Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

Reporters - Filtrer les éléments par date : mardi, 26 juillet 2016

Le Conseil des ministres s'est réuni mardi à Alger sous la présidence du président de la République M. Abdelaziz Bouteflika, et a rendu public un communique, dont voici le texte intégral. 

Publié dans Actualité

Le secteur de la formation professionnelle s’enrichit d’une nouvelle infrastructure, un centre d’excellence dédié aux métiers des technologies d’information et de la communication.

Publié dans Der

La formation destinée aux magistrats a connu une évolution concrète à travers l’augmentation de la durée du cursus, la révision des programmes pédagogiques, le renforcement des stages pratiques…Mais il n’en demeure pas moins qu’elle doit s’adapter aux profondes mutations que connaît le monde dans les diff érents aspects de la vie, économiques et sociales. C’est l’un des messages que le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, a transmis, hier à la Cour suprême, aux magistrats fraîchement diplômés après trois ans de formation. Lors de la cérémonie de sortie de la 24e promotion de 453 magistrats, qui seront tous aff ectés aux tribunaux, le ministre a signalé que ces mutations appellent à une « révision horizontale et verticale du système de formation » et à son adaptation afi n de garantir « une meilleure prestation judiciaire ». «Le développement des compétences humaines est l’un des objectifs qui fi gurent dans le programme du président de la République, que nous veillons à concrétiser à travers le plan d’action du gouvernement», a noté le ministre, en rappelant que le but de la réforme de la justice est de doter la magistrature de hautes compétences professionnelles et adéquates lui permettant de répondre aux objectifs d’effi cience et d’effi cacité. M. Louh, dans son discours, a insisté sur l’importance de la coopération internationale pour favoriser les échanges d’expériences et les outils et moyens dans la lutte contre les crimes internationaux via une stratégie commune. Toujours en direction des nouveaux magistrats, il a rappelé que la responsabilité du juge, qui consiste à assurer une saine application de la loi, est une mission noble, lourde et pénible en même temps. «Elle vous a été attribuée en toute confi ance. D’où le devoir de vous conformer aux obligations et qualités consacrées par le statut particulier de la magistrature», a-t-il précisé. Le ministre est revenu, par ailleurs, dans son allocution, sur les derniers amendements introduits dans la Constitution pour renforcer la protection du magistrat contre toutes sortes de pression, intervention ou manœuvre. Il a expliqué à ce propos que le juge ne doit nullement prêter attention aux tentatives et infl uences qui visent sa crédibilité, qu’elles se présentent sous forme de droit d’opinion ou de liberté d’expression. «L’indépendance du pouvoir judiciaire, consacrée par la Constitution, se matérialise, avant tout, par l’indépendance eff ective du juge et du degré de l’application de la loi. Nous devons redoubler d’eff orts et approfondir les réformes afi n d’améliorer les prestations judiciaires, garantir les droits et les libertés des personnes et protéger la cohésion sociale de toute tentative qui entraverait son développement et sa stabilité», a-t-il affirmé.

Publié dans Der

Cinq jours après la disparition de Nihal SiMohand, âgée de 4 ans, survenue jeudi dernier vers 11h, au village Aït Toudert, dans la daïra de Ouacifs (à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou), les services de la gendarmerie de la wilaya, en collaboration avec la société civile, poursuivent les recherches et investigations sur le terrain, au niveau de Ouacifs et des localités limitrophes. Selon le chargé de communication du groupement régional de la gendarmerie, le capitaine Lehbib Dahou, les recherches se poursuivent et la fi llette est toujours portée disparue. Aucune nouveauté n’a fi ltré sur cet acte. Il a annoncé qu’un renfort de gendarmerie a été réquisitionné, hier matin, du chef-lieu vers Ouacifs et les localités limitrophes. Cette mesure a pour objectif, a-t-il ajouté, «de faciliter les procédures de recherches qui sont en cours». Notre interlocuteur a fait savoir qu’après l’achèvement de l’opération de recherches, il a été prévu d’aller vers une enquête dont l’objectif est d’élucider les circonstances de cet acte. A la question de savoir s’il s’agit d’un kidnapping ou bien d’une fuite, le capitaine Dahou s’est contenté de ré- pondre : «A l’heure actuelle, nous ne pouvons pas annoncer s’il s’agit d’un kidnapping ou d’une fuite. Nous pourrons nous prononcer sur cette aff aire une fois l’enquête arrivée à terme.» «Ce que nous savons, poursuit-il, c’est que la petite Nihal était en train de jouer avec des enfants du village Aït Abdelouhab, et qu’elle était venue d’Oran en compagnie de ses parents pour assister à un mariage de famille à Ouacifs.»

