Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

jeudi, 12 juillet 2018 06:00

Energie Chitour préconise une «vérité graduelle des prix»

Écrit par Maya H.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le gouvernement compte revoir dès l’année prochaine les subventions très élevées, destinées à l’énergie. Un ciblage des classes vulnérables dans le soutien des prix est envisagé. A ce sujet, Chemseddine Chitour, professeur à l’Ecole polytechnique, recommande, pour plus d’efficacité, d’aller vers une «vérité graduelle» des prix de l’énergie et de l’eau par une «pédagogie de tous les jours».

Sentencieux, l’expert affirme mordicus que «les économies d’énergie ne peuvent être opérationnelles que si un juste prix est pratiqué». Enchaînant, il rappelle la sous-facturation du gaz naturel, «facturé 20 fois moins cher que son prix international», le gasoil «sept fois moins cher que celui de nos voisins», le même mètre cube d’eau «est facturé 20 fois plus ailleurs».
Cette vérité graduelle des prix «bien expliquée aux citoyens, sera admise d’autant que les classes à faible pouvoir d’achat paieront proportionnellement à leurs revenus». Pr Chitour qualifie d’«anormal» le soutien des prix qui profite à tout le monde. «Même le FMI recommande de cibler les catégories à aider», commente-t-il. Une situation qui le conduit à dire que «cette transition énergétique devrait avoir le consensus du plus grand nombre, car au moment de l’application, ce sont les citoyens, avec un comportement écocitoyen, qui feront que cette stratégie réussira». La transition énergétique est «l’affaire de tous les départements ministériels, c’est l’école où l’apprentissage de l’écocitoyenneté se fera, c’est la formation professionnelle et l’enseignement supérieur qui auront à former les milliers de techniciens et d’ingénieurs dont la formation, qui a disparu, devrait en toute logique être réhabilitée». Mohamed Achir, économiste et enseignant à l’université de Tizi Ouzou, avait souligné que «la subvention de l’énergie est peut-être un frein au développement de l’énergie renouvelable».
Ajoutant : «Quand le prix de l’énergie dans notre pays deviendra une contrainte pour le citoyen et l’entreprise, on sera forcé d’investir dans l’énergie renouvelable.» Par ailleurs, il convient de préciser que cette subvention coûteuse de l’énergie ne concerne pas uniquement l’Algérie. «Le montant total des subventions à l’énergie de la région Mena, avant impôts, s’est élevé à près de 240 milliards de dollars en 2011, soit 22% des recettes publiques, et près de la moitié des subventions énergétiques mondiales», relevait Rabah Arezki, économiste en chef à la Banque mondiale, dans un article publié dans Project Syndicate.
L’expert préconisait en juin dernier aux gouvernements de la région Mena de «poursuivre en priorité les réformes destinées à améliorer l’efficience de l’investissement public, et notamment, éliminer complètement les subventions énergétiques. Ils devraient ensuite utiliser ces économies pour développer et consolider les systèmes de protection sociale, de manière à protéger les pauvres et à favoriser dans le même temps un dynamisme économique qui leur donnera une chance d’échapper à la misère». Experts nationaux et étrangers convergent sur certains points. D’abord, la réforme des subventions peut doper la croissance.
Réallouer les ressources libérées par les subventions vers des dépenses publiques plus productives pourrait aider à «doper» la croissance à long terme. La réforme des subventions peut contribuer à la baisse du déficit budgétaire et des taux d’intérêt, ce qui stimulerait les investissements du secteur privé et renforcerait la croissance. L’élimination des subventions à l’énergie engendrerait d’importants progrès pour l’environnement et la santé en réduisant la pollution locale.

Laissez un commentaire