quelque peu manquée à al retombée d’un centre de James Rodriguez (29e), son 22e but de la saison en Liga, nouveau record personnel. Et, à peine dix minutes plus tard, Isco – encore énorme hier - a profité des qualités de remiseur du Français pour s’en aller doubler la mise (39e) au terme d’une magnifique action solitaire. Largement dominateurs en première période (72% de possession, 12 tirs à 3), les Madrilènes ont de suite tué le suspens juste après la pause grâce à Bale, lancé parfaitement en profondeur par… Benzema (49e). Étonnamment, le match s’est alors pris de folie, chaque équipe attaquant à-tout-va, sans arrière-pensée. Getafe a multiplié les situations dangereuses (64e, 75e, 80e) avant d’être récompensé logiquement par le but – superbe – de Sarabia, «l’Azulones» le plus remuant, dont la frappe du gauche est venu trouver la lucarne gauche de Keylor Navas (83e). Récompensé, puis puni. Car le Real en a remis une couche, d’abord avec James Rodriguez (87e) puis avec Cristiano Ronaldo (92e), auteur de son 31e but en Liga. Il creuse l’écart avec Suarez au classement des buteurs, Madrid revient sur le Barça qui recevra ce soir (19h30) le FC Valence de Sofiane Feghouli toujours suspendu. Pour sa part, l’Atlético Madrid sera hôte du FC Granada (17h15). Journée parfaite pour le Real. 

La formation égyptienne de Misr Elmaqasah s’est inclinée vendredi soir en déplacement face à Wadi Degla (1-0) en mise à jour de la 23e journée du championnat d’Egypte de football, avant d’affronter mardi le CS Constantine en 8es de finale (retour) de la Coupe de la Confédération (CAF). A l’issue de cette défaite, Misr Elmaqasah stagne à la 8e place au classement avec 36 points, à 17 longueurs du leader Al-Ahly. Lors du match aller disputé au stade Chahid-Hamlaoui de Constantine, les Egyptiens se sont inclinés sur le score de 1 à 0, sur un but inscrit par l’ancien international algérien Mourad Meghni au prix d’un coup franc direct à la 88e minute de jeu. Le CSC qui se rendra au Caire samedi soir, reste sur une victoire à domicile décrochée vendredi face à l’ASM Oran (2-0) pour le compte de la 25 journée du championnat de Ligue 1 Mobilis. La seconde manche prévue après-demain au Caire sera dirigée par un trio arbitral marocain composé de Bouchaib El Ahrach, assisté de ses deux compatriotes Redouane Achik et Yahia Nouali.

L'épéiste algérien Hichem Maxime Cade a été éliminé, hier matin, en quarts de finale (tableau des 8) des Championnats d'Afrique d'escrime qui se déroulent à la salle Harcha-Hacène (Alger), en s'inclinant face à l'Egyptien Ahmed Elsaghir sur le score de 7 touches à 6. Les deux autres Algériens engagés, hier, en épée (individuel) ont été éliminés au tableau des 32. Leo Hamcha s'est incliné face au Marocain Zacharie Roger (8-15), alors que Mohamed Benyahia a été battu par l'Ivorien Ibrahim Hassan Djibo (9-15).

La sélection algérienne de kempo, qui participe avec 15 athlètes (10 messieurs et 5 dames) aux 13es Mondiaux toutes catégories à Bucarest (20-22 avril), vise le podium et un maximum de médailles, a indiqué son entraîneur, Mohamed Ghezali. «Nous voulons améliorer notre 4e place arrachée en 2014 en Hongrie. Donc, l'objectif est d'aller chercher cette 2e ou 3e place avec un maximum de médailles à remporter», a déclaré le coach national à l'APS en marge du stage de la sélection à l'Institut national de formation supérieure en sciences et technologie du sport Abdellah-Fadel d'Aïn Bénian (Alger) qui prend fin hier. Selon Mohamed Ghezali, ses athlètes sont «prêts pour représenter dignement l'Algérie en terre roumaine. Nous avons des chances réelles d'atteindre notre objectif car on a déjà testé nos représentants qui ont donné entière satisfaction durant les championnats nationaux». Les 15 athlètes algériens engagés dans les championnats du monde-2016 de kempo ont bénéficié depuis le début de la saison de sept stages de «haut niveau» et «doivent désormais prouver tout le bien que l'on pense d'eux à Bucarest, devant des adversaires venus des quatre coins de la planète», a-t-il ajouté. Quelque 350 athlètes de 32 pays ont confirmé leur participation aux 13es Mondiaux de kempo, d'après Ghezali. Le kempo est une discipline récente de combat basée sur la connaissance générale des arts martiaux modernes et traditionnels. Il utilise toutes les combinaisons de pieds, poings, genoux, coudes, clés, projections et travail au sol, sans aucune restriction. 

