Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière NAPEC 2019

lundi, 14 janvier 2019 06:00

Béjaïa Le Nouvel an berbère célébré avec éclat

Écrit par CHAFIK AÏT M’BAREK
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pour la première dans l’histoire de l’Algérie post-indépendance, l’administration publique s’implique amplement et d’une manière très active dans la célébration du nouvel an amazigh, la fête de Yennayer 2969.

En effet, une année après la reconnaissance officielle de ce rituel ancestral, décrété journée fériée, chômée et payée, sur décision du chef de l’Etat, les autorités de la wilaya de Béjaïa ont organisé, à l’instar des autres régions du pays, un riche programme de festivités à travers les différentes communes.
D’intenses activités culturelles, scientifiques et sportives, dont des conférences, des galas artistiques, des expositions, des projections de films et de documentaires, des parades, des dégustations de plats traditionnels, des cérémonies d’hommages à des personnalités du monde culturel…, autant de manifestations prévues du 8 au 13 janvier, à l’occasion de cet important événement festif et convivial. C’est dire que Yennayer est célébré, cette année, avec faste et éclat à Béjaïa. Ainsi, les festivités officielles organisées par les services de la wilaya, en collaboration avec les APC, l’université, la maison de la culture Taos-Amrouche, le théâtre régional Malek-Bouguermouh et le mouvement associatif local, ont démarré, mercredi dernier, au chef-lieu de la wilaya, où le wali de Béjaïa, Ahmed Maâbed, a eu l’honneur de présider une cérémonie en hommage au militant Mohand Aït Ighil, auteur de plusieurs ouvrages d’expression amazighe.
Ce digne héritier du défunt dramaturge Mohya, qui a eu à traduire une dizaine de pièces théâtrales et de romans de la langue de Molière à celle de Massinissa, a reçu des mains du chef de l’Exécutif de la wilaya de Béjaïa un prix symbolique en signe de reconnaissance à son long parcours de militant de la cause amazighe, mais aussi d’écrivain et producteur d’œuvres théâtrales et littéraires en langue amazighe. Notons que cette cérémonie a été tenue en marge de la journée d’étude dédiée à son œuvre et organisée à la bibliothèque principale de la capitale des Hammadites.
Lors du coup d’envoi de cette semaine culturelle, dédiée à Yennayer, le wali de Béjaïa a également procédé à l’inauguration d’une exposition de produits artisanaux organisée au niveau de l’esplanade de la Maison de la culture de Béjaïa. En outre, il a inauguré le Salon du livre amazigh auquel ont pris part pas moins de quatorze maisons d’édition. Le théâtre régional de Béjaïa (TRB) abrite chaque soirée un gala artistique animé par des chanteurs kabyles, comme Abdelkader Chaou, Malika Domrane, Boudjemaâ Agraw, H’sinou Fadli, Yassine Zouaoui, Yanis Ziani, Aziz Zaïdi, Sofiane Attou…
Pour la journée du jeudi 10 janvier 2019, une grande parade, composée d’éléments de la Garde républicaine, d’une fanfare de la Protection civile, des scouts et de troupes folkloriques venues de Khenchela, Ghardaïa, Sétif, Mila, Béchar, Timimoune, Biskra, Oued Souf…, a sillonné les artères principales de la ville de Yemma Gouraya.
Ensuite, les festivités se sont poursuivies avec une projection à la cinémathèque de Béjaïa, à l’ex-place Gueydon, de l’avant-première du film musical de Toufik Guelati intitulé « Tasekurt », en hommage au défunt maître de la chanson kabyle Slimane Azem. Par ailleurs, des sorties sont prévues à El Kseur et Ifri-Ouzellaguene, où le coup d’envoi d’une caravane traditionnelle avec calèches, barouds et troupes folkloriques sera donné par les représentants des autorités locales.
En somme, la fête de Yennayer était grandiose, cette année, où l’événement a été célébré dignement aux quatre coins de la wilaya de Béjaïa. Une région qui a toujours su préserver ses coutumes, dont le rituel dédié au jour de l’an amazigh.

Laissez un commentaire