Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 14 octobre 2018 06:00

Le mouvement adopte une « charte de principes » : « Mouwatana » à la recherche d’une Constituante

Écrit par AZIZ.LATRECHE
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le mouvement « Mouwatana » a considéré, hier, que l’élection présidentielle de 2019 peut être une opportunité pour « un changement de régime sans violence et sans déstabilisation pour le pays ».

Cette approche est tirée du contenu de la motion politique que le comité de coordination du mouvement a adoptée, lors d’une réunion tenue au siège du parti Jil Djadid, à Zéralda. Dans cette motion, le mouvement a adopté des propositions en vue de sortir de la crise actuelle qui ne saurait se faire, selon Mouwatana, sans « le renoncement (du président Bouteflika) pour un 5e mandat » ni avec « son prolongement ou même une succession de pure forme ».
Parmi ces propositions, « l’organisation d’une élection présidentielle ouverte avec des garanties politiques négociées permettant l’émergence d’une personnalité proposant la réforme des institutions de l’Etat ».
« Sous l’égide du président élu, il sera mis en place un gouvernement d’union nationale pour gérer le quotidien et préparer les conditions idoines pour une véritable relance socio-économique », propose également Mouwatana.
Concept nouveau, il parle aussi de
« la mise en place d’un processus constituant avec l’ensemble des partenaires politiques et de la société civile pour aboutir à une Constitution répondant aux attentes du pays» (une Constitution qui) devrait valider un système semi-présidentiel plus équilibré et approuvé par le peuple lors d’un référendum ». D’ailleurs, Mouwatana se propose de rédiger cette Constitution modèle. Aussi, le mouvement veut revoir « les lois touchant aux libertés publiques, aux médias, aux partis politiques et aux élections… amendées en fonction des nouvelles données » et que
« les nouvelles institutions soient élues sous l’égide d’une commission électorale indépendante de l’Exécutif et ayant la haute main sur l’ensemble du processus électoral ».
Au cours de la conférence de presse qui a suivi la présentation de ce document, animée conjointement par Djilali Sofiane, le coordinateur national du mouvement et également président du parti Djil Djadid, ainsi que Zoubida Assoul, présidente de l’Union pour le changement et le progrès (UPC) et également porte-parole du mouvement, les démarches qu’ils comptent entreprendre dans un avenir proche pour réaliser leurs objectifs politiques ont été dévoilées. Ainsi Zoubida Assoul a annoncé que la réunion qu’a tenue le comité de coordination, hier, a permis d’adopter une charte déterminant les principes et les valeurs sur lesquels le mouvement se basera durant son activité future. Le comité de coordination sera également élargi pour qu’il contienne à l’avenir des activistes dans le domaine syndical ainsi que des journalistes, des acteurs de la société civile ainsi que de simples citoyens. Des assises seront également organisées au bout d’une année pour décider de la forme que prendra ce mouvement.
Les dirigeants de Mouwatana veulent se donner suffisamment de temps pour pouvoir structurer leur mouvement sur un plan local ainsi qu’à l’étranger, dit-elle.
Pour Djilali Soufiane, la tenue, dans une année, de ces assises, signifie que «le mouvement veut travailler sur le long terme et non se limiter à s’opposer à l’élection présidentielle prochaine ». Il n’a pas manqué l’occasion de déplorer le refus des autorités de leur accorder une autorisation pour l’organisation de la première conférence nationale du mouvement dans une salle à Alger. Ce refus témoigne, selon lui, que « les droits sont toujours bafoués » en Algérie, avant de mettre en exergue également la situation de « paralysie » dans laquelle se trouve le pays. L’occasion également d’annoncer le nombre de personnes qui ont adhéré à ce mouvement et qui serait, selon les orateurs, de 3 565. <

Laissez un commentaire