Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
lundi, 20 mars 2017 06:00

Kheireddine Hamel, président de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs : « Le rééchelonnement du remboursement des crédits redonnera confiance aux jeunes entrepreneurs »

Écrit par  rafik aiouaz
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Intervenant lors des premières assises autour de la micro-entreprise, Kheireddine Hamel, président de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs (FNJE), nous a livré, en marge de l’événement, sa réaction à l’annonce de rééchelonnement du remboursement des crédits contractés par les entreprises lancées à travers les organismes étatiques d’aide à la création d’entreprise, Ansej, Cnac et Angem.


Reporters : Quelle appréciation faites-vous de l’annonce de rééchelonnement du remboursement des crédits contractés par les entreprises ?
Kheireddine Hamel : A la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs, on considère que c’est une décision courageuse, car cela permettra, non seulement aux micro-entreprises de se délester de beaucoup d’entraves, mais aussi et surtout de redonner confiance aux jeunes entrepreneurs pour poursuivre leurs projets. Et on sait que quand les jeunes entrepreneurs algériens ont confiance en eux et se sentent soutenus, ils peuvent contribuer grandement au développement et à la diversification de l’économie nationale. Il faut savoir que plus de 1,2 million d’entreprises ont été créées dans le cadre du renforcement de l’aide dont 368 000 entreprises dans le cadre de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej), près de 786 000 autres dans le cadre de l’Agence nationale de gestion du micro crédit (Angem) et enfin, 139 000 entreprises au titre de la Caisse d’assurance chômage (Cnac).


Dans quel contexte interviennent ses assises et quelle est la situation des microentreprises ?
Les microentreprises ont connu dernièrement une conjoncture difficile liée à un climat économique compliqué qui leur a, malheureusement, créé des obstacles. Depuis la création de la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs, on travaille à l’union de nos idées et à l’association de nos compétences et de nos capacités. C’est à nous, les jeunes entrepreneurs, d’améliorer le climat entrepreneurial en accord avec le fonctionnement des microentreprises, pour permettre à ces dernières de pérenniser leurs activités. Nous veillons aussi à assurer l’encadrement des compétences scientifiques pour créer davantage d’entreprises génératrices de richesse et d’emplois en coordination avec les différents ministères afin d’atteindre les 300 000 petites entreprises dans les domaines générateurs de valeur ajoutée à l’économie nationale.


Vous avez participé à la tripartite du 6 mars dernier…
Après que le gouvernement nous ait permis de prendre part à la dernière réunion de la tripartie, nous avons pu aborder des points que nous considérons primordiaux en tant que jeunes entrepreneurs, chefs de microentreprises. Sachez que c’est grâce aux résultats obtenus lors de cette rencontre que ces assises nationales sur la microentreprise ont pu avoir lieu et auxquelles participent plus de 1 200 représentants d’entreprise.


Qu’attendez-vous de ces assises ?
Les ateliers organisés lors de cet événement permettront aux jeunes entrepreneurs d’échanger des idées avec les représentants des différents ministères, des différents secteurs mais aussi de débattre des difficultés et obstacles qu’ils rencontrent. En tant que force de proposition, la FNJE va soumettre ses idées pour arriver à des solutions à mettre en œuvre par les autorités pour que la microentreprise puisse activer dans de bonnes conditions et ainsi consolider le tissu entrepreneurial afin d’en faire une locomotive menant vers la croissance. <

Laissez un commentaire