Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 11 septembre 2017 06:00

Complexe sidérurgique d’El Hadjar : Pénurie d’eau et mesures dérisoires Spécial

Écrit par M. RAHMANI
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La situation n’est guère reluisante au niveau du complexe sidérurgique à l’arrêt depuis mercredi passé. « Cela durera au moins un mois », a déclaré le directeur général Chemseddine Maâtallah.

Ajoutant que cet arrêt sécurisé permettra aux personnels de procéder à des travaux de maintenance des installations, de sorte que dès l’approvisionnement normal du complexe, dont les besoins sont estimés à 1 500 m3/heure, cela permettra un redémarrage dans les meilleures conditions et ainsi retrouver la cadence de production habituelle.

Cet arrêt d’un mois confirme que l’exploitation effective de deux forages, prévus par le programme d’urgence, ne se fera qu’au cours du mois d’octobre après les travaux de captage, de pose de canalisations et les essais indispensables pour un approvisionnement continu. Cependant, ces deux forages restent insuffisants et représentent à peine environ 5 % des besoins du complexe en eau. En effet, le forage de deux puits, devant produire un volume de 80 m3 d’eau par heure, a été lancé au complexe sidérurgique, une opération qui s’inscrit dans le cadre du programme d’urgence mis en branle pour « rechercher d’autres ressources pour alimenter le complexe en eau et lui permettre de poursuivre de manière partielle ses activités de production interrompues suite à la pénurie d’eau dont souffre la wilaya d’Annaba », avait indiqué avant-hier le directeur général, Chemsseddine Maâtallah. Une situation compliquée que traverse le complexe sidérurgique pour lequel les pouvoirs publics ont déboursé près de 1 milliard de dollars pour la rénovation et la modernisation des installations. Le barrage duquel est approvisionnée l’usine a connu une baisse considérable de ses réserves en eau. Pis encore, l’envasement qu’il subit engloutit près de 18 millions de mètres cubes donc inexploitables. Ce casse-tête auquel les responsables et les autorités locales sont confrontés ne pourra pas trouver de solutions dans l’immédiat. Cette situation pourra se prolonger à moins qu’il n’y ait de fortes pluies en ce mois de septembre, ce qui n’est pas du tout évident. Les quantités d’eau dont dispose le complexe seront exploitées de manière alternée de sorte à faire tourner les installations par intermittence et ainsi satisfaire en partie à la demande de la clientèle. Six unités de production sur 16, qui ne représentaient que 30 % du marché national, vont encore aggraver la pénurie du rond à béton dont les prix flambent déjà. Côté ouvrier, on se dit très inquiet de la situation que vit le complexe. « Nous n’avons jamais été confrontés à pareille situation, même dans les pires moments de sécheresse. Et Annaba en a connu. Cette fois, c’est vraiment sérieux et nous avons peur pour l’avenir de l’usine et subséquemment pour nos emplois. Mais nous gardons espoir puisque tout le monde est concerné par cette situation », nous dit un technicien au niveau de la PMA. Selon un ingénieur, rencontré sur le site hier, normalement toutes les eaux utilisées au niveau des unités sont recyclées. Ce n’est pas la même quantité qui est réutilisée puisque des pertes sont enregistrées du fait de l’évaporation. Des apports viennent en appoint pour combler le déficit et tout devrait normalement fonctionner. « C’est le Haut Fourneau qui consomme près de 60 % des quantités d’eau, le reste est diversement réparti entre les unités, laminoirs, aciéries et autres. Je ne comprends pas que le système de recyclage n’ait pas fonctionné », nous a-t-il confié. Ce qui est sûr, c’est que le complexe est à sec et l’on est revenu à remettre en service l’ancienne canalisation, d’un diamètre de 1 mètre, captée à partir d’Oued Seybouse, ce qui reste toujours insuffisant. C’est la galère pour tous en attendant des pluies qui ne viennent pas.

Dernière modification le lundi, 11 septembre 2017 01:05

Laissez un commentaire