Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mardi, 07 août 2018 17:33

Coup d’envoi demain de Ligue 1 de football (2018-2019) : 10 entraîneurs étrangers sur les starting-blocks

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dix des 16 formations de la Ligue 1 Mobilis de  football ont choisi de recourir à des entraîneurs étrangers en vue de la  saison 2018-2019, dont le coup d’envoi sera donné vendredi avec le match  opposant le champion sortant le CS Constantine au NA Hussein-Dey, une  première depuis l’avènement du professionnalisme en 2010. Le nombre est nettement en hausse par rapport au précédent exercice, quand  les techniciens étrangers étaient six sur le banc. Cette tendance relègue  l’entraîneur local au second plan.  A commencer par le MC Alger, qui a décidé de reconduire son coach français  Bernard Casoni.

L’autre club de la capitale, l’USM Alger, a engagé cet été  les services du Français Thierry Froger, dont c’est la première expérience  en Algérie, en remplacement de Miloud Hamdi, parti rejoindre la formation  koweïtienne d’Al-Salmiya. Le MC Oran, dirigé la saison dernière par le Suisso-Tunisien Moez Bououkaz,  a confié les destinées techniques de son équipe au Marocain Badou Zaki, qui  avait offert au CR Belouizdad son premier titre depuis 2009 en décrochant la Coupe d’Algérie 2016-2017. L’USM Bel-Abbès, détentrice de la dernière édition de la Coupe d’Algérie,  a embauché Bououkaz qui avait déjà eu à driver la formation de la Mekerra  lors de la saison 2015-2016. L’ES Sétif est dirigée sur le banc depuis l’intersaison par le Marocain  Rachid Taoussi à la place d’Abdelhak Benchikha. Un choix qui s’est avéré  judicieux pour le moment, puisque l’ancien sélectionneur du Maroc a réussi  ses débuts en permettant à l’Entente de se relancer en phase de poules de  la Ligue des champions d’Afrique, avant de la qualifier pour les 16es de  finale de la Coupe arabe des clubs champions aux dépens des Emiratis  d’Al-Aïn (aller 2-1, retour 0-1). Quant au DRB Tadjenanet, qui a assuré son maintien sur le fil, il a décidé  de renouveler sa collaboration avec le Tunisien Hamadi Edou.  Deux des trois nouveaux promus, en l’occurrence le MO Béjaïa et le CA  Bordj Bou Arréridj, seront aussi coachés par des étrangers. Il s’agit  respectivement du Français Alain Michel et de  l’Espagnol Josep-Maria  Noguès. La JS Kabylie, elle, a confié la barre technique au Français Franck Dumas.  De son côté, le Paradou AC, qui a enregistré le départ de l’Espagnol  Noguès, a fait appel aux services du Portugais Francisco Alexandre Chalo,  qui a dirigé la saison dernière la formation de Leixoes (Div.2 portugaise). Au total, ils sont quatre Français, deux Marocains, un Tunisien, un  Espagnol, un Portugais et un Suisso-Tunisien à exercer leur métier dans le  championnat algérien pour la saison 2018-2019. Ce nombre pourrait connaître  des changements (baisse ou hausse) au fil des journées dans un championnat  connu pour sa valse d’entraîneurs devenue monnaie courante. En revanche, trois clubs seulement ont décidé d’engager des entraîneurs  locaux en cette période d’intersaison. Il s’agit du nouveau promu l’AS Aïn  M’lila (Lakhdar Adjali), de l’Olympique Médéa (Saïd Hamouche) et du CR  Belouizdad (Si-Tahar Chérif El-Ouazzani). Le Chabab  détient un triste  record après avoir déjà consommé trois techniciens du cru durant  l’intersaison (Aït-Djoudi, Bougherara puis Rouabah). Autour de tout ce mouvement, cinq clubs ont opté pour la stabilité et  décidé de reconduire leurs entraîneurs respectifs, à savoir le CSC  (Abdelkader Amrani), la JS Saoura (Nabil Neghiz), le NAHD (Dziri Billel),  le MCA (Bernard Casoni) et le DRBT (Hamadi Edou).  Au total, 11 clubs donc ont apporté des changements au niveau de leur  encadrement technique, soit deux de plus par rapport à la dernière saison.

Laissez un commentaire