Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 10 janvier 2017 21:11

Ils seront reçus par la Commission «enseignement supérieur et éducation nationale» : Les étudiants en pharmacie aujourd’hui à l’APN

Écrit par  NADIA BELLIL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les étudiants en pharmacie de dix wilayas du pays seront aujourd’hui à l’Assemblée populaire nationale (APN). Ils devront rencontrer le président de la commission de l’enseignement supérieur et de l’éducation nationale, le député du Front de libération nationale (FLN) Mustapha K’hiliche, autour de leurs revendications.


«Nous allons recevoir officiellement aujourd’hui, mercredi, à l’Assemblée nationale les étudiants en pharmacie de dix wilayas du pays, dont essentiellement ceux de Constantine, Alger, Annaba, Sidi Bel Abbès, Sétif, Batna, Tizi Ouzou, Oran et Tlemcen, et ce, pour écouter leurs revendications et prendre connaissance de leurs préoccupations et doléances», a annoncé, hier, le président de la commission dans une déclaration à Reporters.
C’est en effet à la demande des étudiants en pharmacie que la rencontre d’aujourd’hui est programmée, dans une démarche, de leur part, de recherche de solutions à leurs préoccupations. « Ces étudiants en pharmacie ont entamé un mouvement de contestation qui dure et nous avons décidé de les recevoir, à leur demande, pour les écouter d’abord, voir si leurs exigences sont raisonnables et donc susceptibles d’être satisfaites et de les transmettre par la suite au gouvernement », nous explique à cet égard Mustapha K’hiliche qui ne manquera pas de préciser que « nos portes sont ouvertes, l’APN est à l’écoute des préoccupations des étudiants et nous sommes disposés au dialogue et à la concertation ». « Ce n’est pas la première fois que nous recevons des étudiants pour écouter leurs doléances, nous avons par le passé rencontré des syndicats et même des individus souhaitant exposer des préoccupations propres aux députés», a-t-il fait observer.
Rappelons que les étudiants en pharmacie de toutes les universités d’Algérie sont en grève depuis deux mois.
Ils dénoncent l’insuffisance de postes de résidanat, le manque de nouvelles spécialités et l’absence de stages dans les grands laboratoires. Les étudiants en grève exigent «l’instauration de règles de répartition de postes de résidanat».
Tout comme, ils revendiquent l’ouverture de nouvelles voies de spécialisation en pharmacie clinique et plus de stages dans des structures hospitalières pilotes.
Messaoud Belambri, le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officines (Snapo), fait observer à ce propos qu’« on ne peut pas développer le secteur pharmaceutique d’un pays sans former les ressources humaines nécessaires ». A ses yeux, les spécialités existantes au niveau des centres hospitalo-universitaires sont extrêmement limitées. Les étudiants fustigent par ailleurs la qualité de l’enseignement théorique.
Ils réclament la révision de la réforme des études en pharmacie entamée en 2011, ainsi que la création de nouvelles spécialités en fonction de l’évolution de la pharmacie hospitalière, industrielle et clinique. Autre revendication : « Les débouchés se font rares et les autorisations pour ouvrir des pharmacies privées le sont encore plus, et ce, en raison du nombre qui augmente d’année en année d’étudiants admis dans la filière de pharmacie », nous avait expliqué y a quelque temps un étudiant de Tizi Ouzou.
C’est en tout cas toutes ces exigences et revendications que devront écouter les membres de la commission de l’enseignement supérieur de l’Assemblée nationale.
Toutefois, la prudence du président de la commission, le député Mustapha K’hiliche par rapport à la satisfaction des exigences de ces étudiants tient essentiellement au fait qu’il ne constitue pas le détenteur de la décision. Toutefois, son initiative de les recevoir peut constituer un début de solution aux exigences des pharmaciens et un moyen de dénouer la contestation.

Laissez un commentaire