Publié dans Der

Les travailleurs des communes affi lés à la Fédération nationale du secteur des communes (FNSC), une entité du Snapap, ne décolèrent pas. Après avoir organisé un mouvement de protestation le mois dernier, ils reviennent à la charge en entamant, hier, une grève de trois jours reconductible chaque mois. Selon son président, Kamel Behat, la FNSC a réussi à mobiliser 65% des travailleurs communaux à travers le territoire national. «Le taux de suivi de la grève est de l’ordre de 65% sur l’ensemble du territoire national», a-t-il indiqué. Un taux qu’il estime encourageant pour plusieurs raisons. «Si on prend en compte la période des congés et les pressions exercées sur les délégués syndicaux dans les wilayas, nous ne pouvons que nous féliciter de ce taux», a-t-il expliqué. D’après ses dires, c’est la wilaya de Béjaïa qui a enregistré le taux de suivi le plus important. «Sur 52 communes que compte la wilaya, 42 sont paralysées», affi rme notre source qui avance un taux de suivi avoisinant les 90%. Des wilayas telles que Bouira, Tizi-Ouzou ont connu aussi des taux de suivi importants, ajoute-t-il, avant de signaler des dépassements et des pressions exercés sur les délégués syndicaux par leurs chefs hiérarchiques, notamment dans la wilaya d’Alger. «Pour aff aiblir notre mouvement, l’administration recourt à chaque fois à la veille d’un mouvement de protestation à l’intimidation et aux menaces pour faire peur aux travailleurs et isoler les délégués syndicaux», déplore-t-il. Par ailleurs, il ne cache pas son optimisme de voir ce taux s’améliorer aujourd’hui et demain. «Nous attendons que d’autres communes nous suivent», a-t-il affi rmé. Pour l’avenir de leur mouvement, notre interlocuteur nous fait savoir que son syndicat est déterminé à organiser trois jours, chaque mois, jusqu’à la satisfaction de sa plateforme de revendications. «Nous allons faire grève de trois jours chaque mois jusqu’à ce que les pouvoirs publics, à leur tête le ministre de l’Intérieur, accepte de s’asseoir sur la table des négociations», a-t-il déclaré. Il annonce au passage que le Conseil national de la Fédération nationale du secteur des communes va se réunir au cours des prochains jours pour faire le point sur la situation. En ce qui concerne les revendications des grévistes, notre interlocuteur rappelle que son syndicat demande en premier lieu la refonte du statut général de la Fonction publique et des statuts particuliers de tous les corps des communes dont la promulgation remonte à décembre 2008. L’organisation syndicale réclame aussi une augmentation de l’allocation familiale à 2 000 DA et de l’indemnité de la femme au foyer à 8 000 DA et l’application de l’indemnité des agents de l’état civil avec eff et rétroactif à compter du 01/01/2008, comme le stipule l’article 85 du décret exécutif n° 11/334 du 20/9/2011. La FNSC revendique de plus la prise en compte de la période du Service national dans le calcul de la retraite et l’intégration de tous les travailleurs recrutés dans le cadre du pré-emploi et fi let social dans des postes de travail permanant. Les retraites ainsi que le projet de code de travail n’ont pas été en reste des revendications du syndicat. En eff et, la Fédération refuse que l’on touche au régime actuel des retraites ou au code de travail.

