Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 08 décembre 2018 06:00

Constantine : Le tramway fête sa certification et souffle sa cinquième bougie

Écrit par Hamid Bellagha
Évaluer cet élément
(0 Votes)

ISO 9001, version 2015. C’est le label ou la reconnaissance pour son management SMQ, qu’a décroché l’unité du tramway de Constantine, une «fille» légitime de Setram, la Société d’Exploitation des tramways, l’entreprise qui a en charge tous les tramways circulant dans les villes algériennes, qui sont au nombre de six actuellement.

C’était l’année passée, une consécration dont l’unité de Constantine a soufflé sa première bougie. Cette certification permet à Setram, en général et à l’unité de Constantine en particulier, d’être plus soucieuse de la valeur de son service à l’aide du modèle avéré, comme celui de l’ISO, aussi et surtout pour soutenir le témoignage de la qualité aux clients. L’impact de la certification sur les performances de Setram se décline en quatre points, à savoir un impact stratégique, un autre impact opérationnel, un troisième relationnel, et enfin un dernier, humain. «Notre unité a été la première à être certifiée ISO, nous dira Kamel Bida, le directeur d’unité, un BCBG, pur produit de l’Ecole algérienne. Nous sommes aussi fiers que Constantine fonctionne avec des cadres à 100% algériens, et nous sommes aussi la seule unité qui n’a pas d’expatriés qui y travaillent, et ce dès sa troisième année d’existence ». Kamel Bida ne nous dira pas qu’il a été le seul cadre algérien à prendre les destinées d’une unité de Setram, les autres ayant eu à leur tête des Français d’Alstom. «M. Bida est aux commandes du tramway de Constantine et ce dès sa création et mise en service », nous dira Ibtissem Ghimouze, la chargée de communication de Setram Constantine. Pour la petite histoire, la Setram a mis en service le 5 juillet 2013 la première ligne du tramway de Constantine qui s’étend sur 8 km. Une ligne appelée à se déployer vers Ali-Mendjeli à l’horizon 2019. Le premier tronçon de la ligne du tramway de Constantine réunit l’agglomération de la région de Constantine reliant la station de Zouaghi-Slimane à la station Ben Abdelmalek desservant 8 stations intermédiaires. Avec l’extension prévue, la ligne verra sa longueur portée à 19 km. Ce qui n’est pas rien.
Tramway touristique
En plus d’être un moyen de transport efficace, sûr, rapide, confortable et performant, le tramway de Constantine a réussi la gageure de transformer les alentours de son parcours en une véritable promenade touristique. Des palmiers de la station Benabdelmalek, le tramway longe les immeubles des Ciloc, dont les trottoirs et cours ont subi un authentique lifting. Puis, c’est au tour de l’université des sciences de se décliner, avec comme joyau, la mosquée Emir Abdelkader. Un peu plus loin, c’est la traversée d’un Rhumel majestueux tout fier de ses berges récemment «travaillées » et des lits de gazon qui accompagnent son cheminement. En face, l’hôtel Marriott est une invitation au luxe et au farniente, tandis que l’université Mentouri, un label signé Oscar Niemeyer, dresse sa tour pour saluer le passage du tramway. C’est dire que la fonction du tramway ne se limite pas uniquement au transport des 30 000 clients par jour qui se pressent dans ses rames chaque jour. La propreté, la ponctualité, la régularité, le service clientèle et les tarifs, surtout pour les abonnements mensuels ont ajouté un zeste d’efficacité au moyen de transport le plus utilisé et le mieux apprécié des Constantinois. «Nous sommes conscients que notre tramway ne peut suffire à couvrir toutes les régions, c’est pourquoi une convention nous lie avec la régie communale des transports pour prolonger le voyage de nos clients vers d’autres destinations à l’aide de ses bus », nous confiera le directeur de l’unité tramway de Constantine. Avec ses 458 travailleurs, l’entreprise, à un fort taux d’encadrement, ne peut que tendre vers l’excellence, en est témoin «l’émigration » de son directeur pendant deux mois à Ouargla pour superviser, mettre en service et suivre le tramway local. «Notre personnel, à 90% est une population jeune. Nous le gérons et l’améliorons par des formations aussi bien sur le territoire national qu’à l’étranger.
Nous avons même formé des cadres qui sont en phase sur d‘autres tramways de la Setram. Nous avons aussi développé avec nos propres compétences un logiciel qui sera une sorte de traceur de trajets, aussi bien technique que comportemental des conducteurs», nous livrera aussi Bida Kamel. Avec la dernière génération de tramways, les compétences algériennes, la place que prennent les rames dans le quotidien des Constantinois, la qualité de service qui ne cesse de «grimper», son extension prochaine, le tramway de Constantine qui se promène à travers les âges de l’antique Cirta et de la moderne, comme un serpent vert, nous promet encore «pas mal de bonnes surprises ». Et c’est la chargée de la promotion de son employeur, Ibtissem Ghimouze qui l’affirme !

Laissez un commentaire