Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
mercredi, 10 octobre 2018 06:00

Exportations d’hydrocarbures en volume : Le retour aux contre-performances confirmé

Écrit par Hakim Ould Mohamed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

D’après les données de la Banque d’Algérie, les volumes d’hydrocarbures exportés au titre du 1er semestre de l’année poursuivent leur tendance baissière amorcée depuis maintenant près d’une décennie.


«La baisse des quantités d’hydrocarbures exportées, exprimées en tonnes équivalent pétrole (TEP), entamée au premier semestre de 2017, s’est poursuivie au cours des deux derniers semestres, passant de 54,96 millions de TEP au premier semestre de 2017, à 53,27 millions de TEP au second semestre de la même année et à 51,40 millions de TEP au premier semestre de 2018, soit une baisse de 6,48 % entre les premiers semestres de 2017 et 2018», lit-on dans la dernière note de conjoncture publiée par la banque centrale. Les statistiques fournies par cette institution monétaire rejoignent le dernier bilan établi par le ministère de l’Energie qui, il y a quelques jours, confirmait, chiffres à l’appui, le mouvement baissier constaté sur la courbe des quantités d’hydrocarbures exportées. Le bilan du ministère de l’Energie fait ressortir une contraction de 2,8% du volume global des exportations d’hydrocarbures au premier trimestre 2018 ; les quantités expédiées à destination des clients étrangers se sont établies à 27,7 millions de TEP. Dans les détails du rapport, il est indiqué que les exportations de condensat et du gaz naturel ont connu un mouvement haussier au premier trimestre de l’année, marquant des augmentations respectivement de +17,7% et de 1,2%, alors que les quantités de pétrole brut exportées se sont contractées, elles, de -8,9% de janvier à mars 2018. La banque centrale s’aligne ainsi sur le constat établi par le ministère de l’Energie et dont la tendance baissière dure depuis maintenant plusieurs années. En 2017, alors que les exportations d’hydrocarbures culminaient, en valeur, à plus de 59 milliards de dollars, contre 53,61 milliards de dollars en 2006, les volumes acheminés vers les marchés extérieurs commençaient à se rétrécir comme peau de chagrin. Le déclin de 2007 était justifié par la baisse de la production des partenaires étrangers. En 2008, alors que les prix du pétrole sont passés d’une moyenne de 111,51 dollars le baril au premier semestre à 88,22 dollars au second semestre, les exportations d’hydrocarbures en volume du second semestre 2008 ont été inférieures à leur niveau du second semestre 2007 pour plus de 4%. La tendance baissière amorcée depuis 2007 n’a pas été enrayée, puisque les volumes acheminés à l’export ont chuté de -9,76 % en 2009 et de -1,78% en 2010. L’année suivante s’est soldée par un niveau de recettes atteignant 71,44 milliards de dollars, conséquemment à la hausse des cours du brut, mais le volume des exportations a connu, en revanche, une diminution de 4,89% durant le même exercice. L’année 2012 a été marquée par un recul des exportations des hydrocarbures tant en valeur qu’en volume ; les quantités exportés ont reculé de 3,3%. En 2013, sous l’effet d’un fort recul des quantités d’hydrocarbures exportées (-7,37 %), les exportations d’hydrocarbures en valeur se sont contractées de 10,27% s’établissant à 63,33 milliards de dollars. En 2014, date qui correspondant à un retournement de situation sans précédent sur le marché pétrolier, les quantités d’hydrocarbures exportées se sont contractées de 1,74%. L’année 2015 allait être la neuvième année consécutive de baisse. Les volumes de pétrole et de gaz expédiés vers les clients étrangers ont reculé de 0,28%. La tendance n’a pu être inversée avant 2016, puisque, durant cet exercice, le volume des exportations d’hydrocarbures ont légèrement bondi, avant que les statistiques du commerce extérieur du pétrole et du gaz ne reviennent dans le rouge. La Banque d’Algérie a écrit dans sa note de conjoncture pour le premier semestre 2017 que «les quantités d’hydrocarbures exportées, exprimées en tonnes équivalent pétrole (TEP), ont augmenté de 11,05 % entre le premier et le second semestre de 2016, mais ont baissé de près de 6 % au premier semestre 2017 par rapport au second semestre de 2016». La dernière note de conjoncture publiée cette semaine confirme plus clairement le retour des mouvements baissiers, même si, en valeur, les exportations d’hydrocarbures ont nettement augmenté, à hauteur de 19,32 milliards de dollars au premier semestre de 2018 contre 16,15 milliards au premier semestre de 2017, soit une hausse de 19,6%.

Laissez un commentaire