Publié dans Der

Wolfgang Niersbach, ancien président de la Fédération allemande (DFB) et vice-président du comité d'organisation du Mondial-2006 en Allemagne, a été suspendu hier pour un an de toute activité liée au football par la Fifa, pour son implication dans le scandale de corruption présumée autour de ce Mondial.

M. Niersbach, contre qui la chambre d'instruction du comité d'éthique de la Fifa avait requis une suspension de deux ans, a été notamment reconnu coupable par la chambre de jugement du comité d'éthique de ne pas avoir rapporté des faits relatifs à de possibles malversations dans le cadre de l'attribution du Mondial-2006 à l'Allemagne. La chambre de jugement a estimé que M. Niersbach n'avait pas «dénoncé» en temps utile les manquements portés à sa connaissance autour de l'attribution de ce Mondial, manquements pouvant constituer des violations du code d'éthique de la Fifa. Dans son communiqué, la chambre de jugement précise qu'elle ne s'est pas penchée directement «sur de possibles violations du code d'éthique dans le cadre d'éventuels actes de corruption ou pots-devin en lien avec l'attribution du Mondial-2006». «Cette décision me touche durement», a déclaré M. Niersbach à SID, fi liale allemande de l'AFP. «Je reconnais avoir fait une faute, et je le regrette», a-t-il ajouté, en précisant qu'il allait réfl échir avec ses avocats sur un éventuel recours. Du fait de sa suspension, M. Niersbach ne peut plus siéger au conseil de la Fifa, ni au comité exécutif de l'UEFA. Il avait démissionné de ses fonctions de président de la Fé- dération allemande en novembre 2015. La Fifa avait ouvert le 22 mars 2016 une procédure visant Niersbach, ainsi que Franz Beckenbauer, président du comité de candidature puis d'organisation du Mondial allemand. En mars 2016, le cabinet d'avocat Freshfields, dans un rapport mandaté par la DFB, avait assuré qu'aucune preuve d'un achat de voix par l'Allemagne pour organiser ce Mondial-2006 n'avait été trouvée, mais qu'un tel mécanisme de corruption ne pouvait être écarté. L'hebdomadaire allemand Der Spiegel avait jeté un pavé dans la mare fin octobre 2015 en avançant que l'Allemagne aurait utilisé un fonds secret de 10 millions de francs suisses (6,7 millions d'euros) pour acheter des voix et obtenir le Mondial. Ce fonds aurait été alimenté, à la demande de Franz Beckenbauer, par l'ancien patron d'Adidas, le défunt Robert Louis-Dreyfus, peu avant l'été 2000, période à laquelle s'est fait l'attribution de la Coupe du monde au bénéfice de l'Allemagne, d'une courte marge (12 voix contre 11), aux dépens de l'Afrique du Sud.

Publié dans Sports

Les sélections du Cameroun, de la Guinée et du Mali ont composté leur billet pour la phase fi nale de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2017 des moins de 20 ans (U-20) prévue en Zambie (26 février-12 mars). Les Camerounais avaient fait le plus dur à l'aller en s'imposant (3-0) et se qualifi ent malgré leur défaite (1-0) face à la Libye, concédée à la 88e minute de jeu. Qualifi cation validée également pour le Mali. Attendus au tournant après leur match nul à l'aller au Burkina Faso (0-0), les Aiglons ont fait la diff érence (2-0) dimanche à Bamako. Eliminés par les Maliens il y a deux ans, les Etalons juniors prennent à nouveau la porte face à ce même adversaire. Dans la douleur, la Guinée a également validé son billet. Tenu en échec à l'aller (0-0) par la Gambie, le Syli Junior s'est imposé 2-1 à domicile. Ces trois équipes rejoignent ainsi le Sénégal, l'Afrique du Sud, l'Egypte et le Soudan, en plus du pays organisateur la Zambie, qualifi é d'office. La sélection algérienne a été éliminée dès le premier tour par la Mauritanie (aller 2-1, retour 0-2).

