Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
samedi, 13 octobre 2018 06:00

Pétrole Les marchés résistent malgré les signaux négatifs sur la demande

Écrit par Rachid Bouarroudj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les prix du pétrole remontaient, hier, en cours d’échanges européens mais sur une tendance baissière. Une courbe décroissante qui risque de s’accentuer, selon l’Agence internationale de l’Energie (AIE), qui prévoit une croissance de la demande moins forte que prévu. Vers 10h GMT (12h HEC)

, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 80,87 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 61 cents par rapport à la clôture de jeudi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour le contrat de novembre prenait 65 cents à 71,62 dollars. Les cours du brut, qui avaient atteint en début de mois leurs plus hauts en quatre ans, ont subi des pertes marquées sur la semaine alors que les signaux négatifs sur la demande s’enchaînaient.
L’AIE a ainsi estimé hier que la croissance de la demande serait moins forte que prévu (-110 000 barils par jour à 1,3 million de barils par jour en 2018). L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avait également revu la croissance de la demande à la baisse dans son rapport mensuel, publié jeudi dernier. L’estimation de la croissance de la demande mondiale a été fortement révisée. Ce changement s’explique par «une combinaison de cours élevés, de perspectives moins optimistes pour l’économie mondiale et une révision à la baisse des données sur la Chine, explique l’AIE dans son rapport. Elle observe que «l’énergie chère est de retour» et que cela est susceptible de peser sur la croissance économique, en particulier pour les pays en développement.
Elle souligne aussi le risque posé par les guerres commerciales, allusion notamment aux tensions entre les Etats-Unis et la Chine. L’AIE observe que la demande et l’offre sont toutes deux proches de nouveaux pics historiques de 100 mbj. Or cette situation se traduit par des «tensions» du côté de l’offre, dont l’augmentation s’effectue au prix d’une réduction des réserves. «Cette tension pourrait être là pour un moment et sera probablement accompagnée d’une hausse des cours, même si nous déplorons cette situation et ses effets négatifs potentiels sur l’économie mondiale», indique l’AIE. Mais le pétrole réagit aussi aux mauvaises prévisions du FMI, qui a abaissé sa prévision de croissance du PIB mondial à 3,7 % pour 2018 et 2019 (-0,2 point), soit au même niveau que celle de 2017, dans la foulée d’une révision à la baisse similaire par l’OCDE.

Laissez un commentaire