Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

mercredi, 11 juillet 2018 06:00

Pénurie de médicaments : Le déséquilibre entre l’offre et la demande comme cause principale, selon l’Unop

Écrit par Wafia Sifouane
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Afin de mettre un terme aux pénuries des médicaments qui persistent ces derniers mois, le ministre de la Santé Mokhtar Hasbellaoui a été formel en ordonnant aux inspecteurs de santé des wilayas d’inspecter les grossistes de produits et de « retirer l’agrément à tout opérateur qui se rendrait coupable de rétention de produits ou de vente concomitante », indique un communiqué de son département ministériel.


Cependant, cette décision d’organiser des « expéditions punitives » laisse perplexe l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop) dont le président Abdelouahab Kerrar estime plus judicieux de mettre en place des sections de contrôle continu et pérenne pour réguler le secteur.
« Aujourd’hui, d’après une étude que nous avons réalisée, l’Algérien fait le tour de trois pharmacies minimum avant de trouver le médicament dont il a besoin. L’offre est faible face à une demande qui ne cesse de s’accroître. Il ne faut pas incriminer les grossistes qui subissent ces déséquilibres », a-t-il fait savoir. Et d’ajouter : « Nous avons mis en place une cellule de veille avec le Syndicat national algérien des pharmaciens d’officines (Snapo), l’Association nationale des importateurs ainsi que le Conseil de l’Ordre des pharmaciens, et nous avons déjà discuté des raisons des pénuries et présenté des solutions. Tout d’abord, il y a le produit pharmaceutique d’importation sur lequel il n’existe pas de statistiques. Ce que l’on sait, c’est que les quotas importés ne prennent pas en considération l’évolution démographique, alors que chaque année, il y a un million de nouveau-nés. Aussi, il faut que les laboratoires étrangers mettent en place ce qu’on appelle la responsabilité pharmaceutique car, s’ils fournissent les médicaments à deux ou trois opérateurs, voire plus, la responsabilité est diluée. Aussi, pour ce qui concerne les produits locaux, l’importation des médicaments fabriqués en Algérie doit cesser dans le cas où le médicament est fabriqué par de nombreux producteurs et non pas un seul, car nous connaissons tous les aléas de la production pharmaceutique. Limiter la production d’un produit à un seul opérateur est un danger pour la santé publique, car à tout moment, un problème peut surgir et empêcher la production d’un produit parfois vital dans certains cas », a-t-il dit.
Dans ce sillage, M. Kerrar a préconisé la levée du monopole sur le marché du médicament. « Si un opérateur se trouve dans une situation où il est seul détenteur d’un produit, il est clair que l’aspect commercial prendra le dessus. Je n’accuse personne, mais c’est une pratique bien courante. Bon nombre de pharmaciens subissent le diktat des grossistes qui les obligent à prendre d’autres articles en plus de celui commandé », a-t-il déploré.
Tout en appelant à une surveillance continue, notre interlocuteur a indiqué que les grossistes qui font de la rétention de médicaments sont non seulement punissables, mais méritent d’être traduits en justice car la santé publique en dépend.

Laissez un commentaire

Sports

Sélection nationale : la confiance retrouvée

Lorsque Djamel Belmadi a pris en main la

Sports -
20-11-2018
Youcef Attal la «classe» !

Depuis son premier match avec la sélecti

Sports -
20-11-2018