Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 19 mars 2017 06:00

Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustakbal : « Participer, c’est faire acte de militantisme et de lutte politique»

Écrit par  FARID MELLAL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Déjà connu pour avoir été secrétaire national de l’UNJA, le fondateur du Front el Moustakbal et candidat à la présidentielle de 2014, Abdelaziz Belaïd nous montre, dans cet entretien, son optimisme et ses réserves quant aux législatives du 4 mai prochain.


Reporters : Comment s’est déroulée l’opération de dépôt des candidatures ?
Belaïd Abdelaziz : Le Front El Moustakbal s’est présenté sur l’ensemble des circonscriptions électorales. C’est un parti fortement implanté et l’opération de collecte des signatures a été une œuvre somme toute aisée et à la portée de nos militants et militantes. Nous nous sommes passés de cette exigence de collecte de signatures à travers 36 wilayas, où nous avions déjà les 4% de voix, soit le nombre requis de 10 élus locaux, tel qu’exigé par la loi électorale. Présentement, nous avons été destinataires de réserves au sujet de seulement quatre wilayas. Globalement, la participation aux législatives du 4 mai 2017, comme nous avons pu le faire en 2012, est dans nos cordes. Plus encore, nous considérons que c’est grâce aux élections que nous pouvons concrétiser le changement souhaité.


Il y a 71 partis agréés en Algérie, quelles sont les particularités du Front El Moustakbal ?
Nous sommes certes un parti d’avenir mais nous sommes également fidèles à l’histoire de ce pays. Plus encore, puisque je considère que l’ennemi d’hier, le colonisateur, était identifié, c’était le colonialisme français. L’Algérie est toujours visée et, aujourd’hui, nos ennemis ne sont pas identifiés, ce qui rend la tâche à la génération de l’indépendance plus compliquée. Au Front El Moustakbal, nous sommes d’avis que le travail et le militantisme politique doivent épouser une pyramide qui, à la base, se doit de bâtir l’homme, l’Algérien. Le Front El Moustakbal est d’avis qu’il faut édifier un Etat fort, un état stable. Il vaut mieux être un militant simple, un citoyen simple dans un Etat fort, qu’un zaïm (leader) dans un pays qui s’écroule.


Considérez-vous qu’il existe assez de garanties pour un scrutin transparent ?
Au Front El Moustakbal, nous aurions préféré que la Haute instance indépendante de surveillance des élections soit une instance élue et non pas désignée par l’Exécutif. Nous sommes d’avis aussi que participer, c’est faire acte de militantisme et de lutte politique. Il y a bien l’aspect boycott mais ce n’est pas un motif de démobilisation. L’Assemblée populaire nationale est une importante institution dans l’édifice politique algérien et mérite, pour l’APN autant que pour les autres institutions, un changement de mentalités et de pratiques. Il y va de la concrétisation et la matérialisation d’une société équilibrée.

Laissez un commentaire