Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Sarah A.

A Tizi Ouzou, où il a participé à la cérémonie de remise des récompenses aux lauréats du concours du village le plus propre, organisé par l’APW, le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali

Le 11e anniversaire de l’assassinat de Rabah Aïssat, ancien président de l’Assemblée populaire de la wilaya deTizi-Ouzou, victime d’un attentat terroriste qui l’a ciblé, le 12 octobre 2016, dans son village, dans la commune de Aïn Zaouïa, a été célébré hier. Initiée par le FFS

Qui a propagé la rumeur sur une prétendue révision du calendrier des vacances scolaires et à quelles fi ns ? Les questions se posent d’elles-mêmes après la réponse du directeur de l’éducation de wilaya devant les élus de l’APW.

«L’agriculture face aux défi s des changements climatiques » est le thè- me d’une rencontre organisée à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la vulgarisation agricole, le 2 octobre 2016, à l’Institut de technologie moyen agricole spécialisé. Il s’agit d’une rencontre de mise en relation et d’échange d’expérience entre les acteurs locaux qu’ils soient institutionnels ou de terrain agissant dans le domaine de l’agriculture. Objectif, impulser une dynamique à la production agricole dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le président de la Commission agriculture de l’APW estime que ce genre de rencontre constitue une opportunité pour engager la réfl exion sur les meilleurs moyens de valoriser les potentialités agricoles de la wilaya avec une attention particulière pour les produits du terroir tels que le miel, les fi - gues sèches, l’huile d’olive qui constituent un potentiel énorme pouvant générer une importante plus-value. Le représentant de l’APW, l’agriculture en hors-sol, est l’option idoine qui convient le mieux à une région comme Tizi Ouzou dont les potentialités en SAU sont limitées. Un choix innovant et porteur en termes de rentabilité. Même s’il demande plus de moyens humains, matériels et organisationnels. Pour le directeur de l’ITMAS, ce rendez-vous est une occasion d’évaluer ce qui a été réalisé en actions de formation et de vulgarisation agricole dé- ployées en direction des agriculteurs. Initié en partenariat avec les DSA, les chambres consulaires et les instituts de formations spécialisés en agriculture des wilayas de Tizi Ouzou, Bouira, Bé- jaïa et Boumerdes, un programme similaire sera organisé durant la saison agricole en cours en faveur des agriculteurs de ces wilayas précitées.

EXPORTATION D’HUILE D’OLIVE VERS L’EUROPE ET L’ASIE

L’huile d’olive de la wilaya de Tizi Ouzou commence à s’exporter vers l’Europe et l’Asie grâce à l’initiative d’oleifacteurs, dont Houali Omar, un producteur d’huile d’olive de la ré- gion de Larbaâ Nath Irathen. Rencontré lors de la Journée nationale de la vulgarisation agricole, abritée par l’Institut de technologie moyen agricole spécialisé en agriculture de montagne (ITMAS) de Boukhalfa, l’oleifacteur, propriétaire d’une huilerie semi-automatique, a indiqué qu’il a déjà exporté 30 000 bouteilles d’huile d’olive vers la France, le Canada et l’Indonésie, durant la saison écoulée 2015/16. Pour cette année, ce producteur, qui a réussi à placer sur le marché international une huile d’olive confi rmée aux normes internationales, a réussi à décrocher des contrats d’exportation de 500 bouteilles/mois vers la France, et 10 000 autres mensuellement vers l’Indonésie. Et pour produire une huile aux normes M. Houali a annoncé qu’il entamera la récolte de ses olives ce 20 octobre, expliquant que « pour réduire le taux d’acidité de l’huile, il est important de triturer l’olive quand elle est encore verte, et idéalement dans les heures qui suivent la cueillette car, plus le fruit est conservé plus la qualité de l’huile sera altérée ». L’oléiculture est l’une des fi lières en plein essor dans la wilaya de Tizi Ouzou qui compte un bassin oléicole situé dans sa partie sud-ouest, notamment les communes de Maatkas, Souk El Tenine, Boghni, Tadmaït, Draâ Ben Khedda, Sidi Naâ- mane et Assi Youcef, selon la Direction locale des services agricoles (DSA). Cette fi lière enregistre un développement important, ces dernières années, en dépit de la destruction de centaines d’oliviers chaque été par les incendies. Une production de près de 103 millions de litres d’huile a été réalisée durant la saison dernière contre près de 76 millions de litres pendant la saison 2014/15, soit une hausse de 35%, a-t-on ajouté de même source. En plus de la quantité, les oléifacteurs investissent également dans la qualité afi n de réduire le taux d’acidité de leur produit et le rendre compétitif sur le marché international, a-t-on souligné à la DSA. Le wali, Brahim Merad, a indiqué à l’APS, à l’occasion de cette journée, que « la wilaya de Tizi Ouzou dispose d’énormes potentialités dans le secteur agricole, notamment dans les fi lières lait et oléicole, malgré l’exigüité des espaces, mais la volonté chez les agriculteurs et autres intervenants dans le secteur supplée ce défi cit en terres agricoles ». 

Pour les dirigeants du FFS qui ont organisé un meeting populaire hier à Tizi-Ouzou, à l’occasion de la célébration du 53e anniversaire de la naissance du FFS, le challenge est de taille. Mobiliser les foules des grands jours pour faire taire toutes les prédictions pessimistes pour qui la mort du leader historique et fondateur du FFS entraînerait la mort inéluctable de ce parti.

