Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
Reporters - Filtrer les éléments par date : lundi, 24 août 2015

L'Office national de météorologie a publié aujourd'hui un bulletin météorologique spécial (BMS), lançant l'alerte quant à des pluies orageuses, localement assez marquées, qui affecteront, durant la fin de journée de lundi et la nuit de mardi, plusieurs wilayas de l'Est du pays.

Publié dans Actualite archives

La fermeture du marché de gros des fruits et légumes d’Akbou, depuis mercredi 19 août dernier par les riverains, n’a pas manqué de provoquer une tension sans précédent sur les produits agricoles dans la région de la vallée de la Soummam.

Le manque d’approvisionnement en matière de fruits et légumes, généré par la fermeture de ce marché de gros, unique dans la région, a vite influé sur la mercuriale.
En effet, les prix pratiqués par les commerçants détaillants des fruits et légumes ont connu une hausse vertigineuse. Certains produits de base tels que la tomate, la carotte, le piment et le poivron sont carrément passés du simple au double. Un marchand ambulant exerçant un commerce informel sur la RN-26, à hauteur du village Laâzib, près de la ville d’Akbou, a affiché, hier, des prix exorbitants qui, selon lui, n’arrangent personne. « Cette hausse brusque et exagérée des prix des fruits et légumes survenue au lendemain de la fermeture du marché de gros de la daïra d’Akbou, n’arrange personne en réalité. Ni le consommateur, ni le commerçant ne trouvent leur compte dans une telle situation. Pour preuve, d’habitude j’écoulais une importante quantité de marchandises, notamment les produits de large consommation, alors qu’aujourd’hui, vous pouvez constater que je n’arrive même pas à «liquider» ces quelques caisses de marchandises. » Les prix sont vraiment inaccessibles pour la couche moyenne et les familles à faibles revenus. À titre d’exemple, la tomate qui coûtait, il y a une semaine, 30 DA, voire 25 DA, se vend actuellement à 80 DA, le piment et le poivron qui se vendaient à 60 DA ont atteint les 120 DA, alors que les haricots verts dépassent la barre des 220 DA, se lamente ce jeune marchand ambulant.
A noter que les habitants des quartiers Arafou, Hibouche et Bouyizene, situés à la périphérie du marché de gros des fruits et légumes de la daïra d’Akbou ont décidé de bloquer la route donnant accès à ce marché pour protester contre la dégradation de leur cadre de vie. Ces citoyens protestataires, qui ont dressé sur la chaussée de cette route des barricades (troncs d’arbres, pierres et autres obstacles), se déclarent mobilisés et déterminés à maintenir leur action jusqu’à satisfaction entière de leurs doléances contenues dans une plate-forme de revendications adressée aux autorités locales (APC et daïra). Dans leur correspondance, ils se plaignent de l’état lamentable dans lequel se trouve le réseau routier desservant la région, la détérioration des réseaux d’assainissement des eaux usées, l’encombrement et les nuisances causés par l’activité «intrusive» des grossistes qui, selon eux, troublent leur quiétude... À ce titre, ils réclament la fixation des heures d’ouverture et de fermeture de ces commerces, la rénovation et l’extension des réseaux d’AEP et d’assainissement de leurs quartiers respectifs. En l’absence du maire d’Akbou qui se trouve en congé de détente, les membres de l’exécutif communal assurant l’intérim affirment avoir dépêché sur les lieux une commission d’enquête, chargée de recenser les problèmes de ces habitants, tout en promettant de les pendre en charge progressivement. Face aux pressions des commerçants grossistes exerçant dans ce marché et ses adjudicataires qui réclament d’ores et déjà un dégrèvement auprès des responsables de l’APC d’Akbou, ces derniers n’ont rien trouvé de mieux que de procéder à la délocalisation, à titre provisoire, de ce marché de gros au marché hebdomadaire de la ville limitrophe d’Ighzer Amokrane, chef-lieu de la commune d’Ouzellaguen. 