Quatorze pays, dont l'Espagne, championne d'Europe en titre, sont sous la menace d'une exclusion de l'Euro-2017 messieurs de basket-ball par la Fédération continentale (Fiba-Europe), conséquence du conflit opposant cette dernière à l'Euroleague, a indiqué hier la Fédération internationale (Fiba), citée par des agences de presse. La Fiba-Europe reproche aux Fédérations de ces pays de laisser certains de leurs clubs disputer la saison prochaine l'Eurocoupe, organisée par la société Euroleague à laquelle la Fiba livre un bras de fer depuis plusieurs mois pour remodeler les compétitions continentales. Sont concernées quelques-unes des meilleures nations d'Europe en plus de l'Espagne, notamment la Serbie, la Croatie, la Turquie, la Russie, la Lituanie, la Grèce et l'Italie. Chaque fédération a reçu une lettre l'invitant à «clarifier sa position» d'ici le 20 avril sous peine de voir sa sélection nationale masculine être exclue de l'Eurobasket 2017. Les sanctions pourraient être étendues pour la Coupe du monde et les jeux Olympiques. La Fédération internationale (Fiba) doit prochainement se prononcer sur le sujet. Dans les pays visés, ce sont soit des clubs soit des ligues (qui chapeautent les championnats domestiques) qui ont affiché leur préférence pour l'Eurocoupe, l'actuel deuxième niveau continental, alors que la Fiba souhaite voir cette compétition disparaître au profit de la « Ligue des champions » qu'elle lancera la saison prochaine. Le 21 mars, après avoir présenté cette future compétition à Paris, la Fiba-Europe avait déjà prévenu qu'elle priverait d'Euro les pays "rebelles".

Rafael Nadal est de retour en finale sur le Rocher. A l'usure, l'Espagnol a pris la mesure d'Andy Murray en trois sets (2-6, 6-4, 6-2) hier. Il briguera aujourd’hui un 9e titre à Monte-Carlo, face à Gael Monfils vainqueur de la seconde demi-finale, 100% française animée avec Jo-Wilfried Tsonga qui s’est jouée hier. L'Espagnol s'est qualifié pour sa 10e finale en carrière à Monte-Carlo, hier après-midi, après 2h43 de combat. Le Majorquain aura l'occasion de remporter un 9e titre sur le Rocher et un 28e Masters 1000, cet après-midi. Le 5e joueur mondial a dû attendre sa 5e balle de match pour venir à bout du tenace Ecossais, incapable de convertir ses deux balles de break. Avec un coup droit retrouvé et meurtrier par moment, « Rafa » a laissé une superbe impression au public de Monte-Carlo. Porté par une première balle solide (76%), il a pratiquement affiché son plus beau visage depuis sa demi-finale perdue à Indian Wells face à Novak Djokovic au mois de mars. Le voilà à nouveau aux affaires.

