Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.
dimanche, 11 novembre 2018 06:00

Consommation : La banane au firmament des trafics et… des prix

Écrit par Hamid Bellagha
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Personne ne regarde dans sa direction ni ne demande son prix. Que sa robe soit jaune vif, verte ou mouchetée, elle a perdu de sa superbe. Vous l’aurez reconnue, il s’agit de sa majesté la banane.


En effet, que ce soit au niveau du marché des Frères Bettou, Souk el Asser ou celui de Boumezzou, la banane est boudée par le consommateur constantinois. C’est que son prix refroidirait plus d’un amateur du fruit exotique. D’ailleurs, les commerçants ont «honte» d’afficher un prix indécent. Nous saurons quand même que la banane se négocierait entre 450 et 500 DA le kilo. «J’étais en Tunisie, il y a quelques jours, nous dira un client au marché Boumezzou. En dinars, le kilo est, au maximum, à 280. A Constantine, et je présume sur tous les étals en Algérie, la banane est proposée à partir de 450 DA. C’est le comble.». Pourtant, après les mesures prises par le gouvernement Tebboune, et poursuivies partiellement par son successeur, concernant la restriction des importations, puis leur régulation, la banane a vu son prix revenir à des seuils tolérables, entre 220 et 250 DA. Mais, il y a quelques semaines, les prix ont de nouveau flambé pour atteindre des cimes jamais atteintes auparavant. Les explications que nous avons pu glaner çà et là confortent la thèse d’un monopole détenu par à peine une dizaine d’importateurs. Un marchand au niveau du marché de gros de Constantine, qui était il y a quelques mois encore un rouage incontournable dans la commercialisation de la banane à Constantine, n’affiche au niveau de ses étals que de la pomme made in Arris ou Khenchela. «J’avais quelques entrées avec certains importateurs de bananes, il y a quelques années. J’étais même «actionnaire» avec certains. Mais depuis l’intervention du gouvernement de Tebboune, il y a eu pénurie de banane en attendant la redistribution des cartes. Puis à notre grande surprise, la bananes est réapparue avec des prix de gros supérieurs aux prix de détails affichés auparavant. Si vous êtes introduits auprès des nouveaux barons de la banane, vous pouvez avoir la banane pour 320 DA. Seulement, ces derniers ne négocient qu’avec des intermédiaires choisis à l’avance.
Et la banane africaine ?
De ce fait, la banane qui aura coûté à l’importateur un maximum de 150 ou 160 DA, atterrira dans le couffin du consommateur avec un prix minimum de 450 DA. Du port au consommateur, le prix de la banane a été multiplié presque par trois. La poignée de privilégiés qui importent la banane en a décidé ainsi.» Les rumeurs qui ont circulé à propos du changement de mains du monopole de la banane, de quelque 150 à moins de 20, se vérifient chez un ex-animateur du «ballet» des prix du fruit qu’on pourrait importer d’Afrique, où le prix de revient, surtout les coûts de transports, feraient que la banane ne se négocierait pas au-dessus de 180 DA. Mais ça, c’est une autre péripétie. Pour la petite histoire, notre interlocuteur au marché de gros s’est reconverti dans le marché de la pomme locale. Et comme les histoires d’importations sont intarissables, notre «infortuné» ex-marchand de bananes s’est associé avec quelques ex-importateurs de bananes pour acheter, sur pied, la presque totalité de la production des délicieuses pommes de Arris et Hammamet, Khenchela. Résultat des courses, le prix de la pomme locale a grimpé à 250 DA le kilo, contre à peine 80 à 90 DA avant la promulgation de la loi fixant les importations. Notre «honnête» marchand nous a fait promettre de ne pas publier les faits se rapportant à la pomme chaoui, pour ne pas «gêner» un autre monopole de l’agroalimentaire qui s’installe. Mais entre un monopole qui ne fait que changer de mains, le consommateur s’en f… complètement et commence à regarder ailleurs quand les prix prennent des allures folles. Une prise de conscience qui commence déjà à affecter le marché de la banane ignoré par un homo economicus qui réfléchit dorénavant avant de mettre la main à la poche.

Dernière modification le samedi, 10 novembre 2018 22:15

Laissez un commentaire