Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 10 janvier 2018 06:00

Réclamant du gouvernement la satisfaction des revendications des médecins résidents : Le PT appelle au retrait du projet de loi sanitaire

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Dans la future loi sanitaire, le service civil gardera sa forme actuelle, affirme le Parti des travailleurs (PT) qui appelle au retrait du projet de loi actuellement à l’étude au niveau de l’Assemblée populaire nationale.


Le parti de Louisa Hanoune, qui a réuni, hier, le secrétariat national de son bureau politique (SBP), s’est dit «outré par la répression violente contre les médecins résidents» lors du rassemblement du 3 janvier dernier dans l’enceinte même du CHU Mustapha-Pacha, «censée être inviolable». Devant cette situation qui ne cesse de s’aggraver avec le fossé séparant le Camra, représentant des résidents, et le ministère de tutelle, le PT s’adresse au gouvernement qu’il appelle «à ouvrir un dialogue sérieux et à prendre les mesures hardies qui s’imposent pour satisfaire les revendications». «Au-delà de celles-ci, ce sont les problèmes du secteur de la santé qui sont posés», écrit le SBP dans un communiqué rendu public à l’issue de sa réunion en session ordinaire. Le parti de Louisa Hanoune n’hésitera pas, sur ce registre, à pointer du doigt ce qu’il qualifie de « désengagement de l’Etat» et de « politique d’austérité aggravant dangereusement l’état de délabrement du secteur de la santé». Ce qui rend, selon son analyse, la situation insupportable autant pour les patients que pour les soignants. Quant au service civil tel qu’appliqué aux spécialistes nouvellement diplômés, «reconduit d’ailleurs dans sa forme actuelle dans le projet de loi de la santé en discussion à l’APN, affirme le PT, il ne garantit ni une véritable couverture médicale spécialisée répondant aux normes requises (absence de plateaux techniques, affectation individuelle au lieu d’équipes pluridisciplinaires…) ni assure la satisfaction professionnelle et sociale des médecins». Le constat du parti est sans appel : ce système «a montré ses limites, voire son échec car les causes à l’origine des déserts médicaux ne sont pas traitées». S’attardant encore sur ce problème, imposé par le mouvement des résidents qui occupe la scène nationale depuis plusieurs jours, le PT pense que dans l’objectif de rendre effectifs le droit et l’accès aux soins pour les citoyens sur tout le territoire national, le gouvernement doit aller vers l’ouverture du dialogue et de la négociation afin d’assurer la couverture médicale spécialisée effective partout sur le territoire national. Mais plus que cela encore, et considérant que le projet de loi de la santé proposé par le l’Exécutif, «remet en cause le droit constitutionnel à la santé pour tout citoyen, car il consacre le désengagement total de l’Etat du secteur public de santé et menace directement le système de sécurité sociale dans sa pérennité», le parti dit «joindre sa voix à tous ceux qui appellent au retrait du projet de loi de l’APN», plaidant «l’ouverture d’un véritable débat sur le secteur de la santé».
Le SBP du PT a, par ailleurs débattu de la grève des enseignants affiliés au Cnapeste dans la wilaya de Tizi-Ouzou, laquelle situation est qualifiée d’«impasse», appelant à l’occasion la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, «à œuvrer pour l’apaisement par-delà la nature du conflit». Analysant le climat social actuel,
marqué par des grèves, des appels à la grève dans plusieurs secteurs et des protestations de citoyens, et qui coïncident avec la mise en œuvre des dispositions «antisociales» de la loi de finances 2018, le Parti des travailleurs «appelle les pouvoirs publics à prendre des mesures positives à commencer par l’annulation des mesures d’austérité qui ont provoqué le désarroi des citoyens dans tout le pays», lit-on dans le communiqué.
Pour le parti de Hanoune, «l’augmentation du prix du carburant, le gel des recrutements dans la Fonction publique, le maintien du gel de projets structurants, le gel des salaires, le non-remplacement des départs en retraite… sont un ensemble d’ingrédients qui ont mis les citoyens en position de légitime défense face à ces attaques d’une violence inouïe». H. M.

Laissez un commentaire