L’émissaire spécial de l’ONU pour la Syrie a proposé une solution avec le maintien du président Bachar al-Assad, mais l’opposition l’a catégoriquement rejetée, a déclaré hier à l’AFP un représentant de la délégation d’opposants présents à Genève pour les pourparlers de paix. «Staffan de Mistura a proposé que le président Assad approuve la nomination de trois vice-présidents choisis par nous et qu’il leur transfère ses pouvoirs militaires et politiques, en ne conservant qu’une position protocolaire», a indiqué sous couvert d’anonymat ce responsable, membre du Haut comité des négociations (HCN), qui regroupe les principales factions opposées à Damas. Lors d’une rencontre vendredi soir avec l’opposition, M. De Mistura «a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’une proposition émanant de lui, mais sans révéler ses auteurs», a-t-il ajouté. «Nous avons rejeté catégoriquement cette proposition», a-t-il dit. Une nouvelle rencontre est prévue demain lundi avec le médiateur. Le HCN insiste sur la formation d’un organe gouvernemental de transition, mais sans la présence du président syrien, dont il exige le départ préalable. «Nous ne pouvons pas accepter la participation dans le (futur) organe de transition de responsables qui ont commis des crimes contre le peuple syrien», a affirmé vendredi Salem al-Meslet, porte-parole du HCN. L’opposition s’est en revanche dite prête à former un gouvernement de transition avec des diplomates et des technocrates du régime de Damas. Dans sa résolution 2254, l’ONU prévoit la formation d’ici l’automne de cet organe de transition et la rédaction d’une nouvelle constitution, avant l’organisation d’élections présidentielle et législatives courant 2017. Damas se dit prêt à envisager un gouvernement de coalition avec l’opposition, mais considère que le sort du président Assad est une «ligne rouge» qui n’est pas négociable. Le chef de la délégation de Damas, Bachar al-Jaafari, a eu un premier entretien vendredi à Genève avec M. De Mistura. On ignore si l’émissaire spécial lui a fait part de cette proposition. Une nouvelle rencontre est prévue lundi. Selon le responsable du HCN, le médiateur de l’ONU a tenté de justifier sa nouvelle proposition en affirmant qu’elle «pourrait résoudre la question du transfert des pouvoirs du président (...) en s’appuyant sur l’actuelle Constitution». L’opposition, a-t-il poursuivi, se pose des questions sur la solidité du soutien à son égard des pays occidentaux, Etats-Unis en tête. «Nous avons noté que les Américains et les autres Etats qui nous soutiennent font des pas en arrière sur nos exigences concernant le départ d’Assad, la fin des sièges autour des villes syriennes, la livraison d’aide et les violations de la trêve», a-t-il déploré. Une cessation des hostilités est en vigueur en Syrie depuis le 27 février, mais l’opposition dénonce l’offensive lancée ces derniers jours par le régime pour prendre le contrôle de la région d’Alep. Les discussions de paix sur la Syrie ont repris mercredi au Palais des Nations de Genève, siège de l’ONU, pour tenter de mettre un terme à un conflit qui a déjà fait plus de 270.000 morts et poussé des millions de Syriens à l’exil. Un premier round de pourparlers, qui s’était tenu le mois dernier, n’avait pas permis d’avancée majeure. 

Les ministres français et allemand des Affaires étrangères sont arrivés hier à Tripoli pour rencontrer le Premier ministre désigné du gouvernement libyen d’union nationale, qui tente d’asseoir son autorité dans ce pays divisé et miné par des violences, a constaté un photographe de l’AFP. Jean-Marc Ayrault et Frank-Walter Steinmeier, qui effectuent dans la capitale libyenne une visite non annoncée de quelques heures, devaient se rendre dans la base navale où siège temporairement le gouvernement d’union dirigé par Fayez al-Sarraj. L’ONU, les Européens, les Américains ainsi que les pays voisins de la Libye espèrent que ce gouvernement d’union permettra de mieux lutter contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui ont profité du chaos pour renforcer leurs positions dans ce pays, à 300 kilomètres des côtes européennes.
Le déplacement à Tripoli des chefs de la diplomatie française et allemande a été précédé mardi par celui du ministre des Affaires étrangères italien Paolo Gentiloni et jeudi par celui des ambassadeurs de France, d’Espagne et du Royaume Uni. Ils sont les premiers ambassadeurs européens à être revenus en Libye depuis la décision des pays de l’Union européenne de fermer leurs missions durant l’été 2014 à cause des combats opposant des autorités rivales. Selon une source diplomatique française, le ministre français des Affaires étrangères «estime que les Européens doivent se mettre en ordre de marche et agir de concert» en Libye. «La France a été un des premiers pays à soutenir M. Sarraj et le moment est venu de donner une nouvelle impulsion à ce soutien», a dit cette source, qui a précisé que la visite de M. Ayrault s’inscrivait «dans le contexte de celle qu’effectuera François Hollande dimanche en Egypte», un pays touché directement par la crise libyenne. Le Premier ministre désigné du gouvernement d’union nationale compte sur cette reconnaissance internationale pour affirmer son pouvoir, encore extrêmement fragile quinze jours après son arrivée surprise à Tripoli et un mois après la prise de fonction autoproclamée de ce gouvernement. Fruit d’un accord négocié sous l’égide de l’ONU et signé par des parlementaires libyens en décembre, ce cabinet d’union n’a pas encore reçu la confiance du Parlement élu, considéré comme légitime par la communauté internationale. Cette chambre, qui siège dans l’est du pays après avoir dû quitter la capitale à l’été 2014 quand elle a été prise par une coalition de milices notamment islamistes, tiendra un vote lundi sur ce sujet, selon deux de ses députés.