Publié dans Der

Par rédaction nationale
Les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) continuent, inlassablement, à sécuriser les frontières et à lutter contre la criminalité organisée. Le dimanche 23 août, un détachement de l’ANP relevant du secteur opérationnel d’In Guezzam, a appréhendé cent-dix contrebandiers de différentes nationalités lors d’une patrouille près des frontières à Tiririne. Outre l’arrestation des malfaiteurs, cette opération a permis de saisir deux véhicules tout-terrain, 58 détecteurs de métaux, 15 marteaux piqueurs, 2 groupes électrogènes, 608 grammes de dynamite, 4 téléphones portables, une balance et une somme d’argent de 45 000 francs CFA. Cet équipement était sûrement destiné à chercher de l’or dans la région de Tamanrasset.
Un autre détachement relevant du secteur opérationnel de Tamanrasset a arrêté deux contrebandiers et a saisi deux camions chargés d’une quantité de 2 960 litres de carburant, la différence de prix des carburants entre l’Algérie et les pays voisins rendant la contrebande attractive. Par ailleurs, les éléments des Gardes-frontières de Bab El-Assa relevant du secteur opérationnel de Tlemcen/2e RM ont saisi 5 550 litres de carburant ainsi que 140 kilogrammes de kif traité.
Et au niveau de la 5e RM, les éléments des Gardes-côtes d’El Kala relevant du secteur opérationnel d’El Taref ont arrêté deux contrebandiers en possession de deux kilogrammes de corail, deux GPS et des moyens de pêche. La pêche du corail est fortement réglementée le produit étant destiné à des bijoutiers, notamment italiens. En outre, les éléments des Gardes-frontières de Bir El Ater relevant du secteur opérationnel de Tébessa ont mis en échec une tentative de contrebande de 440 caméras de surveillance. 

Publié dans Der

Plus de 200 000 enfants palestiniens ont été privés hier, lundi de rentrée scolaire à Gaza en raison d’une grève massive des enseignants liée aux difficultés financières de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). L’agence onusienne, qui emploie une grande partie des professeurs et personnels d’éducation dans la bande de Gaza et qui dépend du financement de donateurs étrangers, fait face à un manque chronique de ressources.
Face à cette situation, l’UNRWA a menacé de repousser la rentrée faute de dons suffisants et de mettre une partie de son personnel au chômage technique, sans salaire, pendant un an. Bien que cette décision ait été finalement gelée, les employés de l’UNRWA réclament son annulation pure et simple et le syndicat du personnel de l’agence a décidé de faire monter la pression le jour de la rentrée en appelant au débrayage. Des milliers de professeurs, assistants ou administratifs ont donc manifesté devant le siège de l’UNRWA. Cette manifestation, d’une ampleur rare dans un territoire durement éprouvé par les guerres, le blocus et le marasme économique, a bloqué toute une avenue de la ville de Gaza. Les cours commenceront mardi, selon les grévistes, alors que l’UNRWA affirme n’avoir toujours pas totalement comblé son déficit en ne récoltant que 80 des 100 millions de dollars (69 des 86 millions d’euros) manquants. En Cisjordanie occupée, la rentrée a bien eu lieu mais elle a été placée sous le signe d’un incendie criminel le 31 juillet imputé à des extrémistes juifs et dans lequel un bébé palestinien de 18 mois et son père sont morts.

Publié dans Der

La Ligue algérienne pour la Défense des droits de l’Homme, LADDH, a publié hier un communiqué dans lequel elle appelle la justice italienne à libérer maître Rachid Mesli. L’avocat a été arrêté le 19 août dernier à Turin à la suite d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités algériennes et placé en garde à vue pendant 48 heures. Il a été depuis déféré devant la cour de Turin qui examinera sa remise en liberté. « La LADDH suit avec inquiétude la procédure judiciaire enclenchée à l’encontre de maître Mesli Rachid, directeur juridique à l’association El Karama, organisation de défense des droits de l’Homme basée à Genève », lit-on dans le communiqué de la LADDH. La ligue « exige la remise en liberté de M. Mesli, car elle considère que la procédure prise à son encontre ne vise en réalité que ses activités relatives à la défense et la promotion des droits de l’Homme ». Des activités, ajoute le communiqué, « reconnues par la Déclaration universelle des droits de l’Homme, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, ainsi que les différentes Conventions régionales garantissant la liberté d’association , d’expression, d’opinion et de circulation, ratifiées aussi bien par l’Algérie que par l’Italie ».

