Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
jeudi, 08 novembre 2018 06:00

Bilan et perspectives d’Amir Benmamar, président par intérim de la FASM : Parcours plus long, zéro goudron et une équipe nationale

Écrit par Fayçal Djoudi
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Lors d’une conférence de presse, animé lundi soir, au bivouac de la caravane du Rallye «Challenge Sahari International-2018», le premier responsable de la Fédération algérienne des sports mécaniques (FASM), Amir Benmamar, a affiché sa satisfaction concernant le déroulement des étapes et surtout l’ambition de la fédération d’aller plus loin.

D’emblée, M. Bennamar a dressé un petit bilan provisoire depuis le début du Rallye et a évoqué les points positifs et les approximations sur le plan organisationnel. «Il faut savoir que l’objectif est de réussir cet évènement sur l’aspect technique d’abord. Et pour cela, nous avons enregistré des améliorations», a-t-il indiqué. Selon lui, « pour la saison 2018, la fédération a ramené un nouveau système de géolocalisation. Il a enregistré des défaillances lors de l’entame du rallye car c’est une nouveauté, mais avec une meilleure prise en charge dans la façon d’intervenir, les choses se sont beaucoup améliorées ».
Au sujet du système de géolocalisation très contesté lors de la précédente édition, le président de la FASM a reconnu qu’ « effectivement le système de géolocalisation « Stela » a été très critiqué pour la simple raison que les pilotes n’ont pas su comment l’utiliser.
Cette année, nous avons amélioré le road book, le chronométrage électronique et le système de géolocalisation « Stela » selon les normes internationales. Jusque-là, les organisateurs sont satisfaits, les pilotes le sont aussi ainsi que les autres participants. Des pilotes, ayant connu des difficultés pour utiliser le système de géolocalisation lors de la première étape, se sont fortement rattraper une fois ce dernier système mieux maîtrisé.
« Que du hors-piste »…pourquoi pas !
Au sujet du parcours, il s’est réjoui en affirmant que « le tracé correspond parfaitement à un rallye. C’est l’avis des participants et surtout des pilotes sachant que ces derniers ont trouvé ce qu’ils cherchaient à savoir un parcours dur avec beaucoup de dunes et des tronçons caillouteux, le tout orné de paysages magnifiques «a-t-il déclaré. Anticipant sur le futur du rallye Sahari International Benamar a révélé que «la FASM ambitionne de créer un rallye à zéro goudron, autrement dit totalement sans goudron et dont les étapes se feront uniquement dans les pistes ». Selon lui, le tracé est déjà-là. C’est le souhait des amateurs et des professionnels des rallyes. On veut créer un rallye le plus long du monde, un rallye de 5.000-6.000 km. La concurrence est rude dans le domaine».
Une touche féminine pour la prochaine édition
« L’année prochaine, nous allons introduire la catégorie féminine dans le Rallye Challenge Sahari International car nous avons beaucoup de demande dans ce sens. Nous avons également des ambitions dans les domaines de la formation et du sponsoring », a-t-il fait savoir. En réponse à une question sur un éventuel sponsoring d’une grande écurie automobile, en l’occurrence Mercedes, le premier responsable du sport automobile en Algérie a affirmé qu’ « effectivement, la firme Mercedes a délégué un représentant pour superviser cette édition du Rallye ». Vu l’itinéraire et ce qu’offre l’Algérie comme reliefs, peut-être que Mercedes envisage de créer son propre championnat. Une fois, le rallye terminé, nous allons négocier avec cette grande écurie. Nous sommes ouverts à toutes les propositions car notre objectif est d’ouvrir l’Algérie à tous les grands évènements», a-t-il souhaité.

Une équipe nationale  en piste
On veut aussi avoir une équipe nationale sur laquelle on va investir pour la formation et autre. Parce que la décantation va s’opérer à partir de cette édition. On va mettre en place cette équipe nationale de qualité avec notre top dix des pilotes performants, les meilleurs dans les différentes catégories. Puisqu’ils se sont adaptés aux conditions d’un niveau supérieur, que la FASM prendra en charge pour leur permettre d’améliorer leurs performances, en les dotant des moyens nécessaires.
On va envoyer d’ailleurs au mois de décembre des pilotes à Nice en France, d’autres iront en Mauritanie pour leur permettre d’améliorer leur niveau en ayant plus de compétition. Pour émerger, il faut créer un évènement qui fait l’exclusivité.

Laissez un commentaire