Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 08 décembre 2018 06:00

Les candidats appelés à déposer leurs dossiers au plus tard demain : Sénatoriales : la course lancée

Écrit par Houria Moula
Évaluer cet élément
(0 Votes)

C’est le début de la course aux sièges de sénateur au sein du Conseil de la nation. Les candidats déclarés de différents partis politiques et autres candidats libres au scrutin du 29 décembre, sont appelés à déposer leurs dossiers auprès des services de la wilaya dans leur circonscription électorale, au plus tard demain à 16h30.


Le délai a été fixé par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Il est porté «à la connaissance des élus locaux postulant à la candidature à l’élection en vue du renouvellement de la moitié des membres élus du Conseil de la Nation du samedi 29 décembre 2018, que le dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature est fixé au dimanche 9 décembre 2018 à 16h30, et ce, conformément aux dispositions de l’article 114 de la loi organique 16-10 du 25 août 2016, relative au régime électoral», est-il indiqué dans un communiqué du département de M. Nourredine Bedoui, publié en fin de semaine. La même source a précisé que le dépôt du dossier de candidature s’effectue par le concerné auprès des services compétents de la wilaya, en l’occurrence la direction de la réglementation et des affaires générales (Drag), et, pour la wilaya d’Alger à la Direction de l’administration locale, des élections et des élus. Il s’agit, en effet, d’une formalité administrative, puisque l’ensemble des partis engagés ont déjà désigné leurs candidats dans les wilayas où ils peuvent concourir. Seuls le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), présenteront des candidats dans presque la majorité des circonscriptions, vu le nombre important d’élus locaux qu’ils ont à leur actif. Le Front des forces socialistes (FFS), quant à lui, par exemple, entrera en course dans sept wilayas, dont les deux principales sont Tizi Ouzou et Béjaïa où il doit se battre pour préserver les deux sièges que quitteront respectivement Moussa Tamadartaza et Brahim Meziani.
Bataille politique entre FLN et le RND
Outre le tiers présidentiel (48 membres), la composante politique du Conseil de la nation est dominée par le tandem FLN-RND. Le parti du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, compte 42 sénateurs contre 40 pour le FLN. Le FFS en détient 4, les indépendants 6, alors que le MPA d’Amara Benyounès, le Front El Moustakbal d’Abdelaziz Belaid, El Fadjr de Tahar Benbaibeche et AHD54 de Fawzi Rebaïne ont un sénateur chacun. C’est dire que la guerre sera des plus rudes entre les deux partis du pouvoir.
Politiquement, l’enjeu est de contrôler la chambre haute du Parlement, laquelle est dotée d’un droit de véto pour rejeter une loi votée à l’Assemblée populaire nationale (APN), chambre basse de l’institution législative. Le FLN, il faut le dire, ne digère toujours pas le fait que la tête du Sénat, présidé actuellement par Abdelkader Bensalah (RND), lui échappe. Une fois de plus, le parti du Premier ministre pourrait profiter de la situation de crise que traverse le vieux parti en pleine reconstruction, pour remporter la bataille et gagner la majorité des 48 sièges à pourvoir.
Le spectre de
la «chkara» !
Pour les candidats, les choses sérieuses commenceront demain. Une fois les dossiers déposés, c’est la chasse aux voix du collège électoral. Les tractations pour contracter des alliances et les négociations pour s’acquitter des voix d’autres formations politiques qui n’ont pas de chances de remporter l’élection du 29 décembre, sont une priorité. D’ores et déjà, le bruit cours malheureusement sur «la chkara». En effet, les uns comme les autres ont entamé des contacts dans la perspective d’«acheter» certaines voix, faisant fi de toutes les règles de concurrence loyale, en recourant à l’argent sale. La finalité, être élu au Sénat et bénéficié de ses avantages, dont un salaire important outre l’immunité, en vaut la peine pour eux. Enfin, s’agissant des modalités relatives à l’élection des membres du Conseil de la nation, le décret n° 18-293 du 21 novembre 2018, publié au dernier Journal officiel du 28 novembre, précise dans son article 2 que les sénateurs «sont élus au scrutin plurinominal majoritaire à un tour au niveau de la wilaya, par un collège électoral composé de l’ensemble des membres de l’APC et de l’APW». Ces derniers sont obligatoirement tenus de voter, impose l’article 3 du décret qui limite les «cas d’empêchement» et donc de vote par procuration, à deux uniquement : «Les électeurs malades hospitalisés ou soignés à domicile» et «les électeurs se trouvant momentanément à l’étranger».

Laissez un commentaire

Culture

Après le Festival du cinéma : Le Caire, de l’autre côté de l’écran

Emporté par le frénétique tourbillon d

Culture -
11-12-2018
6ème édition du concours «Jeune artiste-peintre» : Les trois lauréats récompensés

Un vernissage a été organisé avant-hie

Culture -
11-12-2018
6ème édition du concours «Jeune artiste-peintre» : Les trois lauréats récompensés

Un vernissage a été organisé avant-hie

Culture -
11-12-2018
Projetées hors compétition : Trois œuvres clôturent le Fica 2018

La 9e édition du Festival internationa

Culture -
11-12-2018