Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

Bannière SAAFI 2018

Reporters - Filtrer les éléments par date : jeudi, 30 juillet 2015

La colère des Libanais contre la mauvaise gestion des déchets ménagers s’est exprimée de façon originale et inattendue. Des sachets d’ordures ont été déposés devant les sièges de ministères et même près du mur d’enceinte de la résidence du Premier ministre, pour rappeler au gouvernement sa mission de service public dans ce domaine.

La dérision ne s’est pas arrêtée à ce geste, un jeu électronique a été créé sur le problème des déchets, consistant à placer un sachet d’ordures dans une poubelle. La rage des Libanais a été jusqu’à les pousser à dessiner un sac poubelle à la place du cèdre au milieu du drapeau de leur pays. Depuis près de deux semaines, les rues de Beyrouth et du Mont-Liban sont envahies par les ordures qui dégagent leurs effluves nauséabondes insupportables. Cause apparente de cette situation : les habitants de Naamé où est située la décharge qui reçoit les ordures de Beyrouth ont exigé la fermeture du site, source de problèmes de santé. En réaction, la société Sukleen qui est chargée du ramassage des ordures ménagères ne procède plus à leur enlèvement. Un plan de gestion des déchets a été approuvé ce lundi par une commission ministérielle chargée du dossier et présidée par le Premier ministre. Il consiste à décharger provisoirement les déchets de Beyrouth et du Mont-Liban (à l’exception de Jbeil) dans des dépotoirs existants ou improvisés en régions rurales. Mais, personne au Liban ne veut voir une décharge s’installer dans son voisinage. L’Orient-Le Jour rapporte que de nombreuses municipalités en dehors de Beyrouth et du Mont-Liban craignent que leurs dépotoirs ne servent de solution prolongée, et non provisoire, au dossier des déchets. « C’est dans l’Iqlim el-Kharroub, dans le Chouf, que la voix des habitants a retenti dimanche avec le plus de force. Recourant à une mesure extrême, ces derniers ont bloqué l’autoroute reliant Beyrouth à Saïda, à la hauteur de la localité de Jiyeh, y compris la route maritime, ainsi que l’entrée de la cimenterie de Sibline, afin d’empêcher le transfert d’une partie des déchets amoncelés à Beyrouth et dans le Mont-Liban. Lundi matin, les habitants ont cependant commencé à évacuer l’autoroute après avoir obtenu la garantie que leur région n’accueillera pas d’ordures ménagères ». Le gouvernement estime qu’il ne peut pas imposer aux gens l’installation des décharges près de chez eux, sachant que les gens n’en peuvent plus de sentir les odeurs nauséabondes et de voir des montagnes de déchets, vecteurs de toutes sortes de maladies, devant chez eux. Le plan annoncé lundi prévoit de recourir aux incinérateurs, comme «solution durable» à la gestion des déchets de Beyrouth et du Mont-Liban et il est envisagé d’en construire deux en urgence. Pour les Libanais, la crise des déchets reflète l’incurie du pouvoir dans la gestion des services publics. « La puanteur de la corruption se mélange aux relents pestilentiels des ordures qui jonchent les rues », a déploré le bloc parlementaire de la Fidélité à la Résistance, pour qui « les solutions à tous les dossiers relèvent de la responsabilité de l’État et non des citoyens ou des conseils municipaux ».