Publié dans Sports

La quatrième journée de la Coupe de la Confédération africaine de football, prévue mardi et mercredi, pourrait révéler les noms des premiers qualifi és pour les demi-finales de la compétition à laquelle prend part le MO Béjaia. Le représentant algérien croisera le fer avec le favori N.1 pour le sacre final et leader du groupe A, le TP Mazembe, mercredi à Lubumbashi (RD Congo). Le TPM semble en bonne posture pour composter son billet pour le dernier carré de l'épreuve 2016. Les détenteurs de la Ligue des champions d'Afrique 2015 reçoivent le deuxième au classement qu'ils ont tenu en échec lors de la phase aller (0-0) le 17 juillet dernier au stade de l'Unité Maghrébine de Béjaia. Mais le représentant algérien qui participe pour la première fois à cette compétition compte bien jouer un mauvais tour à son adversaire pour conserver intactes ses chances de qualifi cation avant les deux dernières journées. A priori, le TP Mazembe (7 pts) et le MOB (5 pts) sont bien partis pour dé- crocher les deux premières places du groupe, à moins que les Ghanéens de Medeama (2 pts) qui accueillent les Tanzaniens de Young Africans (1 pt) ne décident de se mêler à la course, ce qui passe obligatoirement par un succès à domicile. Dans le groupe B, rien n'est encore joué mais le FUS Rabat (1er), peut valider son billet pour les demi-fi nales en cas de succès contre son poursuivant direct, le Kawkab Marrakech. De son côté, l'ES Sahel (3e ) effectuera un court déplacement à Tunis pour affronter les Libyens du Ahly Tripoli (4es) avec l'objectif de s'imposer pour rester dans la course à la qualifi cation.

Publié dans Sports

L’attaquant de l’USM Harrach Mohamed Amine Abid s’est engagé dimanche soir pour deux saisons avec le NA Hussein Dey, a appris l’APS lundi auprès du pensionnaire de la Ligue 1 Mobilis de football. Les deux clubs ont conclu dans le cadre de ce transfert le prêt pour une saison du milieu international gabonais du Nasria Samson Mbingui à l’USMH, précise la même source. Abid avait été prêté la saison dernière au MC Alger avec un bilan de 3 buts marqués seulement. Le NAHD a assuré auparavant l’engagement de 12 joueurs : les deux gardiens de but Doukha et Merbah ainsi que les joueurs de champ Benyahia, Benhocine, Laribi, Khiat, Benai, Ferguene, El-Orfi , Benamara, Harrouche et Ardji. Les «Sang et Or» viennent de clôturer un premier stage eff ectué à Sétif avant de s’envoler lundi pour la Tunisie pour un regroupement qui s’étalera jusqu’au 9 août prochain avec au menu une série de matchs amicaux contre des équipes algériennes et tunisiennes. Le staff technique, toujours dirigé par Youcef Bouzidi, a connu l’arrivée de l’entraîneur-adjoint Mohamed Lacete et de l’entraîneur des gardiens Mourad Benameur. Finaliste de la précédente édition de la Coupe d’Algérie qu’il a perdue contre le MC Alger (1-0), le NAHD disputera la saison prochaine la Coupe arabe des clubs.

Publié dans Sports

La Russie et ses sportifs ont poussé hier un soupir de soulagement après la décision du Comité international olympique (CIO) de ne pas exclure le pays des Jeux olympiques de Rio (5-21 août), reléguant cette responsabilité aux fédérations internationales.

