Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 05 septembre 2017 06:00

Avec la fermeture des stades du 5-Juillet et Tchaker : La LFP face à la problématique de la programmation à Alger

Écrit par Saïd B.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La programmation des matchs du championnat a montré la carence en matière d’infrastructures sportives et notamment à Alger. Et ce, au moment où quelques stades ne sont pas aux normes et donc non homologués par la Ligue de football professionnel (LFP), ajouté à la fermeture du stade du 5-Juillet et celui de Tchaker, dernier en date annoncé. Cette situation met vraiment mal à l’aise la Ligue de football professionnel (LFP) qui, a été contrainte de programmer pas moins de trois matchs en trois journées successives au stade de Bologhine !


En effet, à la lecture du programme de la 2e journée du championnat t de Ligue 1 Mobilis étalé sur trois jours jeudi, vendredi et samedi prochains, le stade de Bologhine accueillera un match par jour !
D’abord jeudi avec la match Paradou AC-MC Oran ; vendredi avec le derby algérois entre l’USM El Harrach et le CR Bélouizdad et enfin, samedi avec le choc entre le champion d’Algérie en titre et le vice-champion, à savoir le MC Alger et l’Entente de Sétif !
Certains fustigent cette programmation par la ligue de football, mais, sur le plan pratique et au vu des stades homologués à Alger, pour ne pas dire aux normes, il n y a, apparemment aucune autre solution.
La faute est en partie concernant les matchs derby due aux « gestionnaires » des stade du 5-Juillet et Mustapha-Tchaker qui ont décidé, on ne sait pourquoi, après la publication du calendrier des matchs et la désignation de la première journée du championnat de procéder à la fermeture de leur enceinte r pour travaux ! Pourquoi à ce moment précis ? Certains estiment que c’est logique dans la mesure où la fermeture de ces stades en été pouvait avoir lus de problèmes compte tenu des enjeux de la fin de saison. D’autres, pensent que c’est plutôt l’incompétence des gestionnaires de ces infrastructures qui en est la cause. Gouverner c’est prévoir et donc appliquer les normes. Et parmi les normes figurent le suivi et l’entretien régulier surtout pour des pelouses surexploitées…
Les troisièmes vont plus loin estimant même que cela pourrait être le fait des gens malintentionnés qui veulent créer des problèmes à la ligue ?!...
Chacun y va donc de sa «lecture » de telles décisions de fermeture des stades en pleine compétition. Ce qui est un fait unique dans les annales du football dont seuls les responsables algériens excellent…

Quid de la réglementation ?
La réglementation demande à chaque club de choisir et de proposer le stade où il veut recevoir ses adversaires. Or, il se trouve qu’une grande majorité de clubs n’ont pas de stade et cherchent donc l’accord du propriétaire du stade (APC et DJS). Et dans le cas où un club ne pourrait prouver la disponibilité de l’infrastructure, où il compte élire domicile, alors la même réglementation permet à la Ligue de programmer les matchs de ce club dans un stade qu’elle aura elle-même choisi. Pour le cas des clubs algérois six en Ligue 1 (CRB, MCA, NAHD, PAC, USMA et USMH) ainsi que la seule formation de la Ligue 2, le RC Kouba, deux stades seulement sont homologués. Il s’agit de celui de Bologhine, Omar-Hamadi, et du 20-Août à Alger.

Ainsi, on note également que les stades de Kouba, d’El Harrach, d’Aïn M’lila et de Benabdelmalek, à Constantine, n’ont pas été homologués pour la saison 2017-2018. La commission d’homologation des stades a émis des réserves de fond après son passage dans ces enceintes. Que faire ?
Difficile de trouver une réponse bien que la Ligue en a déjà trouvé une : faire jouer un match toutes les 24 heures dans une même enceinte à Alger. Alors qui a meilleure solution ?...

Laissez un commentaire