Publié dans Der

Le cycliste Hichem Chaâbane et le lutteur Abdelkrim Ouakali sont suspendus quatre ans pour avoir violé les règles antidopages, a annoncé hier lundi le comité d’appel de la commission nationale antidopage (CNAD). « Le comité d’appel a rescindé les décisions antérieures du comité de discipline de la CNAD qui avait imposé une suspension de 18 mois à Hichem Chaâbane et une suspension de 6 mois à Abdelkrim Ouakali », précise la même source. La suspension d’Hichem Chaâbane prend effet à partir du 23 avril 2015 et celle d’Ouakali à compter du 12 mars 2015. Outre la suspension de 4 ans (48 mois), tous les résultats réalisés par ces deux athlètes en compétitions sont annulés à partir du 24 mars 2015 pour Chaâbane et à partir du 12 mars pour Ouakali, précise la même source. Le cycliste Hichem Chaâbane avait été contrôlé positif par la CNAD à deux substances interdites, l’érythropoïétine EPO et la méthylprédnisolone (glucocorticoïde) à la suite de deux contrôles opérés respectivement à Constantine et à Annaba les 24 et 28 mars lors du Tour d’Algérie cycliste 2015. Le lutteur Abdelkrim Ouakali avait été contrôlé positif par la CNAD à une substance interdite, la furosémide (diurétique), à la suite d’un contrôle effectué à Alger le 14 février 2015 à l’occasion du championnat national 2015 de lutte.

Publié dans Der

Les opérations de vérification menées par les Conservations foncières sur les souscripteurs des logements AADL de l’année 2001 ont décelé que 119 sur les 6 000 concernés par cette enquête possédaient déjà des biens immobiliers, a appris dimanche l’APS auprès du ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville. Sur une première liste transmise en mai dernier par le ministère, comprenant 2.000 souscripteurs pour le programme AADL 2001 et répartis sur 32 wilayas, les services de conservation foncière ont démasqué 76 souscripteurs pour possession de biens immobiliers tandis que les autres souscripteurs ont obtenu leur certificat négatif, explique le chargé de la communication au sein de ce ministère, Ahmed Madani. Par la suite, les mêmes services ont reçu une deuxième liste comprenant 4000 autres souscripteurs répartis sur 19 wilayas et dont l’opération de contrôle a mis au jour 43 autres cas positifs, c’est-à-dire propriétaires de biens immobiliers. Cette enquête, poursuit M. Madani, a concerné les souscripteurs et leurs conjoints, soulignant que ceux possédant un bien immobilier en toute propriété seront radiés de la liste des bénéficiaires, alors que les dossiers des souscripteurs qui possèdent un bien en commun seront traités « au cas par cas ».

Publié dans Der

Les Rouge et Noir tenteront de reproduire le match de la Ligue des champions, même s’ils savent que cela ne sera pas évident, étant donné qu’il ne s’agit pas du même enjeu et que les Sétifiens souhaitent se ressaisir.

 

