Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 06 février 2018 00:21

Subventions : Le gouvernement signera des chèques pour les ménages

Écrit par Farid Messaoud
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre du Commerce a indiqué hier que la réforme du dispositif des subventions généralisées donnera lieu à la mise en place d’un système de transfert monétaire au bénéfice des personnes nécessiteuses.


Ce système devrait tenir compte des paramètres de traçabilité des fonds adressés aux personnes socialement vulnérables qui figureront dans les listings actuellement en préparation par les services du ministère des Finances, celui de l’Intérieur et des Collectivités locales ainsi que par les services de la Solidarité nationale.
La question des subventions est tranchée ou presque. Et, ce que de nombreux experts souhaitaient semble être fait maintenant. En effet, les bénéficiaires des subventions seront classés par catégories et le montant de la subvention sera proportionnel au revenu des ménages. Les ménages concernés recevront des chèques mensuellement en guise de subventions. Ce sont là des éléments de réponses donnés par le ministère du Commerce, Mohamed Benmeradi, au sujet des subventions, dans l’entretien qu’il a accordé à l’APS. Le ministère préconise, dans le cadre d’un système de subvention ciblée, l’utilisation d’un moyen de payement assurant à la fois la traçabilité et la sécurité, tel le chèque, au bénéfice des ménages concernés. Sur les moyens d’identification des familles nécessiteuses qui bénéficieront des subventions ciblées, il précise que le fichier national des personnes physiques nécessiteuses et destinataires de cette subvention sera élaboré en collaboration, essentiellement, avec le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) et des Directions de l’Action sociale des wilayas (DAS). Plus explicite, il souligne : les subventions seront adressées directement aux personnes concernées. Le dossier des subventions est le plus gros dossier qui est sur la table du gouvernement. Il semble ainsi tranché, après cette trame de travail dont a parlé Mohamed Benmeradi. Le gouvernement en aura tout l’intérêt. Il va ainsi mettre de côté le système de subvention généralisée et généreux pour aller vers un système ciblé, réduisant, de fait, le nombre des personnes qui bénéficient de la générosité de l’Etat. Le plus difficile semble avoir été surmonté, mais tout n’est pas réglé, d’autres questions comme celle relative au prix du pain restent pendantes.
Le sujet a été évoqué par le ministre du Commerce, sans formuler d’avis officiel pour l’instant sur la manière dont devra être tranchée cette question. Ce dont tout le monde est sûr, cependant, c’est qu’il n’y aura pas d’augmentation du prix du pain telle que réclamée par les boulangers. Prudent, il soutient que le pain est un dossier très sensible et que l’Etat ne veut pas toucher au prix du pain, mais admet qu’aujourd’hui nous partageons la même analyse que les boulangers pour dire que la marge bénéficiaire est érodée et qu’il faut trouver une solution. Benmeradi parle toutefois d’une ébauche de plan d’action, assurant que son département ministériel a élaboré «des solutions» qui sont en cours d’examen : « Nous avons des solutions sur lesquelles nous avons travaillé, elles vont dans le sens de la préservation de la marge bénéficiaire du boulanger. » Et parmi les solutions envisagées, le ministre cite l’utilisation d’une farine appelée farine complète qui permettra aux boulangers d’améliorer leur marge de bénéfice en produisant 20% de plus par quintal en comparaison avec le quintal de farine utilisée actuellement. Le ministre suit le cheminement de ce dossier qui a été transmis au Premier ministre. Et si cette solution technique est avalisée, il sera alors procédé à la révision du décret réglementant le taux de trituration. Par ailleurs, observe-t-il, certains disent que la profession de boulanger est en déperdition, mais la consultation du fichier du registre du commerce montre que le nombre de boulangers augmente d’année en année. Toutefois, il précise qu’à la différence du milieu urbain où le boulanger peut équilibrer ses comptes en vendant aussi de la pâtisserie dont la marge bénéficiaire est élevée, dans le milieu rural, par contre, cette activité se limite quasiment à vendre du pain. 

Laissez un commentaire