Pour les dirigeants du parti, qui ont battu le rappel des troupes en mobilisant beaucoup de moyens de locomotion pour convoyer les militants de plusieurs wilayas du pays, la preuve est désormais établie que l’action et le militantisme au sein du FFS se font dans la continuité de «l’engagement et de la fidélité » aux idéaux et principes imprimés par Aït Ahmed au parti qu’il a fondé avec d’autres en 1963.

Les membres de la commission santé, environnement et protection de l’environnement de l’APW ont entamé leurs visites d’inspection dans les villages en lice pour la 4e édition du Concours Rabah-Aïssat « du village le plus propre » qu’organise annuellement l’Assemblée populaire de wilaya de Tizi Ouzou.

Pour éradiquer toutes formes de criminalités en milieu scolaire, l’Association à caractère sociale «Femme Active» de la wilaya de Tizi Ouzou a décidé, pour la troisième année consécutive, de lancer une campagne de sensibilisation contre les fl éaux sociaux qui concernera les établissements scolaires tous cycles confondus des 21 daïras de la wilaya. Placée sous le thème «Soyons tous des acteurs sensibilisateurs et non des leaders déstabilisateurs de nos enfants», cette campagne débutera aujourd’hui et s’étalera jusqu’à la fi n de l’année scolaire 2016/17. La recrudescence de la délinquance de ces dernières années en milieu scolaire (violence, consommation de drogue, d’alcool…) inquiète non seulement les parents, mais aussi le mouvement associatif qui s’implique davantage pour éradiquer ce phénomène. Pour cela, l’Association sociale «Femme Active» a décidé de sillonner les écoles de la wilaya en vue de sensibiliser les élèves et leurs parents, mais aussi la famille éducative, afi n de faire face aux défi s et aux manœuvres de la mondialisation. «Notre objectif est de redonner à l’Ecole algérienne sa place de base du développement durable et du civisme sociétal des nations», a fait savoir la présidente de l’association organisatrice, Djouher Hachemi. Parmi les thè- mes qui seront prodigués au profi t des élèves, elle a cité «L’exploitation des enfants», «La délinquance», «L’individualisme», «La haine», «L’excès d’accès à Internet par nos enfants », «La pollution de l’environnement», «Les formes d’anarchie», «L’esprit du pessimisme», «L’usage des sites électroniques déconseillés chez les mineurs», «Les jeux vidéo dus à la non-surveillance de son usage par les parents», «La déperdition scolaire» et «Le radicalisme». «Nous devrons agir pour protéger nos enfants et les orienter à s’impliquer dans l’organisation de volontariats sur la protection de toute question liée à l’environnement en milieu scolaire et périphérie de l’établissement», a-telle insisté. Notre interlocutrice a plaidé pour la mise en place d’une politique nationale de sensibilisation et de lutte durable contre ces fl éaux qui rongent la société kabyle, particulièrement, et l’Algé- rie, en général. « Il faut actualiser les cellules d’écoute et d’accompagnement des élèves en situation diffi cile. Aussi, poursuit-elle, nous allons proposer le renforcement des mécanismes de sécurité des enfants scolarisés, notamment à l’extérieur des établissements ». La présidente de l’Association «Femme Active» regrette que les élèves retardataires soient renvoyés. Une décision qui expose les enfants aux dangers des ré- seaux mafi eux. « J’appelle les autorités compétentes à mettre en place une stratégie de lutte contre la délinquance destinée à la réinsertion des enfants victimes de déperdition scolaire», a-telle proposé. Par ailleurs, la même interlocutrice a remis en cause certaines lacunes existant dans la législation régissant la protection des enfants victimes de l’échec scolaire. « Il faut créer des classes spéciales au niveau des Centre de formation professionnelle et d’apprentissage pour la réinsertion des enfants du cycle primaire, victimes de l’échec scolaire dès l’âge de 13 ans, et de leur proposer des mécanismes de détente et de loisirs ».

Les services de l’Assemblée populaire commune d’Aghribs, située à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Tizi Ouzou, étaient totalement paralysés toute la journée de lundi, et ce, suite au mouvement de protestation observé par les habitants du village Ath Ouchène qui ont procédé à la fermeture du siège de l’APC. Exaspérés par la dégradation des conditions de vie infl igée par la situation dé- sastreuse à laquelle ils font face quotidiennement, les villageois ont décidé de fermer le siège de l’APC jusqu’à hier mardi. Ce mouvement de protestation de deux jours a été l’occasion pour les contestataires d’exprimer leur mécontentement quant à la négligence et au refus des autorités locales d’améliorer leur vie quotidienne. Ils accusent les responsables de la commune d’être à l’origine de la dégradation de leur cadre de vie. Parmi ces lacunes, le représentant du comité de village, Ghilès Ferhati, cite les perturbations fréquentes du réseau de l’alimentation en eau potable, le non-raccordement au gaz naturel et la situation précaire des axes routiers qui sont devenus impraticables, que ce soit pour les piétons ou les automobilistes. « Ce sont ces lacunes qui nous ont poussés à hausser le ton et à reprendre le chemin de la protestation. Nous n’allons pas baisser les bras jusqu’à la prise en charge inté- grale de nos doléances », a-t-il averti.

Page 1 sur 44