Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 11 janvier 2018 06:00

Mohand Akli Haddadou, linguiste : « L’académie de la langue amazighe doit recenser les différentes variétés, qui sont menacées de disparition »

Écrit par Fadila Djouder
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La sauvegarde des dialectes et la nécessité du renforcement de la structure linguistique académique pour la langue amazighe ainsi que la symbolique de «Yennayer» ont été les différentes thématiques abordées hier par le linguiste Mohand Akli Haddadou au Forum de la Radio nationale.

Le Centre culturel Aïssa Messaoudi de la Radio algérienne a abrité, hier, une rencontre avec Mohand Akli Haddadou, professeur en langue et culture berbères, également écrivain, auteur de plusieurs dictionnaires et livres, dont la majorité a trait à la langue et à la culture amazighes.
D’emblée, l’une des missions prioritaires des chercheurs dans le domaine, selon Mohamed Akli Haddadou, est la sauvegarde des dialectes qui sont en train de «se perdre, en les dotant d’instruments et en faisant prendre conscience aux gens pour qu’ils parlent encore leur langue». Estimant que « l’Académie algérienne de la langue amazighe doit refaire le recensement des variétés, c’est un acte en résonnance avec la constitution qui parle de la reconnaissance de tamazight ». « Nous savons qu’actuellement, certaines variétés sont menacées de disparition, dont certaines sont déjà perdues », ajoute-t-il.
Le chercheur, évoquant la carte linguistique de l’Algérie, a expliqué qu’ «au début du XXe siècle, il y a eu la grande enquête sur la dispersion de la langue amazighe; en 1903, il y avait des régions qui étaient entièrement berbérophones comme Blida qui était à 100% amazighophone, mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas.
D’autre dialectes sont en train de disparaître, par exemple dans l’Ouest: quand les Français sont arrivés au XIXe siècle, on parlait encore un dialecte berbère typique de la région à Ghazaouat, aujourd’hui il a disparu».
A propos de la transcription actuelle de la langue, Mohand Akli Haddadou explique qu’elle est basée sur la polygraphie en soulignant qu’«elle utilise plusieurs systèmes d’écritures, chacune de ces dernières a sa place aujourd’hui». «Le latin est le système adopté par les universitaires, par les auteurs et une grande partie des berbérophones. C’est un système largement répondu. Le tifinagh est, quant à lui, sporadiquement utilisé, on le trouve dans les enseignes soit de l’Etat, ou de commerce. Même si les gens ne lisent pas tifinagh, elle a une valeur symbolique». Et de poursuivre : «L’écriture arabe, on la trouve dans les médias par exemple à la télévision quand on annonce une information en tamazight ».
Selon le chercheur, si on doit adopter l’un de ces systèmes, il faut l’aménager car aucun de ces derniers ne convient à la langue amazighe. Dans ce contexte, le spécialiste de la langue tamazight avoue que «nous ne pouvons pas envisager l’enseignement d’une langue si nous n’avons pas de dictionnaire ou de grammaire. C’est la seule manière de promouvoir tamazight et qu’elle prenne sa place dans l’Etat algérien». Le chercheur a par ailleurs souhaité que «tamazight soit utilisé dans différents domaines ».
Toutefois, il estime en clôturant ce sujet que «durant ces dernières années, tamazight a réalisé des avancés qui n’ont pas été matérialisées depuis qu’elle existe».
Mohand Akli Haddadou a également mis en exergue, lors de son intervention, l’importance de fêter Yennayer, en estimant que «Yennayer est le symbole de la culture amazighe ». « Il a toujours eu sa place dans la société algérienne mais cette année, avec son officialisation en tant que fête nationale, tous les Algériens se familiariseront avec cette culture riche». «Yennayer est la fête de l’agriculture et de la renaissance, les Amazighs dans leurs origines sont connus comme une société agraire, cette date du 12 janvier qui s’est imposée dans le calendrier est la plus appropriée pour cela, contrairement au calendrier de l’héjire qui suit le mouvement lunaire». 

Laissez un commentaire