Russie jo rio

Cette décision a suscité de nombreuses critiques dans le mouvement olympique, alors qu’un rapport indépendant du juriste canadien Richard McLaren, à la demande de l’Agence mondiale antidopage (AMA), a mis en évidence un système de dopage d’Etat dans le sport russe de 2011 à 2015. L’AMA s’est ainsi dite «déçue» tandis que l’Usada, l’agence américaine antidopage, a parlé de «désordre» créé par le CIO. Lundi, l’Agence française de lutte antidopage a aussi regretté la décision du CIO, estimant que l’instance aurait pu «faire preuve d’une grande fermeté». En Russie, où le sport et les médailles sont une priorité nationale, le soulagement était immense. «Nous nous félicitons naturellement» de la décision du CIO, a ainsi estimé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, évoquant une «décision positive». «Cette décision n’est pas mauvaise pour nous. Elle a été prise et nous devons la respecter», a déclaré à l’AFP le président du comité pour le Sport à la Douma (chambre basse du Parlement), Dmitri Svichtchev, tout en regrettant que les sportifs russes ayant déjà été sanctionnés pour dopage soient privés de Jeux. «Vous ne pouvez pas punir quelqu’un deux fois pour la même peine», a-t-il déclaré. Ces conditions devraient notamment empêcher le cycliste Ilnur Zakarin, vainqueur cette année d’une étape du Tour de France et suspendu en 2009 pour prise de stéroïde, de participer aux Jeux. La quadruple championne du monde de natation Yulia Efi mova, contrôlée positive en 2014 à un stéroïde et suspendue 16 mois, sera également absente de Rio, tout comme probablement sa coéquipière Natalia Lovtsova, suspendue en 2013, ou la médaillée olympique d’haltérophilie Tatiana Kashirina, sanctionnée en 2006. Lundi, le président du Comité olympique russe (ROC) Alexandre Joukov a annoncé au cours d’une conférence de presse «étudier l’historique en matière de dopage de chaque sportif sélectionné» pour les JO, indiquant qu’il était «déjà clair» que plus de huit sportifs russes, sans compter les 68 athlètes déjà suspendus, n’iront pas à Rio.

GYMNASTES ET ESCRIMEURS DÉJÀ À RIO

Il revient désormais aux Fédérations internationales de décider pour leur discipline quels sportifs russes pourront concourir au Brésil. La Fédération internationale de tennis (ITF) a déjà donné son feu vert à la participation des huit joueurs et joueuses de tennis sélectionnés par la Russie. La décision de la Fédération internationale de judo, qui avait soutenu la Russie avant même que se prononce le CIO, devrait rapidement suivre. Les patrons des Fédérations russes d’escrime et de pentathlon ont estimé lundi que leurs sportifs seraient autorisés à concourir à Rio, mais attendent une confi rmation offi cielle qu’ont déjà reçu. Les archères russes, championnes du monde. Mais certains sportifs n’ont pas attendu pour s’envoler à Rio. C’est le cas des escrimeurs et des gymnastes, dont l’entraîneur principal, Valentina Rodionenko, a assuré à l’agence de presse TASS: «Le pire est derrière nous.» La majorité de la sélection s’envolera pour Rio jeudi. Pour les 68 athlètes privés de JO à cause de la suspension de la Fédération russe d’athlétisme, il n’y a en revanche plus aucune chance d’aller à Rio après la décision jeudi du Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne. «Notre bataille pour Rio est terminée», a regretté la star du saut à la perche Yelena Isinbayeva, qui visait à Rio une troisième médaille d’or olympique avant de prendre sa retraite. Si le CIO a pris des sanctions, elles visent avant tout Yuliya Stepanova, la lanceuse d’alerte à l’origine des révélations sur le dopage russe. Cette spé- cialiste du 800 m sera privée de JO, car elle a été sanctionnée pour dopage dans le passé, ce qui a là-aussi suscité un tollé parmi les responsables de l’AMA et de l’Usada. Stepanova a eu ce qu’elle mé- rite, a estimé Komsomolskaïa Pravda, donnant le ton des médias locaux sur la sanction contre l’athlète. Un journaliste de ce tabloïd avait comparé l’athlète russe à une collaboratrice des nazis. La décision du CIO fait de toute façon débat, plusieurs voix comme celle de la détentrice du record du monde du marathon Paula Radcliff e s’élevant contre le fait qu’elle concerne uniquement les Russes alors que le sprinteur américain Justin Gatlin, le cycliste espagnol Alejandro Valverde ou l’escrimeur italien Andrea Baldini, tous déjà suspendus pour dopage, seront eux du voyage.

Publié dans Sports
Page 1 sur 4