Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 10 janvier 2018 06:00

Tous les corps médicaux ont répondu présents : Grand sit-in de solidarité au CHU Mustapha-Pacha

Écrit par Samira Dekkiche
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Alors que les médecins résidents faisaient leur «marche de la dignité» à Oran, des centaines de personnes, entre médecins et paramédicaux, se sont réunies, hier, au CHU Mustapha-Pacha en réponse à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) et le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu). 

 

Des professeurs, des maîtres assistants, des médecins libéraux, des étudiants en médecine et des paramédicaux sont venus afficher leur solidarité avec les résidents, notamment après le sit-in du 3 janvier réprimé à l’intérieur de l’hôpital Mustapha-Pacha.
Les membres du Camra, restés à Alger pour organiser ce sit-in de solidarité, ont réaffirmé leur détermination à continuer «le combat» jusqu’à l’obtention d’une réponse favorable des autorités concernées.
«Ici à Alger, on a des difficultés à s’exprimer et pour cette raison, nous avons déplacé notre  mouvement à Oran», a indiqué D. Guessoum, membre du Camra.
«On demande l’égalité avec tous les citoyens algériens», revendique-t-il encore.
Concernant les déclarations du ministre de la Santé, le représentant du Camra dans ce sit-in a estimé que, lors de la réunion du ministre avec les résidents «le discours était différent de ce qu’il a déclaré aux médias et au peuple». Mais, a-t-il fait remarquer,
«ceci ne nous empêche pas de continuer à faire appel à lui pour relancer le dialogue. Et au cas où le ministre de la tutelle ne peut pas agir, «on fera appel au président de la République et au Premier ministre pour intervenir», ajoute notre interlocutrice.
A propos de la principale revendication des résidents, à savoir l’abrogation de l’obligation du service civil, le Dr Hamlaoui, et membre du Camra, dira que pendant ce service «le médecin résident est abandonné dans le désert et les Hauts-Plateaux sans faire de médecine».
«Nous ne sommes pas contre le service civil, mais contre sa forme actuelle. Les résidents veulent des mesures attractives pour un meilleur système de santé», explique notre médecin, non sans rappeler les autres revendications de la corporation dont le droit à la dispense du service national pour ceux dont les cas sont inscrits dans la loi donnant droit aux jeunes algériens d’être exemptés du service national (incapacité pour motif de santé, soutien de famille et âge avancé).
Les résidents réclament également la clarification de leur statut.
«Est-ce que nous sommes des étudiants ou des fonctionnaires ?», se demande-t-ils.
Pour conclure, Dr. Hamlaoui a tenu à rassurer les citoyens en rappelant que les grévistes assurent le service minimum et les urgences. «Le médecin résident est un doctorant en formation», a-t-il expliqué, en rappelant qu’il y a des spécialistes, des maîtres assistants et des professeurs qui travaillent dans tous les CHU. 

Laissez un commentaire