Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

samedi, 14 juillet 2018 06:00

Elles interviennent à quelques mois de la présidentielle : Les partis tiennent à leur université d’été

Écrit par NADIA BELLIL
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les formations politiques tiennent énormément à leur université d’été, cette année. Intervenant à quelques mois de l’élection présidentielle de 2019, ce rendez-vous politique estival constituera, certainement, une tribune de choix pour les prises de positions partisanes.


«Le FFS compte, à l’instar des années précédentes, organiser une université d’été», explique à ce propos le premier secrétaire national du Front des forces socialistes (FFS) Mohamed Hadjilani, selon qui «l’université d’été est pratiquement une coutume chez nous, programmée de fait».
Contacté par nos soins, Hadjillani explique qu’il s’agit là d’un rendez-vous «extrêmement important» pour le parti puisque «propice aux débats de fond entre militants», surtout s’agissant des questions politiques très chères au parti, à l’instar du consensus national, des droits de l’homme et de la justice sociale. Toutefois, il reste que le parti n’a pour l’heure défini ni la date ni le lieu et encore moins la thématique de l’université d’été. Idem pour le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui a, d’ores et déjà, programmé son université d’été comme un rendez-vous incontournable dans la vie partisane de cette formation. Selon Yacine Aissiouane, le responsable de la communication au parti, l’organisation de ce rendez-vous est confiée au coordinateur des jeunes progressistes du RCD, puisque ce rendez-vous traitera essentiellement de la problématique de la jeunesse dans notre pays. Du côté du Mouvement de la société pour la paix (MSP), même si le principe de la tenue d’une université d’été est d’emblée retenu, il reste que la direction du parti attend le OK du président du parti, Abderrezak Makri, et de son premier vice-président, Abderrahmane Benferhat, tous deux actuellement en convalescence après deux accidents de circulation.
Selon un député du MSP, «le parti saisira l’opportunité de l’université d’été pour faire part de ses positions politiques par rapport à la prochaine présidentielle». «L’université d’été est une tribune de choix, laquelle intervient en plus à quelques mois de la présidentielle, ce qui veut dire qu’elle constitue un moment politique important», explique le parlementaire. Le Parti des travailleurs (PT) de Louiza Hanoune, le Front pour la justice et le développement (FJD) de Abdallah Djaballah, Djil Djadid de Soufiane Djillali, TAJ de Amar Ghoul, le Mouvement populaire algérien (MPA) de Amara Benyounès, le Front El Mostaqbal ont également programmé leur université d’été. Au stade de préparation, les universités d’été de ces formations politiques seront mieux définies au retour des vacances. S’agissant du Front de libération nationale (FLN), l’université d’été n’est pas à l’ordre du jour. Reportant depuis 2017 la session ordinaire annuelle du comité central, Ould Abbès n’a pas l’intention, nous dit-on, sauf retournement de dernière minute, de tenir une université d’été. «S’il décide d’en organiser une, il ouvrira la voie à l’expression des militants qui le contestent alors qu’il refuse absolument d’être confronté directement aux militants, se contentant d’organiser des rencontres très encadrées», explique un membre du bureau politique.

Laissez un commentaire

Monde