Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 13 novembre 2017 06:00

Usine Peugeot en Algérie : Les premiers véhicules dès 2018 Spécial

Écrit par Feriel Nourine
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Comme annoncé dans notre édition de dimanche, l’accord sur le projet d’une usine PSA Peugeot Citroën a été signé hier, à Alger, à l’occasion de la tenue de la 4e session du Comité mixte économique franco-algérien (Comefa). Le long feuilleton d’hésitations et de reports s’est donc achevé et l’accord, signé hier, donnera naissance à la société Peugeot Citroën Production Algérie (PCPA), dont l’usine sera implantée à Oran.

Elle ne devrait visiblement pas tarder à être construite, sachant que le premier véhicule devrait y voir le jour dès 2018, selon les déclarations du Directeur du Groupe PSA, chargé de l’Afrique et du Moyen-Orient, Jean-Christophe Quémard, à l’issue de la cérémonie de signature.
Après une première étape de localisation progressive, cette unité d’assemblage deviendra totalement opérationnelle, a précisé M. Quémard. Il ajoutera que « le site aura une capacité totale de 75 000 unités/an à terme ». Autrement dit, cette capacité a été revue à la baisse, sachant qu’initialement, elle avait été évaluée à 100 000 unités à terme contre 25 000 unités pour sa première année d’activité. Sur le registre de l’emploi, le projet devrait permettre la création de 1 000 postes directs et des milliers d’autres indirects.
Côté investissement, l’usine le montage de l’usine PSA à Oran coûtera 100 millions d’euros, selon le même responsable, non sans rappeler que le capital de la société est réparti selon la règle 51/49% et ce, à hauteur de 20% pour l’Entreprise nationale de production de machines-outils Algérie-PMO Constantine, de 15,5% pour le Groupe privé Condor et de 15,5% pour un opérateur pharmaceutique algérien (Palpa Pro), pour la partie algérienne, et de 49% pour PSA, pour la partie française.
A propos du taux d’intégration envisagé pour cette usine, le représentant de PSA dira qu’il atteindra 40% à terme. Le contrat prévoit également la création d’une académie de PSA en Algérie qui se chargera « de former la main-d’œuvre algérienne et de développer les compétences dans le domaine de l’assemblage et de la construction des véhicules au profit de PCPA ».
Dans l’objectif de développer une filière automobile complète en Algérie, il affirmera que « les équipementiers de Peugeot, qui s’implanteront également en Algérie, développeront d’autres partenariats avec des opérateurs algériens pour créer un tissu industriel et aller et au-delà des 40% du taux d’intégration ». Les équipementiers de Peugeot auxquels fait référence M. Quémard représentent, en fait, sa filiale Faurecia (détenue à 57,43%), qui est un groupe français d’ingénierie et de production d’équipements automobiles.
Cette entreprise développe, fabrique et commercialise des équipements destinés aux constructeurs automobiles, entre sièges, systèmes d’intérieur (planches de bord, panneaux de porte, éléments de décoration et modules acoustiques…), technologies de contrôle des émissions (échappements), extérieurs d’automobile (blocs avants, pare-chocs…). L’annonce de la présence de Faurecia en Algérie, aux côtés de PSA avait été faite par l’ex-ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, en décembre 2015.
Concernant les modèles Peugeot-Citroën qui sortiront de l’usine PSA d’El Kerma, quelques petits changements techniques seraient prévus. Annoncée préalablement pour figurer parmi la gamme des deux marques françaises, qui sortira de ce site, la citadine Peugeot 208 aurait été évincée au profit du SUV en verve 3008. Pour le reste, pas de changement en vue, c’est-à-dire la 301 et la 308 pour la marque au Lion et la C-Elysée pour la marque pour la marque aux chevrons.
Pour rappel, le projet de l’usine Peugeot en Algérie traîne depuis plus de deux ans. Interrogé sur ce retard et ces tergiversations, M Quémard a souligné que «cela est dû à certains changements apportés dans le cahier des charges. La dynamique des relations entre les deux pays a donné un coup d’impulsion à la concrétisation de ce projet».
De son côté, M. Messahel, ministre des Affaires étrangères a estimé que «la finalisation du partenariat PSA Peugeot Algérie vient conforter la crédibilité du COMEFA, d’autant qu’il s’agit là d’un projet à forte valeur emblématique pour le partenariat industriel algéro-français». Dans un communiqué rendu public, hier, le groupe PSA en France a estimé que cet accord « est une étape importante», ajoutant que « PSA accompagnera le développement de la filière automobile en Algérie avec un plan complet de montée en compétences et de formation des collaborateurs et contribuera au développement du tissu fournisseur local». 

Dernière modification le lundi, 13 novembre 2017 02:41

Laissez un commentaire