Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 08 décembre 2018 06:00

Emma Wade-Smith, commissaire britannique pour le commerce en Afrique : «La sortie de l’UE est une opportunité d’augmenter les échanges avec l’Algérie»

Écrit par Feriel Nourine
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Après sa sortie de l’Union européenne, officialisée il y a quelques jours, le Royaume-Uni met le cap sur des destinations susceptibles de voir ses partenariats se raffermir, dont ceux pouvant se trouver en Algérie.


C’est ce qui ressort assez explicitement des déclarations faites jeudi par la commissaire britannique pour le commerce en Afrique,  Emma Wade-Smith.
En visite de travail à Alger, Mme Wade-Smith a même indiqué que sa présence en Algérie était liée à des objectifs de son pays à raffermir les échanges commerciaux entre l’Algérie et la Grande-Bretagne, à la faveur du Brexit. « C'est justement pourquoi je suis ici cette semaine », a-t-elle répondu, lors d’une conférence de presse à une question sur les opportunités de raffermissement. « La sortie de l'UE n'est qu'une opportunité qui nous permet de réfléchir à mettre en place un cadre meilleur pour augmenter les échanges avec les différents pays, y compris l'Algérie », a affirmé la responsable britannique, estimant à 2 milliards de livres britanniques le volume actuel des échanges entre les deux pays, non sans juger que ce montant reste loin des opportunités réelles qui s’offrent au partenariat algéro-britannique. « Deux milliards de livres, ça peut sembler beaucoup. Mais à mon avis, ce n'est pas beaucoup pour un pays de la taille de l'Algérie (...) Je pense que nous pouvons mieux faire », a-t-elle donc soutenu.
Le renforcement souhaité passe par le rapprochement des communautés d’affaires des deux pays, dira Mme Wade-Smith, en insistant sur la nécessité de sensibiliser les hommes d'affaires du Royaume-Uni sur les possibilités de partenariat existantes en Algérie dans les différents domaines, notamment les hydrocarbures, les énergies renouvelables, l'agriculture, l'industrie, l'urbanisme et les villes intelligentes.
Partant du principe que l’Algérie possède des richesses et que la Grande-Bretagne peut y apporter technologie et savoir-faire, la commissaire britannique pour le commerce en Afrique considère que ce rapprochement peut aller loin et pourra servir les objectifs de l’Etat algérien en matière d’exportations. Elle manifestera ainsi la volonté de son pays « d'aider et appuyer le gouvernement algérien à atteindre ses objectifs en matière de diversification de l'économie algérienne et de réforme structurelle ». Interrogée sur la règle 51/49 % régissant l'investissement étranger en Algérie, Mme Wade-Smith dira que celle-ci ne constitue pas une entrave pour les entrepreneurs de son pays. « L'Algérie n'est pas la seule à adopter une telle mesure, beaucoup de pays en Afrique ont des lois similaires. Mais cela ne peut pas freiner la volonté des entreprises britanniques à investir en Afrique », a-t-elle soutenu, précisant que le stock d'investissements de son pays en Afrique dépasse les 45 milliards de livres. « Ne pas détenir complètement le capital n'est pas une raison suffisante pour refuser de venir investir », ajoutera-t-elle. A noter que 127 entreprises britanniques activent en Algérie, selon les chiffres avancés par l'ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie

Laissez un commentaire

Culture

Après le Festival du cinéma : Le Caire, de l’autre côté de l’écran

Emporté par le frénétique tourbillon d

Culture -
11-12-2018
6ème édition du concours «Jeune artiste-peintre» : Les trois lauréats récompensés

Un vernissage a été organisé avant-hie

Culture -
11-12-2018
6ème édition du concours «Jeune artiste-peintre» : Les trois lauréats récompensés

Un vernissage a été organisé avant-hie

Culture -
11-12-2018
Projetées hors compétition : Trois œuvres clôturent le Fica 2018

La 9e édition du Festival internationa

Culture -
11-12-2018