Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 21 mars 2017 06:00

Khaled Boukhelifa, ancien directeur général au ministère de l’Energie : « Ould Kaddour pourra faire face aux prochains défis de Sonatrach»

Écrit par  RAFIK AIOUAZ
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Khaled Boukhelifa, ancien directeur général au sein du ministère de l’Energie, réagit, pour Reporters, au remplacement d’Amine Maâzouzi de la tête de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach au profit de Moumen Ould Kaddour, ancien dirigeant de Brown & Root Condor (BRC), une filiale de Sonatrach en partenariat avec une entreprise américaine.

«Je connais les deux hommes et Ould  Kaddour a l’expertise qu’il faut pour faire face aux prochains défis de Sonatrach. Mais il s’agit d’une nomination comme une autre», relativise Khaled Boukhelifa, ancien directeur général au sein du ministère de l’Energie. Le changement intervient alors que le désormais ex-P-DG du groupe Sonatrach avait pris part, samedi, à la pose de la première pierre du projet de centrale photovoltaïque de 10 mégawatts (Mw) à Bir Rebaâ Nord à Ouargla. Une centrale réalisée en collaboration avec le groupe italien ENI et qui entrera en service dès décembre 2017. C’était la dernière inauguration de « l’enfant de la boîte », selon Khaled Boukhelifa, en tant que premier responsable de la compagnie énergétique, poste qu’il aura occupé depuis mai 2015. Avant cela, Amine Mazouzi occupait le poste de directeur de la stratégie et de la planification depuis 2008 au sein de l’entreprise étatique, après avoir été directeur des études et des projets, chef de service des techniques nouvelles et expert et senior ingénieur au sein de la division PED.
La dernière inauguration d’Amine Maâzouzi correspond à la nouvelle orientation générale enclenchée par l’Etat. En février 2016, Abdelaziz Bouteflika avait, en effet, appelé à activer et à renforcer les activités de recherche et d’exploitation dans le domaine des hydrocarbures, que ce soit pour le gaz, mais aussi pour le pétrole. Le président avait alors préconisé de limiter le temps des remises à niveau des gisements déjà en exploitation et éviter les retards dans le développement des ressources. La politique actuelle de Sonatrach tend vers un engagement en faveur de l’exploitation des énergies renouvelables.
«Le projet avec ENI est une bonne initiative, non seulement pour la centrale photovoltaïque qui permettra de faire des économies de consommation en gaz, mais surtout pour la création d’un laboratoire de recherche qui ouvre de nouvelles perspectives », indique Khaled Boukhelifa, évoquant la mise en place à proximité de cette future centrale d’un laboratoire de recherche « intelligent » dédié aux énergies renouvelables pour développer et tester de nouvelles technologies renouvelables dans les conditions réelles, voire extrêmes du Sud algérien. 

Laissez un commentaire