Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 03 septembre 2017 06:00

Son agent n’a pas réussi à le placer dans un grand d’Europe : Mahrez, la bombe du mercato a fait pschitt

Écrit par Mohamed Touileb
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Il a été annoncé partout mais -au final- il n’a signé nulle part. Qu’elle fut grande la désillusion de l’international algérien Riyad Mahrez ainsi que les millions d’Algériens qui suivaient, avec grande attention, l’évolution d’une éventuelle transaction vers un cador européen. Au final, ça a fait pschitt. Le joueur est resté à Leicester City. Sa carrière, vient-elle de basculer ?


L’excitation, la spéculation, l’inquiétude puis… la consternation. Les rumeurs n’ont cessé d’enfler mais elles se sont amenuisées au fur et à mesure que la deadline du mercato se rapprochait. L’ambition est restée dans les tuyaux sans que l’exaltation n’en découle. En Angleterre, Mahrez ne pourra jouer que pour les « Foxes ». Mahrez devra, encore, prendre son mal en patience jusqu’à janvier dans l’espoir de donner un nouvel élan à sa carrière.
On a longtemps cru que ça allait se faire. Vu la manière précipitée avec laquelle Mahrez avait quitté le stage de l’Équipe nationale mercredi soir sur autorisation du sélectionneur national, Lucas Alcaraz, et de la Fédération algérienne de football (FAF), on pensait que le Fennec savait déjà où il allait jouer. Or, il s’est avéré qu’il était, lui aussi, dans l’expectative. Comme on l’a été durant toute la journée d’hier. Qu’est-ce qui lui a fait défaut vraiment ? On ne saura pas vraiment le dire. Mais ce n’est certainement pas son talent indubitable.

Le comportement rageant de l’agent

Il n’est pas normal que le MVP de la Premier League 2016 soit trimbalé d’un aéroport à l’autre à attendre qu’un club décide de l’enrôler parce que son plan A n’a pas marché. Il est inadmissible que le meilleur joueur africain aille à la recherche d’une équipe au lieu qu’on vienne le chercher.
Il est étonnant qu’un agent ait autant de mal à placer un talent pur avec une franchise à la hauteur des qualités intrinsèques du joueur sur lesquelles aucun doute ne subsiste. Il est tout autant regrettable qu’à quelques heures d’un rendez-vous important de l’Equipe nationale, on vende un éphémère espoir à un magicien du football qui imaginait certainement que rejoindre un cador était une légitimité absolue parce que sa palette est totale. On lui a joué un sacré mauvais tour.

Mahrez - Coutinho : même combat, distincte procédure

D’abord, il y a les sommes qui ont circulé et les éventuelles offres dont on ne connaît pas vraiment la véracité. Un Mahrez ne vaut pas plus de 50 millions d’euros sur le marché lorsqu’un Ousmane Dembelé voit sa somme de vente chiffrée 3 fois plus. Ou encore, Coutinho qui a fait saliver le FC Barcelone après une bonne moitié de saison livrée avec Liverpool où il n’a rien gagné au bout. Les «Blaugranas» ont proposé 140 millions d’euros aux «Reds» qui n’ont pas voulu céder le Brésilien. Qu’est-ce que ces deux-là ont de plus que l’Algérien ? Certainement pas grand-chose. Pour ne pas dire rien. Surtout que le numéro 7 de l’EN a éclaboussé le championnat d’Angleterre de son talent il y a deux ans quand il avait grandement contribué au sacre inédit de son équipe. Certes, l’an dernier, il a payé la saison ratée de Leicester City mais il est certain que le talent ne puisse disparaître du jour au lendemain. L’ancien Havrais donne toujours l’impression de caresser le cuire et de s’amuser face à n’importe quelle défense. Sa feinte qui casse les reins vaudrait 20 millions d’euros, son pied gauche en soie est estimable à 30 millions d’euros et ses contrôles en chewing-gum n’ont pas de prix. Toute somme, il paierait sa nationalité sportive et le faible réseau de ceux qui sont chargés de gérer sa carrière. Son destin a peut-être basculé jeudi soir. Ce qu’il faudra retenir, c’est que cet épisode l’a contraint de renoncer au match face à la Zambie joué hier soir. Atteint sur le plan physique à cause du périple aérien et certainement affecté psychologiquement, il a fait l’impasse sur ce rendez-vous. Parallèlement, on a un Philippe Coutinho qui était resté avec l’équipe nationale du Brésil, qui a joué 30 minutes avec la « Samba » jeudi tard dans la nuit face à l’Equateur (2-0) et qui a marqué le second but de son équipe. Bien qu’il pouvait, lui aussi, conclure un «move» vers le FC Barcelone en partance de Liverpool, le numéro 10 des «Reds» n’a jamais demandé à être exempté de la rencontre. Et ce, même si les Brésiliens étaient déjà qualifiés et que la partie était anecdotique. Une autre mentalité et un autre agent. Préserver la cote de son client est un art que les « bricoleurs» ne connaissent pas. 

Dernière modification le dimanche, 03 septembre 2017 00:49

Laissez un commentaire