Publié dans Environnement

Un atelier national sur « l’appui technique pour la gestion des feux de forêts » en vue de créer un dispositif de recherche des causes d’incendie (RCI) en Algérie s’est ouvert mardi à l’Ecole nationale des forêts de Batna. Ce dispositif consiste en la mise en place d’une commission mixte de spécialistes des forêts, de la protection civile et de la Gendarmerie nationale dont la mission sera « la recherche des causes à l’origine des départs d’incendie forestiers », a précisé un sous-directeur à la direction générale des forêts (DGF), Mohamed Abbas. Selon ce responsable, l’initiative s’inscrit « dans le cadre d’un projet de coopération technique entre la DGF et l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ». L’atelier de Batna s’inscrit également dans le cadre de la préparation du « schéma national de lutte contre les feux de forêts en Algérie et de requalification des aires incendiées », a indiqué, de son côté, le représentant de la FAO en Algérie, Nabil Assaf, relevant que des efforts sont déployés pour réduire les incendies de forêts en hausse à travers le monde en raison des changements climatiques et la pression démographique sur les zones forestières. Des experts de la DGF et de la FAO participent à cet atelier qui, selon un expert de la FAO, Daniel Alexandrian, est aussi destiné à présenter les conclusions de la première mission exploratoire effectuée du 22 au 28 février derniers dans l’Ouest algérien pour l’amélioration de l’efficacité des plans anti-feux de forêts par l’introduction des technologies nouvelles de prévention. La rencontre qui réunit des chercheurs universitaires, des responsables de trois parcs nationaux et des cadres des conservations des forêts, venus de 18 wilayas de l’Est du pays, a été marquée par la présentation d’un exposé audiovisuel sur la méthode de recherche des causes d’incendies, œuvre de deux experts français, Marc Lopez et Patrick Resplandy. Les travaux de cet atelier de trois jours donneront lieu à une sortie de terrain vers des zones forestières de Batna pour présenter les techniques de recherche des causes d’incendies.
(APS)

Publié dans Environnement

Le site de Maâdhid, distant de 35 km à l’est de M’sila, attire, ces derniers jours, une foule considérable de promeneurs et de familles en quête de détente prolongeant la période printanière de haute fréquentation de cette région du Hodna qui renferme la Kalaâ millénaire de Béni-Hammad. Ces visiteurs viennent notamment des communes de M’sila, d’Ouled Derradj, de Souamaâ, d’Ouled Addi Lekbala, de Barhoum et de Magra pour jouir aussi de la fraîcheur de la forêt située près de la montagne Taguerboust s’élevant à 1600 mètres au-dessus du niveau de la mer. Un lieu mythique élu il y a plus de 1000 ans par les fondateurs de la dynastie des Sanhadja qui y ont érigé leur capitale ainsi que leur célèbre citadelle en plus de multiples palais comme ceux d’El Bahr et d’El Islam. En dépit de l’absence de guides, les visiteurs se lancent à la découverte des vestiges de ce site classé patrimoine universel depuis 1980 par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Les paysages pittoresques et enchanteurs du lieu attirent également, pour des haltes plus ou moins longues, des automobilistes se dirigeant vers Bordj Bou Arreridj en empruntant le chemin communal traversant cette région. Les multiples sources naturelles et les cours d’eau ruisselant à travers les bois montagneux offrent aux promeneurs l’occasion de jouir de moments de relaxation et de repos, tandis que certains jeunes artistes profitent pour peindre ou jouer de la musique. Pour nombre de promeneurs, ce rush vers la montagne de Maâdhid, observé ces dernières années, est illustratif du potentiel offert par le tourisme de montagne qui tend à se substituer au tourisme balnéaire, devenue beaucoup trop coûteux pour les ménages à revenu moyen. Pour certains acteurs du mouvement associatif, Maâdhid attirerait annuellement plus de 10 000 visiteurs en l’absence, malheureusement, d’efforts pour l’encadrement de ces flux de touristes dans cette région où, déplore-t-on, il n’existe même pas de restaurant pour se sustenter. Pour les associations locales, à qui certains reprochent, toutefois, le manque d’initiative, la responsabilité de promouvoir le tourisme est partagée par l’ensemble des habitants de la commune y compris par les élus locaux, surtout après la longue éclipse du colloque international de la Kalaâ de Béni-Hammad qui constituait une importante manifestation culturelle à même de promouvoir efficacement cette destination.
(APS)

