Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

mardi, 11 septembre 2018 19:01

TUNISIE : Des démissions en cascade au sein du parti Nida Tounès

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Rien ne va plus au sein du parti de Nida Tounès, qui avait remporté la dernière élection présidentielle devant tous les prétendants. Des démissions en cascades, selon Sellami. En effet, hier, huit députés ont démissionné de ce bloc afin de rejoindre l’autre groupe contestataire. A croire M. Sellami, un membre influent de ce parti, plusieurs autres députés se préparent à démissionner pour le bloc de la coalition nationale.

Ces députés frondeurs dénoncent haut et fort la manière dont est dirigé le parti. Ils pointent un doigt accusateur en direction du directeur exécutif, Hafedh Caïd Essebti qui, selon toujours la déclaration de Ahmed Sellami, s’est accaparé des rouages du parti Nida Tounès faisant cavalier seul et ne tenant pas compte des avis des membres des structures du parti. Il dirige le parti selon ses humeurs comme si les autres dirigeants n’existaient pas. L’interlocuteur a apporté un démenti formel concernant ce séisme au sein du Nida. Il a ajouté que les huit députés démissionnaires ont assisté normalement à la réunion que présidait Chahed, concernant le budget de l’exercice de l’année en cours. Cette réunion a brossé la situation économique du pays. Il a confirmé que le jet des tabliers du bloc Nida Tounès n’a aucun lien avec leur rencontre avec Youcef Chahed. Ces huit députés ont exprimé le vœu de déposer officiellement leurs démissions mercredi prochain au niveau de l’ARP. Selon des indiscrétions à l’intérieur même du parti, le chef du gouvernement Chahed, un allié potentiel du directeur exécutif, exerce des pressions sur les députés démissionnaires allant jusqu’aux menaces. De telles accusations sont catégoriquement démenties par la partie incriminée. Pour sa part, le journal de Béchir Ben Yahmed, Jeune Afrique, diffusé à partir du territoire français, se demande où est passée l’aide accordée à la Tunisie par l’Union européenne, de plus 2 433 millions d’euros, soit environ 7 300 millions de dinars tunisiens, déboursés en sept ans (2011-2017), entre dons et prêts. Selon les échos émanant de responsables dans les rouages de l’Etat tunisien, la situation économique s’aggrave de plus en plus et ne présage d’aucun redressement. La Tunisie, depuis la dernière élection présidentielle, cherche une issue de secours, qui s’éloigne davantage. Elle est accentuée par une instabilité politique qui a vu défiler plusieurs gouvernements sans réel impact économique. Par ailleurs, l’Institut national de la statistique (INS) a fait savoir que le déficit commercial se chiffre à 15 milliards et le dinar tunisien   a perdu, en moins de sept années, 40% de sa valeur. Une croissance faible, elle est à moins de 3%, boostée par un seul moteur qui est la consommation. Les indicateurs économiques dans le pays du jasmin sont au rouge selon les estimations de spécialistes. 

Menrad Bahmed 

 

Laissez un commentaire