Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 02 juin 2018 06:00

Sortir de la tyrannie des hydrocarbures

Écrit par Rabah Serradj
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Avec une part de 97% du volume global des exportations du pays durant l’année 2017, les hydrocarbures continuent d’imposer une domination inquiétante pour l’avenir de l’économie nationale. L’exportation hors hydrocarbures demeure toujours insignifiante pour un pays aux potentialités énormes. La dépendance à des cours imposés dans des marchés étrangers, par des contingences géopolitiques complexes et à la volatilité méthodique, aura souvent mis sous pression l’économie nationale.

Et partant, la poche du citoyen littéralement dérouté par les restrictions sporadiques imposées par le gouvernement. Ces périodes de difficultés économiques
« conjoncturelles » doivent absolument servir de leçon pour l’avenir. Il faut se sortir de la dépendance et fabriquer de la richesse à des niveaux différents. La feuille de route de la stratégie nationale des exportations devra justement se pencher sur l’amélioration du climat des affaires. Il s’agit de se doter de conditions pour attirer l’investissement étranger. Et renforcer la compétitivité des entreprises en les aidant à intégrer « les chaînes de valeur mondiale ». Il devient ainsi impératif de pousser vers le renforcement des capacités et la qualité de gestion des entreprises orientées vers l’export. L’encouragement d’un commerce extérieur solide, dynamique et diversifié devient une option sérieuse. Il faut dire que la dépendance aux cours des marchés internationaux et autres cartels mondiaux fragilisent davantage un pays qui a du mal à se sortir de ce véritable piège. Il devient impérieux de sortir de la tyrannie des hydrocarbures en construisant une économie qui exporte d’autres richesses que celles en voie inéluctable de tarissement.
Une question de bon sens.
Reste que la conquête des marchés à l’extérieur requiert avant tout une bataille pour la qualité et surtout d’adapter une législation algérienne plus centrée vers la « gestion » des importations qu’à l’encouragement des exportations.
Lu 137 fois

Laissez un commentaire