Publié dans Environnement

L’Association des journalistes en changement climatique (Ajcc) a lancé officiellement son site Web dont l’objectif est de mener des activités de sensibilisation sur ce phénomène. Le président de cette ONG, Emery Kipoupa, a indiqué le 27 juillet à Brazzaville, que ce phénomène des changements climatiques est courant dans plusieurs villes du Congo. Ce site www.allianceclimatcongo.org se veut un répertoire de toutes les données sur le changement climatique concernant les différents départements du Congo. C’est est un moyen tout indiqué pour suivre le phénomène de changement climatique en temps réel et en ligne. Sur ses pages virtuelles, le site propose également des données validées par les revues scientifiques les plus sérieuses ou par le groupe d’experts, les reportages, photos, enquêtes et dossiers de presse sur le changement climatique au Congo. Le projet de ce site web souhaite développer, en amont, un discours positif et fédérateur autour de la lutte contre le réchauffement climatique pour contribuer à la sensibilisation du plus grand nombre sur les questions posées par l’environnement. Selon le secrétaire général de l’Ajcc, ce site web entend « collaborer avec toute association ayant les mêmes objectifs notamment les branches africaines et européennes de la lutte contre le changement climatique ». D’une manière générale, le nouveau site web va informer et sensibiliser les médias d’Afrique centrale aux enjeux et perspectives internationaux sur le changement climatique. Il pourra développer cette question dans des zones déjà confrontées à ses effets néfastes, dans la perspective de sensibiliser les populations et, à terme, d’induire des changements de comportement. Grâce à ce site web, les médias, acteurs essentiels vont témoigner leurs engagements pris par les Etats afin de renforcer leurs connaissances sur les enjeux environnementaux et vulgariser l’information à l’ensemble des citoyens. L’autre volet du projet : l’accompagnement des médias dans la conduite d’enquêtes sur des initiatives d’adaptation au changement climatique.
Ainsi, les reportages, témoignant d’expériences positives menées localement au Congo, seront médiatisés en marge des Conférences internationaux sur les questions environnementales. Rappelons que l’Association des journalistes sur le changement climatique a été mise en place à l’issue d’un atelier de quatre jours tenus en février 2012 à Kintélé, banlieue nord de Brazzaville. Au cours de cet atelier, un groupe de journalistes issus des organes de presse, privés et publics ont suivi une formation spécialisée sur le phénomène de changement climatique.
(Source : presse congolaise)

Publié dans Environnement

Les Verts n’ont pas pu créer la surprise, et la Tunisie et l’Egypte ont confirmé les pronostics pour ce tournoi.

La sélection algérienne de volley-ball (messieurs) s’est inclinée au tie-break devant son homologue tunisienne 3 sets à 2 (19-25, 25-22, 27-25, 21-25, 15-12), en demi-finale du Championnat d’Afrique des nations 2015, disputée mardi soir au Caire. Les Verts n’ont pas pu donc créer la surprise face à la Tunisie qui est la favorite pour cette compétition. Les finalistes de la 20e édition des Championnats d’Afrique sont directement qualifiés au Mondial-2015, prévu du 8 au 26 septembre prochain au Japon.
De son côté, la sélection égyptienne de volley-ball (messieurs) s’est imposée devant son homologue marocaine 3 sets à 0 (25-17/28-26/25-20), dans l’autre demi-finale du championnat d’Afrique. L’Egypte, pays hôte, affrontera jeudi en finale la Tunisie qui a battu lors de la première demi-finale l’Algérie 3 sets à 2 (19-25, 25-22, 27-25, 21-25,15-12). En matchs de classement de la 5e à la 8e places, le Rwanda et le Cameroun devaient s’affronter hier, mercredi, pour la 5e et 6e places, tandis que le Kenya et le Botswana devaient en découdre pour la 7e et 8e places. La finale entre ces deux grands d’Afrique n’est pas vraiment une surprise étant donné que tous les puristes de cette discipline les donnaient pour favoris pour le sacre final. Il sera difficile de pronostiquer quoi que ce soit pour cette finale qui sera, certainement, très disputée entre deux habitués de ce genre de rendez-vous. 

