Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 19 mars 2017 06:00

MPA Economie et sécuritaire, mots d’ordre de la campagne

Écrit par  Hichem Laloui et RAFIK AIOUAZ
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Même si la campagne de collecte des signatures a fait débat, le président du Mouvement populaire algérien (MPA), Amara Benyounes, s’est dit hier confiant quant « à l’assurance qu’offre la législation en termes de protection du vote » contre d’éventuelles tentatives de fraudes électorales.


Le Mouvement populaire algérien d’Amara Benyounès veut mener une campagne « calme et sereine » pour les prochaines législatives. Ainsi, en réunion, hier, avec les candidats têtes de liste et les directeurs de campagne, Amara Benyounès a appelé ses militants à inciter, par un contact direct et de proximité, les Algériens à se rendre massivement aux urnes. « Seul un vote massif peut constituer un frein contre la fraude », a-t-il dit, ajoutant qu’au-delà de cet aspect, « les prochaines élections sont importantes». Elles le sont, estime-t-il encore, parce que «ce sera à travers ces élections et le taux de participation que le futur gouvernement pourra mener à bien les réformes qu’impose la situation économique actuelle ». Amara Benyounès considère que les réformes qu’aura à mener le prochain Exécutif « peuvent être douloureuses ». Il explique que la situation impose « des choix qui peuvent faire mal ». De ce fait, analyse-t-il, « il est impératif que les Algériens se rendent massivement aux urnes » pour « donner de la légitimité à cette institution d’où découlera le futur gouvernement ». Il a indiqué, par ailleurs, que le vote « est un pilier de la démocratie » et qu’un probable recours à la rue « sera fatal pour le pays », a-t-il dit en direction des formations politiques qui ont appelé à boycotter les élections législatives du 4 mai prochain. Amara Benyounes a suggéré de faire du vote « un devoir national obligatoire ». « Boycotter les élections n’offre aucune solution si ce n’est la solution de la rue. Celle-ci n’a jamais apporté de démocratie, mais elle a engendré la destruction », a-t-il indiqué, rappelant le cas de différents pays ayant sombré dans la violence dans le cadre de ce qu’on a nommé « le printemps arabe », citant à ce propos, les cas libyen, syrien… Sur un autre volet, il a appelé les militants du MPA à mener une campagne de proximité en articulant leurs interventions sur les problèmes que rencontrent les citoyens.
Il a cité, à titre d’exemple, le pouvoir d’achat, le logement, la santé, l’éducation… Comme axes importants, M. Benyounès a fait savoir que les problèmes économiques et le sécuritaire auront la part du lion dans la campagne du MPA. « Les difficultés économiques doivent être résolues à travers des solutions économiques», a-t-il souligné. Ajoutant qu’il sera difficile « de trouver des issues sans passer par de réels projets et que quel que soit le parti qui dirigera le pays, celui-ci doit appliquer les principes des sciences économiques, car la solution n’est ni islamique, ni démocratique, ni nationale», a encore affirmé Amara Benyounes qui a appelé à des réformes radicales dans plusieurs secteurs. Des réformes « difficiles », mais « nécessaires ». Sur le plan sécuritaire, il a indiqué que les propensions que prend le phénomène « sont très inquiétantes », de ce fait « il faut une solution d’urgence ». « Il est anormal que la violence gagne autant de terrain dans la société. Elle touche l’école, le football, les espaces publics…», a-t-il regretté, appelant à mener campagne contre «les méfaits de la violence notamment auprès des jeunes ». Sur un autre volet, il a rappelé que le MPA sera présent dans 47 circonscriptions et qu’il mènera campagne sous le slogan « Pour une démocratie apaisée » en opposition « à la démocratie imposée par la rue ». Un slogan élaboré, a-t-il souligné, pour combattre toute forme de «violence verbale ou physique » et pour éviter notamment ce que l’Algérie a connu lors des élections de 1991 qu’Amara Benyounes qualifie « d’accident démocratique » qui a failli «amener à la tête de l’Etat un monstre ». Il a ajouté que le plus jeune candidat aux législatives « est sur la liste du MPA et qu’il est âgé de 28 ans ». La rencontre d’hier s’est poursuivie à huis clos. Lors des travaux, des exposés sur la stratégie de communication ont été présentés par des candidats et des militants du parti. M. Benyounès a indiqué, quant à lui, qu’il sera en campagne dans les 47 circonscriptions où ils ont présenté des listes. En outre, l’ancien ministre a appelé les candidats de sa formation politique à ne pas « annoncer des engagements qu’ils ne tiendront pas ». 

Dernière modification le samedi, 18 mars 2017 23:52

Laissez un commentaire