Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 10 janvier 2018 06:00

Démonstration de force des médecins résidents : Une marée humaine investit les rues d’Oran

Écrit par Jalil Mehnane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Marche réussie pour les milliers de médecins résidents qui ont battu le pavé hier à Oran à l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra). Dans ce qui s’apparente à une démonstration de force, les blouses blanches venues de plusieurs wilayas du pays ont démontré leur détermination à maintenir la pression et à faire entendre leurs voix.


En dépit des appels du ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui aux médecins résidents pour les convaincre de ne pas poursuivre la grève et les inviter à débattre de leur situation autour d’une table, le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) continue de sillonner les grandes wilayas du pays, regroupant des milliers de médecins en colère, afin de réitérer leur plateforme de revendications soulevée depuis presque deux mois, notamment la révision du service civil. Hier, c’était au tour de la capitale de l’Ouest d’accueillir une marée humaine estimée selon les organisateurs à près de «8 000 médecins résidents» venus de plusieurs wilayas du pays, soutenus par des pharmaciens et des médecins hospitaliers. Les manifestants se sont regroupés dès les premières heures de la matinée dans l’enceinte du Centre hospitalo-universitaire d’Oran (CHUO) avant que l’importante foule se dirige vers 11h vers le siège de la wilaya.
Sous un renfort policier important, la marche s’est déroulée sans le moindre incident. «On a prouvé aujourd’hui à la tutelle que rien ne va arrêter notre mouvement avant la satisfaction de nos revendications principales, notamment le service civil, qui doit être revu», lance un manifestant. «Regardez cette marée humaine, tout cela n’a pas suffi au ministre pour qu’il revoie sa copie ?», s’interroge-t-il dans la foulée. Avant que son collègue n’abonde dans le même sens : «Nous sommes aujourd’hui près de 8 000 manifestants, c’est la colère des blouses blanches qui ne sera pas apaisée s’il n’y a pas d’oreille attentive de la part du ministre. La dernière rencontre qui nous a été accordée par M. Hasbellaoui n’a pas été satisfaisante. Elle n’a duré qu’un quart d’heure sans avoir gain de cause», dira-t-il.
A la veille de la grande marche des résidents, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, avait réitéré son engagement à trouver des solutions aux revendications des médecins résidents dans le cadre d’un «dialogue responsable et constructif».
Les revendications soulevées par les médecins résidents sont principalement liées aux œuvres sociales, au service militaire et au service civil. Ces «revendications sont les mêmes depuis des années et nous n’arrêterons pas avant d’avoir obtenu satisfaction», a assuré un membre du Camra.
Le 3 janvier, une tentative de manifestation de médecins résidents à Alger avait été violemment dispersée par la police, faisant 20 blessés parmi les manifestants selon le Camra. Un dérapage qui avait été largement dénoncé. Lundi, le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) avait appelé les médecins résidents et la tutelle au dialogue, en plaçant l’intérêt du pays et des citoyens «au-dessus de toute considération». Dimanche, plusieurs centaines de médecins résidents s’étaient rassemblés sans incident à l’hôpital Mustapha Bacha. Le même jour, un millier de médecins résidents, selon les organisateurs, avaient marché pacifiquement à Constantine, mais aussi dans plusieurs autres villes du pays. Les médecins résidents sont estimés à 13 000 en Algérie. 

Laissez un commentaire