Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 13 août 2017 06:00

Trafic aux frontières : Le gouvernement joue la carte du développement

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Selon les déclarations de Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, le gouvernement souhaite mettre rapidement en place un plan de développement au bénéfice des régions frontalières, pour wilayas  et wilayas déléguées. La situation économique, sociale et fiscale de bon nombre de ces wilayas frontalières serait en détérioration continue.


Le projet du gouvernement pour les régions frontalières devrait voir le jour avant la fin de l’année en cours, à en croire les déclarations du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales. La dernière proposition de ce genre remonte à l’ère Sellal, lorsqu’il a été question de doter les wilayas frontalières et les nouvelles wilayas déléguées de moyens matériels nécessaires à leur développement. Noureddine Bedoui revient à la charge, reconnaissant à demi-mot que des régions sont moins loties que d’autres en termes de contribution de l’Etat à leur développement. Plusieurs maux se sont emparés de ces régions, à savoir la contrebande et le trafic en tout genre, l’informel, le chômage, la misère sociale... Le projet du gouvernement aura pour objectif de venir à bout de ces maux, tout en dotant les régions frontalières de moyens de développement susceptibles de les faire sortir du marasme dans lequel elles se sont empêtrées. L’Etat va mettre la main à la poche et des aides conséquentes pourraient être mises en place au profit des régions frontalières. Cependant, il pourra à la suite de quoi décréter la tolérance zéro quant aux fléaux qui y règnent. L’un ne va pas sans l’autre ; s’attaquer à des phénomènes aussi nuisibles et puissants, à l’image de la contrebande et de l’informel, suppose que l’Etat procède d’abord à la mise en œuvre de tout un plan de développement afin de permettre à ses régions de s’affranchir de la dépendance à ces fléaux économiques et sociaux. Dit autrement, le gouvernement veut s’assurer que les services socioéconomiques sont suffisamment protégés pour mettre en place la machine de guerre contre les trafiquants aux frontières. Sans l’ombre d’un doute, le gouvernement a décidé d’agir sur le terrain socioéconomique afin de pouvoir repousser des menaces d’ordre sécuritaire essentiellement. Il va sans dire que la prolifération de la contrebande et du trafic aux frontières du pays pose la problématique de la sécurité aux frontières. Des rapports internationaux pointaient du doigt la faible volonté des gouvernements maghrébins quant à la lutte contre la contrebande des carburants des denrées alimentaires et des consommables en tout genre. Le dernier à ce propos, rédigé par le think tank américain The Atlantic Council, estimait que les carburants algériens en provenance de la contrebande alimentent près de 13% du parc automobile du Maroc et de la Tunisie, soit pour un parc de 660 000 véhicules au Maroc et en Tunisie. Mais, assurément, ce n’est là que la face visible de l’iceberg, tant il est vrai que les régions frontalières sont prises en otage par un fléau grandissant, allant du trafic des carburants à la contrebande des marchandises alimentaires, de surcroît subventionnées par l’Etat à coups de plusieurs milliards de dollars. Peu de mesures ont été prises par les gouvernements des trois pays afin de combattre efficacement ce fléau transfrontalier, fait valoir le cabinet The Atlantic Council qui a rédigé l’enquête sur la contrebande dans les pays du Maghreb. Ainsi, en réaction à une situation qui menace de s’aggraver, l’Etat semble être décidé de prendre le taureau par les cornes en mettant en place, avant la fin de l’année, un plan de développement qui prendra en charge à la fois les aspects socioéconomiques que les préoccupations d’ordre sécuritaire.
Les contours de ce projet doivent être dévoilés dans les semaines à venir. L’objectif est clair : accélérer le développement des régions frontalières pour anéantir les réseaux du trafic, de l’informel et de la contrebande. Autrement dit, il serait question de venir à bout des éléments prétextant la montée en puissance des fléaux aux frontières. 

Dernière modification le samedi, 12 août 2017 22:27

Laissez un commentaire