Publié dans Sports

Plus de 200 athlètes prendront part au championnat d’Algérie d’été de voile « toutes catégories » prévu le 6 août prochain au niveau de la plage Ablettes, a-t-on appris auprès de la Fédération algérienne de voile. Selon le directeur d’organisation sportive, Redouane Abbas, la Fédération a reçu la confirmation de 220 participants, dont 20 filles issus de 21 clubs de différentes ligues de wilayas pour prendre part à cette compétition. Les wilayas concernées sont : Aïn Témouchent, Oran, Skikda, Béjaïa, Tizi Ouzou, Alger, Mostaganem, Tipasa, Boumerdès. Plusieurs épreuves sont au programme du championnat d’Algérie toutes catégories entres autres Optimist (U15), Laser Standard (hommes), Laser Radial (dames). Cette compétition constitue la seconde phase de la saison sportive. Elle avait été précédée par le championnat national du printemps en avril 2015 disputé en deux parties à Alger et Oran, tandis que les dates des championnats d’automne et d’hiver seront fixées prochainement, précise la même source. D’autre part, la Coupe d’Algérie course par équipe aura lieu à Sidi Bel Abbes du 29 août au 2 septembre 2015, selon Redouane Abbas.

Publié dans Sports

L’Algérie prend part avec quatre athlètes, dont deux filles, au Festival international de canoë-kayak et slalom qui se tient à Rabat au Maroc, du 29 au 31 juillet 2015, a annoncé la Fédération algérienne des sociétés d’aviron et de canoë-kayak (FASACK).
Les athlètes sélectionnés pour le tournoi sont : Ould Kadour Abderrahmene, Mazar Nadjib, Gandouz Samah et Naceur Malak. La compétition a débuté hier matin et se poursuivra jusqu’au 31 juillet avec la présence, outre de l’Algérie, de la Hongrie et du Maroc (pays hôte).
Le kayakiste Ould Kadour Abderrahmene sera engagé sur le 5000 m, le 1000 m et le slalom. Il le sera également avec Mazar Nadjib en K2 sur le 1000 m et le 5000 m marathon.
Concernant les kayakistes (dames), Gandouz Samah et Naceur Malak, elles concourront en K2 sur les 3000 m et le 5000 m, en individuel K1 sur les mêmes distances et en Slalom également. 

Publié dans Sports

Le Comité d’organisation de l’Afrobasket 2015, prévu du 19 au 30 août en Tunisie, tiendra une conférence de presse le 3 août prochain à Radès (Tunis) en marge du match amical Tunisie - Cameroun, a annoncé la Fédération tunisienne de basket-ball (FTBB). A l’occasion de ce point de presse, les responsables du Comité d’organisation aborderont plusieurs points, à savoir l’avancement des travaux des commissions (sportive, hébergement, transport, médias), le calendrier officiel de l’Afrobasket 2015, la billetterie et les points de vente, a indiqué la FTBB sur sa page Facebook. L’instance fédérale a également indiqué que la Tunisie, pays hôte de l’Afrobasket 2015 disputera une rencontre amicale face au Cameroun, le lundi 3 août à 18h00, à la salle omnisports de Radès. « Cette rencontre sera considérée comme une répétition pour l’Afrobasket », a écrit la FTBB. Initialement prévu dans les salles de Nabeul et Radès, l’Afrobasket se déroulera  dans la salle de Radès seulement pour plus de sécurité, avait annoncé la FIBA-Afrique début juillet. L’Afrobasket 2015 réunit 16 sélections réparties en quatre groupes de quatre. Le vainqueur sera automatiquement qualifié pour les Jeux olympiques 2016, alors que les équipes qui termineront deuxième et troisième auront le droit de disputer le Tournoi de Qualification Olympique de la FIBA qui  regroupera 12 équipes.

