Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 15 novembre 2017 06:00

Rapport annuel de l’AIE : Le bel avenir du renouvelable

Écrit par Kahina Sidhoum
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Si le fossile a encore de la marge devant lui, le gaz en particulier, les énergies renouvelables, elles, sont parties pour avoir un bel avenir. Cette prédiction est signée de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dont le dernier rapport annuel a été publié hier.

Selon l’AIE, dont le rapport a fait l’objet d’une synthèse hier par l’APS, deux tendances se dessinent pour les vingt-cinq prochaines années. La première est que la demande en énergie va en croissant et qu’elle sera de 30% plus élevée à l’horizon 2040. La deuxième est qu’une grande partie de la réponse à la demande exponentielle en ressource énergétiques viendra des énergies renouvelables. Au cours des 25 prochaines années, les besoins énergétiques croissants du monde seront satisfaits en premier lieu par les énergies renouvelables et le gaz naturel, et les coûts en baisse rapide faisant de l’énergie solaire la source la moins chère de la nouvelle génération d’électricité, mentionne le rapport 2017 sur les perspectives énergétiques du monde, publication phare de l’AIE. Le rapport de l’AIE précise que la demande mondiale d’énergie sera de 30% plus élevée d’ici à 2040, mais toujours la moitié de ce qu’elle aurait été sans amélioration de l’efficacité. Soulignant que les années prospères du charbon sont terminées. Le document montre que la fin de l’ère du charbon se manifeste actuellement par l’absence de capture, d’utilisation et de stockage du carbone à grande échelle (confinement du dioxyde de carbone) et le ralentissement de la demande de pétrole qui ne devra pas connaître une inversion avant 2040, alors que les ventes de voitures électriques augmentent fortement. Cette tendance lourde est expliquée par le rapport de l’AIE par la résurgence de la production pétrolière et gazière des Etats-Unis, les baisses profondes du coût des énergies renouvelables et l’électrification croissante qui modifient le visage du système énergétique mondial et remettent en question les moyens traditionnels de répondre à la demande énergétique.
Selon l’étude de l’AIE, le système énergétique mondial au cours des deux prochaines décennies sera remodelé par quatre facteurs déterminants : les Etats-Unis devront devenir le leader mondial incontesté du pétrole et du gaz, les énergies renouvelables seront déployées rapidement grâce à la baisse des coûts, la part de l’électricité dans le mix énergétique augmente et la nouvelle stratégie économique de la Chine l’amène à un mode de croissance plus propre, avec des implications pour les marchés mondiaux de l’énergie.


Le solaire rayonne davantage sur les marchés
Sous l’impulsion de la Chine et de l’Inde, l’énergie solaire photovoltaïque est appelée à renforcer les capacités mondiales, alors qu’en l’Europe, l’éolien devient la principale source d’électricité après 2030. Le solaire avance sur les marchés mondiaux de l’énergie, car il devient la source de production d’électricité la moins chère dans de nombreux pays, y compris en Chine et en Inde, a expliqué le directeur exécutif de l’AIE. Fatih Birol, qui s’exprimait à l’occasion de la publication du rapport de l’agence, estime qu’il est encore trop tôt pour écrire la nécrologie du pétrole en raison de la croissance des transports routiers, aériens et maritimes.
La demande mondiale de pétrole continue de croître jusqu’en 2040, bien qu’à un rythme régulièrement décroîssant, tandis que l’efficacité énergétique et l’électrification croîssante amènent un pic de consommation de pétrole pour les véhicules de tourisme, même avec un doublement du parc automobile à deux milliards de véhicules, précise le rapport. Il indique, en outre, que la révolution du pétrole et du gaz de schiste aux Etats-Unis se poursuit grâce à la remarquable capacité des producteurs à débloquer de nouvelles ressources de manière rentable. Estimant que vers le milieu des années 2020, les Etats-Unis devraient devenir le plus gros exportateur de GNL dans le monde et un exportateur net de pétrole d’ici à la fin de la décennie. Mais d’autres secteurs, à savoir la pétrochimie, les camions, l’aviation et le transport maritime, feront grimper la demande de pétrole à 105 millions de barils par jour d’ici 2040. 

Dernière modification le mercredi, 15 novembre 2017 00:21

Laissez un commentaire