Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

dimanche, 16 septembre 2018 06:00

Il a réuni son bureau politique : Le parti de Benflis dénonce «le maintien du statu quo»

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)


Le parti de Ali Benflis, Talaie El Houriyet, a réuni, hier, son bureau politique (BP). A l’ordre du jour : l’examen des questions d’actualité nationale. A cette occasion, le parti a de prime abord dénoncé vigoureusement ce qu’il qualifie de «manœuvres de la clientèle du pouvoir pour maintenir le statu quo en imposant un 5e mandat ».


Le parti de l’ancien chef du gouvernement s’indigne devant «l’agitation des clientèles du pouvoir et d’institutions officielles, dans la perspective de l’échéance 2019, en utilisant les moyens de l’Etat et en violation flagrante de la législation régissant les processus électoraux». Aux yeux de Talaie El Houriyet, cette agitation «pollue le champ politique, ajoute à la confusion et masque la gravité de la crise globale dans laquelle s’enfonce notre pays». Dans le même ordre d’idées, le parti fait état d’un «harcèlement systématique du pouvoir envers l’opposition», dénonçant «le verrouillage hermétique du champ politique et médiatique pour étouffer toute expression qui viendrait perturber la marche vers le maintien du statu quo qui assure la pérennité du régime politique en place au mépris de la volonté populaire».
Evoquant l’empêchement du rassemblement du mouvement Mouwatana, le 8 septembre à Constantine, le BP de Talaie El Houriyet pointe du doigt «les atteintes au droit de manifester pacifiquement et à la liberté d’expression». Tout comme, il condamne le recours des autorités à «des moyens et méthodes peu honorables pour empêcher le rassemblement pacifique que se proposait d’organiser le mouvement Mouwatana, tels l’interpellation de dirigeants de partis politiques et d’associations agréés, la séquestration de responsables du mouvement dans leur hôtel, le déploiement massif de camions de ramassage des ordures dans les espaces retenus pour le rassemblement, au lieu d’utiliser ce matériel pour la collecte des déchets ménagers, service dont la ville a grandement besoin au moment où le choléra continue à sévir dans plusieurs régions du pays». De l’avis du parti de Benflis, l’attitude du pouvoir politique donne la preuve que «dans la réalité l’état d’urgence est toujours en vigueur malgré sa levée officielle, et que les marches et rassemblements sont interdits non seulement dans la capitale mais dans tout le pays». Plus généralement le bureau politique de la formation de Benflis met en exergue les moyens qu’il qualifie de «disproportionnés» mis en place par les pouvoirs publics pour empêcher l’opposition de s’exprimer. A ce propos, il fera observer que «dans sa détermination à faire taire les voix discordantes, le pouvoir politique ne s’embarrasse plus des formes vis-à-vis de l’opinion publique, car le pouvoir politique est décidé à empêcher l’opposition d’aller à la rencontre du citoyen pour lui présenter d’autres alternatives pacifiques que la démarche autoritaire du pouvoir qui charrie le risque de dérapages préjudiciables à la stabilité et à la sécurité du pays et à la cohésion de la nation». De l’avis de cette formation politique «cette attitude liberticide du pouvoir politique en place illustre sa conception dénaturée du multipartisme, avec une opposition sous surveillance, cloîtrée dans un espace délimité par des lignes rouges, qui se rétrécit de jour en jour».
N. B.

Laissez un commentaire

Sports

Sélection nationale : la confiance retrouvée

Lorsque Djamel Belmadi a pris en main la

Sports -
20-11-2018
Youcef Attal la «classe» !

Depuis son premier match avec la sélecti

Sports -
20-11-2018