Publié dans Sports

Le Comité international olympique (CIO) a signé pour 18 milliards de dollars (16,3 milliards d’euros) de contrats avec ses partenaires et avec des diffuseurs depuis les Jeux olympiques de Sotchi en 2014, a-t-il annoncé à Kuala Lumpur. Ces contrats, qui courent jusqu’en 2032, représentent une « contribution significative à la stabilité financière à long terme du mouvement olympique », a déclaré Mark Adams, porte-parole du président du CIO, lors d’un point de presse à l’issue de la première journée de réunion du comité exécutif. Sur ces 18 contrats, 13 l’ont été signés avec des diffuseurs, notamment l’un avec NBC Universal qui porte jusqu’en 2032. Parmi ces accords figurent  également deux nouveaux contrats à long terme avec Bridgestone et Toyota et le renouvellement des contrats existant avec Atos, Panasonic et Samsung. Les deux contrats les plus récents ont été signés avec Discovery Communications et avec la chaîne qatarie beIN Sports pour les droits de retransmission télévisée, internet et de téléphonie mobile des JO de 2018 à 2024 pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Pour ce dernier contrat, le CIO n’a pas annoncé de chiffre, mais beIN Sports aurait payé plus de 135 millions d’euros pour son premier contrat direct avec l’organisation, qui s’appliquera à quatre éditions des Jeux olympiques, selon des sources professionnelles. Cette situation financière « solide et stable » permet au CIO de redistribuer « plus de 90% de ses revenus pour soutenir les athlètes et le sport dans le monde, soit l’équivalent de 3,5 millions de dollars par jour, chaque jour de l’année », souligne le CIO. A l’occasion de sa 128e session à Kuala Lumpur, le CIO doit désigner, vendredi, entre Pékin et Almaty, la ville hôte des JO d’hiver 2022. 

Publié dans Sports

L’affaire a été réglée à l’amiable entre les formations de l’ESS et de l’USMA et le joueur est maintenant soulagé.

L’ex-international et joueur du club allemand de Frankfort, Amine Aoudia, pourra officiellement évoluer à l’USM Alger, après avoir réglé un détail important dans son transfert. En effet, il faut savoir que la direction de l’Entente de Sétif, club dont il avait porté les couleurs avant son départ en Allemagne pour embrasser une carrière professionnelle, avait introduit une opposition au niveau de la LFP, en raison de son départ sans son aval, ce qui l’avait amené à déposer une requête au niveau de la commission de règlement des litiges (CRL) et obtenu gain de cause, puisque le joueur avait été sommé de payer la somme de 93 millions de centimes. De retour en Algérie, l’Entente a réactivé la requête et le joueur devait s’acquitter de cette somme s’il souhaitait être engagé par les Usmistes. Le joueur a craint ainsi qu’il soit bloqué et qu’il ne puisse opter pour le club de son choix, mais la direction de l’Entente a, en fin de compte, trouvé un accord à l’amiable avec son homologue de l’USMA et le joueur devrait maintenant être rassuré et pouvoir donc jouer avec les Rouge et Noir. Il pourrait même disputer la Ligue des champions d’Afrique. Il devrait bénéficier de la licence africaine du jeune Meziane qui sera retirée par le club. L’ancien international devait être qualifié hier soir et sera donc prêt pour les prochains rendez-vous du club qui a besoin de l’expérience de ce dernier. Par ailleurs, l’équipe continue de se préparer pour le prochain match de la Ligue des champions d’Afrique face au MC El Eulma, qu’il veut réussir pour tenter d’arracher définitivement le ticket de la qualification pour le dernier carré de la compétition. Les séances de ces derniers jours se déroulent au niveau de l’annexe du stade 5-Juillet en gazon naturel, sachant que le match face au MCEE se déroulera sur la même surface au stade Messaoud-Zeghar.
Un arbitre gabonais pour le match MCEE-USMA
La Confédération africaine de football (CAF) a désigné l’arbitre gabonais Eric Arnaud Otogo Castane pour diriger la rencontre entre le MC El Eulma et l’USM Alger, prévue le 7 août à 21h15 au stade Messaoud-Zeghar pour le compte de la quatrième journée de la Ligue des champions d’Afrique, groupe B. Le directeur de jeu gabonais sera assisté de son compatriote Théophile Vinga et du Nigérian Peter Elgam Edibe. A l’issue de la troisième journée, l’USM Alger trône en tête du groupe B avec 9 points grâce à ses trois succès de suite, tandis que son adversaire, le MC El Eulma, est bon dernier après avoir essuyé trois défaites en autant de rencontres. Quant à la seconde rencontre du même groupe entre Al Merrikh et l’ES Sétif (tenant du titre), prévue le 9 août à 22h à Omdurman, elle a été confiée à l’arbitre ghanéen Joseph Odartei Lamptey. Il sera assisté de ses deux compatriotes David Laryea et Malik Salifu.

Publié dans Sports
Page 1 sur 3