L’USM Alger sera en appel cet après-midi au stade Omar-Hamadi d’Alger, où elle disputera un match en retard comptant pour la deuxième journée de la Ligue 1 face à la formation de l’Entente de Sétif. Ce match sera un remake de celui de la phase des poules de la Ligue des champions d’Afrique qui s’est joué la semaine passée pour le compte de la cinquième journée de cette compétition où les Rouge et Noir avaient déjà assuré leur qualification plus tôt. Si les Usmistes l’avaient emporté sur le score sans appel de 3 buts à 0, il est à parier que cela ne sera pas sans doute la même chose pour ce match et que les Algérois auront du mal à venir à bout des Sétifiens, qui étaient mathématiquement éliminés en compétition continentale et n’avaient pas trop d’illusions à se faire lors de ce match face aux gars de Soustara. Ces derniers n’auront pas la tâche facile devant des Sétifiens qui souhaitent prendre leur revanche, mais surtout se relancer dans la course au titre national, qu’ils avaient acquis la saison dernière et qu’ils souhaitent garder, même si cela ne sera pas vraiment évident. De son côté, l’USMA, que le succès en Ligue des champions avait transcendé, essayera de refaire le même coup à l’Aigle noir et de remporter la victoire, même si elle devait être courte, puisque ce qui compte le plus dans ce genre de matches, c’est le nombre de points décrochés. Les Rouge et Noir, qui ont bénéficié de l’apport de l’attaquant de Frankfort, Amine Aoudia, compteront sur lui et sur le génie de Belaïli pour remporter un succès qui leur permettra de se reprendre après la première défaite en championnat face au NAHD. L’essentiel pour les Algérois est d’être au rendez-vous et prendre les points du succès.
Le MCEE à l’épreuve du CABBA
Un autre match en retard aura lieu ce mardi, il opposera en Ligue 2 le malheureux représentant algérien en Ligue des champions, le MC El Eulma, au CA Bordj Bou Arréridj, pour le compte de la deuxième journée. Les gars de Babya, qui sont définitivement éliminés de la compétition africaine, se concentrent maintenant sur le championnat avec le désir de revenir le plus tôt possible en Ligue 1 Mobilis, sachant que la mission ne sera pas facile. Les Eulmis feront tout leur possible pour l’emporter au cours de ce match qui ne sera pas de tout repos face à une équipe qui est considérée aussi comme un favori pour l’accession en Ligue 1 et qui se déplacera au stade Messaoud-Zeghar d’El Eulma pour
revenir avec un résultat positif.

Publié dans Sports

L’ES Sahel de l’Algérien Baghdad Bounedjah a validé son billet pour les demi-finales de la Coupe de la Confédération de football, après avoir fait match nul face au Stade malien (1-1), dimanche à Bamako, lors de la 5e journée du groupe A. La formation tunisienne avait besoin d’un point pour se qualifier au prochain tour de la compétition. Les buts de la rencontre ont été inscrits par Khali Bengoura (57e) pour l’ES Sahel et Coulibaly (90+2) pour le Stade malien. Avec 10 points au compteur après cinq journées, l’ES Sahel rejoint Al Ahly d’Egypte en tête de groupe. Les Egyptiens s’étaient imposés contre l’ES Tunis (1-0) samedi à Rades (1-0) dans l’autre match du groupe. Dans l’autre groupe, le Zamalek et Orlando Pirates ont validé leur billet pour les demi-finales.

Publié dans Sports

L’international algérien du Stade rennais, Mehdi Zeffane, titularisé pour la première fois par l’entraîneur Philippe Montanier contre son ancienne équipe, l’Olympique lyonnais (2-1), n’espérait pas un meilleur scénario à l’occasion de son retour au stade Gerland. « C’est clair que je ne pouvais pas rêver d’un meilleur retour », reconnaît l’ancien Lyonnais.
« J’avais à cœur de réaliser un bon match et on a tous été à la hauteur. Je découvre un très bon groupe et je pense que l’on peut réaliser une belle saison », a-t-il ajouté au site officiel du club. Zeffane, fraîchement arrivé cet été de Lyon, a réalisé une performance « exceptionnelle » contre son ancien club, selon le site officiel du Stade rennais, en délivrant une passe décisive à Pedro Henrique et en marquant d’une superbe frappe le deuxième but stadiste. Zeffane a signé le 12 août un contrat de 4 ans avec le Stade rennais. Formé à l’Olympique lyonnais, le défenseur algérien est allé chercher du temps de jeu loin de son club du cœur. Il avait été convoqué à la dernière Coupe d’Afrique des nations (CAN-2015) en Guinée équatoriale. Il a signé en juin dernier sa deuxième titularisation avec les Verts lors du match face aux Seychelles (4-0), dans le cadre de la première journée (groupe J) des qualifications de la CAN-2017.

Publié dans Sports
Page 1 sur 7